Antoine Vafflard

Pierre-Auguste Vafflard

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vafflard.

Pierre Antoine Augustin Vafflard (1777-vers 1837) est un peintre français d'histoire, de genre et de portraits.

Sommaire

Biographie

Né à Paris le 19 décembre 1777, il est l'élève de Jean-Baptiste Regnault.

Il expose au Salon à partir de 1800 et y reçoit une médaille d'or en 1824. Sous la Monarchie de Juillet, il est chargé de travaux de restauration picturale dans les galeries du château de Versailles et dans la Galerie de Diane au Palais des Tuileries. Il a également réalisé des décorations d'église.

La date de sa mort n'est pas connue avec certitude. Elle se situe avant les 27 et 28 novembre 1837, date de sa vente après décès, organisée à Paris, par Maître Benou assisté de l'expert Defer[1].

Envois aux Salons

  • 1804
    • n° 466, Mort d'Œdipe.
    • n° 467, Young et sa fille.
    • n° 468, Eginard et Imma.

Œuvres

  • Angoulême, musée des Beaux-arts: Young et sa fille.
  • Dijon, musée des Beaux-arts, Sommeil d'Oreste.
  • Évreux, musée d'Évreux, Ancien Évêché:
    • Dernière bénédiction de l'évêque Bourlier[2].
    • Emma et Eginhard, salon de 1804.
  • Rennes, musée des Beaux-arts, Le gouverneur de Château-Randon déposant les clefs de la place sur le lit de mort de Duguesclin.
  • Versailles, musée du château de Versailles et de Trianon:
    • La Colonne de Rosbach renversé par l'armée française, salon de 1810[3].
    • Pythagore inspiré par les Muses.

Explication du sujet d'Eginard et Imma du salon de 1804

« Imma, l'une des filles de l'empereur Charlemagne, était éperdument éprise d'Eginard, secrétaire de son père; les convenances lui défendaient de recevoir ouvertement les hommages de son amant, qui simple gentilhomme allemand, ne pouvait, par sa naissance prétendre à la main de la princesse. L'amour l'emporta sur le devoir, et lui fit prendre la résolution de la voir secrètement. Une nuit d'hiver Eginard se rendit près de sa maîtresse. Pendant leur entretien il tomba de la neige. A peine le crépuscule se laissait apercevoir qu'Eginard voulut se retirer, mais il n'osa, craignant que sortant du pavillon qu'habitait Imma, les pas d'un homme, empreints sur la neige, ne fussent un indice certain de leur intelligence; il fit part de son inquiétude à la princesse, qui se détermina à le porter jusqu'au-delà de la neige qui environnait le palais; mais Charlemagne qui se levait fréquemment la nuit, était sorti pour contempler les astres, il entendit du bruit, et à la faveur de la lune reconnut sa fille qui portait Eginard.Quelques historiens disent que l'empereur assembla son conseil pour le consulter, et qu'il y fut décidé qu'Eginard méritait la mort. D'autres prétendent qu'on en référa à la prudence de Charlemagne. Ce prince, après avoir délibéré sur le sort des coupables, les fit venir, leur annonça qu'ils étaient découverts, et après de justes réprimandes d'un maître et d'un père, en leur donnant connaissance de l'avis du conseil, il ordonna la célébration du mariage d'Imma avec Eginard, qui devint archi-chancelier, l'un des plus grands seigneurs de la cour, et fut le plus célèbre historien de son siècle.  »

— Livret du salon de 1804, au n° 78

Cette explication du sujet se trouve au n° 78 du livret car un autre artiste Marie-Nicolas Ponce-Camus , présentait le même sujet.

Young et sa fille

Au Salon de 1804 le livret donnait ce texte : Young tenant sa fille morte sur ses bras s'écrit dans sa douleur amère : O zèle barbare et haï d'un dieu bienfaisant ; ces hommes impitoyables ont refus de répandre de la poussière sur une poussière.

Huile sur toile 2,42 par 1,94.

Donné au musée d'Angoulême par Monsieur Ringuet en 1838.

La belle-fille du poète anglais Edward Young, Elizabeth Temple mourut lors d'un voyage en France. Comme la défunte était de religion protestante, on refusa l'enterrement dans le cimetière catholique et l'inhumation fut autorisé dans le cimetière de la colonie suisse. Vaflard modifie l'événement en transformant la morte en propre fille de Young.

Critique contemporaine de Séraphin en 1804, sur l'air d'Au clair de la lune, à propos du monochromisme du tableau :

« Au clair de la lune
Les objets sont bleus
Plaignons l'infortune
De ce malheureux
Las ! sa fille est morte
Ce n'est pas un jeu
Ouvrez-lui la porte
Pour l'amour de Dieu ».

Sources

  • Charles Gabet : Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle (Paris, 1831) p.668.

Notes

  1. Une simple feuille imprimée fit office de catalogue, elle est citée par Frits Lugt sous le n° 14855 du Répertoire des Catalogues de Ventes Publiques.. volume II, 1826-1860, La Haye, 1953.
  2. Jean-Baptiste Bourlier , évêque d'Évreux de 1802 à 1821.
  3. Sur ce thème Desfontaines-Lavallée écrivit en 1806 une pièce inspiré de cet événement: Le Rêve, ou la Colonne de Rosback.


  • Portail de la peinture Portail de la peinture
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Pierre-Auguste Vafflard ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antoine Vafflard de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pierre-Auguste Vafflard — Pour les articles homonymes, voir Vafflard. Pierre Antoine Augustin Vafflard (1777 vers 1837) est un peintre français d histoire, de genre et de portraits. Sommaire 1 Biographie 2 Envois a …   Wikipédia en Français

  • Charles Denet — est un artiste peintre français. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres 2.1 Peintures 2.2 Dessins 3 …   Wikipédia en Français

  • Alexis Wafflard — Pour les articles homonymes, voir Vafflard. Alexis Jacques Marie Wafflard, ou Vafflard, né à Versailles le 29 juin 1787 et mort à Paris le 1er décembre 1824, est un auteur dramatique français, connu en son temps pour ses comédies sur les… …   Wikipédia en Français

  • Église Sainte-Marguerite (Paris) — Pour les articles homonymes, voir Église Sainte Marguerite. Église Sainte Marguerite …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”