Antoine Favre
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Favre.
Gravure représentant Antoine Favre
Antoine Favre
Blason de la famille Favre
Blason de la famille Favre : D'argent, au chevron d'azur, accompagné de trois têtes de Maure tortillées d'argent[1]

Antoine Favre, baron de Pérouges, né le 5 octobre 1557 à Bourg-en-Bresse[2] et mort en 1624, est un juriste et écrivain savoisien.

Sommaire

Une carrière rapide au sein de la justice savoisienne

Fils d'un haut magistrat de la Bresse, Antoine Favre débute ses études au collège de Meximieux, puis les poursuit chez les jésuites à Paris. Il part ensuite à l'Université de Turin où il obtient un doctorat de droit. À 22 ans, il est avocat et docteur en droit ; son premier livre paraît deux ans plus tard. En 1574, à 27 ans - soit avant l'âge requis - il est nommé juge-mage[3] à Bourg-en-Bresse.

Un de ses ancêtres ayant été secrétaire de la comtesse Bonne de Bourbon, grand-mère et tutrice d'Amédée VIII de Savoie, il entra au service de Charles-Emmanuel Ier de Savoie et se fixa à Chambéry.

En raison de son œuvre de juriste, Antoine Favre intègre dès l'âge de 30 ans, en 1587, le Souverain Sénat de Savoie, puis, il est nommé président du Genevois en 1596 à la demande du duc de Genève Henri Ier de Savoie-Nemours ; il réorganise la Justice dans le périmètre du présidial d'Annecy.

Éminent jurisconsulte, travaillant quatorze heures par jour, il est nommé, après la publication du Codex Fabrianus en 1606, président du Sénat de Savoie en 1608 et revient à Chambéry. Il est alors la plus haute autorité juridique du Duché de Savoie. Antoine Favre sera à plusieurs reprises envoyé en mission diplomatique par Charles-Emmanuel Ier de Savoie. Il est également commandant général du duché vers 1610.

De son vivant, Antoine Favre est célébré comme le plus grand juriste, consulté par des juristes et des souverains de toute l'Europe.

Un juriste impliqué dans la vie culturelle et religieuse

Intéressé à la vie culturelle, il est l'ami de l'écrivain Honoré d'Urfé et de François de Sales, éminent philosophe et théologien, Prince Évêque de Genève et futur docteur de l'Église. Avec ce dernier, il fonda à Annecy, l'Académie florimontane en 1607, première académie de langue française. L'ambition est de donner des cours gratuits.

Antoine Favre s'essaye à la littérature ; en 1589, il offre à Charles-Emmanuel Ier de Savoie, une tragédie se déroulant dans l'antique Rome : Les Gordians et Maximins ou l'Ambition, œuvre tragique, Premiers et derniers Essays de poésie d'Antoine Favre, bien loin des œuvres légères de l'époque. Il a également écrit en 1595 un recueil de poésies spirituelles. Enfin, il échange une importante correspondance avec Honoré d'Urfé.

Toute sa vie, Antoine Favre donne des sommes très importantes, secrètement, aux pauvres, allant même jusqu'à vendre une partie de son mobilier et de sa vaisselle les années de disette[4]. Marié à Benoiste de Meximieu en 1584, il a huit enfants. L'un de ses fils, Claude Favre de Vaugelas (1585-1650), grammairien, fut membre de l'Académie française dès sa fondation en 1635 et directeur du célèbre Dictionnaire de l'Académie, charge qu'il conserva jusqu'à sa mort. Sa fille Jacqueline fut parmi les premières membres de l'Ordre de la Visitation, et supérieure du couvent de Chambéry. Trois de ses fils le suivirent dans la carrière juridique; René en président le Conseil du Genevois, au Sénat et au Conseil d'État, comme son frère Jean-Claude et Philibert, juge-mage du Chablais. Enfin Antoine sera l'aumônier de Madame Royale et doyen de la Sainte-Chapelle de Chambéry.

Photographie du palais de Justice de Chambéry, avec la statue d'Antoine Favre
Statue d'Antoine Favre à Chambéry sur la place du Palais de Justice

Antoine Favre meurt le 26 février 1624. Lancée à l'initiative de la ville de Chambéry et de l'Académie de Savoie, une statue de bronze, sculptée par Alphonse Gumery est inaugurée le 15 août 1865 devant le Palais de Justice de Chambéry. Il était représenté debout, les représentations de la Science et de la Jurisprudence étant assise de deux côtés du socle. Depuis le réaménagement de la place en 2004, les trois statues sont sur des socles séparés.

Les bases du droit et de la jurisprudence

Il réforma la jurisprudence vers davantage de constance en cherchant l'interprétation des Pandectes dans l'esprit de la loi et non dans les arguties des commentateurs, et rédigea dans ce but plusieurs ouvrages estimés. C'est en 1581, à 24 ans, qu'il publie son premier ouvrage : Conjecturarum juris civilis libri tres, sur la réforme de la Justice.

Dans ses Conjecturarum, Antoine Favre se livre avec une énergie et une acuité singulières à la chasse aux interpolations. Brûlant de s'élancer sur les traces de Cujas et d'Alciat, il releva de nombreuses incorrections grammaticales qui lui permirent de déceler l'intervention de Tribonien dans la rédaction des textes du Digeste.

Antoine Favre est principalement connu pour son recueil de jurisprudence ; c'est dans le but de faire bénéficier de ses travaux les praticiens que Favre écrivit le Codex Fabrianus (dit Code Fabrien), dont la première édition parut à Lyon en 1606. Malgré ses dimensions respectables - 1124 pages in folio dans l'édition de Genève de 1765 - il reste un ouvrage de consultation aisée. Ce qui a donné à Antoine Favre l'idée de ce recueil d'arrêts, c'est, expliquait-il, la publication récemment faite en France du Code Henri, ainsi qu'une conversation avec Charles-Emmanuel Ier de Savoie qui souhaitait mettre fin à des abus et à la prise de décisions contradictoires.

Pour Antoine Favre seule la codification des arrêts les plus remarquables du Souverain Sénat de Savoie pouvait remédier à la situation déplorable où se trouvait alors la science du droit. Cependant ses ouvrages latins sur la jurisprudence tombèrent peu à peu dans l'oubli, à l'exception du Codex Fabrianus qui, jusqu'à l' Annexion de la Savoie et de Nice par la France en 1860, restera le guide des avocats et des juges dans le Duché de Savoie et le Comté de Nice.

Œuvres d'Antoine Favre

  • Conjecturarum juris civilis; 1. XX, essais juridiques - Lyon, 1580-1581
  • Les Gordians et Maximins ou l'Ambition, tragédie en 5 actes et en vers - Chambéry, Pomar, 1589
  • Centurie premiere de sonets spirituels de l'amour divin et de la penitence", dédiée à François de Sales - 1595
  • De Erroribus Pragmaticorum et interpretum juris. Chiliades, essais juridiques 4 vol. - Lyon, 1598 (Les Cent décades des erreurs des praticiens).
  • De Patrui hoereditate in solos fratrum filios dividenda - Lyon, 1598
  • Les Entretiens spirituels dédiés à Madame Marguerite princesse de Savoye, œuvre de poésie religieuse et morale - Turin, 1601
  • Rationalia in Pandectas, 5 vol. in-folio - Genève, 1601
  • Codex Fabrianus definitionum forensium et rerum in sacro Sabaudiae Senatu tractatarum, recueil de décisions du Sénat de Savoie et ouvrage jurisprudentiel, en 9 livres - Genève, Lyon, 1606 (La loi et les prophètes)
  • Jurisprudentiae Papinianae sententia ad ordinem institutionum imperalium efformata, Ouvrage jurisprudentiel - Lyon, 1607
  • De variis nummariorum debitorum solutionibus adv. Carol, Molineum - Turin, 1614
  • De Montisferrati Ducatu contra ducem Mantuae pro duce Sa­baudiae consultatio - Lyon, 1619
  • De Laudimiis Decades - Turin, 1629
  • Informationes facti et juris in causa ferrariensi

Bibliographie sur Antoine Favre

  • Chevailler (Laurent), Recherches sur la réception du droit romain en Savoie des origines à 1789, Annecy, 1953, pp. 158-235.
  • Mugnier (François), "Antoine Favre. Président de Genevois. Premier Président du Sénat de Savoie", in Mémoires et documents publiès par la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, XLI, 2e sér., tom. XVI, Chambéry, 1902, pp. 1-532.
  • D'Amboise (Valéry), "Dictionnaire d'Amboise des Pays de Savoie", éditions d'Amboise, 431 pages, 1989.
  • Buttin (Anne), "Le souverain Sénat de Savoie", L'Histoire en Savoie, n°69, mars 1983.
  • Quézel-Ambrunaz (Christophe), "L'œuvre d'Antoine Favre, entre humanisme et rationalisme", Jurisprudence Revue Critique, 2010, pp. 339-350.

Notes et références

  1. >Annuaire de la Noblesse de France et des Maisons souveraines de l'Europe, publié sous la direction de M. Borel d'Hauterive, 1855, p.379.
  2. La Bresse faisait à l'époque partie des États de Savoie.
  3. Dictionnaire d'Amboise des Pays de Savoie, Valéry d'Amboise, éditions d'Amboise, 431 pages, 1989.
  4. Buttin (Anne), "Le souverain Sénat de Savoie", L'Histoire en Savoie, n°69, mars 1983, page 20.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antoine Favre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pierre Antoine Favre — (* 20. Februar 1813 in Lyon; † 17. Februar 1880 in Marseille[1]) war ein französischer Chemiker. Er promovierte 1835 zum Dr. med. und war ab 1843 Professor an der medizinischen Fakultät. Mit Johann Theobald Silbermann (1806 1865) arbeitete er auf …   Deutsch Wikipedia

  • Favre — ist der Familienname folgender Personen: Alphonse Favre (1815–1890), Schweizer Geologe Anthony Favre (Fußballspieler) (* 1984), Schweizer Fußballspieler Anthony Favre (Telemarker) (* 1970), französischer Telemarker Brett Favre (* 1969), US… …   Deutsch Wikipedia

  • Favre — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Favre est un patronyme porté par les personnalités suivantes (par ordre alphabétique) : Patronyme Aimé Favre (1722 1810), curé d Hotonnes et député… …   Wikipédia en Français

  • Antoine Dufour (maire) — Antoine Dufour (Pierre Antoine Charles Joseph Dufour), né le 12 juillet 1808 à Moûtiers (Savoie), mort le 15 janvier 1885 à Nantes, est un négociant et un homme politique français, maire de Nantes de 1866 à 1870. Sommaire 1 Biographie 1.1… …   Wikipédia en Français

  • Antoine Pinay — Mandats 134e président du Conseil des ministres français (139e chef du gouvernement) …   Wikipédia en Français

  • Favre — (spr. Fawer), 1) Pierre, geb. 1506 zu Villaret in Savoyen, hütete Anfangs die Schafe, wurde später zum Geistlichen bestimmt u. studirte seit 1527 in Paris Als Ignaz Loyola nach Paris kam, um den philosophischen Cursus zu machen, wurde ihm F. zum… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Favre — (spr. fāwr ), 1) Pierre, auch Faber und Lefèvre genannt, einer der Stifter des Jesuitenordens, geb. 1506 zu Villaret in Savoyen, gest. 1. Aug. 1546 in Rom, studierte seit 1527 in Paris, wo er sich Loyola (s.d.) anschloß und 1534 mit ihm das… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Antoine Berryer — Pierre Antoine Berryer Pour les articles homonymes, voir Berryer. Pierre Antoine Berryer Pierre Antoine Berryer, dit « Berryer fils& …   Wikipédia en Français

  • Antoine berryer — Pierre Antoine Berryer Pour les articles homonymes, voir Berryer. Pierre Antoine Berryer Pierre Antoine Berryer, dit « Berryer fils& …   Wikipédia en Français

  • Antoine Redin — Jean Antoine Redin est un ancien footballeur français devenu un entraîneur renommé. Il est né le 4 septembre 1934 à Cenon (Gironde). Originaire d une famille modeste dans la banlieue de Bordeaux, Antoine Redin est repéré par Jacques Favre et… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”