Anthelme Richerand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richerand.

Anthelme, baron Richerand, né le 4 février 1779 à Belley, mort le 23 janvier 1840 à Paris, est un chirurgien et physiologiste français, membre de l’Académie de Médecine.

Anthelme Richerand.jpg

Biographie

Le père d’Anthelme-Balthasar Richerand était notaire et il avait lui-même succédé à quatre générations de notaires : il mourut prématurément alors que le jeune Anthelme était encore au berceau ; après quelques années de veuvage, sa mère se remaria.

Après des études au collège de Belley, où il fut le condisciple de Joseph Récamier, il gagna Paris pour entrer à l’École de Santé de Paris, créée depuis 1794 par la Convention nationale ; il se distingua bientôt parmi les nouveaux élèves par son talent de rédacteur et l’à-propos de ses remarques ; il rédigea d’ailleurs un opuscule intitulé Analyses raisonnées des leçons de ses maîtres.

Pour subvenir à ses besoins, il se fit professeur d’anatomie et de physiologie et il put, de la sorte, se passer de l’aide de sa famille ; il soutint sa thèse de doctorat en médecine, le 2 août 1799.

Ayant échappé à son incorporation grâce à l’appui d’amis influents, il publia en l’an IX, à 22 ans, Les Nouveaux Éléments de physiologie, ouvrage qui eut dix éditions et fut traduit en plusieurs langues. Les élèves de Bichat, récemment décédé, critiquèrent sévèrement le traité de Richerand, simplement parce que ce dernier avait injustement mis en cause le Traité des Membranes de Bichat[1]. Cet ouvrage eut un énorme succès auprès des étudiants et des praticiens[2].

Le 28 frimaire de l’an IX, Richerand était nommé chirurgien adjoint de l’hospice du nord (aujourd’hui hôpital Saint-Louis), puis, l’année suivante, chirurgien de seconde classe.

Entre 1805 et 1806, il fit paraître la première édition de sa Nosographie Chirurgicale : dans cet ouvrage, il luttait avec violence pour établir la prépondérance de la chirurgie sur la médecine.

Le 24 juillet 1806, il est nommé chirurgien major de la Garde de Paris, puis, par décret impérial, en 1807, titulaire de la chaire de pathologie chirurgicale. Plus préoccupé, à cette époque de sa vie, de sa carrière professionnelle que des événements politiques, il se lia néanmoins d’amitié avec Cabanis[3] et fréquenta avec lui la Société d'Auteuil.

A la chute de l’Empire, l’hôpital Saint-Louis fut converti en une vaste ambulance et Richerand soigna, avec énormément de dévouement les blessés français et étrangers décimés par une épidémie de typhus ; il en fut récompensé par des Lettres de Noblesse, le 16 février 1815, sous le règne de Louis XVIII ; il avait été fait Chevalier de la Légion d’Honneur, en août 1814.

Entre 1815 et 1820, Richerand publia un certain nombre de travaux[4] qui contribuèrent à sa réputation, de sorte qu’en 1820, il fut désigné comme membre titulaire de l’Académie nationale de médecine, dans la section chirurgie.

En 1825, il prit l’initiative d’une « Histoire des progrès récents de la Chirurgie », dans laquelle il eut le tort de livrer des attaques contre de nombreux chirurgiens français et spécialement contre Guillaume Dupuytren, qui occupait alors une place prééminente ; la lutte se poursuivit à l’Académie et même à la Faculté de Médecine jusqu’à l’invective, ce qui choqua la communauté médicale ; à cela, s’ajouta, sa prise de position enthousiaste en faveur de l’Angleterre et de ses savants[5], ce qui acheva de le déconsidérer aux yeux de ses confrères, mais également de l’opinion publique.

Chirurgien consultant des rois Louis XVIII puis Charles X, avec Alexis Boyer, il est fait Baron par ordonnance royale du 29 octobre 1829; il se détourna de l’exercice de sa profession pour se cantonner dans des études littéraires : il vivait la plus grande partie de l’année à sa campagne de Villecresnes et y recevait quelques membres de l’Académie française.

À sa mort, ses obsèques eurent lieu à Saint-Sulpice et il fut inhumé à Villecresnes ; selon son désir, aucun discours ne fut prononcé.

Marié, il eut deux fils : l’aîné, le baron Vladimir Richerand, le second, Magloire fut maire de Villecresnes entre 1871 et 1912.

Réveillé-Parise (1782-1852) qui l’a bien connu en tant que membre de l’Académie de Médecine a un jugement sans nuance[6] : « Doué pour arriver à la célébrité, il a été arrêté de bonne heure par la jalousie vis a vis des chirurgiens occupant le premier rang de la scène scientifique : il n’a recueilli que la mélancolie, le pessimisme et le découragement auxquels on peut attribuer les sentiments peu honorables qu’il a professé sur son pays ; s’il fut un opérateur habile, il ne put jamais atteindre à la grande notoriété chirurgicale ».

Reconnaissons lui au moins une grande habileté comme écrivain et finalement d’avoir été plus un vulgarisateur qu’un novateur.

Une avenue de Paris, dans le quartier de l’Hôpital Saint-Louis, porte son nom depuis 1851[7].

Notes et références

  1. « ... je rejette ce livre avec dépit parmi les ouvrages qui ne font que grossir le volume de la science, sans en augmenter le trésor ; … j’ai cru devoir à la vérité de publier que cet ouvrage ne contient d’idées nouvelles que pour ceux qui les ignorent
  2.  » « Nos années scolaires sont été comme embellies et charmées par la lecture de cet ouvrage ; c’était pour nous comme une séduisante introduction à l’étude austère de la Médecine.. Dans quelle ville de province, dans quelle École Secondaire, si éloignée qu’elle fut de Paris, le nom de Richerand n’est-il pas connu ou évoqué… » Frédéric Dubois (dit d’Amiens)
  3. (dont il préfaça un ouvrage) Du Degré de certitude de la médecine, par P.-J.-G. Cabanis,... précédée de l'éloge de M. Cabanis, par M. le chevalier Richerand,... Paris : Caille et Ravier, 1819
  4. De l’enseignement actuel de la Médecine et de la Chirurgie, Des erreurs populaires relatives à la Médecine,
  5. " la part que les chirurgiens anglais peuvent revendiquer est la plus considérable ; ce sera sous le nom de chirurgie anglaise que se fera l’histoire de la chirurgie actuelle "
  6. ( Gazette Médicale de Paris 1841)
  7. Décision du 7 mai 1851, voie ouverte en 1836 sous le nom d'avenue de l'Hôpital Saint-Louis.

Bibliographie

  • I. de Fourmestraux, Histoire de la chirurgie française, 1798-1920, Paris, 1934.
  • P. Busquet, Biographies médicales no 2, février 1930.
  • Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878, sous la dir. de Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang.
  • F. Dubois, « Éloge de Richerand », Mémoires de l’Académie de Médecine, 1852

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Anthelme Richerand de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Anthelme Louis Claude Marie, Baron von Richerand — Anthelme Richerand, Lithografie von 1820 Anthelme Louis Claude Marie, Baron von Richerand (auch: Anthelme Balthasar Richerand; * 1779; † 1840) war ein französischer Chirurg und Physiologe. Werke Nouveaux éléments de physiologie (1802) Nosographie …   Deutsch Wikipedia

  • Richerand — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Richerand est un patronyme porté notamment par : Guy Creuzet de Richerand, ingénieur militaire français du règne de Louis XIV ; Anthelme… …   Wikipédia en Français

  • Richerand — (spr. Rischerang), Anthelme Louis Claude Marie, Baron von R., geb. 1779 in Belley; wurde 1799 Professor der Medicin in Paris, 1800 adjungirter Oberchirurg am Hospital Saint Louis, bald darauf Chirurgien major der Garde in Paris u. der… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Belley — 45° 45′ 34″ N 5° 41′ 11″ E / 45.759472, 5.686439 …   Wikipédia en Français

  • Joseph Récamier — Joseph, Claude, Anthelme Récamier (1774 1852) est un chirurgien français, Professeur au Collège de France, créateur de la gynécologie médicale et chirurgicale moderne. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Villecresnes — 48° 43′ 17″ N 2° 32′ 03″ E / 48.7213888889, 2.53416666667 …   Wikipédia en Français

  • Philibert Joseph Roux — Pour les articles homonymes, voir Roux (homonymie). Philibert Joseph Roux Philibert Joseph Roux, né à Auxerre le 26 avril  …   Wikipédia en Français

  • Jean-Louis Alibert — Pour les articles homonymes, voir Alibert. Jean, Louis, Marc Alibert (1768 1837) est un médecin français, premier médecin ordinaire des rois Louis XVIII et Charles X, médecin en chef de l’hôpital Saint Louis, professeur à la Faculté de Médecine… …   Wikipédia en Français

  • Marie Philibert Constant Sappey — Pour les articles homonymes, voir Sappey. Marie Philibert Constant Sappey (1810 1896) est un médecin français qui est surtout connu pour ses travaux sur l’ anatomie humaine …   Wikipédia en Français

  • Étienne Pariset — Étienne Pariset, né le 5 août 1770 à Grand et mort en 1847, est un médecin français, connu pour être le fondateur de la Société protectrice des animaux. Médecin à l’hôpital de la Salpêtrière, il était secrétaire perpétuel de l’Académie… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”