Maerl


Maerl

Maërl

Panier rempli de maërl

Le maërl est un substrat et un milieu (ou habitat) biogénique (c'est à dire produit par des espèces vivantes) qui se forme notamment le long des côtes de Bretagne et qui est constitué de débris d'algues marines riches en calcaire (notamment Lithotamnium corrallioides), souvent mélangé avec du sable et des débris coquilliers. Sous une autre forme, du maërl existe aussi en Méditerranée[1].

Les algues qui l'ont produit ont la propriété de cristalliser certains éléments minéraux de l'eau de mer, ce qui explique qu'il soit très riche en calcium et en magnésium, fer et oligoéléments bioassimilables, ce pourquoi il a été exploité jusqu'à localement faire disparaître la ressource.

Sommaire

Utilisations

Le maërl est traditionnellement utilisé dans l'agriculture côtière bretonne car il constitue un très bon amendement pour sa richesse en magnésium, (l'un des micro nutriments les plus demandés par les plantes à croissance rapide) ainsi qu'en fer et en oligo-éléments.

De plus le maërl corrige les pH trop bas et ainsi permet à la plante de mieux absorber les nutriments du sol.

Le maërl est aussi utilisé en traitement de l'eau potable, pour la reminéralisation, la correction du pH et de l'agressivité de l'eau. Cette utilisation représentait en 2006, 50 % du volume total extrait (soit un volume de 24 000 m3 brut).

Devant la hausse des demandes en maërl et la réduction de la ressource, les extractions vont être totalement interdite à partir d’avril 2010 (décision préfectorale).

On utilise également le maërl en aquariophilie, ainsi que pour aménager des allées en remplacement des gravillons.

Écologie et protection de la nature

Les bancs de maërl (vivant ou mort) constituent une biocénose remarquable, comparable - toutes proportions gardées - au corail des zones tropicales ; leur destruction par les extractions (désormais conduites avec des dragues industrielles) menace la biodiversité dans les zones côtières, et cette exploitation sera très probablement interrompue dans les prochaines années, d'autant qu'il existe des substituts pour toutes les applications du maërl.
Sauf en France, elle a déjà été quasiment arrêtée dans les pays européens où il existe du maërl (notamment au Royaume-Uni).

La directive Habitats considère les bancs de maërl comme habitat nécessitant protection et gestion, tandis que les deux espèces formant le maërl (Lithothamnium corallioides et Phymatholithum calcareum) ne doivent théoriquement pas être exploitées.

Localisation

Deux sabliers devant le port de Lézardrieux, sur le Trieux, à mi-marée montante. Le Banco (en vert) manœuvre pour se mettre à quai, contre le courant, et y décharger son maërl. Le Côtes-d'Armor (en arrière-plan, en bleu) remonte vers Pontrieux avec le flot pour y arriver avant la pleine mer

En Bretagne, cinq bancs sont exploités à l’intérieur de zones Natura 2000 (dont 3 représentent 80 % des 500 000 t débarquées annuellement). Le ministère français chargé de l'environnement estime que la « protection de ces habitats suppose que l’on trouve un substitut au maërl, tels que les sédiments calcaires marins ou les coquilles de mollusques marins broyés, comme la crépidule, espèce envahissante »[2].

En Méditerranée, une sorte de maërl, différent du maërl breton, croît (très lentement) sur certains fonds meubles de l’étage circalittoral, à des profondeurs variant selon la turbidité de l'eau (-25 à -80 m).
On en trouve par exemple aux Baléares[3]) ; en France autour des îles d'Hyères et près de Marseille[4],[5],[6] ou en Corse ; ou encore, plus au sud, en Algérie[7],[8],[9].
Ils sont produits par des algues calcaires des familles des Corallinacées et des Peyssonneliacées, souvent dominées par Phymatolithon calcareum, Lithothamnium corallioides, Peyssonnelia rosa-marina, Lithothamnium valens et Peyssonnelia crispata. Lépiflore est notamment constituée du Kallymenia spathulata, Cryptonemia tunaeformis, Dasyopsis penicillata... Ces milieux sont peu productif en termes de biomasse mais constituent une grande partie des sédiments biogéniques du littoral [10],[11] (et jouent donc un rôle en termes de puits de carbone et de tampon du pH de l'eau.

Notes et références

  1. Page du GIS Posidonie consacrée au Maërl méditerranéen
  2. « Plan d’actions stratégique pour les milieux marins » (Ministère français chargé de l'environnement, 2005)
  3. FORNOS J. J., BALLESTEROS E., MASSUTTI C., RODRIGUEZ-PEREA A., 1988. Red algae sediments in the balearic shelf. Rapp. P. V. Reun. Commiss. internation. Explor. sci. Médit., 31 (2) : p. 86.
  4. JACQUOTTE R., 1962. Etude des fonds de maerl de Méditerranée. Rec. Trav. Stat. mar. Endoume, Fr., 28 (41) : 141-235.
  5. BOURCIER M.,1982. Evolution au cours des quinze dernières années, des biocénoses benthiques et de leur faciès dans une baie méditerranéenne soumise à l’action lointaine de deux émissaires urbains. Téthys. Fr., 10 (4) : 303-313.
  6. HUVE H., 1956. Contribution à l’étude des fonds à Lithothamnium ( ?) solutum Foslie (=Lithophyllum solutum (Foslie) Lemoine) de la région de Marseille. Rec. Trav. Stat. mar. Endoume, Fr., 18 : 105-133, 6 pl
  7. DIEUZEIDE R., 1940. Etude d’un fond de pêche d’Algérie. La gravelle de Castiglione. Bull. Trav. publ. Stat. Aquic. Pêche Castiglione, N. S., Alg., 1 : 31-57
  8. LE DANOIS E., 1925. Recherches sur les fonds chalutables des côtes de Tunisie et d’Algérie (Croisière du chalutier "Tauche" en 1924). Mém. off. sci. techn. Pêches marit., Fr., ser. spéc. N°3 : 1-55 + 3 pl. h. t.
  9. FALCONETTI C., 1969. Etude faunistique d’un faciès "La gravelette" ou maërl de Castiglione (Algérie). Téthys, 1 (4) : 1057-1096.
  10. PERES J.M., PICARD J., 1964. Nouveau manuel de bionomie benthique de la Méditerranée. Rec. Trav. Stat. mar. Endoume, Fr., 31 (47) : 5-137.
  11. FORNOS J. J., BALLESTEROS E., MASSUTTI C., RODRIGUEZ-PEREA A., 1988. Red algae sediments in the balearic shelf. Rapp. P. V. Reun. Commiss. internation. Explor. sci. Médit., 31 (2) : p. 86

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Liens externes

Suivi des bancs de maërl

  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
Ce document provient de « Ma%C3%ABrl ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Maerl de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • maërl — maërl …   Dictionnaire des rimes

  • Maerl — in Lanildut. Maerl (or marl) is a collective name for Coralline red algae with a certain growth habit.[1] It accumulates as unattached particles and forms extensive beds in suitable sublittoral sites …   Wikipedia

  • maerl — [ maɛrl ] ou merl [ mɛrl ] n. m. • 1874, 1860; mot bret. (merl, maerl), de l a. fr. marle, var. de marne ♦ Géol. Sédiment organique constitué surtout de débris d algues calcifiées, qui sert d amendement. ⊗ HOM. Merle. ● maërl ou merl nom masculin …   Encyclopédie Universelle

  • Maërl — Panier rempli de maërl Le maërl est un substrat et un milieu (ou habitat) biogénique (c est à dire produit par des espèces vivantes) qui se forme notamment le long des côtes de Bretagne et qui est constitué de débris d algues marines riches en… …   Wikipédia en Français

  • maerl — ˈmer(ə)l, mäˈer noun ( s) Etymology: French maërl, maërle, from Breton merl, maërl marl, maerl, from Middle French marle marl more at marl : lime producing red seaweeds principally of the genus Lithothamnion used especially in France to reduce… …   Useful english dictionary

  • maerl — noun a) Two or three species of calcareous algae in the Corallinaceae family, that grow on the seabed. b) A fertilizer derived from this algae …   Wiktionary

  • merl — maerl [ maɛrl ] ou merl [ mɛrl ] n. m. • 1874, 1860; mot bret. (merl, maerl), de l a. fr. marle, var. de marne ♦ Géol. Sédiment organique constitué surtout de débris d algues calcifiées, qui sert d amendement. ⊗ HOM. Merle. ● maërl ou merl nom… …   Encyclopédie Universelle

  • Rade de Brest — Carte de la rade de Brest. Géographie humaine Pays côtier(s) …   Wikipédia en Français

  • Locquénolé — 48° 37′ 31″ N 3° 51′ 34″ W / 48.6253, 3.8594 …   Wikipédia en Français

  • Rade De Brest — Superficie 180 km² Type Rade Localisation mer d Iroise, océan Atlantique Pays côtier(s) …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.