Angèla Mérici

Angèle Mérici

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Angèle.
Statue d'Angèle Merici à Desenzano

Sainte Angèle Mérici, née à Desenzano (Italie) c.1470 et décédée à Brescia (Italie) le 27 janvier 1540, est une religieuse italienne, fondatrice de la Compagnie de Sainte Ursule (Religieuses Ursulines), la première congrégation religieuse féminine entièrement donnée à l'éducation des jeunes filles. Elle est canonisée en 1807. Sa mémoire liturgique se célèbre le 27 janvier.

Biographie

Angèle, avec ses frères et sœurs, grandit, heureuse au sein d’une famille chrétienne. Le soir, le père, Jean Mérici, lit à ses enfants un épisode de la vie des Saints. Ce qui marque très fort la petite Angèle. Les parents habitent une ferme, « Les Grezze », et vivent modestement mais décemment.

Angèle est une enfant gaie. Elle aime prier et s’attache à Jésus, son « unique trésor ». Hélas, la première partie de sa vie, heureuse, est de courte durée. En quelques mois, l’adolescente perd ses parents et l’une de ses sœurs. Après ces deuils, vers l’âge de 16 ans, son oncle et sa tante, les Biancosi, la prennent chez eux à Salò, ainsi que l’un de ses frères. Pour Angèle, c’est un changement de vie. Elle connaît désormais une vie citadine plus aisée : les gens de la bourgeoisie passent beaucoup de temps à se parer et à faire la fête. Angèle, pleine de vie, et aussi décrite comme jolie et possédant un belle chevelure blonde qui ne manque pas d’attirer les réflexions de ses amis  : « Avec ces cheveux là, elle n’aura pas de mal à se trouver un mari ! » Ce que son oncle et sa tante lui souhaitaient.

Mais Angèle a déjà entendu l’appel de Dieu. Elle retourne, pour un temps, à la ferme familiale des Grezze. C’est là qu'elle reçoit sa vocation. Angèle voit une échelle élevée vers le ciel et des jeunes filles qui montent et descendent. Dieu lui révèle qu’elle fondera un jour une nouvelle famille religieuse qui rassemblera des femmes pour accomplir une mission dans l’Église.

A 18 ans, afin de pouvoir se consacrer au Seigneur librement et d’être admise régulièrement à la table eucharistique (fait rare à cette époque), elle demande à entrer dans le Tiers-Ordre de Saint-François d’Assise, et devient Sœur Angèle. Elle jeûne et mène désormais la vie au service des autres.

En 1516, ses supérieurs franciscains l’envoient à Brescia pour une mission de consolation : Catarina Patengola a perdu son mari et ses fils à la guerre, et perd goût à la vie. Angèle reste deux ans chez Catarina, puis, celle-ci rétablie, quitte la maison mais décide de rester à Brescia. Elle accepte l’hospitalité d’un certain Antonio Romano chez qui elle habitera pendant 14 ans. La réputation d’Angèle grandit : elle accompagne, console, apaise les colères, réconcilie, conseille même des théologiens qui viennent l’interroger… Tous, trouvent auprès d’elle un accueil chaleureux, humain et plein de charité.

Angèle entreprend plusieurs pélerinages. En 1524, elle part à Jérusalem avec un groupe de pèlerins. Pendant la traversée, elle est atteinte d’une infection aux yeux. En Terre Sainte, on doit la guider. Pour Angèle, et pour ses filles après elle, la Passion et la Résurrection du Seigneur, seront au cœur de leur spiritualité. Pendant le retour, en Crète, Angèle guérit.

Elle fait ensuite d’autres pèlerinages : ne pouvant plus aller à Jérusalem, elle va deux fois à Varallo, un lieu où l’on construit des petites chapelles dans la montagne. Des scènes de la vie du Christ y sont représentées, pour les Chrétiens dans l’impossibilité de se rendre en Palestine.

En 1525, elle part à Rome à l’occasion de l’Année Sainte. Elle rencontre un prélat dont elle a fait la connaissance en Terre Sainte. Celui-ci lui propose une audience avec le Pape, Clément VII. Fille de l’Église, Angèle accepte. Le Saint-Père lui demande de rester à Rome. Mais elle s’excuse : c’est à Brescia que Dieu l’attend. Clément VII comprend et la laisse partir.

De retour à Brescia, Angèle continue sa vie de prière. Le duc de Milan François Sforza, lui demandera d’être sa mère spirituelle.

En 1529, la guerre oblige beaucoup de monde à fuir. Angèle part à Crémone. Là, elle ne cesse de recevoir pauvres et riches, nobles et servantes. À son retour à Brescia, elle loge un temps chez Agostino Gallo. Puis, dans une chambre près de l’église Sainte Afre. Mais le temps passe et elle n’a toujours pas réalisé ce que le Seigneur lui a demandé dans sa jeunesse. Elle se sent alors pressée intérieurement d’accomplir sa mission : fonder une « Compagnie » de femmes qui veulent se consacrer au Seigneur. Elles vivront leur consécration sans se retirer de leur lieu de vie. Là où elles seront, elles vivront leur vie de prière et seront attentives aux besoins des autres. Angèle ne donne aucune consigne d’apostolat particulier à ses filles dans ses Écrits.

Régulièrement, elles se retrouveront pour vivre l’Eucharistie, se rencontrer comme des Sœurs et s’aider à vivre leur consécration. Angèle qui aime beaucoup Sainte Ursule, une martyre du IVe siècle particulièrement populaire à cette époque, la donne comme patronne à sa fondation.

C’est le 25 novembre 1535 que les 28 premières jeunes filles qui le désirent participent à la Messe, puis dans un oratoire, se donnent au Seigneur, sans prononcer de vœu public, mais en inscrivant simplement leur nom dans un registre : C’est le jour de la fondation de la Compagnie de Sainte Ursule.

La transformation de la Compagnie en Ordre religieux, après le Concile de Trente (1545-1563), a obligé les filles d’Angèle à entrer dans des cloîtres. Apostoliques, elles ont continué d’être apôtres en devenant éducatrices. Héritières de la « pédagogie » d’Angèle, qui excellait dans l’art d’accueillir et de conduire chacun, les Ursulines ont su alors devenir des formatrices à travers les siècles, et spécialement au service de la jeunesse, selon la mission que l’Église leur a confiée.

Angèle meurt le 27 janvier 1540. Elle est canonisée le 27 mai 1807, par Pie VII.

Aujourd’hui, Angèle a de nombreuses filles à travers le monde qui vivent de différentes façons : Ordre religieux, monastères autonomes, Unions, Fédérations, Institut séculier… Des laïcs, depuis quelques décennies, ont fait le choix, de vivre du charisme d’Angèle Mérici. Ils s’appellent « Associés », et demandent aux Ursulines de leur transmettre la spiritualité méricienne, afin de vivre l’Evangile à la manière d’Angèle.

Liens internes

Liens externes

Ce document provient de « Ang%C3%A8le M%C3%A9rici ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Angèla Mérici de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Angela Merici — Saltar a navegación, búsqueda Angela de Mérici Fundadora Nacimiento 1470 Italia …   Wikipedia Español

  • Angela Merici — Saint Angela De Merici Saint Angela Merici as a teacher. 19th century devotional painting, by P. Calzavacca Virgin; Founder of the Order of Ursulines Born 21 March 1474( …   Wikipedia

  • Angela Merici — Die heilige Angela Merici, Bildnis von Bartolomeo Altomonte in der Ursulinenkirche in Linz Angela Merici (* zwischen 1470 und 1474 in Desenzano del Garda am Gardasee; † 27. Januar 1540 in Brescia) war die Gründerin der Compagnia di Sant Orso …   Deutsch Wikipedia

  • Angela Merici — (1474–1540)    Saint and Order Founder.    Angela was born in Desenzano, Italy. In her youth she joined a Franciscan Tertiary Order and devoted herself to a life of nursing and education. During a pilgrimage to the Holy Land in 1524, she suddenly …   Who’s Who in Christianity

  • Angela Merici — biographical name Saint 1474? 1540 Italian religious & founder of Ursuline order …   New Collegiate Dictionary

  • Angela Merici — /ahn je lah me rddee chee/ Saint, 1474 1540, Italian ecclesiastic, founder of the Ursuline order. * * * …   Universalium

  • Angela Merici — /andʒələ məˈritʃi/ (say ahnjuhluh muh reechee) noun Saint, 1474?–1540, Italian Roman Catholic nun; founded the Ursuline order in 1535 …   Australian English dictionary

  • Angela Merici — /ahn je lah me rddee chee/ Saint, 1474 1540, Italian ecclesiastic, founder of the Ursuline order …   Useful english dictionary

  • Angela Merici, Saint — • Biography of the founder of the Ursulines, who died in 1540 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006 …   Catholic encyclopedia

  • Angela Merici, Saint — ▪ Roman Catholic saint born March 21, 1470/74, Desenzano, republic of Venice [Italy] died Jan. 27, 1540, Brescia; canonized May 24, 1807; feast day January 27       founder of the Ursuline (q.v.) order, the oldest order of women in the Roman… …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”