André Thien Ah Koon

Né le 16 mai 1940 au Tampon, André Thien Ah Koon est un homme politique français. Souvent désigné par les initiales de son patronyme, TAK, il a été maire de sa ville natale et député.


André Thien Ah Koon
Meeting d'Andre Thien Ah Koon le 28 février 2010.JPG
André Thien Ah Koon lors d'un meeting politique en 2010 pour les élections régionales du 14 et 21 mars de la même année

Parlementaire français
Date de naissance 16 mai 1940
Mandat Membre du Conseil général de La Réunion
1982-1988
Maire du Tampon
1983-2001
Membre du Conseil régional de La Réunion
1986
Député
1986-2006
Circonscription 3ème circonscription de La Réunion
Groupe parlementaire RPR puis UMP puis non-inscrit
Vème République


Sommaire

Carrière professionnelle : une jeunesse de labeur

C'est à la fin de 1930 que les parents d'André Thien Ah Koon arrivent à La Réunion. En dépit d'être des migrants, ils s'installent à La Plaine des Cafres et y ouvrent boutique. André Thien Ah Koon suivra deux années d'école chinoise avant d'entrer en 6ème. A 14 ans il quittera le système scolaire suite au décès de son père afin d'aider à la boutique familiale. C'est durant cette période qu'il forgera son caractère de futur chef d'entreprise.

Malgré cette rupture scolaire, en 1967 il obtient par le biais de l'Institut d'Administration des Entreprises d'Aix-Marseille son diplôme de perfectionnement en administration des entreprises. Il a alors 27 ans.


Carrière politique

Soucieux d'intégrer le monde politique, outre le fait d'aider les petites gens il participe en 1968 à la fondation de l'Union des Jeunes pour le Progrès, mouvement politique proche du gaullisme.

Dynamique et ambitieux il organise dans la foulée le 1er festival de l'Océan Indien.

Il veillera à mettre sur pied le syndicat des Agriculteurs de La Plaine des Cafres.

En 1970, pour la première fois il se présente dans la deuxième canton de la commune du Tampon. Lors du dépouillement de cette élection du dimanche 8 mars 1970, son score est de 577 voix et celui de son adversaire, Paul Gervais, 1219. Ce sera sa première et dernière défaite politique lors d'un suffrage universel.

En 1976, il se présente à nouveau. En ballotage au 1er tour il l'emporte au second avec 56.38 % des voix. Il vainc alors son adversaire de 1970 et entre par là même de plain-pied dans le monde politique.

Éternel insatisfait, il sera le cofondateur du rotary club de Saint-Pierre et membre fondateur de l'Association Soutien Comité Probation Assistance des Libérés (ASCPAL).

En 1977, il est élu vice-président de la chambre de commerce et d'industrie et ce jusqu'en 1986.

En 1982 il est réélu dans le 2ème canton. Fin stratège, il envoie son frère se présenter dans le 1er canton. Ce dernier réalisant un faible score, reporte ses voix au second tour en faveur de Paul Badré permettant à ce dernier d'être élu.

En 1983, il devient maire du Tampon au second tour avec 46.23 % des voix. La même année il devient président du conseil d'administration des hôpitaux du Sud et Conseiller général.

Le 16 mars 1986, il est élu pour la première fois député de la 3ème circonscription avec 47,55 % des voix. Il démissionnera de son poste de conseiller régional tout en conservant le poste de vice-président de la Région Réunion jusqu'en 1988.

En 1988, il est réélu par 54,71 % des voix député suite à la dissolution de l'Assemblée nationale par François Mitterrand.

En 1989, il est réélu maire du Tampon avec 75.25 % des voix.

En 1993 lors des législatives il est réélu avec 56,31 % des voix.

En 1995, il est réélu maire du Tampon avec 63,78 % des voix.

Lorsqu'en 1997 Jacques Chirac dissout l'Assemblée nationale TAK est le seul homme politique de droite à garder sa mandature, étant réélu à hauteur de 51,75 % des voix. Les quatre autres députés de La Réunion appartiennent à la gauche.

S'il ne devient pas sénateur en 2001 il n'en demeure pas moins qu'il est pour la quatrième fois réélu maire de sa commune avec 65,01 % des voix.

En 2002, il est reconduit dans sa fonction de député avec 56,17 % des voix.

Les freins à sa carrière politique

Sa carrière ne semblait connaitre aucune limite jusqu'à cette date du 7 septembre 2004, où le Tribunal correctionnel de Saint-Denis le condamne à 18 mois de prison avec sursis, 100 000 euros d'amende et une inéligibilité pendant une période de trois ans. Les raisons de cette condamnation sont une prise illégale d'intérêt et abus de biens sociaux. Un des reproches de la Cour de Saint-Denis était que Monsieur Thien Ah Khoon avait utilisé sa fonction pour faciliter l'acquisition de plusieurs terrains pour lui et les membres de sa famille[1]. La Cour de cassation rejetant son pourvoi et la grâce présidentielle lui ayant été refusée, sa condamnation est définitive.

Poursuivi donc par la justice, le 10 janvier 2006 André Thien Ah Koon démissionne de son mandat de maire du Tampon et intronise Didier Robert comme successeur. Il demeure conseiller municipal et envisage de fonder un parti politique, le Parti populaire réunionnais.

Il a démissionné de l'assemblée nationale le 7 juin 2006


Un nouveau départ

En 2010, ses trois années d'inéligibilité passées, contre toute attente, le politicien refait surface pour les élections régionales des 14 et 21 mars 2010. Il conduit notamment la liste mouvement divers droite.

Lors de l'élection régionale de 2010 à La Réunion, il s'allie, entre les deux tours, avec la liste emmenée par le Parti communiste réunionnais. Il est finalement élu conseiller régional.

Vergès et Thien Ah Koon lors d'un meeting sur Le Tampon dans le cadre des élections régionales du 21 mars 2010.

Le dimanche 27 mars 2011 dans le cadre des élections cantonales, il est élu conseiller général du canton du Tampon 2 avec 68,92 % des voix. Cette victoire l'inscrit davantage sur la scène politique.

Récapitulatif des mandats locaux

Récapitulatif des mandats nationaux

Notes et références

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article André Thien Ah Koon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Andre Thien Ah Koon — André Thien Ah Koon Né le 16 mai 1940 au Tampon, André Thien Ah Koon est un homme politique réunionnais apparenté au groupe UMP. Souvent désigné par les initiales de son patronyme, TAK, il a été maire de sa ville natale et député. Opposé à Julien …   Wikipédia en Français

  • André-Maurice Pihouée — Parlementaire français Date de naissance 11 mars 1933 Mandat Député 1993 1997 Circonscription La Réunion Groupe parlementaire Rassemblement pour la République …   Wikipédia en Français

  • Didier Robert — Didier Robert, le 18 août 2006. Mandats Président du conseil régional de La Réunion …   Wikipédia en Français

  • Canton du Tampon-2 — Administration Pays France Région La Réunion Département La Réunion Arrondissement Arrondissement de Saint Pierre …   Wikipédia en Français

  • Conseiller régional de La Réunion — Un conseiller régional de La Réunion est un élu du conseil régional de La Réunion, soit le conseil régional français en charge de la région d outre mer qu est l île de La Réunion, dans l océan Indien. Depuis 1983, date de la création de l… …   Wikipédia en Français

  • Paul Vergès — Pour les articles homonymes, voir Vergès. Paul Vergès Paul Vergès lors d un meeting au Tampon dans le cadre de l élection régionale de 2010 …   Wikipédia en Français

  • Gilbert Annette — Pour les articles homonymes, voir Annette. Gilbert Annette Gilbert Annette …   Wikipédia en Français

  • Élections régionales françaises de 2010 — Résultats des élections régionales de 2010 …   Wikipédia en Français

  • Liste des députés de La Réunion — Cet article présente la liste des députés de La Réunion. Législature 2007 2012 Circonscription Identité Parti Autres mandats importants Première circonscription de La Réunion M. René Paul Victoria …   Wikipédia en Français

  • Élie Hoarau — Pour les articles homonymes, voir Hoarau. Élie Hoarau Mandats Député européen (de la Circonscription Outre Mer) …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”