Maquis (resistance)

Maquis (résistance)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maquis.
Membres du Maquis à La Tresorerie

Les maquis sont des groupes de résistants français à l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, cachés dans des régions peu peuplées, forêts ou montagnes. Le nom fait référence à une forme de végétation méditerranéenne (notamment corse), une forêt touffue, et plus encore, à l'expression « prendre le maquis », d'origine corse, signifiant se réfugier dans la forêt pour se soustraire aux autorités ou à une vendetta. Ceux qui prennaient le maquis étaient nommés les maquisards, mot devenu synonyme de « résistants ».

La plupart des maquisards opérèrent depuis les régions montagneuses de Bretagne et du Sud de la France. Ils recouraient à des techniques de guerilla pour s'attaquer à la Milice et aux troupes d'occupation allemande. Le maquis constituait également une filière d'évasion pour les aviateurs britanniques dont l'avion avait été abattu et pour les juifs. Les maquisards commirent parfois des massacres, en pillant des villages, mais la plupart du temps ils pouvaient compter sur la sympathie et la coopération des populations. Les maquis se créérent, ou du moins crurent grandement, avec les jeunes réfractaires au STO (Service du Travail Obligatoire, envoi de travailleurs en Allemagne), qui voulurent se mettre hors de portée des autorités française, en partant « dans la nature ». Cette forme de clandestinité n'est possible que quand le terrain s'y prête, principalement dans le sud et l'est du pays, et avec la bienveillance des populations locales, fermes isolées ou petits villages. Ils font naturellement partie de la Résistance, et vont être progressivement encadrés, organisés au sein des FFI (Forces Française de l'Intérieur, plutôt liés au Gouvernement provisoire de la République française d'Alger) ou des FTPF (Francs-Tireurs et Partisans Français, communistes), armés par des parachutages alliés.

En effet, dès 1943, les Britanniques envoient des hommes et des munitions dans les maquis par l'intermédiaire du Special Operations Executive (SOE) créé en 1940 par Winston Churchill. Les Américains, grâce à l'Office of Strategic Services (OSS), enverront eux aussi leurs agents en France, en collaboration avec le SOE.

Plaque à la mémoire de trois maquisards fusillés le 27 août 1944 à Ligueil

À l'approche du débarquement de Normandie le 6 juin 1944, et surtout après celui de Provence le 15 août, les maquis, dont les effectifs augmentent grandement pour l'occasion, lancent des opérations de guérilla pour ralentir les mouvements de l'armée allemande. En mars 1944, l'armée allemande prenant conscience de ce phénomène, une campagne de terreur commence, incluant des représailles dans les zones où la résistance était la plus active [1].

Durant le Débarquement de Normandie, le maquis et d'autres groupes de résistants jouèrent un rôle non-négligeable, en retardant l'arrivée des renforts allemands. Au fur et à mesure de la progression alliée, les groupes de maquisards combattirent très violemment les troupes allemandes. Par exemple, le groupe de 7000 maquisards de Nancy Wake affronta 22000 Allemands le 20 juin 1944. Certaines cellules ne faisaient pas de prisonniers, et bien souvent les Allemands préféraient être capturés par les Alliés que par le maquis[réf. nécessaire]. De l'autre côté, les maquisards capturés étaient fusillés ou torturés et déportés en camps de concentration, dont très peu revinrent.

Les cellules maquisardes prenaient le nom de l'endroit depuis lequel elles opéraient (ex : le Vercors), d’un évènement historique (ex : Valmy ou Bir-Hakeim, avec différentes orthographes) ou d’un personnage historique (Saint-Just ou Charles Martel). La taille de ces cellules pouvaient aller d'une dizaine d'hommes et de femmes à des milliers.

Du point de vue politique, les maquis étaient très variés : des nationalistes de droite aux communistes. Certaines cellules dans le Sud-ouest de la France étaient composés exclusivement de républicains espagnols, vétérans de la Guerre d'Espagne[2]. Il y eut même, en Lozère, un maquis allemand, dirigé par le communiste Otto Kühne.

Un signe distinctif qui permettait de reconnaître les maquisard était le port du béret basque, puisqu'il était assez répandu pour ne pas éveiller de soupçons mais en même temps assez explicite.

Les combats des maquis ne sont qu'une des formes de la Résistance.

Les maquis furent dissous par De Gaulle à la Libération : les FFI furent amalgamés à l’armée française.

Quelques maquis

Références

Voir aussi

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de la Résistance française Portail de la Résistance française
Ce document provient de « Maquis (r%C3%A9sistance) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Maquis (resistance) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Maquis (résistance) — Pour les articles homonymes, voir Maquis. Membres du Maquis à La Trésorerie. Les maquis sont des groupes de résistants françai …   Wikipédia en Français

  • Maquis Du Vercors — Pour les articles homonymes, voir Vercors. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le maquis du Vercors fut une importante base de la Résistance française réfugiée dans le massif du Vercors, véritable forteresse naturelle. Bataille du Vercors …   Wikipédia en Français

  • Maquis du vercors — Pour les articles homonymes, voir Vercors. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le maquis du Vercors fut une importante base de la Résistance française réfugiée dans le massif du Vercors, véritable forteresse naturelle. Bataille du Vercors …   Wikipédia en Français

  • Maquis de l'Ain et du Haut-Jura — Les maquis de l Ain et du Haut Jura sont des groupes de résistants français ayant opéré et s étant cachés dans les montagnes et forêts du Bugey et du Haut Jura. Sommaire 1 Histoire 1.1 Prélude 1.2 Mise en place des camps …   Wikipédia en Français

  • Maquis du Vercors — Pour les articles homonymes, voir Vercors. Bataille du Vercors Drapeau de la République Libre du Vercors (juin juillet 1944) …   Wikipédia en Français

  • Maquis espagnol — Guérilla anti franquiste La guérilla anti franquiste désigne l’opposition armée au franquisme sur le territoire espagnol, pendant la guerre civile en zone nationaliste, et aussi après 1939 dans d’autres régions d’Espagne. Les différents… …   Wikipédia en Français

  • Resistance (series) — This article is about the video game series. For the first game in the series, see Resistance: Fall of Man. Resistance Genres First person shooter (PlayStation 3,PlayStation vita) Third person shooter (PlayStation Portable) Developers Insomniac… …   Wikipedia

  • Maquis noir — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. L expression « maquis noir » est utilisée pour désigner : un maquis composé d anciens soldats de couleur noire, dans le Loir et Cher, à la… …   Wikipédia en Français

  • RESISTANCE DORDOGNE 1944 — Résistance intérieure française Pour les articles homonymes, voir Résistance. La croix de Lorraine, symbole choisi pour les Forces navales frança …   Wikipédia en Français

  • Resistance interieure francaise — Résistance intérieure française Pour les articles homonymes, voir Résistance. La croix de Lorraine, symbole choisi pour les Forces navales frança …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”