Antoine Fourquet

Antoine Fourquet est un ecclésiastique français né le 6 mars 1872 à Eus (Pyrénées-Orientales) et mort le 18 février 1952 à Montbeton (Tarn-et-Garonne). Parti en Chine comme missionnaire en 1896, il est nommé évêque de 1915 à 1946 puis archevêque de 1946 à 1948 de Guangzhou (Canton).

Sommaire

Les années de formation

Antoine, Jean, Pierre Fourquet est né le 6 mars 1872 dans une famille modeste d'Eus. Il est le fils d'Antoine Fourquet, cultivateur de 44 ans et de Thérèse Calmon, 39 ans. Il fait des études au Petit Séminaire de Prades puis au Grand Séminaire de Perpignan. Le 29 janvier 1892, il rejoint la Congrégation des Missions Étrangères, installée à Paris, rue du Bac. Il est ordonné prêtre le 29 février 1896. Désigné pour partir en Chine, il retourne quelques jours à Eus pour faire ses adieux à sa famille.

Le jour de son départ de Paris, il prononce et signe solennellement son engagement personnel au pied de l'autel de la chapelle du Séminaire des Missions Étrangères comme le veut la tradition de la Société. C'est ce type de cérémonie qui a été représenté en 1868 dans le tableau de Charles-Louis de Frédy de Coubertin, Le départ des missionnaires.

Les années de mission

Devenu membre de la Société, il embarque à Marseille (Bouches-du-Rhône) pour rejoindre la Chine qu'il atteint après plus de deux mois de voyage en passant par le canal de Suez. Le 8 avril, il est nommé dans la mission de la préfecture du Kouangtong.

Le premier travail du missionnaire est d'apprendre la langue locale, « de s'appliquer à les posséder à fond, à les parler avec correction et facilité[1] » afin d'entendre les confessions et prêcher la Bonne Parole. Il est tenu également de s'initier aux coutumes, aux mœurs et à la mentalité du peuple chinois et de se plier aux usages vestimentaires. Mgr Jarrau a laissé une description pittoresque du jeune Fourquet avec sa calotte où était fixée une tresse impeccable, des bottes mandarinales, une longue robe ouverte sur les côtés, un manteau aux longues manches et empruntant chaque matin « la chaise à porteurs, seul moyen de locomotion pour les gens se respectant et voulant être respectés ».

Il est alors envoyé dans le district montagneux de Tungken entre Guangzhou (Canton) et Hong Kong, le long de la rivière des Perles[2]. Au cours de cette mission, il bâtit des chapelles, évangélise et soigne les malades. Il forme des catéchistes chinois et il a l'idée de recruter et d'instruire des "batteurs de fer" ou colporteurs-rétameurs qui, au cours de leurs tournées et de leurs travaux, présentent les grandes lignes du christianisme aux populations locales préparant ainsi la venue du jeune missionnaire. Ces colporteurs faisaient ensuite des rapports oraux au Père Fourquet, lui permettant de dresser des listes des villages favorables ou défavorables, des familles réceptives ou non au message du Christ ce qui facilitait son œuvre d'évangélisation. En 1898, le diocèse de Guangzhou est ensanglanté par le massacre de l'abbé Henri Chanès et de plusieurs chrétiens autochtones, preuve que la vie des missionnaires et des chrétiens en Chine n'était pas exempte de tout danger.

Au bout des trois ans probatoires réglementaires, Antoine Fourquet est agrégé définitivement et pleinement à la Société des Missions Etrangères en 1899. Le 29 septembre de cette même année, il écrit une lettre aux Roussillonnais afin de récolter des fonds pour la construction d'une nouvelle église face à "l'île de Sancian, où est enterré saint François Xavier". Cette lettre fut publiée in extenso dans le n° 50 de la Semaine religieuse du diocèse de Perpigan.

En 1900, éclate l'insurrection des Boxers. Il doit alors regagner Guangzhou où il s'engage comme interprète sur une canonnière française patrouillant dans le delta de la rivière des Perles dans le cadre de la protection internationale des intérêts occidentaux en Chine. Il profite de ces patrouilles fluviales pour rendre visite et encourager les différents foyers de chrétienté conformément aux engagements du Règlement des missionnaires : « prendre soin des chrétiens existants[3] ».

Par la suite, il est nommé au district de Shan-sueng où il continue son œuvre de bâtisseur de chapelles et d'évangélisation. Il fonde, en collaboration avec la sœur Angélina et le père Fleureau, une communauté de vierges-catéchistes chinoises à Guangzhou : Les Sœurs de l'Immaculée Conception de Canton. Mgr Mérel le nomme en 1907 procureur, c'est-à-dire trésorier de la mission de Guangzhou, et en fait son conseiller. Il devient administrateur des Sam Yun (trois hôpitaux de vieillards, de sourd-muets et d'aveugles) et continue à fonder des œuvres.

En 1911, débute la révolution chinoise. La République proclame en 1913 la liberté des cultes. En tant que propréfet ecclésiastique, il invite Sun Yat Sen, premier président de la République chinoise à la cathédrale de Guangzhou et le fait assister à un Te Deum. Curieusement, dans une Église catholique peu favorable à la Révolution française, il organise des conférences pour présenter la France, patrie des droits de l'Homme et du citoyen, conférences qui connaissent un vif succès.

Les années de responsabilité

Quand Mgr Mérel démissionne en 1915, il nomme le Père Antoine Fourquet responsable de la Mission et le charge de l'intérim des fonctions épiscopales. Fourquet fonde l'Académie du Saint-Esprit destinée à l'éducation des jeunes filles de l'élite cantonaise. Mgr de Guébriant est alors nommé vicaire apostolique de Guangzhou le 19 février 1918 et confirme le Père Fourquet dans ses fonctions de coadjuteur. Mgr de Guébriant étant élu en mars 1921 Supérieur Général de la Société des Missions Etrangères, il fait nommer l'abbé Fourquet vicaire apostolique de Guangzhou le 19 février 1923 - " Je dépose mes responsabilités entre les mains discrètes et sûres de mon provicaire M. Fourquet" - puis, évêque in partibus de Themisonium le 24 février. Il est sacré le 16 septembre dans la cathédrale de Guangzhou par le vicaire apostolique de Hong Kong, Mgr Pozzoni. Mgr Fourquet aura à cœur de former un clergé indigène et aura comme coadjuteur Mgr Boniface Yang, accomplissant ainsi l'article III du Règlement des missionnaires qui prévoit de "former et élever à la cléricature des sujets capables". Fourquet dénonce les "sentiments de jalousie" éveillés chez certains missionnaires par la promotion du clergé chinois et déclare, dans une lettre, que les missionnaires "aiment les prêtres indigènes mais à condition qu'ils restent des subalternes corvéables à merci".

La guerre civile qui ravage le pays pendant cinq ans (1923-1928) voit le départ de nombreux chrétiens chinois vers les campagnes ou vers l'étranger, privant l'évêque d'un soutien autochtone. Malgré les difficultés et les déceptions, Mgr Fourquet continue son œuvre évangélisatrice puisqu'en moyenne 8000 personnes sont baptisées chaque année dans son diocèse. Durant la guerre sino-japonaise (1937-1945), l'armée japonaise occupe Guangzhou en octobre 1938. Sous les dures conditions de cette occupation, Mgr Fourquet réussit à maintenir en activité ses différentes œuvres, notamment ses hôpitaux et ses asiles. Au sortir de la guerre, les autorités chinoises décident d'honorer le courage et l'abnégation de l'évêque Fourquet en lui décernant la décoration de l'Epi d'or. En octobre 1946, c'est le Vatican qui décide de récompenser le labeur incessant du missionnaire Fourquet en le nommant archevêque de Guangzhou, nomination confirmée seulement en mars 1947.

Fatigué, usé par plus d'un demi-siècle passé en Chine et par la multitude des évènements qu'il a connus (l'insurrection des Boxers en 1900, la République en 1911, la guerre civile de 1923-1928, l'occupation japonaise de 1937-1945), il démissionne le 11 décembre 1947 et devient archevêque titulaire de Cangra. La ville de Guangzhou lui décerne le titre de "citoyen d'honneur". Elle lui offre une clé en or et une en argent (elles sont conservées au musée des Missions Etrangères à Paris) en récompense pour son dévouement et des multiples services qu'il a rendus à la population cantonaise durant toute l'occupation japonaise. Effectivement, lors de l'arrivée des armées nippones, les autorités civiles et militaires chinoises demandèrent à Mgr Fourquet de prendre en charge durant leur absence toutes les œuvres de bienfaisance de la ville, soit plus de 8 000 personnes.

Le retour en France

Il rentre en France le 1er avril 1948. La Semaine religieuse du diocèse de Perpignan témoigne dans ses pages du passage de l'archevêque dans les Pyrénées-Orientales : le 22 août 1948, il célèbre la messe à Font-Romeu et fait appel aux fidèles présents pour venir en aide aux Missions de Chine. Le 12 septembre, il prend part à la messe en l'abbaye Saint-Michel-de-Cuxa.

Antoine Fourquet rejoint la maison de retraite des Missions Etrangères à Montbeton, près de Montauban, le 27 juin 1949. Il y décède le 18 février 1952. Le 28 février, il est inhumé à Eus dans l'église du Haut, là où il fut baptisé. Les obsèques étaient présidées par Mgr Bernard, évêque du diocèse de Perpignan.

La présence d'Antoine Fourquet en Asie a coïncidé avec un certain âge d'or des missions c'est-à-dire la période de la Troisième République qui va de 1880 jusqu'en 1914 essentiellement où plusieurs milliers de missionnaires quittent la France, tous désireux de propager leur religion dans des terres étrangères. Paradoxalement, ces catholiques chassés par la République vont être un vecteur important de la diffusion de la langue et de la culture françaises dans le monde.

Un comité pour l'érection d'un monument à la mémoire de Mgr Fourquet avait été fondé sous la présidence du commandant Pyguillem. Le sculpteur François Vanczak a même réalisé une maquette de la statue projetée qui se trouve actuellement à l'église d'Eus.

Notes et références

  1. article 158 du Règlement des missionnaires
  2. Soetens, p. 134
  3. article III-3°

Bibliographie

  • Henri Jacomy, Un prince catalan de l'Eglise dans la tempête à Canton, imprimerie du Midi (sans indication de date).
  • Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, n° 50, décembre 1869 ; n° 7-8, 1921 ; 1948 ; février et mars 1952.
  • Claude Soetens, L'Eglise catholique en Chine au XXe siècle, Paris, Beauchesne, 1997. (ISBN 9782701013497)
  • Louis Wei, Le Saint-Siège et la Chine : de Pie XI à nos jours, Sotteville-lès-Rouen : Editions A. Allais, 1971. (OCLC 27809875)

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antoine Fourquet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fourquet — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Fourquet, une pelle percée utilisée en brasserie. Patronymes Antoine Fourquet (1872 1948), archevêque de Guangzhou (Canton). Michel Fourquet général… …   Wikipédia en Français

  • Themisonium — est le nom d un diocèse de l église primitive aujourd hui désaffecté. Son nom est utilisé comme siège titulaire pour un évêque chargé d une autre mission que la conduite d un diocèse contemporain. Il est actuellement porté par Mgr Christian Kratz …   Wikipédia en Français

  • Liste der Biografien/Fo — Biografien: A B C D E F G H I J K L M N O P Q …   Deutsch Wikipedia

  • Liste Hundertjähriger — Diese Liste enthält Persönlichkeiten, die ihr hundertstes Lebensjahr vollenden konnten. Nicht enthalten sind Altersrekordhalter, deren Bekanntheit ausschließlich auf ihrem hohen Alter beruht. Hundertjährige Persönlichkeiten von heute Personen,… …   Deutsch Wikipedia

  • Liste der Hundertjährigen — Diese Liste enthält Persönlichkeiten, die ihr hundertstes Lebensjahr vollenden konnten. Nicht enthalten sind Altersrekordhalter, deren Bekanntheit ausschließlich auf ihrem hohen Alter beruht. Hundertjährige Persönlichkeiten von heute Personen,… …   Deutsch Wikipedia

  • Liste prominenter Hundertjähriger — Diese Liste enthält Persönlichkeiten, die ihr hundertstes Lebensjahr vollenden konnten. Nicht enthalten sind Altersrekordhalter, deren Bekanntheit ausschließlich auf ihrem hohen Alter beruht. Hundertjährige Persönlichkeiten von heute Personen,… …   Deutsch Wikipedia

  • Liste von Hundertjährigen — Diese Liste enthält Persönlichkeiten, die ihr hundertstes Lebensjahr vollenden konnten. Nicht enthalten sind Altersrekordhalter, deren Bekanntheit ausschließlich auf ihrem hohen Alter beruht. Hundertjährige Persönlichkeiten von heute Personen,… …   Deutsch Wikipedia

  • Grasse — Cet article concerne la commune française appelée Grasse. Pour l adjectif grasse, voir Gras.  Pour les articles homophones, voir Grâce et Grass …   Wikipédia en Français

  • Marine Le Pen — Marine Le Pen, president of the Front National pictured in January 2011 2nd President of the National Front Incumbent …   Wikipedia

  • Roman Catholic Archdiocese of Guangzhou — Infobox Diocese| jurisdiction=Archdiocese name= Guangzhou 廣州 latin=Archidioecesis Coamceuvensis country= China rite=Latin Rite cathedral = 耶稣圣心主教座堂(石室教堂) ( Sacred Heart Cathedral (Seksat Cathedral) ) cocathedral = area= 43,332 population=… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”