Massacre de Domenikon

Le Massacre de Domenikon désigne la destruction du village de Domenikon, dans la région de Thessalie en Grèce, effectuée par l'armée italienne dans la nuit du 16 au 17 février 1943, ainsi que le massacre de sa population masculine de quatorze à quatre-vingts ans : soit 150 victimes.

Sommaire

Contexte historique

La Grèce envahie

À la fin de 1940, l'armée de l'Allemagne nazie occupent la majeure partie de l'Europe occidentale. Le dictateur italien Mussolini - Jaloux des victoires de son allié - souhaite prouver qu'il peut mener l'Italie à des conquêtes militaires similaires. Considérant l'Europe du Sud-est comme faisant partie de la sphère d'influence italienne, il décide en conséquences d'envahir la Grèce, considérée alors comme un adversaire facile[1].

Article détaillé : Guerre italo-grecque.

La Grèce occupée

À la fin de l'invasion, alors que l'armée italienne occupe la majeure partie de la Grèce, les relations entre la population grecque et l'occupant italien sont peu conflictuelles. Cela entretient notamment l'image donnée du « gentil Italien » et d'un peuple pacifique détestant la guerre. Mais rapidement l'armée italienne réquisitionne de plus en plus de ressources notamment en Thessalie - le « grenier à blé de la Grèce » - ce qui provoque une famine. La population subit une famine meurtrière et on compte ainsi durant l'hiver 1941-1942 plus de 40 000 morts, surtout à Athènes. En plus de ces réquisitions, la Grèce est en outre contrainte de payer les frais d'occupation.

Cette situation insoutenable provoque alors une rapide dégradation des relations entre la population et l'armée d'occupation. Ce qui provoque notamment la création de mouvements de résistance qui se rattachent à deux groupes : les nationalistes et les communistes. Ces groupes attaquent de nombreux convois italiens. Face à cette situation, les autorités d'occupation italiennes prennent des mesures répressives : dans ce sens, le général Cesare Benelli, le commandant en chef des armées d'occupation italienne basé à Larissa, non-loin de Domenikon, rédige une circulaire ordonnant qu'après chaque attaque de convoi, les populations voisines du lieu ou s'est produite l'embuscade en seront tenue pour responsables, et seront en conséquences toutes exécutés et leurs villages, détruits. En Yougoslavie son homologue donne une circulaire similaire.

Le massacre

L'embuscade

Le matin du 16 février 1943 des résistants, disposés en deux groupes sur deux collines environnantes de la route, attaquent un convoi militaire italien à 1 km de Domenikon, et tuent neuf soldats italiens.

La destruction du village

Quelques heures après, le général Benelli est informé de l'attaque et ordonne donc la destruction de Domenikon en représailles. L'aviation bombarde alors le village,[2] puis dans la soirée, un régiment de l'armée (constitué de jeunes de dix-huit à vingt ans) arrive au village et l'encerclant. Puis ils rassemblent toute la population sur la place centrale. Les soldats placent des charges incendiaires dans toutes les maisons, granges et écuries du village et les font exploser, réduisant le village en cendres[3].

La séparation de la population

La population du village est ensuite amenée sur le lieu où s'est déroulée l'embuscade. Les soldats séparent les enfants de moins de quatorze ans, les femmes et les vieillards de plus de quatre-vingts ans du reste des hommes du village. Chaque catégorie est mise d'un côté de la route. Puis, sous prétexte d'emmener les hommes à Larissa afin des les interroger, les militaires italiens emmènent les 150 hommes qui seront en fait tous abattus par les soldats avant de les placer dans des fosses communes.

Dans la nuit et le lendemain, les italiens tuent dans les rues et les champs environnants de Domenikon, des bergers et des paysans qui s'étaient cachés[3]. Le bilan du massacre est de 150 morts.

Conséquences

Après le massacre

Le massacre de Domenikon est le premier massacre de civils en Grèce. Il a donc servi de « modèle » pour les autres massacres de civils qui ont rapidement suivi durant le reste de l'occupation italienne dans ce pays, jusqu'au retrait de l'armée italienne durant l'été 1943. Le massacre est surnommé par les italiens « le petit Marzabotto ». Le second massacre de civils a lieu trente jours plus tard dans le village de Tsaritsani où soixante personnes sont abattues, suivi de massacres dans d'autres secteurs de la Thessalie et en Grèce interne, comme à Domokos, Pharsale ou encore Oxine[3]. On dénombre en tout plusieurs milliers de civils massacrés dans toute la Grèce et près de 400 villages détruits partiellement ou totalement[4].

Un officier italien qui a protesté contre ce massacre fut poursuivi par l'armée, puis envoyé dans un camp d'internement. L'ambassade allemande de Macédoine proteste elle-même contre ce génocide.

Les 1500 criminels de guerre italiens - dont les coupables du massacre - n'ont jamais été jugés, ceci dans l'intention que l'Italie puisse conserver après la Seconde Guerre mondiale, une bonne position internationale ; il n'y a donc pas eu de « Nuremberg italien ». L'Italie n'a jamais demandé de procès pour crime de guerre à l'encontre des criminels nazis - un tel procès aurait permis à la Grèce et à la Yougoslavie d'obtenir un jugement en bonne et due forme à l'encontre des criminels italiens. La plupart des responsables du massacre ont en fait été tués lors de l'occupation allemande de la Grèce en 1943 et dans l'ensemble, la majorité des criminels de guerre italiens qui on survécu ont continué à travailler pour le gouvernement italien. Le secret des crimes de guerre italiens a été encouragé par le Royaume-Uni et les États-Unis[4].

La mémoire

Cette page de la Seconde guerre mondiale a été oubliée pendant de nombreuses années, selon l'historienne Lidia Santarelli, les massacres italiens en Grèce sont « un trou noir dans l'histoire ». Elle fut remise à jour par le documentaire de Giovanni Donfrancesco La guerra sporca di Mussolini (La sale guerre de Mussolini) diffusé à partir du 14 Mars 2008 sur History Channel. Ce documentaire n'a jamais été diffusé en Italie du fait du manque d'intérêt à propos du projet par le radiodiffuseur italien RAI[3].

Le village de Domenikon a été reconnu village martyr en 1998. L'Italie, quant à elle, a présenté ses excuses à la Grèce pour le massacre le 16 février 2009, par l'intermédiaire de son ambassadeur à Athènes[5].

Notes et références

Sources

filmographie

  • Lidia Santarelli, Kostis kometis et Giovanni Donfrancesco, La Sale Guerre de Mussolini, documentaire TV européen produit par GA&A, 2007, diffusé sur la chaîne Histoire en France.

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Massacre de Domenikon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Massacre de Domenicon — Massacre de Domenikon Le Massacre de Domenikon désigne la destruction du village de Domenikon, dans la région de Thessalie, en Grèce, effectuée par l armée italienne dans la nuit du 16 au 17 février 1943 ainsi que le massacre de sa population… …   Wikipédia en Français

  • Domenikon Massacre — The Domenikon Massacre was a violent reprisal by the Italian Royal Army on February 16 17, 1943 during Italy s occupation of Greece following the Greco Italian War, in which about 150 civilians were killed. The incident represents one of the… …   Wikipedia

  • Massacre of the Acqui Division — Kefalonia. The Massacre of the Acqui Division (Italian: il massacro della divisione Acqui; Greek: Η Σφαγή της Μεραρχίας Άκουι, Hi Sfagi tis Merarchias Akoui), also known as the Cephalonia Massacre (Italian: Eccidio di Cefalonia, Germa …   Wikipedia

  • Massacre of Kalavryta — German soldiers of the 117th Jäger Division in the burning town of Kalavryta …   Wikipedia

  • Massacre of Kondomari — Murdered Greek civilians at Kondomari. The Massacre of Kondomari (Greek: Σφαγή στο Κοντομαρί) refers to the execution of male civilians from the village of Kondomari in Crete by an ad hoc firing squad consisting of Germa …   Wikipedia

  • Distomo massacre — German troops in front of buildings set ablaze in Distomo, during the massacre. The Distomo massacre (Greek: Η σφαγή τού Διστόμου; German: Massaker von Distomo or Distomo Massaker) was a Nazi war crime perpetrated by members of the W …   Wikipedia

  • Mesovouno massacre — The Mesovouno massacre (Greek: Η σφαγή του Μεσόβουνου) refers to two massacres perpetrated by members of the Wehrmacht in the village of Mesovouno in Ptolemaida, Greece, during the Axis occupation of Greece, carried out on 23 October 1941 and 22… …   Wikipedia

  • Drakeia massacre — The Drakeia massacre (Greek: Η σφαγή της Δρακειάς) refers to the mass execution of 118 men by SS soldiers in the village of Drakeia, located on Mount Pelion, in Thessaly. Out of the 350 houses, 58 were destroyed. It was part of the multiple Nazi… …   Wikipedia

  • Liste de massacres — Liste de massacres, c’est à dire d actions impliquant le meurtre d un nombre relativement important de personnes, voire de fractions non négligeables de populations. La liste exclut les attentats. Pour ces derniers, voir Liste d attentats… …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Massacres — Liste de massacres Liste de massacres, c’est à dire de meurtres de fractions non négligeables de population. La liste exclut les attentats. Pour ces derniers, voir Liste d attentats meurtriers. Note : dans cet article, aucun critère précis n …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”