Anguille européenne

Anguille d'Europe

Comment lire une taxobox
Anguille
 Anguille
Anguille
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Elopomorpha
Ordre Anguilliformes
Sous-ordre Anguilloidei
Famille Anguillidae
Genre Anguilla
Nom binominal
Anguilla anguilla
(Linnaeus, 1758)
Statut de conservation IUCN :

CR  :
En danger critique d'extinction
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'IUCN.

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

L’anguille d'Europe ou anguille commune, dont le nom scientifique est Anguilla anguilla (ce qui signifie « petit serpent »), est un poisson serpentiforme mesurant de 40 cm à 150 cm et pesant jusqu'à 4 kg pour les femelles. C'est un grand migrateur (migrateur amphihalin thalassotoque remontant vers le haut des bassins versant par migration catadrome).

Cette espèce autrefois abondamment présente dans tous les cours d'eau douce de presque toutes les plaines d'Europe se reproduit à plusieurs milliers de kilomètres de là, dans la mer des Sargasses au centre-ouest de l’océan Atlantique à une profondeur supposée de 400 à 700 mètres. Ce poisson a une activité plutôt nocturne, mais selon son âge, il est attiré (stade civelle) ou au contraire (stade pré-adulte et adulte) repoussé par la lumière. Il peut donc être sensible à la pollution lumineuse lorsqu'elle concerne des bords de cours d'eau.

L'anguille était réputé particulièrement rustique et résistante, grâce notamment à sa capacité à respirer l'air. Cette respiration (au 3/4 percutanée et pour 1/4 fournie par les branchies) permet aux anguilles de ramper hors de l'eau durant quelques minutes voire plusieurs heures (en environnement très humide)[1]). Elles peuvent donc sortir des cours d'eau pour gagner, en rampant dans l'herbe, des fossés, mares ou étangs isolés. En cas d'assèchement d'un point d'eau, les anguilles peuvent ainsi gagner d'autres milieux plus accueillant grâce à leur peau et leur mucus particulièrement résistants à la dessiccation tout en étant assez perméable pour permettre des échanges gazeux importants[2],

Jusqu'au milieu du XXe siècle, l'anguille figurait en Europe parmi les espèces plus communes. À titre d'exemple, en 1983, Boisneau estimait que dans le département de l'Ille-et-Vilaine (Bretagne, France), elle était la première ressource piscicole en termes de biomasse (et la troisième en termes de nombre). Elle a pourtant brusquement fortement régressé dans les années 1980-90 au point d'être aujourd'hui menacée et protégée (depuis juin 2007). Vingt ans plus tard, bien que chaque femelle soit capable de pondre un grand nombre d'œufs, la mortalité des anguilles européennes était « supérieure au seuil de renouvellement des générations » [3], ce qui condamne l'espèce sans actions pour la sauver. Le Conseil des ministres de l’Union européenne a en septembre 2007 validé un règlement européen instituant un plan de restauration de l'espèce.
Depuis juin 2007, les anguilles européennes sont protégées par la CITES comme espèces en danger (listées en Annexe II de la CITES). Sa commercialisation doit donc maintenant obéir à des règles très strictes.

Sommaire

Développement

il se fait en plusieurs stades

  1. Après l'éclosion à grande profondeur en mer, la larve (dite « leptocéphale »), transparente, vermiforme et aplatie, mène une vie pélagique d'un à deux ans, se nourrissant de plancton. Elle remonte vers la surface et s'aidera du Gulf stream (dérive nord-atlantique) pour gagner le littoral européen, méditerranéen et nord-africain.
  2. Cette larve se transforme alors en « civelle », encore translucide ; Du printemps à la fin de l'été, une grande partie des civelles remontent les fleuves et rivières (y compris de Méditerranée et mer Noire) où elles se transforment en jeune anguille (anguillette), qui se pigmentent en évoluant ver le jaune doré (d'où leur nom d'« anguilles jaunes » en fin de cette époque). Certaines civelles effectuent ce stade de développement devant les littoraux, ou uniquement dans des estuaires, lagunes ou marais saumâtres arrières littoraux.
  3. L'« anguille jaune » continue à grandir durant en moyenne 10 ans (en réalité de 3 à 15 ans selon les individus),
  4. L'anguille mature a accumulé une importante réserve de graisse. Elle se transforme alors en « anguille argentée » qui poussée par son instinct, profite des crues et inondations automnales et hivernales pour regagner la mer (c'est la « dévalaison »), afin d'aller se reproduire. Durant son parcours, son organisme se transforme pour devenir à nouveau apte à la vie en eau salée.
    Les corridors de migration qui les ramènent à la mer des sargasses sont inconnus mais les anguilles semblent alors s'enfoncer vers les grands fonds. L'absence de lumière et l'augmentation de la pression interviendraient dans la maturation finale des gonades.

Menaces

Anguille morte. Les anguilles ayant bioaccumulé de nombreux polluants, leur cadavre devient lui-même une source de contamination pour les nécrophages.

Les causes de sa régression semblent multifactorielle, impliquant divers contaminants toxiques (divers organochlorés et pesticides bioaccumulés par l'anguille), la surpêche des civelles et peut-être des adultes, le braconnage, les obstacles sur la route des alevins[4] et plus récemment une augmentation du taux de parasitisme dont par Anguillicola crassus qui peut perturber la migration marine des adultes semblent aussi avoir une part importante de responsabilité.

Facteurs identifiés de régression

  • Au stade civelle et anguillette, le jeune animal à la peau relativement perméable est vulnérable aux cocktails de polluants (dont pesticides absorbés sur les particules emportés par l'érosion agricole responsable d'une turbidité croissante des eaux, estuariennes notamment (bouchon vaseux). Localement des civelles peuvent être aspirées par des pompes d'irrigation ou de relevage munies de crépines ou grilles insuffisamment protectrices. Aux prélèvements de civelles par la pêche légale, pratiquée dans tous les estuaires français (hors Méditerranée) s'ajoute ceux du braconnage, mal évalué, mais qui existe sur tout le littoral et dans certains cours d'eau, et qui selon l'ONEMA « progresse en raison du prix élevé de cette ressource ».
    Les civelles nagent mal à contre-courant (à 80 mm, elles reculent à partir d'un courant de plus de 0,5 m/sec [5]), mais elles sont ou étaient capables de facilement franchir les petits obstacles (embâcles naturels, barrages de castors, petits seuils), en les escaladant[6], de même, - mais avec un peu plus de difficulté - des vannage verticaux ou des murs verticaux (de déversoirs par exemple)[7],[8],[9][10]. Elles les franchissent par reptation en se collant au support grâce à leur mucus et par escalade de parois, même verticales si celles-ci sont humide et couvertes de mousses, algues, épiphytes ou aspérités (fibres et aspérités des vieilles planches de chêne érodées par l'eau).
    La civelle s'aide pour cela de mouvements saccadés de la tête qui guident les ondulations du corps se déplaçant peu à peu par moitié vers le haut, l'une restant fixée, l'autre se détendant pour grimper, et inversement. L'escalade est entrecoupée de pauses ou la civelle ouvre plus activement ses ouïes. Le taux de réussite de franchissement de certains barrage est très faible. Le barrage de Bazoin (Parc interrégional du Marais poitevin, en Vendée) observé par Legaut (1987) ne laissait passer - de jour - qu'environ 30 individus/heure (pour plus de 100.000 civelles comptées en pied de barrage). Mais la civelle ne peut ainsi franchir les grands barrages de béton verticaux non-équipés de passe à poissons. Plus la parois est lisse, sèche et haute, moins les individus arrivent à l'escalader. Les petites civelles (moins de 10 cm) y arrivent mieux que les plus grandes qui retombent facilement en aval du barrage.
    En pleine mer, des remontées progressives de bancs entiers de poissons vers le nord sont constatées depuis quelques décennies pour d'autres espèces en Atlantique Nord, semble-t-il en réaction au réchauffement des eaux. L'anguille adulte pourrait peut-être être perturbée dans sa longue migration vers les Sargasses, mais ce n'est pas démontré. La civelle pourrait aussi l'être lorsqu'elle gagne les côtes puisqu'elle profite du Gulf stream dont certains experts craignent qu'il puisse s'atténuer ou se refroidir, mais la vie marine de la civelle est mal connue. Des variations de courants marins sont suspectées de pouvoir affecter la capacité de migration des anguilles ou des civelles[11].
    De 1970 à 2007, le nombre estimé de civelles en Europe a chuté de 99 %[12],[13].
    Des études récentes montrent que le rôle des PCB pourrait être important. À une concentration de la moitié de celle qui est la limite de commercialisation, il est déjà cause de mortalité des alevins, et ce poisson gras qui se nourrit volontiers dans la vase concentre particulièrement bien les PCB liposolubes et communément stocké dans les sédiments[14],[15] et aucune amélioration n'est constatée : au début des années 2000, en Europe, la régression du nombre de civelle est encore de 4 à 6 % par an.
  • Au stade anguille jaune, l'espèce qui vit surtout sur le fond est constamment en contact avec des polluants (comme en témoignent les pentachlorophénols (PCP) et les polychlorobiphényles (PCB), déjà présents dans la graisse des jeunes anguilles. Ces polluants affectent probablement déjà leur immunité et leur santé et peut être leur future capacité reproductive car certains sont des perturbateurs endocriniens.
    Le nombre et la hauteur des obstacles physiques à la montaison (barrages ou seuils non pourvues de passes à poissons) est souvent avancé comme cause de régression. C'est un facteur indiscutable de fragmentation écologique dans le cas des grands barrages hydroélectriques non équipés de passe à poissons, mais l'anguille régresse partout, même sur des portions de cour d'eau dépourvus d'obstacles. De plus le nombre de petits barrages maintenus constamment fermés a plutôt diminué depuis les années 1970 (suite à l'abandon de nombreux moulins à eau rendus non rentables par la meunerie industrielle). De plus, sur les cours d'eau où les moulins et vannages étaient autrefois nombreux, les anguilles pouvaient autrefois être communes alors que ces petits barrages étaient encore présents et fermés. L'anguille jaune est capable de contourner de nombreux obstacles, en sortant de l'eau s'il le faut, généralement la nuit et par temps humide.
    Une pêche significative d’anguille jaune est pratiquée, par des professionnels et par de nombreux amateurs, ainsi qu'un braconnage difficile à estimer, mais qui a priori prélève bien moins d'individus que celui des civelles.
    La destruction, réduction ou dégradation d'habitats essentiels, tels qu'herbiers marins, estuaires, zones humides dont mares et fossés, ainsi que le tubage et l'artificialisation des cours d’eau. Le drainage des zones humides a depuis le moyen-âge fait disparaître une grande partie des habitats favorables à l'anguille.
  • Au stade « anguille argentée », l'animal est d'abord confrontée au mêmes problèmes que l'anguille jaune, et au risque de plonger dans la prise d'eau d'une turbine de barrage hydroélectrique ou de pompes hydraulique. Il est également suspecté que les perturbateurs endocriniens qu'elle a bioaccumulés puissent préparer une baisse de fécondité du mâle et/ou diminuer le nombre de pontes viables ou le nombre de futurs individus aptes à la fécondation (une délétion de la spermatogenèse est de plus en plus fréquemment observée chez d'autres espèces de poissons et chez les amphibiens). Enfin, les parasites de plus en plus nombreux chez les anguilles affectent probablement leur voyage de retour en mer, en particulier Anguillicola crassus qui se fixe dans la vessie natatoire, fortement éprouvée lors de la descente de l'anguille vers les grandes profondeur (pressions très élevées).

Pollution

L'anguille se nourrit volontiers dans les vases qui ont accumulé de nombreux polluants. Les adultes bioaccumulent ainsi du (plomb et d'autres métaux lourds, des organochlorés (PCB, dioxines, furanes, organofluorés, pesticides, etc.).

  • En 2004, une étude portant sur la Moselle a montré une contamination élevée de toutes les anguilles capturées, comme cela avait déjà été le cas en Flandres belges[16] où sur 244 sites d’inventaires ; 80% des échantillons excédaient le seuil admissible de 75μg/kg de PCB (cette étude a donné lieu à une interdiction de la pêche des anguilles jaunes, mais non à leur consommation, pour éviter toute intoxication alimentaire).
  • Les PCB, PCDD/PCDF, dont dioxine ont un effet corrélé à la dose sur le développement embryonnaire et la survie des embryons d’anguilles (travaux de l'équipe néerlandais de A. P . Palstra et ses collègues publiés en 2006 [17]). À des taux de plus de 4 ng TEQ par kg de gonades (très inférieurs aux normes de consommation actuelle : 12 ng OMS-TEQ/kg muscle frais) les embryons semblaient n'avoir aucune chance de survie. Ces taux sont dépassés par la plupart des anguilles européennes, y compris dans les réserves naturelles et dans des zones qui semblaient a priori épargnées par la pollution (Buet et al., 2006[18]) ont montré que tous les individus (y compris jeunes) prélevés dans la réserve de Camargue étaient contaminés (muscle) (n=19-99) par des PCB et au moins un HAP.
  • Des produits reprotoxiques (ex : plomb) ou des perturbateurs endocriniens dont le mercure ou certains PFC utilisés comme antiadhésifs ou produits anti-tâche ou dans les mousses anti-incendies semblent aussi pouvoir largement contaminer l'environnement de l'anguille, via l'eau ou l'air ; certains sont volatiles et facilement emportés à distance par les courants aériens (on en trouve jusqu'au pôle nord) et ils peuvent ensuite encore se dégrader en d'autres substances bioaccumulables. Avec d'autres PFC ces molécules sont déjà détectées dans des échantillons de sang et de foie d'anguilles, et à des taux souvent bien plus élevé que chez d'autres poissons, comme l'a montré une étude de 2006 portant sur les anguilles de 21 rivières et lacs de onze pays de l'UE[19]). Des études écotoxicologiques récentes laissent penser que l'anguille pourrait transmettre à ses œufs et à la génération suivante une partie de sa charge en certains polluants persistants. Lorsque les adultes repartent pondre en mer, ils consomment leurs réserves de graisses, lesquelles avaient concentré de nombreux polluants. Ces derniers pourraient interférer avec le bon développement de l'embryon et de la civelle. Les PFC s'accumulent notamment dans le foie, ce qui laisse penser qu’ils pourraient présenter une certaine toxicité (le foie est un organe réputé détoxifiant).
  • Exposition aux pesticides : les anguilles y sont exposées, d'autant plus qu'elles peuvent sortir de l'eau et ramper au sol pour rejoindre des mares ou étangs isolés et qu'elles fréquentent parfois dans ces migrations les fossés bordant des champs cultivés. Le problème des pesticides est plus aigu en zone agricole, mais des apports urbains existent aussi. Des quantités importantes d'insecticides ont été utilisées pour la démoustication de zones humides. Une pollution ancienne pourrait liée aux séquelles industrielles, de guerre de chasse pourrait aussi être en cause dans certaines régions.

On ignore quel est l'impact exact de l'exposition chronique à tous ces polluants et à leurs cocktails pour le taux de reproduction des anguilles, mais certains supposent qu'il n'est pas négligeable. Les anguilles peuvent de plus encore être victimes de pollutions accidentelles ou chroniques (déchets immergés, munitions immergées) sur leur trajet de migration.

Parasitisme

Un nématode parasite de la vessie natatoire (Anguillicola crassus) s’est répandu en Europe "à partir de cargaisons d’anguilles japonaises importées d’Asie en 1982 pour des installations aquacoles allemandes" [20]. Ce parasite est maintenant présent dans toute l'Europe et s'est ensuite introduit au Canada et aux États-Unis (voir cycle de reproduction dans la mer des Sargasses). Cet exemple illustre les troubles graves et les difficultés de la gestion des espaces aquacoles privés et publics en Europe.
L'exposition des anguilles à de nombreux polluants est un facteur aggravant, probablement parce qu'elles sont alors immumnitairement affaiblies, ces dernières sont de plus en plus souvent porteuses d’Anguilicola crassus en forte extension depuis 1988 en France, qui semble affecter la capacité reproductrice de l'adulte[21].

Synergies Contaminants - Pathogènes

La pollution est un stress qui affaiblit la résistance immunitaire de l’anguille[22].

  • Les infestations par Acanthocéphales et Nématodes sont plus élevées sur les sites les plus pollués de la Weser[23].
  • Les taux d’infections bactériennes et virales sont bien plus rares dans les zones moins polluées (4% contre 80%). Mais très peu d’études ont conjointement pris en compte l’aspect pathogène et contaminant. Et celles qui l'on fait ne s’intéressaient que rarement aux effets conjugués des deux. Une étude (Sures et al. 2006) a cependant porté sur l’effet conjugué d’Anguillicola crassus, du Cadmium (Cd) et du PCB126. Des expositions croisées ont montré que si les polluants augmentent le nombre d'anguilles infestées et leur degré d'infestation, A. crassus (larves et jeunes adultes) affectait le plus l’anguille, comparé aux PCB et Cd. On dispose de peu de données sur les impacts à long terme des contaminants et du parasite A. crassus qui devrait donc être mieux étudié dans les travaux d'écotoxicologie[24].

Surpêche

Ce poisson (civelle en particulier) est localement victime d'une surpêche, souvent aggravée par une économie parallèle alimentée par le braconnage que les autorités locales et nationales n'ont pas su maîtriser.
Depuis les années 1970, l'anguille européenne a encore accru sa vitesse de régression, au point que ce poisson autrefois réputé exceptionnellement résistant est devenu rare ou absent de nombreux cours d'eau, voire de la totalité de petits bassins versants où les civelles remontaient par centaines de milliers ou millions il y a quelques décennies seulement. Souvent la surpêche et le braconnage de la civelle semblent être la seule explication plausible.

La civelle achetée très cher continue de faire l'objet d'une surpêche menaçant l'espèce dans la plupart des grands bassins versants. L'anguille adulte (dite « jaune » puis « argentée ») est également recherchée (et parfois braconnée) dans les canaux, cours d'eau et marais. À partir de 2008 son inscription à la CITES devrait permettre un meilleur encadrement de son commerce légal.

Trouble grave de la gouvernance

En dépit des alertes de nombreux scientifiques et d'instances telles que le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) et la Commission européenne consultative pour les pêches dans les eaux intérieures (CECPI), des autorisations de prélèvements (payantes) étaient encore données, alors que le gestionnaire avait connaissance de faits graves ; "En particulier, 60% des anguilles de Camargue présentaient déjà en 1992, selon les auteurs d'une étude[25], des teneurs en mercure incompatibles avec la consommation humaine (dépassant les normes de l’Union européenne) et impactant la santé de l'anguille [26]. Pourtant, durant 30 ans, aucune mesure sanitaire n’a été prise pour cette espèce par les autorités sanitaires ni de la pêche.

L'Europe est confrontée à une faillite des modes existants de gestion des espaces aquatiques publics qui ne semblent plus adapté au contexte contemporain. Pour cette raison, et parce que c'est une espèce à reproduction tardive (plus de dix ans), l'anguille européenne va probablement disparaître. Cette espèce durant les 10 ans qui lui sont nécessaire pour atteindre la maturité sexuelle, bioaccumule une partie des toxiques avec lesquelles elle est en contact. Ce type de problème doit expliquer bien d'autres disparitions et ou raréfactions (et en annoncer bien d'autres ?), mais l'explication scientifique semble déranger nos société qui font volontiers l'autruche lorsqu'on aborde le domaine de la responsabilité. La toxicologie de la Vie aquatique semble être restée une science en devenir...

Prospective (Recherche/action, protection, législation...)

La Commission européenne a été invitée à initier des travaux de recherche sur la santé de l'anguille et les répercussions de facteurs extérieurs tels que les taux de PCB et les épizooties sur une migration réussie [27], la première explication crédible basée sur de la science à la disparition observée de 99% du stock de civelles. Cette régression est d'ailleurs associée à la stérilisation de bien des lieux que l'on savait pollués, mais non officiellement :

Si les adultes en phase de reproduction ont une concentration en PCB égale à la moitié de la LMR (limite maximale de résidus) permettant la commercialisation à destination humaine, les produits issus de la reproduction vont mourir et donc ne plus atteindre les estuaires.

Un produit, classé désormais comme polluant, peut causer la disparition d'une espèce au niveau d'un continent. En effet, même si tous les fleuves ne sont pas dans le même état, au regard de cette contamination, le cycle de vie en eaux de mer de cette espèce, nécessite une population et une diversité génétique minimum. Cette espèce est considérée comme en dessous de la limite de sécurité de l'espèce depuis 1992.

Ceci devrait induire outre une évolution des règles fixant les droits d'appropriation, une mise à niveau des pratiques des professionnels de la pêche en eau douce[28],[29].

Habitat dégradé et/ou fragmenté

Depuis des siècles, les civelles escaladaient ou contournaient littéralement les vieux barrages de moulins à eau couverts de mousse ou d'algues, mais elles sont maintenant victime de fragmentation écopaysagère dans le cas des grands barrages hydroélectriques. L'anguille régresse probablement aussi à cause de la disparition des zones humides et des ses corridors biologiques (prairies, fossés) qui lui permettaient de gagner les mares et étangs. Peut-être est-elle aussi victime de la pollution des marais littoraux et surtout des estuaires où les taux de plomb sont localement plus qu'alarmants (plomb de chasse, qui contient aussi de l'arsenic et de l'antimoine (ces plombs sont interdits dans les zones humides en France théoriquement depuis 2005 (dérogation jusqu'en 2006), mais les milliards de plombs déversés dans l'environnement y sont pour longtemps.

Les passes à poissons classiques, souvent exposées au soleil semblent mal adaptées à la dévalaison des anguilles qui recherchent l'ombre et s'engage dans les turbines des centrales électriques qui stressent, blessent ou tuent les gros poissons. La civelle étant attirée par la lumière et l'adulte repoussée par cette même lumière, l'éclairage a été testé pour guider ces poissons vers le « bon chemin » pour monter ou descendre un cours d'eau, mais le retour d'expérience est peu diffusé, et on ignore l'impact éventuel de cet éclairage pour d'autres espèces.

Protection et restauration

Avant 2007, l'anguille n'a été que très tardivement protégée par la loi et uniquement dans quelques pays, en dépit des alertes réitérées de certains scientifiques. Elle ne figurait pas dans la directive Habitats en Europe, alors que son habitat ne cessait de se dégrader et qu'y apparaissait de nouveaux polluants. Plusieurs études ont confirmé sa régression rapide et apporté des informations sur certaines causes de mortalité ou de mauvaise reproduction (parasitisme, écotoxicologie|intoxications chimiques). Elles ont justifié un projet européen de restauration des populations, en diminuant de 50 % la pêche et en réhabilitant ses habitats et corridors de migration, avec l'objectif de reconstituer 40 % des populations existant il y a 50 ans.

Le règlement européen invite notamment les états à ;

  • établir par pays un objectif (40 % d'un niveau de référence correspondant à ce que serait « un stock n’ayant subi aucune influence anthropique » ; en anguilles argentées)[30]. Ceci impose théoriquement un effort d'écologie rétrospective ; Plusieurs méthodes de calcul sont proposées par le règlement. La France, arguant de la complexité de la modélisation a choisi en 2008 de se fixer comme cible d'atteindre un niveau de biomasse équivalent à celui qui existait avant l’effondrement du stock au début des années 1980. Cette cible devant être atteinte progressivement, par une réduction prévisionnelle des différents facteurs de mortalités de l’anguille. Le plan de gestion contiendra des mesures de gestion, programmées dans le temps, permettant de réduire ces mortalités avance le plan de gestion français[31].
  • réduire l’activité de pêche à l'anguille commerciale (quotas ou plafonnements de captures, réduction de l’effort de pêche (temps de pêche ou de certains engins ou moyens techniques trop efficaces), la pêche des civelles doit notamment être réduite.
  • réduire l’activité de pêche récréative à l'anguille, Au 01/07/2009, l'effort de pêche en mer doit diminuer de 15 % au moins. Au 01/07/2013, il devra être diminué de 50 %.
  • prendre des mesures de confortement de population ou de réintroduction. Les États-membres doivent au minimum (Art. 7.1) soit interdire toute forme de pêche d’anguilles de moins de 12 cm à l'anguille, soit « Si un État membre autorise la pêche d’anguilles d’une longueur inférieure à 12 cm (…), il réserve au moins 60 % de toutes les anguilles d’une longueur inférieure à 12 cm pêchées dans ses eaux chaque année destinées à la commercialisation en vue de servir au repeuplement dans les bassins hydrographiques de l’anguille (…), aux fins d’augmenter le taux d’échappement des anguilles argentées », cette mesure est aussi justifiée comme moyen de maintenir une certaine pêche des jeunes anguilles qui pourront être revendues à fin de repeuplement aux États-membres souhaitant en acheter. Au 01/07/2009, au moins 35% des civelles ou anguillettes de moins de 12 cm pêchées doivent servir au repeuplement. Ce taux passera à 60% en juillet 2013.
  • rétablir des continuums écologiques fonctionnels dans les cours d'eau (passes à anguilles ou autres dispositifs de libre circulation, écoduc...), en commençant par identifier et prioriser les ouvrages à traiter et les solutions techniques d’aménagement. Des substrats artificiels dits « tapis brosse à anguille » existent pour aider les civelles ou anguillettes à remonter les passes à poissons. Ils peuvent être légèrement végétalisés, sans être colmatés par les plantes, ce qui nécessite un entretien épisodique[32]. Les grands barrages nécessitent des ascenseurs à poissons.
  • améliorer les habitats ; cours d’eau, mais aussi en améliorant l'environnement sur l'amont du bassin versant
  • le transport des anguilles argentées des eaux intérieures vers des eaux d’où elles puissent migrer librement vers la mer des Sargasses,
  • la lutte contre les parasites et prédateurs,
  • l’arrêt temporaire des turbines des centrales hydroélectriques lors de la dévalaison,
  • des mesures en faveur de l’aquaculture de l'anguille
  • mesures de contrôle et de traçabilité (dès 2009)
  • ...

Freins :

  • actions difficulté à prioriser, par insuffisance de connaissance (notamment sur la partie marine et profonde du cycle de vie de l'anguille)
  • pollution non détectées ou non traitée, braconnage persistant, perpétuation de traditions culinaires (civelles) devenues incompatibles avec la survie de l'espèce, vente illégale ou non déclarée par des professionnels ou non-professionnels sont autant de facteurs qui complexifient le suivi des populations en Europe et dans le monde.
  • coûts et temps d'équipement et d'entretien de milliers de barrages
  • délais plausibles avant d'obtenir de premiers résultats visibles pour le public : Les autorités de la pêche et les États ont longtemps donné la priorité aux salmonidés et abandonné d'autres migrateurs tels que l'anguille ou l'épinoche. On aurait pu penser que la protection de la lamproie qui suit pour partie les mêmes corridors biologiques aurait aidé l'anguille, mais outre qu'elle est peu suivie et médiatisée, elle ne règle pas le problème du braconnage et de la surpêche de la civelle.
    Ce n'est finalement qu'en 2007, que l'anguille a été classée menacée et protégée dans l'Union européenne alors qu'elle a presque disparu de certains estuaires et cours d'eau où elle était commune il y a seulement 30 ans. Or, c'est un poisson qui ne se reproduit qu'en moyenne après 10 ans. Les premiers résultats positifs nécessitent donc de la patience.

Aquaculture et reproduction artificielle

Elles semblent particulièrement difficiles. On ne connaît d'ailleurs pas les conditions qui sont éventuellement nécessaires à l'anguille durant son voyage vers la mer des Sargasses et lors de l'accouplement, la fécondation et la ponte, ni la nourriture des alevins aux différents stades de développement.

Maurice Fontaine, océanographe français, serait le premier a avoir artificiellement réussi à (par l'usage d'hormones) provoquer la maturation des mâles, puis de femelles élevées en captivité (dans les années 1960). Vingt ans plus tard, des vivantes ont été obtenues suite à une fécondation artificielle dans le cadre d'un programme danois de recherche, mais qui n'ont pas survécu plus de 2 jours et demi. En 2006, Jonna Tomkiewicz[33],[34] a réussi à faire vivre d'autres larves plus longtemps (5 jours en 2006, durée portée à 12 jours en 2007). À ce stade de 12 jours, les larves qui ont vidé leur sac vitellin sont réputées pouvoir se nourrir seules, mais on ignore encore de quoi. Les expériences d'aquaculture de l'anguille japonaise ont montré que le nourrissage des alevins était en captivité très délicat.

Législation

En Europe : Un règlement européen (R(CE) no 1100/2007 [35])impose des mesures de connaissance, de protection et gestion restauratoire de l'anguille (chaque pays doit mettre en place un plan de gestion visant à reconstituer la biomasse en géniteurs en agissant sur toutes les causes de régression de l’espèce) ; ce règlement est immédiatement et directement applicable dans tous les États membres sans qu'ils aient à le traduire dans leur droit national.

En France : En 2008-2009, les PLAGEPOMI, les COGEPOMI, les SDAGE et SAGEs doivent intégrer cette priorité, et les autorités - sous l'égide de l'ONEMA - doivent veiller à l'application du règlement (sous peine de sanctions financières importantes à payer à l'Europe). La France a rédigé son plan de gestion en 2008. Le volet national a été écrit par un secrétariat technique national (MAP + MEEDDAT + ONEMA) s'appuyant sur des groupes de travail (règlementation, Monitoring, Ouvrages, Repeuplement, Pêcherie & Contrôle, traçabilité) et les volets "régionaux" (par grands bassin-versant) ont été rédigés sous l'égide des DIREN en tant que secrétaires des COGEPOMI, avec la collaboration des Directions Régionales des Affaires Maritimes (DRAM), délégations inter-régionales de l’ONEMA, Agences de l’eau, et COGEPOMI. Une consultation à deux niveaux a eu lieu avant qu'une première version soit envoyée à Bruxelles (le 17 décembre 2008). Un comité national représentatif des acteurs intervenant dans le cadre de la gestion de l’anguille, et à un niveau local, les comités de bassin et leurs commissions. La France a annoncé en 2008 envisager que certaines mesures seront définies et différentiellement appliquées sur les 7 bassins (ou districts) hydrographiques définis dans la cadre de la DCE, mais la gestion se fera à l'échelle des 8 bassins des COGEPOMIs. Sur la façade méditerranéenne, la pêche de la civelle est maintenant interdite (elle n'était pas antérieurement officiellement pratiquée ou autorisée). Pour les anguilles jaunes et argentées en lagunes, la réglementation des engins et des dates sera privilégiée. la pêche récréative ciblée surtout avec engins sera réduite. La pêche à la civelle et l’utilisation d'’anguille en guise d'appât seront interdites ; et fin 2008, une saison de fermeture de la pêche de l’anguille était en discussion.
Le repeuplement pourrait être cadré par un quota « civelles » un monitoring des demande et des achats/ventes des États membres via les formulaires de commande et/ou une bourse d’échange via un site Internet européen. Une carte des sites potentiels de repeuplement (zones a priori isolée ou épargnée par les polluants et causes anormales de mortalité de l'anguille) pourrait être faite en France.
Un programme « recherche et développement » 2008-2009 (4 M€ pour 15 actions en 2008 et 19 en 2009) vise à disposer de techniques efficaces et financièrement acceptables d’aménagement d'ouvrages. Le « plan PCB » devrait contribuer à améliorer la qualité des cours d'eau.

Gastronomie

Ces anguilles étaient très appréciées dans la gastronomie, notamment fumées, mais diverses études montrent qu'elles sont souvent très contaminées par les PCB et d'autres polluants. Leur consommation n'est pas interdite, mais plusieurs pays ont recommandé aux femmes enceintes et enfants de ne plus en manger (Allemagne ; Luxembourg ; France, pour la Moselle).

Voir aussi

Liens internes

Références externes

Bibliographie

Notes et références

  1. BERG et STEEN, 1965
  2. Cette résistance à la dessiccation est notamment permise selon Harder (1964) par le nombre particulièrement élevé de cellules sous-épidermiques produisant le mucus
  3. Volet national du plan de gestion anguille de la France, introduction
  4. Les anguilles sont menacées de raréfaction
  5. Mc Leave J. D., 1980. Swimming performance of European eel (Anguilla anguilla L.) elvers, J. Fish Biol., 16, 445-452.
  6. Wood C. S., 1964. Fisheries aspect of the Tongarinno Power development project. N.Z. Mar. dept., Fish. Techn. rep., 10, 211 p.
  7. Skead C. J., 1959. The climbing of juvenile eels, Piscator, 46, 74-87.
  8. Wood, 1964;
  9. Sloan R. D., 1982. The tasmanian eel fishery - some facts and figures, Aust. Fish., 41 (12), 4 p.
  10. Étude intitulée « Le franchissement des barrages par l'escalade de l'anguille étude en Sèvre mortaise » par A. Legault, Bull. Fr. Pêche Piscic. ; 1988 , 308 : 1-10-1
  11. Eel population and solution model, qui cite Toby, D.2004. European eel: p12 (en)
  12. According to recent data, we know that the numbers of young eel are now down on 99 percent from the 1970s, in [pdf] (en) Eel population&Solution Model
  13. Eel stocks dangerously close to collapse, ICES CIEM (International Council for the Exploration of the Sea, ou Conseil international pour l’exploration de la mer)
  14. (en) European eel
  15. (en) PCBs are killing off eels sur le site du New Scientist
  16. Goemans et Belpaire, 2002
  17. Palstra, A. P., V. J. T. Van Ginneken, A. J. Murk, et G. E. E. J. M. Van Den Thillart. 2006. Are dioxin-like contaminants responsible for the eel (Anguilla anguilla) drama? Naturwissenschaften 93(3):145-148.
  18. Buet, A., D. Banas, Y. Vollaire, E. Coulet, et H. Roche. 2006. Biomarker responses in European eel (Anguilla anguilla) exposed to persistent organic pollutants. A field study in the Vaccarès lagoon (Camargue, France). Chemosphere 65(10):1846-1858.
  19. Rapport d'étude commandé par Greenpeace, 2006, 32 pp. intitulé “Presence of perflorinated chemicals in eels from 11 european countries, Investigating the contamination of the European eel with PFCs,substances used to produce non-stick and water-repellant coatings for a multitude of products
  20. Source (canadienne)
  21. Belpaire, C. et al. (1993). Infection rates of a silver eel population anguilla anguilla of the river yser basin (flanders) with anguillicola crassus and effects of the parasite on the muscle composition and energy content o migrating male silver eel: "anguillicola and anguillicolos. Rapporten buiten reeks van het instituut voor bosbouw en wildbeheer - sectie visserij, 1993(09). Instituut voor Bosbouw en Wildbeheer: Groenendaal (Belgique)
  22. Bruslé, J. 1994. L'anguille européenne Anguilla anguilla, un poisson sensible aux stress environnementaux et vulnérable à diverses atteintes pathogènes. Bull. Fr. Pêche Piscic 335:237-260.
  23. (Halsband et al., 1985 dans (Bruslé, 1994) déjà cité)
  24. Etat sanitaire d’Anguilla anguilla dans le bassin RMC- Synthèse bibliographique
  25. Évolution de la Camargue, Pollution et santé (Fondation Tour du Valat)
  26. Bouquegneau JM, 1975. L’Accumulation du mercure et ses effets physiologiques chez Anguilla anguilla (L, 1758) et Myoxocephalus scorpius' (L, 1758). Thèse Doc., Fac. Sci. Univ. Liège.
  27. Doc Ifremer, voir résumé, ou page 6/66 « (... changing ocean currents affect fish populations. »
  28. Amélioration de l’état sanitaire des produits de la pêche dans les pays ACP et les PTOM
  29. Législation française et européenne sur les résidus et les substances medicamenteuses / Législation et réglementation / Pratique de l'aquaculture / Encyclopédie / Aquatrop - Cirad
  30. Art. 2.4 « L’objectif de chaque plan de gestion est de réduire la mortalité anthropique afin d’assurer avec une grande probabilité un taux d’échappement vers la mer d’au moins 40 % de la biomasse d’anguilles argentées correspondant à la meilleure estimation possible du taux d’échappement qui aurait été observé si le stock n’avait subi aucune influence anthropique. »
  31. Résumé et explication du règlement et du plan de gestion Anguille de la France (2008)
  32. Guide d'entretien des passes à poissons (Voir page 9/21)
  33. spécialiste de la reproduction des poissons, au Département d'écologie marine et d'aquaculture, à l'institut danois des pêches et aquaculture (Danish Institute for Fisheries Research, Department of Marine Ecology and Aquaculture, hébergé par la DTU (université technologique du Danemark) à Charlottenlund
  34. Page anglaise consacrée au projet Anguille de la DTU
  35. R(CE) n°1100/2007 du Conseil des ministres du 18 septembre 2007, Journal officiel de l’Union européenne, 22 septembre 2007

Ce document provient de « Anguille d%27Europe ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Anguille européenne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Anguille argentée — Anguille d Europe Anguille …   Wikipédia en Français

  • Anguille blanche — Anguille d Europe Anguille …   Wikipédia en Français

  • Anguille jaune — Anguille d Europe Anguille …   Wikipédia en Français

  • Anguille d'Europe — Anguille …   Wikipédia en Français

  • Anguille d'Amérique — Anguilla rostrata Anguilla rostr …   Wikipédia en Français

  • Anguilla anguilla — Anguille d Europe Anguille …   Wikipédia en Français

  • Anguilles — Anguille Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu : Le terme «  Anguille  » s applique, en français, à plusieurs taxons distincts. Anguille …   Wikipédia en Français

  • Civelle — Civelles d anguille américaine (Anguilla rostrata) Lorsqu elle passe de l océan à l eau saumâtre et d …   Wikipédia en Français

  • Lac de Grand-Lieu — Photo satellite du lac (crédit : CNES Spot Image) Administration …   Wikipédia en Français

  • Pêche (halieutique) — Pour les articles homonymes, voir pêche. Matériel traditionnel européen et produit de la pêche en eau douce, peints par …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”