Antarès-Technoparc
Antarès - Technoparc Sud
Vue nocturne du circuit des 24 Heures du Mans.
Vue nocturne du circuit des 24 Heures du Mans.
Administration
Pays Drapeau de France France
Région Pays de la Loire
Ville Le Mans
Conseil de quartier Secteur Sud-Est
Histoire
Étapes d’urbanisation XXe siècle
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 08″ N 0° 13′ 21″ E / 47.95211, 0.22260247° 57′ 08″ Nord
       0° 13′ 21″ Est
/ 47.95211, 0.222602
  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Antarès-Technoparc

Le Antarès-Technoparc, aussi simplement nommé Technoparc, est la principale voie d'entrée et de sortie située au sud de la ville du Mans. Ce n'est pas un quartier résidentiel, mais plutôt un quartier d'affaires et d'innovation technologique voué au tertiaire ainsi qu'aux loisirs.

Sommaire

Présentation et composantes principales

Il est difficile de parler de quartier plutôt que de partie de la ville du Mans, bien qu'il soit compté comme quartier intégré du secteur Sud-est de la ville. Son histoire est déjà ancienne puisque la première course automobile française y est passée en 1908. Depuis, le quartier est devenu un passage touristique obligatoire grâce aux 24 Heures du Mans. C'est justement cela qui donne son intérêt et sa raison d'être à cet espace.

Le technoparc et les entreprises

Le technoparc des 24 heures existe grâce à ces espaces d'innovation et d'essais technologiques et sportifs que sont les circuits automobiles. Il en va de même pour la présence du musée automobile de la sarthe. Le secteur accueille même un centre de formation au pilotage unique en France: l'Auto Sport Academy; ainsi qu'un pôle formation pour les mécaniciens de compétition automobile, en lien avec l'université du Maine. Le Technoparc accueille également le siège de l'Automobile Club de l'Ouest, qui est également l'organisateur de compétitions automobiles majeurs, dont les 24 heures du Mans. C'est ce même organisme, l'ACO, qui gère la prestigieuse école Le Mans Driver, ouverte depuis 1965 et ayant notamment formé Sébastien Bourdais.

Le Technoparc des 24 Heures est globalement une infrastructure de même type qu'une Zone d'Activités Industrielles mais il appartient au Syndicat Mixte du Circuit des 24 Heures, rattaché au Circuit du Mans[1]. En plus des activités de formation et de recherche, il regroupe quelques sièges d'écuries de course dont les fameux Pescarolo Sport ou Luc Alphand Aventures)[2]. On peut y trouver aussi l'Institut Automobile du Mans, association pour le développement de l'industrie automobile de la région des Pays de la Loire.

Dans un autre domaine, Météo France possède une station régionale basée près de l'aéroport. On peut également trouver le magasin officiel du MSB, l'une des meilleures équipes de PRO A, qui forme à elle-seule une vrai entreprise, vue l'engouement qu'elle suscite.

Loisirs et divertissements

Le quartier possède une des principales salle de représentation de la ville : la salle multimodale Antarès. On y voit des représentations musicales et tous les matchs du club de Basket du Mans : Le Mans Sarthe Basket. Au nord de cette zone, on trouve également Le parc des Expositions du Mans, la salle du Forum et la salle de l'Oasis. On trouve également une zone commerciale de taille moyenne: le Family Village. L'aéroport propose des activités aéronautiques diverses et regroupe des clubs de voltige aérienne tel que les ailes du Maine. Des entreprises installées en marge de l'aéroport proposent de manière saisonnière la visite aérienne de la ville, du circuit ou de la région Mainoise voire de la Touraine. Se déroulent sur le site l'intégralité des épreuves sportives automobiles qu'accueille la ville, à savoir, les 24 heures automobiles, moto, camions, les grands prix de France moto et le Bol d'or sans oublier les Le Mans Classics et les Renault Series. En 2008, Le technoparc a même accueilli pour la première fois en France, une manche du championnat allemand de DTM. Cette intense activité sportive amène au quartier une vie nocturne agitée. Outre des concerts libres et organisés en marge des compétitions automobiles (chaque année, au moins un artiste majeur se produit), le quartier est également le théâtre de rodéos motorisés illégaux allant parfois jusqu'à l'extrême. Ces rodéos se poursuivant jusque dans la ville, la décision fut même prise de détruire l'auto-pont du quartier des Glonnières. Ce dernier servait de tremblait pour des sauts périlleux de motards casse-coup lors des épreuves d'endurance[3]...

Géographie et transports

Géographiquement, le quartier est le dernier espace industriel et commercial avant la sortie de la ville, qui est constitué par la route de Tours, l'ancienne RN 138. Cette zone est également desservie par le périphérique ou boucle sud, qui relie les autoroutes A28 (à l'est) et A11 (à l'ouest) d'un bout à l'autre du Mans. Cette portion permet notamment de se rendre dans les deux Zones industrielles sud, plus à l'ouest, puis à Allonnes. A l'est, on peut facilement atteindre par ce biais les communes d'Arnage ou d'Yvré l'Evêque. On distingue quelques rares quartiers résidentiels, présents par exemple non loin de l'aéroport Le Mans-Arnage. Ce dernier fut bâti au milieu du XXe siècle et servit notamment de base militaire durant la seconde guerre mondiale.

Hunaudières, Mulsanne, circuit Bugatti: Un lieu chargé d'Histoire

Le technoparc et plus généralement le circuit Bugatti est un des lieux phares de la ville, le plus plébiscité par les touristes avec le Vieux-Mans. Il est d'ailleurs devenu culte en étant immortalisé par le film de Lee H. Katzin et avec Steve Mac Queen: Le Mans, datant de 1971. Le lieu sera réutilisé pour le film Michel Vaillant en 2003. La série de bande dessinée du même nom, créée par Jean et Philippe Graton a également enraciné durablement l'image du pôle sportif automobile du Mans dans les mémoires.


Historiquement et dans un autre domaine, le quartier est un des lieux de naissance de l'aéronautique civile avec les tentatives du Flyer de Wilbur Wright, aidé par Amédée et Léon Bollée, sur la piste des Hunaudières de Juin à Août 1908. Le site retient également la lourde blessure du drame des 11 et 12 juin des 24 heures 1955. Ce terrible accident tua non seulement le pilote de la Mercedes-Benz 300 SLR, mais il tua instantanément 80 spectateurs massés sur les côtés de la piste. Trois autres personnes furent fauchées par un autre pilote, Macklin, devant les stands. L'ampleur de drame provoqua dans l'opinion publique un grand rejet pour le sport automobile en France comme dans toute l'Europe. Mais ce rejet ne durera qu'un temps, tant l'époque a besoin de divertissement. Cependant, plusieurs gouvernements allèrent même jusqu'à interdire les compétitions automobiles sur leur sol. A titre d'exemple, la Suisse conserve encore cette interdiction en vigueur aujourd'hui. C'est dire combien le drame est intemporel dans les mémoires et compose une mythologie mécanique, aujourd'hui encore. Notons cependant que dans la plupart des pays concernés, elle ne dura que quelques mois, comme en France ou en Allemagne, et les compétitions purent reprendre dès l'année suivante. Les normes de sécurité furent dès lors beaucoup plus sévères, dans le but de protéger davantage le public. Il faudra cependant attendre la fin des années 1960 pour que l'opinion public se pose la question de la sécurité des pilotes.

Dans une culture populaire et plus heureuse, la ligne droite des Hunaudières est mondialement connue pour les performances de vitesse qu'elle a permise. C'est notamment cet endroit qui a permis d'améliorer un mythe de la mécanique moderne: la Ford GT 40, qui gagna Le Mans à quatre reprises. En 1967, la voiture pulvérise le record sur ce tracé en atteignant la vitesse de 340 km/h en ligne droite. Pourtant, l'ACO dut couper en deux la ligne droite et y plaça deux chicanes dès l'édition 1990. La cause en est la vitesse affolante que pouvaient atteindre les voitures les plus performantes des années 1980, comme par exemple les 408 km/h atteints par Roger Dorchy en 1988. Le souvenir des épreuves d'autrefois avec des victoires de marques légendaires comme Ferrari, Peugeot ou Jaguar, a amené l'ACO à organiser les Le Mans Classics, compétitions se déroulant sur le technoparc et faisant revivre des monstres sacrés d'autrefois comme les Ford GT 40 ou les Lotus. Le musée automobile conserve également trace des meilleurs automobiles d'endurance du passé.

Pôle d'excellence sportive[4]

Logo du MMArena

Suite à la création dans la zone du MMArena, et avec la présence déjà signalée des circuits automobiles, moto, kart, d'Antarès, du Golf des 24H, ainsi que de l'hippodrome des Hunaudières et de l'anneau cycliste sud, le quartier est appelé à devenir dès Novembre 2010 le pôle d'excellence sportive de la ville. La date d'achèvement a dû être repoussée à cause des problèmes d'achèvements du nouveau stade[5]. Le site présente plusieurs atouts. D'abord, la nouvelle infrastructure sportive-divertissement du MMArena présente un stade de 25 000 places assises pour matchs (rugby-football) et 40 000 pour les spectacles. La Pincenardière, centre de formation du MUC 72, reconnu pour sa qualité d'enseignement se situe également dans la zone d'excellence.

Logo d'Antarès

Antarès n'est pas seulement une salle de représentation. Elle permet d'accueillir des matchs de basket, mais aussi de Volley et surtout de Handball. Plusieurs matchs internationaux s'y sont déjà déroulés. Antarès a également déjà accueilli des championnats nationaux de gymnastique, de patinage et d'escrime. La zone d'activité commerciale du Family Village présente un espace qui comprenait 10 000 m² en 2007, 28 000 en 2009 et qui devrait passer à 48 000 m² à l'automne 2012. Ce projet prend dès lors le nom de Grand Family Village. La fréquentation est déjà de l'ordre de 2 millions de visiteurs par an[6]. En termes d'accessibilité pour les usagers, Le quartier bénéficie du terminus de la ligne T1 du Tramway, ainsi que du centre de maintenance. Ce moyen de transport met le quartier à moins d'une demi-heure du centre-ville et de 20 minutes de la gare nord. La présence de l'aéroport permet une accessibilité optimale pour les grands acteurs sportifs.

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antarès-Technoparc de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Antarès (Le Mans) — Antarès Généralités Adresse 2, avenue Antarès 72100 Le Mans Coordonnées …   Wikipédia en Français

  • Porte D'Antarès — Antarès Technoparc Antarès Technoparc Ville le Mans Canton Le Mans Sud Campagne Fichier:Quartier Antarès.JPG Le Quartier d Antarès Technoparc, est la principale voie d entrée et de sortie située au sud de la ville du Mans. Si …   Wikipédia en Français

  • Porte d'Antares — Antarès Technoparc Antarès Technoparc Ville le Mans Canton Le Mans Sud Campagne Fichier:Quartier Antarès.JPG Le Quartier d Antarès Technoparc, est la principale voie d entrée et de sortie située au sud de la ville du Mans. Si …   Wikipédia en Français

  • Porte d'Antarès — Antarès Technoparc Antarès Technoparc Ville le Mans Canton Le Mans Sud Campagne Fichier:Quartier Antarès.JPG Le Quartier d Antarès Technoparc, est la principale voie d entrée et de sortie située au sud de la ville du Mans. Si …   Wikipédia en Français

  • Le Mans — Pour les articles homonymes, voir Le Mans (homonymie) et Mans. 48° 01′ 12″ N 0° 11′ 56″ E …   Wikipédia en Français

  • Grande Couronne Mancelle — Le Mans Pour les articles homonymes, voir Le Mans (homonymie). Le Mans …   Wikipédia en Français

  • Grande couronne Mancelle — Le Mans Pour les articles homonymes, voir Le Mans (homonymie). Le Mans …   Wikipédia en Français

  • Grande couronne mancelle — Le Mans Pour les articles homonymes, voir Le Mans (homonymie). Le Mans …   Wikipédia en Français

  • Saint-Georges-du-Plain — Le Mans Pour les articles homonymes, voir Le Mans (homonymie). Le Mans …   Wikipédia en Français

  • Sainte-Croix (Sarthe) — Le Mans Pour les articles homonymes, voir Le Mans (homonymie). Le Mans …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”