Antimonisme

Antinomisme

Antinomisme (du grec αντι, "contre" + νομος, la "loi"), ou l'anarchie (dans le grec biblique: ανομια, [1] ce qui est «illégal»). Dans la théologie, c'est l'idée que les membres d'une Groupe religieux particulier ne sont pas tenus d'obéir aux lois de l'éthique ou de moralité, tel que les présentent par les autorités religieuses.

L'Antinomisme [2] est l'exact opposé du légalisme, qui implique la notion que l'obéissance à un code de la loi religieuse est nécessaire pour le salut.

Le terme est devenu un point de discorde entre les autorités religieuses opposées. Peu de groupes ou sectes se nomment explicitement "antinomistes", mais l'accusation est souvent formulée par certaines sectes contre des sectes concurrentes.

Sommaire

Antinomisme dans le judaïsme

Tout au long de la Bible hébraïque, sont décrits les différents pactes et, pour deux d'entre eux sont les davidique et de la loi mosaïque. Le davidique ajoute un accent de l'engagement inconditionnel de Dieu à la loi mosaïque semble l'accent sur les exigences de Dieu, mais les deux Moïse et David décrire de la même alliance, une alliance qui a en outre exposé par Élie, Isaïe, et les autres prophètes, qui ont pour rappeler aux fidèles À maintes reprises des demandes de Dieu. Il est dit dans la Bible que certains pouvoirs va essayer de changer (pas exposer), la loi mosaïque. Par exemple, en parlant de Baal et de la fin des temps:

"Il doit parler paroles contre le Très-Haut, opprimera les saints du Très-Haut, et doit tenter de changer le sacré saisons et la loi, et ils doivent être donnés en son pouvoir pour une fois, deux fois, et la moitié à la fois."

-- Daniel 7:25, TOB

Antinomisme, dans le christianisme

Les Écritures triomphant sur l'Hérésie, dans l'église Gustaf Vasakyrkan de Stockholm.

Le premier conflit majeur [3] sur l'Antinomisme chrétien est consigné dans les Actes 15, et le Concile de Jérusalem.

La demande d'obéir à la loi est inscrite dans Actes 15:5: "Alors quelques-uns des croyants qui appartiennent au parti des pharisiens s'est levé et a dit," La païens doivent être circoncis et tenus de respecter la loi de Moïse. Actes 15:28-29

Dans Galates 4:21-31, Paul compare l'ancienne alliance avec la Nouvelle Alliance. Dans cette comparaison, il équivaut chaque alliance avec une femme, en utilisant les épouses d'Abraham comme exemples. L'ancienne alliance est assimilé à l'esclave femme, Agar, et la nouvelle alliance, est assimilée à la libre femme Sarah. (Galates 4:22-26). Il conclut cet exemple en disant que nous ne sommes pas des enfants de l'esclave femme, mais les enfants de la femme libre. En d'autres termes, nous ne sommes pas sous l'ancienne alliance, nous sommes sous la nouvelle alliance. "Mais ce que dit l'Écriture?" Se débarrasser de l'esclave femme et son fils, pour la femme, le fils de l'esclave ne partagera jamais dans l'héritage de la femme libre de son fils. " Par conséquent, frères, nous ne sommes pas les enfants de la femme esclave, mais de la femme libre. " (Galates 4:30-31)

Romains 10:4 est aussi parfois traduit: "Le Christ est la fin de la loi, afin qu'il y ait de la justice pour tous ceux qui croient". (LSG) Le mot clé ici est telos. [5] Robert Badenas [6] soutient que telos est correctement traduit comme objectif, et non pas la fin, afin que le Christ est le but de la loi.

Paul écrit que la première alliance était obsolète, et allait bientôt disparaître: "En appelant cette alliance" nouveau ", il a fait le premier obsolète, et ce qui est obsolète et vieillissant va bientôt disparaître." Hébreux 8:13. Paul identifie clairement la première alliance qui est en train de disparaître dans Hébreux 9:1-5. Mentionnons en particulier les "tables en pierre de l'alliance" dans Hébreux 9:4, se référant directement aux Dix Commandements. "Maintenant, la première alliance avait règlements pour le culte et aussi un sanctuaire terrestre. Un tabernacle a été mis en place. Dans sa première salle étaient le chandelier, la table et le pain consacré, ce qui a été appelé le Lieu saint. Derrière le rideau de la deuxième était une chambre Appelle dans le lieu très saint, qui avait l'autel d'or de l'encens et de l'or-couvert arche de l'alliance. Cette arche contenait le bocal d'or de la manne, Aaron's personnel qui avait greffés, et les tables de pierre de l'alliance. Au-dessus de l'arche étaient Les chérubins de la gloire, masquant la couverture expiation. " (Hébreux 9:1-5)

L'Encyclopédie Catholique article sur Judaizers [8] note: "Paul, en revanche, non seulement ne s'oppose pas à l'observation de la loi mosaïque, aussi longtemps qu'elle n'a pas interférer avec la liberté des Gentils, mais il est conforme aux Lorsque ses prescriptions requises occasion (1 Corinthiens 9:20). C'est ainsi qu'il a peu de temps après le Concile de Jérusalem circoncis Timothée (Ac 16:1-3), et il est dans l'acte même d'observer le rite mosaïque quand il a été arrêté à Jérusalem (21:26 ss.). "

La Jewish Encyclopedia article sur Gentile: "Les Gentils ne peuvent recevoir la Torah [9] note ce qui suit réconciliation: «R. Emden, dans un remarquable excuses pour le christianisme figurant dans son appendice à la" Seder 'Olam, [10] il donne comme Son avis, que l'intention initiale de Jésus, et en particulier de Paul, était de convertir les païens seulement aux sept lois morales de Noé et de laisser les Juifs suivent la loi mosaïque - ce qui explique les contradictions apparentes dans le Nouveau Testament en ce qui concerne les lois de Moïse et le Sabbat. "

Jacques a écrit : "Car quiconque observe toute la loi, mais trébuche un seul commandement, devient coupable de tous. Car celui qui a dit: "Tu ne commettras point d'adultère," a dit aussi: "Tu ne tueras point". Si vous ne commettras point d'adultère, mais que tu commettes un meurtre, tu deviens transgresseur de la loi. James 2:10-11.

Cela montre clairement que les gens qui veulent garder l'Ancien Testament, la loi doit garder tout de la loi. Ceci est également indiqué dans Deutéronome 4:2 et Deutéronome 28.

Dans l'Evangile de Matthieu, Jésus est parfois décrit comme se référant à des personnes qu'il considère comme des méchants avec le terme ergazomenoi tēn anomian (εργαζομενοι την ανομιαν) - par exemple, Matthieu 7:21-23, Matthieu 13:40-43. En raison de ce contexte négatif, le terme a presque toujours été traduit par les malfaiteurs, mais il signifie littéralement travailleurs de l'anarchie. [16] En d'autres termes, Matthew semble présenter Jésus comme assimilant méchanceté avec antinomisme encourageant. Matthieu vue érudits comme ayant été écrit par, ou pour une audience juive, les soi-disant Chrétiens juifs. Plusieurs chercheurs affirment que Matthieu artificiellement atténué revendiquée rejet de la loi juive, afin de ne pas s'aliéner de Matthieu public visé. Cependant, Jésus a appelé à une adhésion totale aux commandements (Matthieu 5:19-21), il a déclaré: «Ne croyez pas que je suis venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir» (Matthieu 5:17). Parallèlement, un autre verset Matthieu 7:21 est James 1:22.

1 Jean 3:4 déclare : «Quiconque commet le péché est coupable de l'anarchie; péché, c'est l'anarchie."

Antinomisme entre les chrétiens

Dans le cas du christianisme, la controverse naît de la doctrine de la grâce, le pardon et l'expiation des péchés par la foi en Jésus-Christ, les chrétiens d'être libérés, dans d'importants éléments de la conformité à l'Ancien Testament politique dans son ensemble, une réelle difficulté Ont assisté au règlement de la limite et de l'autorité immédiate du reste, sait vaguement que la loi morale. Si Dieu pardonne les péchés, ce qui est exactement le désavantage de pécher ou de la récompense ou la motivation de l'obéissance?

Plusieurs questions

Il y a plusieurs questions qui sont examinées par l'accusation de antinomianism. L'accusation ne peut représenter que la crainte d'une position théologique ne conduise pas à l'édification du croyant ou de l'aide à mener une vie régénérer. Doctrines qui tendent à saper l'autorité de l'église et de son droit de prescrire des pratiques religieuses, les fidèles sont souvent condamnés comme antinomian. La charge est également intentée contre ceux dont les enseignements sont perçus comme hostiles au gouvernement et de l'autorité établie et de la primauté du droit.

Les accusations d'Antinomisme contre des premiers chrétiens

La doctrine de St Paul, de justification par la foi a été accusée d'immoralité menant à la licence.

Les premières personnes accusées d'antinomisme ont été trouvés, apparemment, dans le Gnosticisme; aberrants et licencieux divers actes sont imputables à ces orthodoxes par leurs ennemis.

Dans l'Apocalypse 2:6-15, le Nouveau Testament nous parle de Nicolaitanes, qui sont traditionnellement identifié à une secte gnostique, en des termes qui suggèrent l'accusation d'antinomisme pourrait leur être appropriée. Dans les Constitutions apostoliques, verset 6,19, [17] Simon Magus est accusé d'antinomisme, bien que traditionnellement, il est accusé de Simony. Nous avons quelques dossiers indépendants de la réalité Gnostique enseignements, mais ils semblent avoir abordé la question de deux façons: marcionites, nommé par Clément d'Alexandrie Antitactae (revoltés contre le Demiurge), tenue économie de l'Ancien Testament à travers entachée par sa source; Mais ils ne sont pas accusés de licence. Par exemple, la version de Marcion Luc 23:2: « Nous avons trouvé que Jésus pervertit la nation et détruit la loi et les prophètes » [18].

Manichéens, encore une fois, la tenue de leur être spirituel d'être épargnées par l'action de la matière. Les péchés charnels considérés comme étant, au pire, les formes de la maladie physique. Kindred à ce dernier point de vue a été la position de diverses sectes fanatiques de l'anglais au cours du Commonwealth, qui a nié qu'une personne élire péché, même lorsqu'ils commettent des actes en eux-mêmes brut et du mal.

Contre les protestants

Les faits imputés par les catholiques contre les protestants

Le catholicisme romain a tendance à facturer le protestantisme avec l'antinomisme, fondée en partie sur la doctrine de la distinctement protestant sola fide, le salut par la foi seule (Éphésiens 2:8-9, cf. James 2:24, et le typique protestante rejet de la liturgie sacramentelle de L'Eglise romaine et de son organe de droit canonique. Catholicisme romain à l'intérieur de lui-même, Blaise Pascal, a accusé les Jésuites de antinomisme dans ses Lettres provinciales, les accusant de casuistique jésuite sapant les principes moraux.

Les accusations de Luther contre Agricola

Différent de l'un de ces inculpés a été le antinomianism de Martin Luther contre Johannes Agricola. Selon l'Encyclopædia Britannica 1911 article sur Antinomians: "un terme inventé par Luther apparemment pour stigmatiser Johannes Agricola et son suivant, ce qui indique une interprétation de l'anti-thèse entre la loi et le gospel, récurrente depuis les temps les plus reculés." Son point de départ était un différend avec Melanchthon en 1527 quant à la relation entre la repentance et la foi. Melanchthon a demandé instamment que le repentir doit précéder la foi, et que la connaissance de la loi morale est nécessaire pour produire la repentance. Agricola a donné la première place à la foi, en soutenant que le repentir est le travail, pas de droit, mais de l'Evangile, compte tenu de la connaissance de l'amour de Dieu. La controverse résultant Antinomian (le seul au sein de l'organisme luthérien de Luther de la durée de vie) n'est pas remarquable pour la précision ou la modération des combattants de chaque côté. Agricola était apparemment satisfait de conférence avec Luther et Melanchton, à Torgau, décembre 1527. Son dix-huit Positiones de 1537 a relancé la controverse et l'a aiguë.

Random tout comme certaines de ses déclarations, il a été cohérent dans deux objets:

Dans l'intérêt de doctrine solifidianne, de placer le rejet de la doctrine catholique de bonnes œuvres sur un certain terrain; Dans l'intérêt du Nouveau Testament, pour trouver tous les conseils nécessaire pour devoir chrétien dans ses principes, si ce n'est à ses préceptes.

Les accusations contre les calvinistes

De la dernière partie du XVIIe siècle, les accusations de antinomianism étaient souvent dirigés contre les calvinistes, en raison de leur dénigrement de «meurtriers tas» et de «juridique prédication." La polémique virulente et calviniste Arminian entre méthodistes produites que ses résultats aptes à Fletcher's chèques Antinomianism (1771-75).

Les accusations contre d'autres groupes

Autres groupes protestants qui ont été accusés comprennent les anabaptistes et mennonites. Dans l'histoire de puritanisme américain, Roger Williams et Anne Hutchinson étaient accusés d'enseignements antinomian Puritan par le leadership du Massachusetts.

Les accusations Théologiques d'Antinomisme, généralement entendre que la doctrine de l'adversaire conduit à divers types de licence, et impliquent que le antinomian choisit sa théologie afin de poursuivre une carrière de dissipation. L'austérité ostentatoire de la vie chez les survivants des groupes anabaptistes ou calvinistes suggère que ces accusations sont souvent, voire le plus souvent, fait pour créer un effet de rhétorique. Il est vrai, cependant, que certains groupes ont été Antinomian radicalisée par les événements historiques et est arrivé à sympathiser avec les activités des Levellers et d'autres formes de résistance contre l'essor du capitalisme, l'enceinte de la mise en commun et de la traite négrière. La persécution de ces groupes par l'établissement sous forme de conservatisme Puritains meilleur exemple en est le châtiment infligé à la prédicateur James Naylor, qui a été soumis à 310 coups de fouet et à la marque sur le front avant d'avoir sa langue percée d'un hot poker. Il a prêché contre la clôture et la traite négrière. [19]

Les accusations portées contre les Quakers

Les Quakers ont été accusés de antinomianism en raison de leur refus d'un diplômé clergé et un commis administratif, ainsi que les privilégiant de l'Esprit (comme révélé par l'Inner Lumière de Dieu à l'intérieur de chaque personne) sur les Écritures. Ils ont également rejeté les autorités judiciaires civiles et de leurs lois (telles que le paiement des dîmes de l'église et l'Etat de prêter serment) lorsque celles-ci étaient considérées comme incompatibles avec l'action de l'Inner Lumière de Dieu. Voir aussi Christian anarchisme.

Antinomisme en Islam

Voir aussi: Naskh (tafsir).

page du Coran venant d'Andalousie

Dans l'islam, la loi-qui ne s'applique pas seulement à la religion, mais aussi à des domaines tels que la politique, la banque, et la sexualité-est appelé sharī ʿ ah (شريعة), et il est traditionnellement organisé autour de quatre sources principales:

Le Coran (arabe : القرآن ; al qur'ān, lecture), qui est le texte religieux central de l'islam ;

La sunna, qui se réfère aux actions pratiquées à l'époque de Mahomet, et est souvent pensé à inclure la ḥadīth, ou enregistré les paroles et les actes de Mahomet; Ijmā ʿ, qui est le consensus de la ulamā ʿ ʾ, ou une catégorie de docteurs de l'islam, sur les points de pratique;

Qiyās, qui-en-Sunnī islam est une sorte de raisonnement analogique réalisée par les ulamā sur des lois spécifiques qui ont surgi à travers le premier appel à trois sources, et Shī ʿ ah islam, ʿ aql (la «raison») est utilisé à la place de qiyās Actions, des comportements, des croyances ou qui sont considérées comme une violation quelconque ou l'ensemble de ces quatre sources-principalement dans le domaine de la religion peut-être appelé «antinomian". En fonction de l'action, le comportement, ou les convictions en question, un certain nombre de termes différents peuvent être utilisés pour véhiculer le sens d'"antinomisme" : dérober («association d'un autre qui est avec Dieu"); enchère ("innovation"); kufr («Incrédulité»); ḥarām («interdit»), etc

A titre d'exemple, le Xe siècle Manṣūr mystique soufi al-Ḥallāj a été exécuté pour dérober pour, entre autres choses, sa déclaration ana al-Ḥaqq (أنا الحق), qui veut dire «Je suis la vérité" et, implicitement, comme al - Ḥaqq ( «la Vérité») est l'un des 99 noms de Dieu dans la tradition islamique-«Je suis Dieu." [20] Un autre individu qui a souvent été qualifié antinomian est ʿ Ibn al-Arabi, le 12ème-XIIIe siècle, savant et mystique Dont la doctrine de waḥdat al-wujūd ( "unité de l'être") a parfois été interprétée comme étant panthéistes, et donc de se dérober. [21]

En dehors des individus, des groupes entiers de musulmans ont également été appelés antinomian. Un de ces groupes est le Ismā ʿ īlī Shī ʿ īs, qui ont toujours eu une forte tendance millénariste qui découlent en partie de persécution dirigés sur eux par Sunnīs.

Influencée dans une certaine mesure par le Gnosticisme [22], le Ismā ʿ īlīs élaboré un certain nombre de croyances et de pratiques, telles que leur croyance en la imāmah ésotérique et une exégèse du Qur ʾ ān-qui étaient suffisamment différents de l'orthodoxie Sunnī pour eux d'être condamnés comme dérober Et, par conséquent, être considérée comme antinomian. [23] Certains autres groupes qui découle de la conviction Shī ʿ ah, comme la Alaouites [24] et les Bektachis, [25] ont également été examinées antinomian. Les Bektachis, en particulier, ont beaucoup de pratiques qui sont antinomian en particulier dans le contexte de l'Islam, tels que la consommation de produits interdits comme l'alcool et le porc, le non-port du ḥijāb ( «voile»), par les femmes, dans la collecte et l'assemblage des lieux Cemevis appelé plutôt que dans les mosquées. [26]

L'Antinomisme dans un contexte laïc

Voir aussi : Anarchisme

Dans son étude de la fin du XXe siècle, la société occidentale, l'historien Eric Hobsbawm [27] a déclaré qu'il y avait une nouvelle fusion de "démotique et antinomiste" caractéristiques de la période qui a fait distinctes, et semble être de nature à prolonger dans l'avenir. Il l'a fait sans aucun accent particulier sur la religion. Il avait commencé sa vie universitaire avant la Deuxième Guerre mondiale en tant que marxiste, et a continué à voir ses travaux d'historien que de déterminer les causes du changement. Pour lui, il y a maintenant une volonté de la masse de gens ont peu de sens de l'obligation d'obéir à une série de règles qu'ils jugent arbitraire, ou même seulement contraignantes, quelle que soit sa source. Cela peut être facilité par un ou plusieurs de plusieurs changements. Ceux-ci comprennent: la tendance à vivre en dehors de zones de peuplement, la croissance de suffisamment de richesse pour la plupart des gens d'avoir un grand choix de styles de vie, et un popularisé hypothèse que la liberté individuelle est un bien absolu.

Annexes

Notes

  • Http://www.blueletterbible.org/cgi-bin/words.pl?word=458 ανομια
  • ® The American Heritage Dictionary of English Language: Fourth Edition, 2000.
  • Dans Actes 6:13-14 Saint-Etienne est accusé de "faux témoin" de parler contre la loi.
  • Strong G5498 ^ Strong G5056
  • Bandas, Robert. Christ, la fin de la Loi, dans Romains 10,4 Pauline Perspective, 1985, ISBN 0905774930
  • Unvarnished Nouveau Testament, 1991 0933999992
  • Catholic Encyclopedia: Judaizers
  • Gentile: Gentils ne peut recevoir la Torah
  • Emden, R. "appendice de la" Seder "Olam", pp.-1752
  • Catholic Encyclopedia: Judaizers voir la section intitulée: "L'INCIDENT AT ANTIOCHE"
  • Http://www.nccbuscc.org/nab/bible/james/james2.htm # v20 James 2:20
  • Jewish Encyclopedia: Moïse, Jésus
  • Sanders Jésus et le judaïsme, 1985, pages 264-269 le jour du Sabbat, le lavage des mains et de l'alimentation
  • Jewish Encyclopedia: Nouveau Testament: Passages Misunderstood
  • Bibliothèque Christian Classics Ethereal : Pères du troisième et quatrième siècles: Lactance, Venantius, Asterius, Victorinus, Dionysius, de l'enseignement et de Constitutions Apostoliques, Epiphane, Panarion.
  • John Winthrop
  • Pratt 72
  • Chittick 79
  • Voir, par exemple, "Isma'ilism" à Encyclopédie de l'Orient.
  • Daftary 47; Clarence-Smith 56
  • Bar-Asher-Kofsky, 67 ff.
  • Schimmel 338
  • «Différences entre Bektachisme et de l'orthodoxie islamique"
  • Ère des extrêmes, 1992

Références

  • Badenas, Robert. Christ, la fin de la Loi, dans Romains 10,4 Pauline Perspective 1985 ISBN 0-905774-93-0 soutient que telos est correctement traduit comme objectif, et non pas la fin, afin que le Christ est le but de la loi, fin de la loi serait antinomianism

Bar-Asher, Me'ir Mikha'el et Kofsky, Aryeh. Le Nuṣayrī-ʿ Alawī Religion: une enquête sur sa théologie et de liturgie. Leiden: Brill NV Koninklijke, 2002. ISBN 90-04-12552-3.

  • J. H. Blunt dict. De Doct. Et Hist. Theol. (1872)
  • Chittick, William C. Le soufi Path of Knowledge: Ibn Al-Arabi's Metaphysics of *Imagination. Albany: State University of New York Press, 1989. ISBN 0-88706-885-5.
  • Clarence-Smith, WG islam et l'abolition de l'esclavage. London: C. Hurst & Co. (Publishers) Ltd, 2006. ISBN 1-85065-708-4.
  • Daftary, Farhad; éd. Médiévale Isma ʿ ili histoire et la pensée. Cambridge: Cambridge University Press, 1996. ISBN 0-521-45140-X.
  • Dunn, James D.G. Jésus, Paul et de la loi 1990 ISBN 0-664-25095-5
  • Encyclopédie de l'Orient. "Isma'ilism". Récupérée 10 octobre 2006.
  • Freedman, David Noel. (1998). Anchor Bible Dictionary, Antinomianism, ISBN 0385193513
  • J. C. L. Gieseler, ch. Hist. (New York, éd. 1868, vol. Iv.)
  • G. Kawerau, dans A. Hauck 's Realencyklopadie (1896)
  • Pratt, Douglas. The Challenge of Islam: Encounters in Interfaith Dialogue. Aldershot, *Hampshire: Ashgate Publishing Limited, 2005. ISBN 0-7546-5122-3.
  • Riess, in I. Goschler's Dict. Encyclop. de la théol. cath. (1858)
  • Schimmel, Annemarie. Mystical Dimensions of Islam. ISBN 0-8078-1271-4.
  • Weir, Anthony. "Differences Between Bektashism and Islamic Orthodoxy" in The Bektashi Order of Dervishes. Retrieved 10 October 2006.
  • Peter Linebaugh and Marcus Rediker. The Many-Headed Hydra. Beacon Press, Boston, 2000.

Cet article incorpore des textes de l'Encyclopædia Britannica Eleventh Edition, une publication maintenant dans le domaine public.

Voir aussi

Gnose Judaïsme Mysticisme Inquisition

Libre Esprit, Hérésie et Frères du...)

Page anglaise: «http://en.wikipedia.org/wiki/The_Mirror_of_Simple_Souls"

  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances
Ce document provient de « Antinomisme ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antimonisme de Wikipédia en français (auteurs)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”