Anthologie palatine

Anthologie grecque

Spécimen du British Museum de l’édition classique de l’Anthologie grecque en 5 tomes de van Bosch et van Lennep (commencée en 1795 par Bosch, menée à terme et publiée en 1822 par Lennep). Abondamment illustrée, elle comporte la traduction en vers latins par Grotius de l'édition de Planudes de l’Anthologie. Elle reprend aussi le texte grec très fautif de l’édition Wechel (1600), qui n'est lui-même qu'une reprise de l'édition planudéenne de 1566 due à Henri Estienne.

L’Anthologie grecque (aussi appelée Anthologia Græca ou parfois Anthologie Palatine) est un recueil de poèmes, essentiellement des épigrammes, qui couvre les périodes classique et byzantine de la littérature grecque.

S’il est vrai que l’on a retrouvé en Égypte des papyrus contenant des fragments de recueils de poésie, la plus vieille anthologie grecque connue fut compilée par Méléagre de Gadara sous le titre Anthologia, c'est-à-dire « guirlande de fleurs ». Elle contenait, outre les poèmes du compilateur lui-même, les pièces de quarante-six autres auteurs, dont Archiloque, Alcée de Mytilène, Anacréon, et Simonide de Céos. Dans sa préface au recueil, Méléagre compare avec beaucoup de finesse l'ordre des poèmes aux fleurs d'une guirlande liées par leurs tiges, une image qui a fait passer à la postérité le mot « Anthologie » comme synonyme de recueil de pièces littéraires destiné aux générations futures.

L’Anthologie de Méléagre eut un tel succès qu'on l'augmenta de nouveaux poèmes dès l'Antiquité. Les préfaces aux éditions de Philippe de Thessalonique et d’Agathias, qui nous sont parvenues avec l’Anthologie grecque, témoignent qu'ils lui ont adjoint des poèmes postérieurs. L’édition définitive est celle de Constantin Céphalas qui, au Xe siècle, y a adjoint d'autres recueils : des vers homoérotiques rassemblés par Straton de Sardes au IIe siècle ; un recueil d’épigrammes chrétiennes trouvé dans des églises ; un recueil d’épigrammes satiriques et de banquets dues à la plume de Diogenianus ; la description par Christodore des statues du gymnase byzantin de Zeuxippe ; et un recueil d’inscriptions recopiées dans un temple à Cyzique.

L’érudit Maximus Planudes réalisa lui-même une édition de l’Anthologie grecque qui, outre l'ajout de quelques pièces, élimine ou bowdlérise plusieurs poèmes qui ne lui ont pas paru authentiques. Cette version fut la seule connue de l'Occident chrétien[1] jusqu’à ce qu’en 1606 Claude Saumaise découvre à Heidelberg un recueil plus complet fondé sur l'édition antérieure de Céphalas. La copie qu'en fit Saumaise ne devait pourtant pas paraître avant 1776, lorsque Richard François Philippe Brunck l'annexa à ses Analecta. La première édition critique est due à F. Jacobs (13 vol. 1794-1803; revue en 1813-17).

Avec sa diffusion à toute l’Europe, l’Anthologie grecque a laissé une empreinte profonde sur ses lecteurs. Un critique du Times Literary Supplement, commentant en 1971 la traduction partielle de Robin Skelton de l’Anthologie, a pu écrire : « Le temps est suspendu s’il n'est plus possible d’y découvrir un chef d’œuvre qu’on n’avait pas encore lu ». On peut déceler l'influence de ce recueil sur des auteurs aussi différents que Properce, Ezra Pound ou Edgar Lee Masters. Avec la publication de traduction non-censurées au XXe siècle, son influence s'est encore accrue.

Sommaire

Notes et références

  1. la version autographe, datée de 1301, est parvenue jusqu'à nous ; la première édition imprimée fondée sur le texte de Planude date de 1494

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Robert Brasillach, Anthologie de la poésie grecque, éd. Stock, 1950 (réimpr. rééd. 1995, Le Livre de Poche) (ISBN 2-25301-517-2) .
  • Marguerite Yourcenar, La Couronne et la Lyre, éd. Gallimard, 1979 (réimpr. 1984), 502 p. (ISBN 2-07032-256-4) .
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la poésie Portail de la poésie
Ce document provient de « Anthologie grecque ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Anthologie palatine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ANTHOLOGIE GRECQUE — ou ANTHOLOGIE PALATINE Le genre de l’épigramme connut une grande faveur dans la Grèce antique. Le terme fut d’abord réservé aux inscriptions gravées sur un monument (épitaphe, dédicace d’un ex voto, légende explicative d’une œuvre d’art), puis il …   Encyclopédie Universelle

  • Anthologie De Planude — L Anthologie de Planude est une compilation byzantine du XIIIe siècle rassemblant quelques 2400 épigrammes, et due à Maxime Planude. Elle est préservée dans un manuscrit autographe conservé à Venise (Marc. gr. 481, de 1299), et deux… …   Wikipédia en Français

  • Anthologie de planude — L Anthologie de Planude est une compilation byzantine du XIIIe siècle rassemblant quelques 2400 épigrammes, et due à Maxime Planude. Elle est préservée dans un manuscrit autographe conservé à Venise (Marc. gr. 481, de 1299), et deux… …   Wikipédia en Français

  • anthologie — [ ɑ̃tɔlɔʒi ] n. f. • 1574; gr. anthologia ♦ Recueil de morceaux choisis en prose ou en vers. Morceau d anthologie : page brillante digne de figurer dans une anthologie. ⇒ chrestomathie, florilège. Par ext. Une anthologie du cinéma. ● anthologie… …   Encyclopédie Universelle

  • Anthologie grecque — Spécimen du British Museum de l’édition classique de l’Anthologie grecque en 5 tomes de van Bosch et van Lennep (commencée en 1795 par Bosch, menée à terme et publiée en 1822 par Lennep). Abondamment illustrée, elle comporte la traduction en vers …   Wikipédia en Français

  • Anthologie de Planude — Anthologia Planudea, deuxième page L Anthologie de Planude est une compilation byzantine du XIIIe siècle rassemblant quelque 2400 épigrammes, et due à Maxime Planude. Elle est préservée dans un manuscrit autographe conservé à Venise (Marc.… …   Wikipédia en Français

  • Anytè — Naissance IIIe siècle Tégée, Grèce Langue d écriture dorien (grec ancien) Genres épigramme Anytè (grec ancien Ἀνύτη) est une poétesse grecque du IIIe siècle avant Jésus Christ, née à Tégée en Grèce. Sa vie n est pas autrement connue …   Wikipédia en Français

  • Léon le Philosophe — (Λέων ό Φιλόσοφος) ou Léon le Mathématicien (Λέων ό Μαθηματικός) est un savant, philosophe et religieux byzantin né entre 790 et 800 et mort après 869, sans doute à Constantinople. Il fut métropolite de Thessalonique de 840 à 843. Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • Paul le Silentiaire — Paul le Silentiaire, en latin Paulus Silentiarius, né pendant la première moitié du VIe siècle à Constantinople où il est mort aux environs de 575 580, était un chambellan, un officier silentiaire (chargé de faire respecter l ordre et le… …   Wikipédia en Français

  • BYZANCE — La délimitation dans le temps de l’Empire byzantin a toujours été flottante. Non pour la date de sa fin: l’Empire est mort avec son dernier souverain, Constantin XI, au matin de la chute de Constantinople, le 29 mai 1453, sur la brèche de la… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”