16 juillet 1942

Rafle du Vélodrome d'Hiver

La rafle du Vélodrome d'Hiver (16-17 juillet 1942), souvent appelée rafle du Vel' d'Hiv, est la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. En juillet 1942, le régime nazi organise l'opération « Vent Printanier » : une énorme rafle de Juifs dans plusieurs pays européens. En France, le régime de Vichy mobilise la police française pour participer à l'opération: à Paris, 9 000 policiers et gendarmes rafleront les Juifs. Le 17 juillet, en fin de journée, le nombre des arrestations dans Paris et la banlieue était de 13 152, selon les chiffres de la préfecture de police.

jardin du souvenir à l'emplacement du Vél d'Hiv

Sommaire

L'organisation de la rafle

Les Juifs français étant normalement fichés depuis 1940 (le dernier recensement français ayant recueilli des données religieuses est celui de 1874), les autorités connaissent leur adresse (« fichier Tulard »). Les instructions du directeur de la police municipale de Paris Émile Hennequin, le 12 juillet 1942, stipulent que «1. Les gardiens et inspecteurs, après avoir vérifié l'identité des Juifs qu'ils ont mission d'arrêter, n'ont pas à discuter les différentes observations qui peuvent être formulées par eux […] 2. Ils n'ont pas à discuter non plus sur l'état de santé. Tout Juif à arrêter doit être conduit au Centre primaire. […] 7. […] Les opérations doivent être effectuées avec le maximum de rapidité, sans paroles inutiles et sans aucun commentaire.»

René Bousquet, le secrétaire général de la police nationale, accompagné de Louis Darquier de Pellepoix, commissaire général aux questions juives, rencontre le 4 juillet, au siège de la Gestapo à Paris, les SS Knochen et Dannecker, général SS qui dirige la police allemande en France. Un nouvel entretien, dans les bureaux de Dannecker avenue Foch, afin d'organiser la rafle prévue pour le 13 juillet 1942, se tient le 7 juillet en compagnie de Jean Leguay, l'adjoint de Bousquet, accompagné de François, directeur de la police générale, Hennequin, directeur de la police municipale, André Tulard, en charge des questions juives à la préfecture, Garnier, sous-directeur du ravitaillement à la préfecture de la Seine, Guidot, commissaire de police à l'état-major de la police municipale et enfin Schweblin, directeur de la police aux questions juives. Le capitaine SS Dannecker déclare: « Les policiers français — malgré quelques scrupules de pure forme — n'auront qu'à exécuter les ordres! » [1] La rafle vise les Juifs allemands, autrichiens, polonais, tchèques, russes et les indéterminés, âgés de seize à cinquante ans. Des dérogations exceptionnelles pour les femmes « dont l'état de grossesse sera très avancé » ou « nourrissant leur bébé au sein » sont prévues, mais « pour éviter toute perte de temps, ce tri ne sera pas fait au domicile mais au premier centre de rassemblement par le commissaire de la voie publique » [2]. Les nazis prévoient de faire arrêter par la police française 22 000 Juifs étrangers dans le Grand Paris, qui seront conduits à Drancy, Compiègne, Pithiviers et Beaune-la-Rolande. Pour cela, « le service de M. Tulard fera parvenir à la Direction de la police municipale les fiches des Juifs à arrêter (…) Les enfants de moins de quinze ou seize ans seront confiés à l'Union générale des Israélites de France qui à son tour les placera dans des fondations. Le tri des enfants sera fait dans les centres primaires de rassemblement. » [3]

Le SS Dannecker s'entretient le 10 juillet 1942 avec Adolf Eichmann, tandis qu'une nouvelle réunion se tient le même jour au siège du Commissariat général aux questions juives (CGQJ) en compagnie des SS Dannecker, Röthke, Ernst Heinrichsohn, et de Jean Leguay, Pierre Gallien, adjoint de Darquier de Pellepoix (chef du CGQJ), quelques cadres de la préfecture de police ainsi que des représentants de la SNCF et de l'Assistance publique.

Finalement, un peu de retard est pris. Les autorités allemandes évitent d'ordonner la rafle pour le 14 juillet, bien que la fête nationale ne soit pas célébrée en zone occupée, ils craignent une réaction de la population civile. Celle-ci a donc lieu le lendemain soir.

12 884 Juifs sont arrêtés (4 051 enfants, 5 802 femmes et 3 031 hommes). Un nombre indéterminé, prévenu par la Résistance ou bénéficiant du manque de zèle de certains policiers, parvient à échapper à la rafle. Les conditions sont très dures : les personnes arrêtées ne peuvent prendre avec elles qu'une couverture, un pull, une paire de chaussure et deux chemises. De plus les familles sont séparées ; la plupart ne seront plus jamais réunies.

Après leur arrestation, une partie des Juifs sont emmenés par autobus dans le camp de Drancy (au nord de Paris). Une autre partie est envoyée vers le Vélodrome d'hiver (situé dans le XVe arrondissement), qui sert de prison provisoire (cela avait déjà été le cas lors d'une rafle à l'été 1941). Ce sont donc environ 7 000 personnes qui devront survivre pendant cinq jours, sans nourriture et avec un seul point d'eau. Ceux qui tentent de s'enfuir sont tués sur le champ. Une centaine de prisonniers se suicident. Les prisonniers seront conduits dans les camps de Drancy, Beaune-la-Rolande (dans le département du Loiret) et Pithiviers, avant d'être déportés vers les camps d'extermination allemands.

Cette rafle représente à elle seule plus du quart des 42 000 Juifs envoyés de France à Auschwitz en 1942, dont seuls 811 reviendront chez eux après la fin de la guerre. En 1979, Jean Leguay, le représentant du secrétaire général de la police nationale, René Bousquet, en zone occupée, est inculpé pour son implication dans l'organisation de la rafle, mais il meurt avant d'être jugé, en 1993.

Selon la préfecture de police, le nombre d'individus arrêtés s'élève à 13 152[4]. C'est aussi ce nombre qui est gravé sur la stèle commémorative située à l'emplacement du vélodrome.

Mémoire de la rafle

Monument commémoratif

Le monument

Le 17 juillet 1994 a été inauguré un monument commémoratif de la rafle, sur une promenade plantée en bordure du quai de Grenelle, nommée square de la place des Martyrs-Juifs-du-Vélodrome-d’Hiver, à Paris (XVe). Il est dû au sculpteur Walter Spitzer et à l'architecte Mario Azagury et représente des civils innocents : enfants, femme enceinte, personnes âgées, symbolisant les victimes de la rafle. Le socle de la statue est incurvé, rappelant la piste du Vélodrome d'Hiver[5]. Chaque année y est organisée une cérémonie commémorative vers le 16 juillet.

Reconnaissance de la responsabilité de la France

Le 16 juillet 1995, le président Jacques Chirac a reconnu devant le monument commémoratif la responsabilité de la France dans la rafle et dans la Shoah.[6] Il a notamment déclaré:

«  Ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'État français.

Il y a cinquante-trois ans, le 16 juillet 1942, 450 policiers et gendarmes français, sous l'autorité de leurs chefs, répondaient aux exigences des nazis.

Ce jour-là, dans la capitale et en région parisienne, près de dix mille hommes, femmes et enfants juifs furent arrêtés à leur domicile, au petit matin, et rassemblés dans les commissariats de police.
(…)

La France, patrie des Lumières et des Droits de l'Homme, terre d'accueil et d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux.  »

Plaque dans le métro

Panneau dans la station de métro Bir-Hakeim

Le 20 juillet 2008, une plaque[7] à la mémoire des victimes de la rafle a été apposée au métro Bir Hakeim.

La cérémonie, présidée par Jean-Marie Bockel, secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants, s'est déroulée en présence de Simone Veil, ancienne déportée et ancienne ministre, du président du CRIF, du président de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, David de Rothschild, du président du consistoire central israélite de France, et de Beate Klarsfeld.[8]

Films

Plusieurs films comportent des scènes qui font référence à cet épisode de la guerre, en particulier :

En préparation :

Bibliographie

  • Maurice Rajsfus, Jeudi noir, Éditions L'Harmattan, Paris, 1988, (ISBN 2738400396)
  • Maurice Rajsfus et Jean-Luc Einaudi, Les Silences de la police. 16 juillet 1942, 17 octobre 1961. L'Esprit frappeur, 2001, (ISBN 2844051731), 85 pages
  • Annette Muller, La petite fille du Vel' d'Hiv, Éditions Denoël, 1991. ISBN 2-7242-6761-3
  • Claude Lévy & Paul Tillard, La Grande rafle du Vel' d'hiv', Paris, Robert Laffont, 1967, p. 47.
  • Robert Weinstein et Stéphanie Krug, Vent printanier : 39-45, la vérité qui dérange, Paris : L'Harmattan, 2009, 178 p., (ISBN 9782296081079)
  • Anna Traube, Évadée du Vel d'Hiv, Éditions Le Manuscrit, Paris 2006, (ISBN 2-7481-5318-9)

Dans la fiction

Notes

  1. CDJC-CCCLXIV 2. Document produit au procès Oberg-Knochen en septembre 1954, cité par Maurice Rajsfus in La Police de Vichy — Les forces de l'ordre au service de la Gestapo, 1940/1944, Le Cherche Midi éditeur, 1995, page 118
  2. CDJC-CCCLXIV 2, ibid.
  3. Ibid.
  4. http://www.aidh.org/Racisme/shoah/rafle/espoir01.pdf
  5. Le monument commémoratif de la rafle du Vel'd'Hiv', Office national des anciens combattants et victimes de guerre
  6. Allocution de Jacques Chirac le 16 juillet 1995
  7. Texte du panneau, reproduit par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
  8. Des membres du gouvernement, le maire de Paris Bertrand Delanoë, le président de la région Île-de-France Jean-Paul Huchon et des parlementaires ont également assisté à la cérémonie. Voir Commémoration de la rafle du "Vel d'hiv", ministère de la Défense

Voir aussi

Liens externes

Ce document provient de « Rafle du V%C3%A9lodrome d%27Hiver ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 16 juillet 1942 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Évasion de Mauzac du 16 juillet 1942 — Évasion perpétrée dans la nuit du 15 au 16 juillet 1942 par onze agents secrets français et britanniques du Special Operations Executive détenus au camp d internement de Mauzac en Dordogne. Ils avaient été arrêtés en octobre 1941 en… …   Wikipédia en Français

  • 16 juillet — Éphémérides Juillet 1er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 …   Wikipédia en Français

  • Juillet 1942 — Années : 1939 1940 1941  1942  1943 1944 1945 Décennies : 1910 1920 1930  1940  1950 1960 1970 Siècles : XIXe siècle  XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • 16 juillet en sport — Éphémérides du sport Juillet 1er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 …   Wikipédia en Français

  • Seconde Guerre mondiale : juillet 1942 — Années : 1939 1940 1941  1942  1943 1944 1945 Décennies : 1910 1920 1930  1940  1950 1960 1970 Siècles : XIXe siècle  XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • Convoi n°6, 17 juillet 1942 — Convoi n° 6 du 17 juillet 1942 Le convoi n° 6 du 17 juillet 1942 est le sixième des 83 convois partis de France vers Auschwitz. Sommaire 1 Le convoi n°6 2 Ouvrages et travaux 3 Bibliographie 4 …   Wikipédia en Français

  • Convoi n° 6 du 17 juillet 1942 — Le convoi n° 6 du 17 juillet 1942 est le sixième des 83 convois partis de France vers Auschwitz. Sommaire 1 Le convoi n°6 2 Ouvrages et travaux 3 Bibliographie 4 Notes et référenc …   Wikipédia en Français

  • Seconde guerre mondiale : juillet 1942 — Années : 1939 1940 1941  1942  1943 1944 1945 Décennies : 1910 1920 1930  1940  1950 1960 1970 Siècles : XIXe& …   Wikipédia en Français

  • Discours du 16 juillet 1995 au Vel d'Hiv — Discours du 16 juillet 1995 au Vélodrome d Hiver (Jacques Chirac) Le discours du 16 juillet 1995 au Vélodrome d Hiver est un discours prononcé par le Président de la République Jacques Chirac le 16 juillet 1995 au Vélodrome d Hiver,… …   Wikipédia en Français

  • Discours du 16 juillet 1995 au Vélodrome d'Hiver — (Jacques Chirac) Le discours du 16 juillet 1995 au Vélodrome d Hiver est un discours prononcé par le Président de la République Jacques Chirac le 16 juillet 1995 au Vélodrome d Hiver, pour commémorer la rafle qui y avait eu lieu pendant …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”