Andromède (galaxie)

Galaxie d'Andromède

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir M31.
M31 (Galaxie d’Andromède)
Galaxie d’Andromède
La Galaxie d’Andromède, avec ses deux galaxies satellites les plus brillantes, M32 et M110
Données d’observation
Époque J2000.0
Ascension droite 00h 42m 44,2s
Déclinaison +41° 16′ 09″
Coordonnées galactiques =121,17, b=-21,57
Constellation Andromède
Vitesse radiale -301 km/s
Inclinaison 77,7°
Orientation du Grand axe 37,7°
Magnitude apparente (V) 3,38
Indice de couleur (B-V) 0,91
Indice de couleur (U-B) 0,50
Rougissement (B-V) 0,062
Absorption d’avant-plan (V) 0,19
Type Sb I-II
Magnitude absolue (V) -21,2
Module de distance 24,4±0,1
Distance 760 kpc
Distance au centre de masse du Groupe local 300 kpc
Taille angulaire 92′×197′
Taille physique 20×44 kpc
Masse (2-4)×1011 M
Masse d’hydrogène atomique (HI) 5,8×109 M
Masse d’hydrogène moléculaire (H2) 3×108 M
Masse du noyau 7×107 M
Nombre d’amas globulaires 400±55
Nombre de nébuleuses planétaires 8 000±1 500
Taux de novae (par an) 29±4
Abondance d’oxygène (12 + log(O/H)) 9,0

La galaxie d’Andromède, aussi connue sous les numéros M31 et NGC 224, est une galaxie spirale géante du Groupe local, très semblable à notre galaxie située dans la direction de la constellation d’Andromède.

Andromède est l’une des rares galaxies visibles à l’œil nu depuis la Terre dans l’hémisphère Nord (M33 et M81 sont également visibles sous d’excellentes conditions et le Petit et Grand Nuage de Magellan sont visibles depuis l’hémisphère Sud).

Bien qu’elle soit la galaxie spirale la plus proche de nous, sa distance est encore incertaine[1]. On l’estime entre 2,4 et 2,9 millions d’années-lumière (soit entre 750 et 900 kpc) selon les sources.

La galaxie d’Andromède est l’un des rares corps célestes situés à l’extérieur de notre propre galaxie pouvant être vu à l’œil nu dans des conditions lumineuses et climatiques favorables. C’est également un des objets les plus étendus de la voûte céleste. Son diamètre apparent s’étend autant que cinq Pleines Lunes[2].

La galaxie du Triangle et M81 sont cependant plus éloignées de notre Galaxie et également visibles à l’œil nu, quoique uniquement dans des conditions d’observation particulièrement favorables.

Sommaire

Composition

Selon une étude de l’Institut de radioastronomie millimétrique de Grenoble menée à l’aide de son antenne située près de Grenade en Espagne, la Galaxie d’Andromède regorgerait d’étoiles en formation grâce à des masses énormes de monoxyde de carbone et d’hydrogène moléculaire ; deux gaz indispensables à la formation de véritables pouponnières stellaires.

L’amas globulaire , vu ici par le Télescope spatial Hubble.

Mais en règle générale, on y retrouve tous les objets suffisamment étendus que l’on peut trouver, avec une plus grande taille apparente, dans notre propre Voie lactée.

Les bandes d’absorption qui marquent le disque de M31 sont autant de vastes nébuleuses obscures semblables en nature à la Nébuleuse de la Tête de Cheval, par exemple.

Moins abondantes que dans certaines galaxies telles que la Galaxie du Triangle, de nombreuses régions HII comparables à notre Nébuleuse d’Orion sont néanmoins aisément visibles sur les images détaillées et en couleurs où elles apparaissent en rouge.

Un autre type d’objet a été retrouvé en abondance : plus d’une centaine d’amas globulaires ont été détectés dans le disque galactique. Le plus connu et le plus observé est sans aucun doute , de magnitude 13,7 et donc visible dans un télescope de 200 mm de diamètre.

On connaît enfin dans M31 une fameuse association stellaire, NGC 206.

L’existence du gigantesque anneau d’étoiles et de poussières (32 000 années-lumière de rayon), et d’un autre plus petit (5 000 années-lumière de rayon), pourrait s’expliquer par la collision avec M32. Cette petite galaxie satellite et Andromède seraient entrées en collision il y a 210 millions d’années. M32 aurait suivi l’axe de rotation d’Andromède à la vitesse de 265 kilomètres par seconde. C’est actuellement le scénario le plus plausible au vu des simulations. D’autres observations soutiennent le modèle de croissance des galaxies par cannibalisme : le disque qui entoure Andromède proviendrait de galaxies disparues ayant été absorbées par cette première[3].

Une rencontre du vivant de notre soleil

Des mesures par effet Doppler montrent que les deux galaxies se rapprochent à une vitesse de l’ordre de 300 km/s (par rapport au Soleil) et pourraient entrer en collision dans quelques milliards d’années. Cette hypothèse n’est pour l’instant pas confirmée car la vitesse tangentielle de la galaxie d’Andromède par rapport à notre Galaxie n’est pas connue à l’heure actuelle, mais reste probable. Elles devraient former alors une galaxie elliptique géante. La densité moyenne d’une galaxie est faible et les risques de collision de corps massifs sont très peu élevés.

Rôle historique

Elle a été observée en 905 par un astronome persan (Abd-al-Rahman Al Soufi) qui l’a décrite comme un « petit nuage ». Sa première description à l’aide d’un télescope est réalisée par Simon Marius en 1612 (souvent décrit comme le découvreur de la galaxie).

La galaxie d’Andromède est la spirale géante la plus proche de nous et c’est par la mesure de sa distance que se révéla la composition de l’Univers et l’échelle du cosmos.

Des étoiles variables céphéides extragalactiques furent identifiées par Edwin Hubble sur les photos astronomiques de cette galaxie et permirent, grâce à la relation période-luminosité établie en 1912 par Henrietta Leavitt d’en déterminer la distance, ce qui confirma la nature extragalactique de cette nébuleuse (comme étaient appelées les galaxies jusqu’alors). Contrairement à une idée très répandue, ce n’est pas cette galaxie qui fut la première à être identifiée comme telle par Hubble ; elle ne vint qu’en troisième position, après la galaxie de Barnard et la galaxie du Triangle. Ce fut le premier pas qui le mena à établir la loi de Hubble qui elle-même fut l’observation décisive prouvant l’expansion de l’Univers et par suite la théorie du Big Bang. La détermination de la distance importante (pour l’époque) de la Galaxie d’Andromède permit de réinterpréter un événement de 1885 qui avait été considéré comme étant une nova. Du fait de sa magnitude apparente relativement faible et de la distance de la galaxie, cet événement était en réalité extrêmement lumineux à l’échelle d’une galaxie. Il s’agissant en fait d’une supernova (une explosion d’étoile), par la suite nommée SN 1885A. Il s’agit de la première supernova vue depuis l’invention du télescope, et de la seule connue dans la galaxie d’Andromède.

En 1943, alors que Los Angeles était sous couvre-feu, Walter Baade utilisa le télescope Hooker du Mont Wilson et fut ainsi le premier à résoudre des étoiles dans la région centrale de cette galaxie.

C’est par l’étude de M31 que put être mis en évidence une nouvelle classe d’étoiles variables, les variables lumineuses bleues (ou LBV), découvertes par Edwin Hubble et Allan Sandage en 1953[4]. Les quatre premiers représentants de cette classe dans M31 étaient AF Andromedae, AE Andromedae, et VA-1. Ces étoiles dans M31 sont suffisamment brillantes (magnitude apparente de l’ordre de 16 ou 17) pour être aisément observables depuis la Terre, et dont l’uniformité des distances permet une meilleure analyse.

Observation

Une vue infrarouge de la galaxie d’Andromède prise par le télescope spatial Spitzer.

La galaxie d’Andromède est visible dans la constellation d’Andromède. Dans d’excellentes conditions, on peut la voir à l’œil nu, mais globalement il vaut mieux utiliser une paire de jumelles. Elle se présente alors comme une tâche diffuse, laiteuse, mais on ne voit que son noyau. Au télescope, il est possible de la voir plus étendue, avec ses deux galaxies satellites.

Voir aussi

Articles connexes

Notes

  1. La forte incertitude de 25 % sur l’estimation de cette distance, très proche à l’échelle cosmique, conduit assez logiquement certains cosmologistes à s’interroger sur le bien-fondé de la précision affichée par le modèle standard de l’Univers
  2. Comparaison entre la Pleine Lune et Andromède
  3. Andromède la cannibale. Consulté le 3 septembre 2009.
  4. (en) Edwin Hubble & Allan Sandage, The Brightest Variable Stars in Extragalactic Nebulae. I. M31 and M33, Astrophysical Journal, 118, 353-361 (1953) Voir en ligne.

Liens externes


Les galaxies du Groupe local et de sa périphérie
Principaux membres : M31 (Andromède) · Voie lactée · M33 (Triangle) · Grand Nuage de Magellan (LMC) · Petit Nuage de Magellan (SMC) · M32 · NGC 6822 · IC 10

Galaxies sphéroïdales et naines sphéroïdales lumineuses : NGC 205 · NGC 185 · NGC 147 · Fornax · Sagittarius · Canis Majoris
Naines irrégulières faibles : IC 1613 · WLM · Pegasus · Aquarius · SagDIG · LGS 3 · Phoenix · Leo A
Naines sphéroïdales du groupe d’Andromède : And I · And II · And III · And V · And VI · And VII · ·
Naines sphéroïdales faibles : Leo I · Leo II · Carina · Sculptor · Draco · Tucana · Sextans · Ursa Minor · Cetus
Périphérie du Groupe Local : Cam A · UGCA 92 · NGC 3109 · GR 8 · Antlia · Sextans A · Sextans B · IC 5152 · UKS 2323-326 · ESO 249-010

Objets du catalogue Messier

00M1 00M2 00M3 00M4 00M5 00M6 00M7 00M8 00M9 0M10 0M11 0M12 0M13 0M14 0M15 0M16 0M17 0M18 0M19 0M20 0M21 0M22 0M23 0M24 0M25 0M26 0M27 0M28 0M29 0M30 0M31 0M32 0M33 0M34 0M35 0M36 0M37 0M38 0M39 0M40 0M41 0M42 0M43 0M44 0M45 0M46 0M47 0M48 0M49 0M50 0M51 0M52 0M53 0M54 0M55 0M56 0M57 0M58 0M59 0M60 0M61 0M62 0M63 0M64 0M65 0M66 0M67 0M68 0M69 0M70 0M71 0M72 0M73 0M74 0M75 0M76 0M77 0M78 0M79 0M80 0M81 0M82 0M83 0M84 0M85 0M86 0M87 0M88 0M89 0M90 0M91 0M92 0M93 0M94 0M95 0M96 0M97 0M98 0M99 M100 M101 M102 M103 M104 M105 M106 M107 M108 M109 M110

Voir aussi : Catalogue MessierAmas globulaireConstellationGalaxieNébuleuse


Objets de Messier classés par ascension droite
Objet précédent :
M32
Objet en cours :
M31
Objet suivant :
M103
  • Portail de l’astronomie Portail de l’astronomie

Ce document provient de « Galaxie d%27Androm%C3%A8de ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Andromède (galaxie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Galaxie d'Andromede — Galaxie d Andromède Pour les articles homonymes, voir M31. M31 (Galaxie d’Andromède) La Galaxie d’Andromè …   Wikipédia en Français

  • andromède — ● andromède nom féminin (latin Andromeda, nom propre) Bruyère arbustive des rocailles, aux feuilles toxiques, des régions tempérées. Andromède dans la myth. gr., fille du roi d éthiopie Céphée. Livrée à un monstre marin sur ordre de Poséidon,… …   Encyclopédie Universelle

  • Galaxie d'Andromède — Pour les articles homonymes, voir Andromède et nébuleuse d Andromède. M31 (Galaxie d’Andromède) La galaxie d’Andromède, avec ses deux galaxie …   Wikipédia en Français

  • Andromede (constellation) — Andromède (constellation) Pour les articles homonymes, voir Andromède. Andromède …   Wikipédia en Français

  • Andromède (Constellation) — Pour les articles homonymes, voir Andromède. Andromède …   Wikipédia en Français

  • Galaxie Du Triangle — Pour les articles homonymes, voir M33. M33 / Galaxie du Triangle Galaxi …   Wikipédia en Français

  • Galaxie du triangle — Pour les articles homonymes, voir M33. M33 / Galaxie du Triangle Galaxi …   Wikipédia en Français

  • Galaxie Spirale — Pour les articles homonymes, voir Spirale (homonymie). Galaxie spirale NGC 4414 telle que vue par le télescope spatial Hubble …   Wikipédia en Français

  • Galaxie Naine — La galaxie naine NGC 1569. Une galaxie naine est une petite galaxie composée de l ordre de 10 milliards d étoiles, un nombre relativement faible par rapport aux 200 à 400 milliards d étoiles de la Voie lactée. Ces galaxies gravitent souvent… …   Wikipédia en Français

  • Galaxie De Wolf-Lundmark-Melotte — Pour les articles homonymes, voir Lundmark. Wolf Lundmark Melotte …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”