Antoine Pailhes

Antoine Pailhes, né à Béziers (Hérault) le 25 août 1779, est un général français.

Il déserta le collège à 14 ans pour s'engager dans le 83e régiment, compagnie des grenadiers du célèbre La Tour d'Auvergne. Détaché quelque temps pour aller faire la campagne de Savoie, il revint assister à la bataille de la Montagne-Noire, où fut tué Dugommier, et enleva une redoute et six pièces de canon.

A la prise de Rosés, il s'empara avec quelques soldats d'un ouvrage important, et y fut blessé. Passé dans la 61e demi-brigade, le jeune Paillhès fut un des quatre sous-officiers qui se précipitèrent dans le marais, à la droite du pont d'Arcole, pour sauver Napoléon Bonaparte, qui y avait été renversé. Après avoir fait les campagnes d'Italie et d'Égypte, il gagna à la bataille d'Austerlitz le grade de lieutenant et passa dans la Garde impériale. S'étant distingué au combat de Rio-Secco en Espagne, en 1808, il fut fait capitaine sur le champ de bataille, et le 12 mai 1809 chef de bataillon. Il combattit avec ce grade en Allemagne, en Espagne et en Russie.

Sur la route de Kalouga à Smolensk, dans une attaque de nuit, il passa avec 2,600 hommes de la Garde sur le ventre d'un corps russe de 23,000 hommes. Napoléon Ier paya ce trait d'audace et quelques autres qui suivirent du grade de colonel du 2e régiment provisoire, d'où il passa au 7e des tirailleurs-pupilles de la Garde.

En 1814, le colonel Paillhès fut chargé d'organiser le 90e d'infanterie de ligne. Dans une revue que passa le duc de Berry à Thionville, ce prince donna à l'un des majors la croix d'officier, puis la lui retira pour la donner à un émigré qui venait de lui rappeler des services rendus aux Bourbons; Paillhès est informé de ce fait, à l'instant il aborde vivement le prince et lui reproche avec énergie l'insulte faite à un brave officier. « Si vous aviez eu affaire à moi, ajoute-t-il en s'exaltant, je vous aurais tué. »

Huit jours plus tard, le colonel Paillhès fut renvoyé en demi-solde et mis sous la surveillance de la haute police, ce qui ne l'empêcha pas d'entrer dans la conspiration ourdie par Lefebvre Desnouettes et les frères Lallemand ; cette conspiration avorta par le débarquement de l'Empereur; Paillhès alla à sa rencontre jusqu'à Sens et revint à Paris avec lui.

Nommé colonel du 3e tirailleurs de la Garde, il combattit à la bataille de Waterloo, prit et reprit plusieurs fois le village de Plan-chenois, et abandonna le dernier le champ de bataille. Le colonel Paillhès refusa de signer la capitulation de Paris; il voulait qu'on arrêtât Fouché, Davout et qu'on se battît : la majorité s'y opposa.

Derrière la Loire, on prépara une insurrection qui devait être, dirigée par Excelmans, Chastel, etc. ; mais la majorité encore la fit avorter.

Le jour que Ney fut fusillé, Paillhès fut arrêté comme ayant conçu le projet de l'enlever, si on conduisait le marechal à Grenelle. On mit Paillhès en liberté, faute de preuves, mais on l'exila deux ans de Paris.

Pendant le règne des princes de la branche aînée des Bourbons, le colonel Paillhès se trouva compromis, à tort ou à raison, dans toutes les conspirations, celle de Belfort surtout ; cette dernière lui valut cinq années de détention.

Après les événements de juillet, auxquels il prit part, il fut nommé au commandement de l'École militaire. Le 2 avril suivant, il fut fait maréchal de camp et appelé au commandement de la subdivision militaire de l'Aube; il fut, à la même époque, créé commandeur de la Légion d'honneur. Il était déjà chevalier de la Couronne de Fer et de Saint-Louis.

Source

« Antoine Pailhes », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail de l’édition]


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antoine Pailhes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Domaine de Pailhès — Domaine de Pailhès …   Wikipédia en Français

  • Lezignan-la-Cebe — Lézignan la Cèbe Pour les articles homonymes, voir Lézignan. Lézignan la Cèbe Mairie de Lézignan la Cèbe …   Wikipédia en Français

  • Lézignan-La-Cèbe — Pour les articles homonymes, voir Lézignan. Lézignan la Cèbe Mairie de Lézignan la Cèbe …   Wikipédia en Français

  • Lézignan-la-Cèbe — Pour les articles homonymes, voir Lézignan. 43° 29′ 38″ N 3° 26′ 16″ E …   Wikipédia en Français

  • Lézignan-la-cèbe — Pour les articles homonymes, voir Lézignan. Lézignan la Cèbe Mairie de Lézignan la Cèbe …   Wikipédia en Français

  • Armee francaise pendant les Cent-Jours — Armée française pendant les Cent Jours Voici l ordre de bataille de l Armée française pendant les Cent Jours (printemps 1815). Sommaire 1 Armée du Nord 1.1 1er corps d infanterie 1.2 2e corps d infanterie …   Wikipédia en Français

  • Armée Française Pendant Les Cent-Jours — Voici l ordre de bataille de l Armée française pendant les Cent Jours (printemps 1815). Sommaire 1 Armée du Nord 1.1 1er corps d infanterie 1.2 2e corps d infanterie …   Wikipédia en Français

  • Armée française pendant les Cent-Jours — Article principal : Cent Jours. Voici l ordre de bataille de l Armée française pendant les Cent Jours, au printemps 1815. Sommaire 1 Armée du Nord 1.1 1er corps d infanterie 1.2 2e corps d inf …   Wikipédia en Français

  • Armée française pendant les cent-jours — Voici l ordre de bataille de l Armée française pendant les Cent Jours (printemps 1815). Sommaire 1 Armée du Nord 1.1 1er corps d infanterie 1.2 2e corps d infanterie …   Wikipédia en Français

  • 1er régiment des conscrits-grenadiers de la Garde impériale — 3e régiment de tirailleurs de la Garde impériale Le 3e tirailleurs de la garde est un régiment français des guerres napoléoniennes. Il fait partit de la Jeune Garde. Sommaire 1 Historique du régiment 2 Chef de corps 3 Batailles …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”