André Deslignères

André Deslignères (Nevers, 25 septembre 1880 - Marines[1], Val-d’Oise, 18 décembre 1968) est un artiste graveur et éditeur français.

Sommaire

Biographie

Le grand-père maternel d'André Deslignères est rémouleur et sabotier à Nevers. Le jeune André vit ainsi au milieu des copeaux de hêtre, de noyer, aspirant à son tour à travailler le bois.

Sa famille quitte Nevers pour Paris. Il continue et achève de se perfectionner dans les arts du dessin à l’école Germain Pilon[2]. Il y passe trois années.
Il devient ensuite dessinateur dans une manufacture de passementeries du Nord, où il crée des modèles de tulle et de dentelles. Il revient à Paris, travaillant pour des fabricants de bijoux, dessinant des modèles jusqu’en 1914. C’est alors qu’il entre chez un architecte, mais la correction des mémoires ne le satisfait pas.

Curieusement, il commence à exercer son talent de graveur sur le cuivre. Au Salon des artistes français de 1905, il débute donc avec une eau-forte, Le Sabotier nivernais, dont le modèle n’est autre que son grand-père. C’est ensuite une marine de Bretagne, une aquarelle, qu’il présente, en 1909, à la Société nationale des Beaux-arts.

Il expose et mets en vente ses œuvres au Nouvel Essor, 40 rue des Saints-Pères, fin 1919. Il collabore à la revue L'Encrier de Roger Dévigne: 3 bois taillés originaux dans le n°8 de janvier 1920, par exemple (Printemps,Eté,Automne) . Jusqu'à la fin de l'année 1922, il participe à la "coopérative d'artistes" -initiée par Roger Dévigne- qui crée la Boutique de l'Encrier, au 74 rue du Bac. Il y expose des aquarelles, des croquis, des bois gravés (du 16 au 28 février 1921).

Il participe régulièrement aux grands salons parisiens tels que le Salon des artistes français ou encore la Nationale. Mais son aversion envers les jurys et les honneurs l’amène à exposer au Salon des Indépendants, dont il deviendra membre du comité organisateur en 1924.
Il démissionne, en 1926, et fonde avec Émile Perrin (graveur) le Salon des anonymes. Par la suite, on le retrouve à la création du Salon d’art français indépendant, en compagnie de H. Villard, Lhote, Alix Gromaitre et Bompard. Des relations privilégiées l’unissent à un autre graveur nivernais, Fernand Chalandre (1879-1924).

En 1922, la presse parisienne (Le Crapouillot) rend compte de l’exposition des artistes Constant Le Breton, Jean Lebedeff, Paul Hermann, Roger-Maurice Grillon, Jacques Beltrand, Robert Bonfils, Louis Bouquet, Paul-Émile Colin, Georges Gimel, Démétrios Galanis, Carlègle, André Deslignières et de leurs bois gravés à la galerie Le Nouvel Essor, qui précède leur accrochage commun, au début de l’année 1923, au Salon de la Société de la gravure sur bois originale, au Pavillon de Marsan.

Dans son atelier, boulevard de Clichy, Deslignières fréquente les artistes de Montmartre et s’exerce à la peinture. On rencontre dans son atelier Utrillo, Carco, Mac Orlan, Dorgelès, toute la joyeuse bande montmartroise qui se retrouve, le soir, chez le père Frédé, au Lapin Agile, où la belle voix basse d’André Deslignères entonne des chansons à boire.

En 1925, André Deslignères s’installe à Épiais-Rhus, dans le Val d’Oise, aux confins du Vexin, commune du canton de Marines.
C’est dans ce cadre qu’il opte de façon définitive pour le bois gravé, auquel il doit ses nombreuses collaborations avec les éditeurs d’art et les auteurs de son temps.
Dans son atelier, il s’essaie même à réaliser entièrement un livre — illustrations, typographie et impression — sur une presse à bras : Odes anacréontiques est publié en 1924 pour le compte de la Société[3] des médecins bibliophiles.
En 1930, il récidive avec un autre livre, La Luciade ou L’Âne, traduit de Lucius de Patras, en utilisant cette fois-ci deux presses à bras, et publié par sa propre maison, les Éditions de l’Ours, symbolisant ainsi son esprit d’indépendance artistique.
Il renouvelle l'expérience en 1938 avec Le Monologue du bon vigneron et, une dernière fois, en 1952, avec l'Abécédaire.

Deslignères garde toutefois un pied à Nevers en prenant la présidence du Groupe d’émulation artistique du Nivernais en 1926 jusqu’en 1964. Il retrouve l’ambiance de Montmartre au café des Fontaines à Nevers, lieu de rendez-vous des artistes locaux, où « [lui] et ses chansons de mariniers, et tant d’autres sont chaleureusement applaudis… »

Œuvre

Les principales sources d’inspiration d'André Deslignères sont :

  • la vie de la cité, les scènes de la vie populaire, la cohue des marchés, le grouillement des ports ;
  • puis le monde des travailleurs : artisans, tâcherons, paysans. Son rémouleur, son potier, ses vignerons, ses moissonneurs sont célèbres. Il saisit le geste, l’effort des gens de la terre ;
  • les nus aux chairs fermes et musclées, aux ombres nettes, traitées avec beaucoup de relief et parfois une certaine audace.

Deslignères donne également ses impressions recueillies au cours de ses divers voyages en Corse, en Belgique, en Hollande.

Il aussi faut relever son penchant particulier pour la Loire.
Maurice Rameau, secrétaire du Groupe d’émulation artistique du Nivernais, écrit, en 1968 : « Deslignères a espéré revenir vieillir en Nivernais. Longtemps il a rêvé d’une loge de vigneron, élevée dans les ceps de la côte marzyate, d’où il aurait pu contempler à satiété la Loire de son enfance. »

Musées et expositions

Les musées de Paris, Nevers, Nîmes, Le Havre et Grenoble possèdent des œuvres de Deslignères.
À l'étranger, il est représenté en Italie (Florence, Galerie des Offices, Milan), en Grande-Bretagne (Londres), aux États-Unis.
Parmi les nombreuses expositions à l’étranger, on peut ajouter, sans précision de date, Florence, Bruxelles et Tananarive (Madagascar).

Publications

  • Le Devoir et l'Inquiétude, poèmes de Paul Éluard suivis de Le Rire d’un Autre, ornés d’une gravure sur bois par A. D. - Paris, A. J. Gonon, 1917
  • La ballade du vieux marin (The Rime of the Ancient Mariner) de Samuel Taylor Coleridge & Alfred Jarry (trad.), A. D. (ill.) - Paris, Ronald Davis, 1921
  • Le Père Perdrix de Charles-Louis Philippe, préface d'Emile Guillaumin, trente-deux bois originaux - Paris (36, rue Bonaparte), André Coq, 1921
  • Aventures d'Arthur Gordon Pym d'Edgar Allan Poe & Charles Baudelaire (trad.), édition ornée de 40 vignettes dessinées et gravées sur bois par Deslignères et d'un portrait par J.-L. Perrichon - Paris (125, Boulevard Saint-Germain), Éditions d'Art Edouard Pelletan : Helleu et Sergent, 1924
  • Rémi des Rauches de Maurice Genevoix, bois gravés - Paris, Marcel Seheur, 1926
  • Le démon de la connaissance de François Mauriac, illustrations de A. D., édition originale -Paris, M.-P. Trémois, 1928
  • Nono de Gaston Roupnel, bois de A. D. - Paris (37, boulevard du Montparnasse), Mornay G. & A., 1928
  • Les Amours jaunes deTristan Corbière, vignettes de A. D., introduction et notes de Yves-Gérard Le Dantec - Paris (14, rue de l'Abbaye), Emile-Paul frères, 1942 (Imprimerie Aranéenne), 2 vol. (190 p. + 170 p.)
  • L'INDIENNE DE BLOIS, de Pierre DOMINIQUE, LE LIVRE DE DEMAIN, ARTHEME FAYARD & CIE EDITEURS PARIS, 1932, 126 pages, 31 bois originaux de DESLIGNIERES.
  • BELLE JEUNESSE, de Marcelle VIOUX, 38 bois originaux de DESLIGNIERES (Le livre de demain), Arthème Fayard, Paris, 1942 (broché, 24 x 19 cm, 126 pages)
  • Revue L'Encrier n°8 (janvier 1920): 3 bois originaux

Notes et références

  1. À 14 km de Pontoise.
  2. Elle fusionne, en 1925, avec l’école Bernard Palissy pour former ce qui est, aujourd’hui, l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art.
  3. Société éditant des livres de bibliophilie à destination d'adhérents liés à une profession.

Bibliographie

  • Association des courriéristes littéraires des journaux quotidiens, L'Ami du lettré pour 1923, Paris, Les éditions G. Grès & Cie, 1923
  • Édouard Michel, André Deslignères, mage du "Bois" in La Revue du Centre, numéro 4, janvier 1927, p. 88-91
  • Raymond Hesse, Le Livre d'art du XIXe siècle à nos jours, Paris, la Renaissance du livre, 1927
  • Catalogue du Salon international du Livre d'art, 20 mai-15 août. Suivi de Catalogue du Salon international... Sections étrangères, présentation de Clément-Janin, Petit Palais des Beaux-Arts de la ville de Paris, 1931
  • Salon d'Automne 1941 : catalogue des ouvrages de peinture, sculpture, dessin, gravure, architecture et art décoratif exposés au Palais des Beaux-Arts de la ville de Paris du 4 octobre au 9 novembre 1941, Paris, impr. E. Durand, 1941
  • Jean-François Lefébure, André Deslignères, Nancy, Association française pour la connaissance de l'ex-libris, 2006, 8 p., ill., 30 cm in Bulletin de l'Association française pour la connaissance de l'ex-libris, numéro 238
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs de tous les temps et de tous les pays, Paris, Gründ, 1976
  • Maurice Bardin, Dictionnaire des peintres, sculpteurs et graveurs nivernais du XVe au XXe siècle, Nevers, Camosine, 2002
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre : peintres, sculpteurs, graveurs, dessinateurs, illustrateurs, plasticiens aux 19e et 20e siècles, Paris, André Roussard, 1999
  • Philippe Le Stum, Pierre Maille (préface), Impressions bretonnes : la gravure sur bois en Bretagne (1850-1950), Éditions Palantines, 2005
  • André Deslignères (1880 à 1968), peintre et graveur : septembre-octobre 2009. Nevers : bibliothèque municipale de Nevers, 2009
  • Revue L'Encrier: n°6, 15 octobre-15 novembre 1919; n°8: janvier 1920

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article André Deslignères de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Desligneres — André Deslignères André Deslignères (25 septembre 1880 à Nevers 18 décembre 1968 à Marines, dans le Val d’Oise) est un artiste graveur et éditeur français. Biographie Le grand père maternel d André Deslignères était rémouleur et sabotier à Nevers …   Wikipédia en Français

  • Maurice Genevoix — Activités Écrivain Naissance 29 novembre 1890 Decize Décès …   Wikipédia en Français

  • Paul Éluard — Paul Eluard Signature d Éluard Nom de naissance Eugène Émile Paul Grindel Activités Poète …   Wikipédia en Français

  • Eluard — Paul Éluard Paul Éluard , de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel, né à Saint Denis, le 14 décembre 1895, mort le 18 novembre 1952 à Charenton le Pont, était un poète français. Il choisit à l’âge de vingt et un ans, le nom de Paul Éluard,… …   Wikipédia en Français

  • Eugène Grindel — Paul Éluard Paul Éluard , de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel, né à Saint Denis, le 14 décembre 1895, mort le 18 novembre 1952 à Charenton le Pont, était un poète français. Il choisit à l’âge de vingt et un ans, le nom de Paul Éluard,… …   Wikipédia en Français

  • Paul Eluard — Paul Éluard Paul Éluard , de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel, né à Saint Denis, le 14 décembre 1895, mort le 18 novembre 1952 à Charenton le Pont, était un poète français. Il choisit à l’âge de vingt et un ans, le nom de Paul Éluard,… …   Wikipédia en Français

  • Éluard — Paul Éluard Paul Éluard , de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel, né à Saint Denis, le 14 décembre 1895, mort le 18 novembre 1952 à Charenton le Pont, était un poète français. Il choisit à l’âge de vingt et un ans, le nom de Paul Éluard,… …   Wikipédia en Français

  • Georges Gimel — Pour les articles homonymes, voir Gimel. Georges Gimel Georges Gimel dit le Maître du Feu, né le 8 mars 1898 à Domène (Isère), mort le …   Wikipédia en Français

  • Francis Carco — Francis Carco, ca 1930 François Carcopino Tusoli, dit Francis Carco, est un écrivain, poète, journaliste et auteur de chansons français d origine corse, né le 3 juillet 1886 à Nouméa (Nouvelle Calédonie) et mort le 26 mai 1958 à Paris.… …   Wikipédia en Français

  • Carco — Francis Carco François Carcopino Tusoli, dit Francis Carco, est un écrivain, poète, journaliste et auteur de chansons français d origine corse, né le 3 juillet 1886 à Nouméa (Nouvelle Calédonie) et décédé le 26 mai 1958 à Paris.… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”