Android
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Androïde.
Android
Android robot.svg Android.svg
Android 4.0.png
Interface d'Android dans sa version 4.0 sur Galaxy Nexus

Famille Linux
Type de noyau Monolithique
État du projet en développement
Entreprise /
Développeur
Open Handset Alliance
Licence Licence Apache 2.0
GNU GPL 2[1]
États des sources Open Source
Dernière version stable SDK 4.0 (Octobre 2011) [+/−]
Site web www.android.com

Android (prononcer androïde[2]) est un système d'exploitation open source[3] pour smartphones, PDA et terminaux mobiles conçu par Android, une startup rachetée par Google, et annoncé officiellement le 5 novembre 2007[4]. D'autres types d'appareils possédant ce système d'exploitation existent, par exemple des téléviseurs et des tablettes.

Sommaire

Origine

Android doit son nom à la startup du même nom spécialisée dans le développement d'applications mobiles que Google a rachetée en août 2005[5], nom qui vient lui-même d'« androïde » qui désigne un robot construit à l'image d'un être humain. Le logiciel, qui avait été surnommé gPhone par les rumeurs de marchés, est proposé de façon gratuite et librement modifiable aux fabricants de téléphones mobiles, ce qui facilite son adoption. Le gPhone a été lancé en octobre 2008 aux États-Unis dans un partenariat de distribution exclusif entre Google et T-Mobile.

Bugdroid

Le personnage nommé Bugdroid est le petit robot vert utilisé par Google pour présenter Android. Ce personnage est sous licence « creative commons by (3.0) » et peut donc être utilisé librement[6].

Le site Engadget[7] annonce que Bugdroid, le logo d’Android, serait en fait un personnage d’un jeu des années 1990 sur Atari : Gauntlet: The Third Encounter.

Caractéristiques

Android est un système d'exploitation fondé sur un noyau Linux[8], il comporte une interface spécifique, développée en Java, les programmes sont exécutés via un interpréteur JIT, toutefois il est possible de passer outre cette interface, en programmant ses applications en C, mais le travail de portabilité en sera plus important. Si la majorité des périphériques Android sont basés sur l'architecture ARM, l'hétérogénéité des versions et des coprocesseurs peut varier grandement d'un constructeur à l'autre. Pour communiquer avec les périphériques, Android utilise HAL, considéré comme obsolète depuis 2010 par de nombreuses distributions GNU/Linux car ses fonctions principales sont à présent intégrées dans udev.

Disponible via une licence Apache version 2, le système d'exploitation inclut tous les utilitaires requis par un constructeur ou par un opérateur pour mettre en œuvre un téléphone portable.

Android a été conçu pour intégrer au mieux des applications existantes de Google comme le service de courrier Gmail, celui de cartographie, Google Maps, ou encore Google Agenda, Google Talk, YouTube. Un accent particulier est mis sur la géolocalisation avec Google Latitude et la météo correspondant à la ville la plus proche disponible sur le menu principal (vu sur HTC Sense).

XML pour les interfaces

Approchant le fonctionnement de Flex (ActionScript/MXML) ou de .NET, Android fournit un kit de développement (SDK) qui permet de développer des applications spécifiques de la téléphonie mobile à mettre en œuvre sur la plate-forme.

Développement

Version

Article détaillé : Historique des versions d'Android.

Les différentes versions d'Android ont toutes des noms de desserts (en anglais) depuis la sortie de la version 1.5 et suivent une logique alphabétique (de A vers Z) :

  • 1.0 : Version connue uniquement ou presque des développeurs car c'est la version du Sdk distribué avant la sortie du premier téléphone Android, Sdk distribué fin 2007, que l'on peut appeler Alpha.
  • 1.1 : Version incluse dans le premier téléphone, le Htc Dream, rumeur non fondée sur son nom : Beta.
  • 1.5 : Cupcake (Petit Gâteau), sortie en avril 2009, dernière révision officielle en mai 2010 ;
  • 1.6 : Donut (Beignet), sortie en septembre 2009, dernière révision officielle en mai 2010 ;
  • 2.0 (2.0.1) : Version appelée Eclair au départ mais, à cause de nombreux bugs, vite remplacée par la 2.0.1 puis par la 2.1 (Version peu connue)
  • 2.1 : Eclair, sortie en janvier 2010, dernière révision officielle en mai 2010 ;
  • 2.2 (2.2.2) : FroYo (Frozen Yogourt : Yaourt glacé), sortie en mai 2010, dernière révision officielle en juillet 2010 ;
  • 2.3 (2.3.7)[9] : Gingerbread (Pain d'épice), sortie le 6 décembre 2010, version actuelle pour smartphones et petites tablettes ;
  • 3.0 (3.2) : Honeycomb[10] (Rayon de miel), sortie le 26 janvier 2011, version actuelle pour grandes tablettes et TV connectés[11] ;
  • 4.0 (4.0.1) : Ice Cream Sandwich[12] (Sandwich à la crème glacée), version unifiée pour Smartphone, Tablette et GoogleTV[13], combinant Gingerbread et Honeycomb, sortie le 19 octobre 2011.
  • ?.? : Jelly Bean : nom supposé pour la version suivant Ice Cream Sandwich[réf. nécessaire]

Andy Rubin, le vice-président ingénierie de chez Google, a déclaré que le rythme des mises à jour d'Android sera plus lent. Ainsi, après la sortie de Gingerbread, il devrait y avoir une nouvelle version tous les ans, du fait de la maturité du système d'exploitation[14].

Répartition des versions

Graphique illustrant la part de chaque version d'Android au 3 octobre 2011

Répartition des différentes versions, au 3 novembre 2011[15].

Distribution API level  %
4.0 Ice Cream Sandwich 14-15 0%
3.x.x Honeycomb 11-13 1.9%
2.3.x Gingerbread 9-10 44.4%
2.2 Froyo 8 40.7%
2.1 Eclair 7 10.7%
1.6 Donut 4 1.4%
1.5 Cupcake 3 0.9%


Appel à la communauté Open Source

Dans le message vidéo de présentation d'Android, Sergey Brin a indiqué que Google comptait sur la communauté des développeurs Open Source pour créer un système d'exploitation vraiment novateur grâce au SDK disponible à l'adresse : http://developer.android.com/. Il a aussi indiqué qu'une prime globale de 10 millions de dollars[16] serait attribuée aux développeurs des meilleures applications dans le cadre de l'Android Developer Challenge.

Le 12 mai 2008, Google annonce la liste des 50 applications retenues dans le cadre de ce concours. Ces 50 applications font pour la plupart appel à des services de géolocalisation et de réseaux sociaux. Tous les participants se voient alors remettre la somme de 25 000 dollars par projet afin de poursuivre le développement. La deuxième partie du défi est alors lancée dans le but de retenir 20 projets finaux en les finançant à hauteur de 275 000 dollars pour les dix premiers et 100 000 dollars pour les dix autres. Une vidéo de présentation d'Android fut mise en ligne le 23 octobre 2008, jour de la publication du code source par Google[17] et la liste des applications gagnantes du premier Android Developer Challenge a été publiée par Google.

Les soumissions du deuxième Android Developer Challenge ont pris fin le 31 août 2009 et les résultats finaux ont été dévoilés en novembre 2009.

Concepts et innovations

Capture de l'écran de l'accueil d'Android 1.6 sans surcouche

Bureaux virtuels

Le bureau est étendu sur 3 parties (ou plus). Chacune est personnalisable, il est possible d'y mettre des raccourcis (vers des applications, des fichiers, des dossiers, des contacts, etc.) ou des widgets (calendrier, horloge, notes, etc.). L'image de fond s'étend aussi sur les 3 parties et bouge légèrement quand on change de partie, ce qui donne l'impression que le contenu fait partie du décor. Cependant, certains constructeurs comme HTC modifient ce bureau : l'interface Sense est dotée de 7 bureaux, avec un menu personnalisé. Sony Ericsson, LG et Samsung profitent aussi du caractère ouvert d'Android pour modifier l'interface Android originelle. Plusieurs surcouches de fabricants ont été développées. La plus ancienne et celle qui change grandement l'interface est HTC Sense, celle qui se veut très proche de Android original est Samsung TouchWiz tandis que la dernière à être lancée est Sony Ericsson UI.

Une conséquence de la personnalisation par les constructeurs est que lorsqu’une nouvelle version d'Android sort, chaque constructeur doit procéder aux adaptations dans sa propre version. De ce fait, soit la mise à jour n’est jamais réalisée, soit elle sort plusieurs semaines ou mois après la version de base. Pour les constructeurs, cette personnalisation permet de maîtriser leur produit, ainsi que d'apporter une valeur ajoutée à leur téléphone, pour ne pas être un simple assembleur comme pour les ordinateurs. Il s'agit toujours de personnaliser l'interface utilisateur, comme pour chaque téléphone portable, comme cela a existé avant l'avènement des smartphones.

Widgets

Comme pour les bureaux des systèmes d'exploitation récents, il est possible de placer des widgets sur le bureau. Ils permettent de donner des informations variables et de fournir des interactions.

Centralisation des notifications

La barre du haut reçoit les statuts (réseaux utilisés, niveau de batterie, modes vibreur/sonnerie/silencieux, alarme, etc.) et les notifications. Celles-ci proviennent des applications, et peuvent avertir de l'arrivée d'emails, de SMS, d'appels en absence, ou bien afficher des informations relatives à Google Talk, à l'avancement des téléchargements en cours, etc.

Boussole électronique

Déjà, de nombreux programmes tirent parti d'une boussole électronique intégrée à certains appareils, le premier étant Google Maps qui propose le mode Street View en utilisant la boussole et l'accéléromètre, ce qui permet de mieux se repérer. Dans les autres cas, Google Maps déduit la direction (comme tous les logiciels utilisant le GPS) des coordonnées précédentes.

Capteurs divers

Android (2.3) prend en charge des capteurs de type gyroscope, gravité, accélération linéaire ou encore baromètre.

Ces capteurs peuvent ouvrir une autre dimension au système Android, pouvant le spécialiser dans des domaines de recherche, ou de sport.

Cette dernière version prend aussi en charge le système NFC (Near Field Communication), qui ressemble au RFID, pour tout ce qui peut être paiement, ticket de métro, et d'autres applications commerciales. (Le deuxième téléphone estampillé Google, le Nexus S, qui est produit par Samsung, possède une puce NFC.)

Fils de discussion

Les fils de discussion sont de plus en plus utilisés sur les différents modes de communication écrite. Sur Android, ils sont utilisés pour les courriels (comme sur gmail.com) et les SMS (comme sur les Sony Ericsson).

Android Market

Logo de l'Android Market
Article détaillé : Android Market.

Il est possible de télécharger des applications gratuites ou payantes. Il est aussi possible de les noter et de les commenter. En septembre 2011, il y avait plus de 520 000 applications sur Android Market, dont 65 % sont gratuites[18].

Les applications sont en Java et peuvent être distribuées autrement que par l'Android Market. Pour simplifier le développement d'applications, Google a développé une interface web : App Inventor permettant de développer facilement une application qui pourra ensuite être disponible sur l'Android Market[19].

Sony a indiqué que l'entreprise allait proposer prochainement le service PlayStation Suite qui permettra de télécharger des jeux vidéo certifiés par l'entreprise uniquement pour les appareils fonctionnant sous Gingerbread[20].

Différents supports

Smartphones

Le premier mobile commercialisé sous Android est le HTC G1/Dream produit par la firme Taïwanaise HTC, lancé aux États-Unis sur le réseau T-Mobile le 22 octobre 2008.

En France, le premier mobile sous Android fut commercialisé par Orange avec le HTC Dream depuis le 12 mars 2009. Le HTC Magic est arrivé début mai 2009 chez SFR, suivi par le Samsung Galaxy (ou i7500) chez Bouygues. Le HTC Hero, disponible fin juillet 2009 hors abonnement, bénéficie de Sense, un habillage particulier (propre à HTC) de l'interface. Son successeur : le HTC Legend est commercialisé sur le marché européen en avril 2010 avec la version 2.1 d'Android et, comme le Hero, il bénéficie de Sense.

En novembre 2009, Motorola a lancé aux États-Unis le Droid (commercialisé ailleurs dans le monde sous le nom de Motorola Milestone), le premier téléphone muni de la version 2.0 d'Android (nom de code Eclair). L'appareil qui a trouvé 250 000 acheteurs une semaine après son lancement[21] fut lancé au Canada début février 2010 sur le réseau de Telus[22].

Au Canada, les mobiles sous Android sont disponibles chez Rogers Communications, Bell, Telus et Vidéotron, ainsi que sur certaines de leurs filiales respectives[23]. Le premier opérateur à avoir offert un téléphone muni d'Android a toutefois été Rogers, avec le HTC Dream et le HTC Magic.

Le 5 janvier 2010 Google annonce le Nexus One, téléphone conçu par la firme de Mountain View et sous-traité par HTC. Doté de caractéristiques alors assez impressionnantes (écran AMOLED de 3,7 pouces, processeur de 1 GHz, 512 Mb de mémoire RAM et Android 2.1), il devait également avoir l'avantage de recevoir directement ses mises à jour de Google, c'est-à-dire très rapidement. Il fut en effet le premier smartphone à bénéficier d'Android 2.2 Froyo en juin 2010. Cependant ses ventes n'ont pas été exceptionnelles : environ 20 000 exemplaires la semaine de sa sortie.

En décembre 2010, Samsung fabrique le Nexus S pensé par Google sous Android 2.3, et le mois de sa sortie celui-ci est envoyé dans l'espace à plus de 32 000 mètres d'altitude[24]. Google annonce passer les 300 000 activations de smartphones par jour[25].

Le 18 octobre 2011, Samsung et Google dévoilent le Samsung Galaxy Nexus, premier smartphone sous Android 4 "Ice Cream Sandwich". Celui-ci intègre le déverrouillage par reconnaissance faciale, l'utilisation du plein écran sans bouton et un système de reconnaissance vocale avancé[26].

Téléviseurs

Article détaillé : Google TV.

Le 5 avril 2010, la première télévision sous Android est dévoilée. Celle-ci est développée par l'entreprise suédoise People of Lava et se nomme Scandinavia. Elle possède les applications Facebook, YouTube, Google Maps et Twitter, possède un navigateur Web ainsi qu'un client de messagerie électronique[27].

Le 20 mai 2010, Google présente lors de sa conférence I/O le concept Google TV, les télévisions présentées précédemment ne faisant pas partie du projet en lui-même Google TV[28].

Tablettes

En septembre 2010, Samsung présente à l'IFA de Berlin le Samsung Galaxy Tab, tournant sous Android 2.2 (FroYo) et sortie fin 2010. Archos avec sa génération 7 de tablettes internet introduit Android (lancée en septembre 2009). Dans la même lignée, les tablettes Archos de la génération 8 (Gen 8) intègrent Android 2.2 (FroYo).

Motorola a présenté au CES 2011 la Xoom, première tablette bénéficiant de la nouvelle version du système mobile de Google, Honeycomb (Android 3.0). Elle y a reçu le prix de la meilleure innovation. S'ensuivent de nombreuses tablettes sous Android Honeycomb proposées par un très large choix de constructeurs, dont Samsung, Acer , ASUS, Toshiba et Sony.

Autoradios

La société française Parrot SA a dévoilé au CES 2011 le premier autoradio tournant sous Android, la Parrot Asteroid[29]. Cet autoradio offre notamment un adaptateur GPS, des ports USB et une connectivité Bluetooth pour contrôler la musique de son téléphone intelligent.

Stratégie de Google

Avancement

Le Nexus One de Google

En initiant le débat sur l'avenir de l'industrie du mobile, il apparaît que Google souhaite élargir autant que possible l'accès des utilisateurs à une grande variété de services comme les cartes géographiques, les réseaux sociaux ou le partage de vidéo. Pour arriver à ses fins, le géant de la recherche sur le net va devoir surmonter les résistances des opérateurs de téléphonie portable.

Au vu de la concurrence avec Apple, Google a décidé d'iconiser son OS en lançant le Nexus One, dont il confie la fabrication à HTC. Il en suivra 2 autres smartphones, le Nexus S et le Galaxy Nexus (qui sera le premier smartphone Android Ice Cream Sandwich en natif).

Le 27 mai 2010, l'ancien directeur de l'interface de WebOS, Matias Duarte rejoint l'équipe d'Android après le rachat de Palm par HP[30].

Alliances et concurrence

Afin de promouvoir ce système d'exploitation libre, Google a su fédérer autour de lui une trentaine de partenaires réunis au sein de l'Open Handset Alliance.

Ils ont comme principaux concurrents :

Android semble s'imposer sur le marché des smartphones, car aux États-Unis, le nombre de téléphones tournant sous Android vendus au premier trimestre 2010 a dépassé celui d'Apple, se plaçant en deuxième position, derrière Blackberry[33].

La majorité des constructeurs utilisent Android. À l'exception d'une part de Nokia qui lui préfère d'autres systèmes (Meltemi, Symbian, Windows Phone 7) et d'autre part de Blackberry, Apple et HP, qui possèdent leur propre système d'exploitation mobile, tous les fabricants ont sorti au moins un matériel. Ce sont alors ZTE, Huawei, Acer, HTC, LG, Samsung, Archos, Sony Ericsson, Dell, Motorola, Fujitsu, Sharp,...

Litige Oracle-Java

Oracle assigne Google en justice à propos de son système d'exploitation mobile pour violation de brevet à propos de Java et réclame la somme de 6 milliards de dollars. À noter que l'entreprise[34] a racheté moins d'un an avant cette annonce Sun qui possède ce brevet.

Rentabilité

Android est rentable pour Google depuis le 5 octobre 2010[35]. Son vice-président sénior considère qu'Android aura rapporté plus d'un milliard de dollars de revenus à la fin de l'année 2010[36].
D'après Millennial Media, Android génère plus de revenus publicitaires qu'iOS depuis octobre 2010[37]. Pour David Lawee, « l’achat d’Android est la meilleure affaire de Google »[38].

Anecdotes

  • Réactions de la bourse : anticipant ces annonces, les marchés financiers se ruent massivement sur les actions Google les faisant monter jusqu'au plus haut historique de 724 dollars le 5 novembre 2007. En 2004, le prix du cours d'introduction du moteur de recherche était de 85 dollars l'action.
  • Erreur de communication : mi-juillet 2008, une erreur d'envoi d'e-mail dévoile qu'il existe des versions cachées à la communauté, réservées aux vainqueurs de concours de développement. Cette erreur soulève des rumeurs et les foudres de la communauté[39].
  • Android sur iPhone : début mai 2010, David Wang, un développeur, a réussi à porter le système d'exploitation libre Android sur l'iPhone, dans plusieurs versions. Les informaticiens ont alors fait part d'une avancée[40],[41].
  • Pornographie : Steve Jobs, patron d'Apple qui voit d'un mauvais œil la montée d'Android qui est promis, selon les analystes, à une domination dans le domaine des smartphones[42], a réorienté la question d'un journaliste le 8 avril 2010 à propos du caractère verrouillé de l'app store[43] en une attaque envers l'Android Market qui contient des applications à caractère pornographique[44],[45].
  • Communication : devant le centre de développement Google, une sculpture d'un bugdroid est accompagnée par une sculpture de chaque pâtisserie utilisée comme nom de code des différentes versions d'android. La livraison d'une sculpture est le signe de la sortie prochaine d'une nouvelle version. La sculpture du gingerbread a été livrée le 22 octobre 2010[46] et celle d'Ice Cream Sandwich le 12 octobre 2011 [47].

Notes et références

  1. Licenses. Consulté le 2008-10-22.
  2. Bien que le nom ne comporte pas de tréma, la prononciation française se calque sur celle d'androïde.
  3. (en) open source project, android.com
  4. Annonce d'Android par Google, 5 novembre 2007
  5. Toute l'information détaillée sur le nouveau Google Android, Oseox
  6. Android FAQ - Android Wiki
  7. Shocker! Google's Android logo boosted from Atari Lynx title 'Gauntlet: The Third Encounter' -- Engadget
  8. Architecture et composants d'Android, android.com
  9. http://www.frandroid.com/actualites-generales/79137_android-2-3-6-est-en-cours-denvoi-sur-les-nexus-s/
  10. Honeycomb version d’Android après Gingerbread Android France, 20 août 2010
  11. http://www.echosdunet.net/dossiers/dossier_7397_android+honeycomb+31+se+devoile.html
  12. (en) The Future Version Of Android Isn’t Called Ice Cream. It’s Ice Cream SANDWICH. Techcrunch, 12 janvier 2011
  13. Avec Ice Cream Sandwich, Google unifie son système Android Jean Elyan, Le Monde Informatique, 11 mai 2011
  14. Android – Nous aurons droit à une mise à jour par an, android-france.fr, 1er juin 2010
  15. Android Platform Versions, Android Developers. Consulté le 10-03-2011
  16. Lancement de l'Android Developer Challenge, connexion mobile, 15 novembre 2007
  17. (en) Google publie le code source, android developpers, 21 octobre 2008
  18. (en) Android Market surpasses 100,000 apps: can't stop, won't stop growing, Darren Murph, engadget, 26 octobre 2010
  19. Google propose à tous les internautes de créer leurs propres applications, AFP, mardi 13 juillet 2010
  20. PlayStation Suite, Sony Computer Entertainment Japan, 17 janvier 2011
  21. (en) Report: A Quarter Million Droids Sold In First Week, MediaPost, 17 novembre 2009
  22. Le très attendu téléphone MOTOROLA MILESTONE est maintenant disponible chez TELUS, telus.com, 16 février 2010
  23. iPhone, Android, Blackberry... Bref les smartphones, de quessé ?, Mobilité Québec, 23 décembre 2009
  24. (fr) Le Nexus S dans l'espace AndroTwist, 15 décembre 2010
  25. (fr) 300 000 activations d'androphones par jour AndroTwist, 9 décembre 2010
  26. Android 4 : tout ce qui change !, Les Numériques, 2011-10-19. Consulté le 2011-10-19
  27. La première télévision sous Android au monde est suédoise, Gizmodo, 5 avril 2010
  28. Google TV officiellement lancé, nouvelObs.fr, 21 mai 2010
  29. Parrot Asteroid : Android s’invite dans votre voiture, Maximejohnson.com, 5 janvier 2011
  30. Matias Duarte nouveau venu dans la team Android !, Frandroid.com, 27 mai 2010
  31. Nokia Restructuring Begins, 4,000 Employees to be Fired, 27 avril 2011]
  32. Openmoko est un projet dont les spécifications logicielles et matérielles sont ouvertes
  33. Android passe devant l'iphone au premier trimestre, Le Figaro, 12 mai 2010
  34. Oracle porte plainte contre Google, Le Monde, 13 août 2010
  35. Android génère beaucoup de revenus le 5 octobre 2010 sur lejournaldugeek.com
  36. Google espère atteindre le milliard de dollars cette année avec Android le 16 octobre 2010 sur frandroid.com
  37. Les recettes publicitaires plus fortes sur Android que sur iOS ?, le 21 octobre 2010 sur Numerama
  38. Pour Google, l’achat d’Android est leur « meilleure affaire », le 28 octobre 2010 sur journaldugeek.com
  39. (en) Un des messages sur les versions cachées de Google sur le groupe de développement Android developpers, google groups, 14 juillet 2008
  40. L’iPhone 3G désormais sous Android, Le Journal du Geek, 7 mai 2010
  41. Android, maintenant sur iPhone 3G, PointGPhone, 7 mai 2010
  42. La part de marché des terminaux Android dépassera celle des iPhone en 2012, android france, 7 octobre 2009
  43. De la liberté du Web mobile, standblog, 17 novembre 2009
  44. Steve Jobs : « Il y a un Porn Store pour Android », FrAndroid, 9 avril 2010
  45. Android le souffre douleur d’Apple, FrAndroid, 20 avril 2010
  46. http://www.androidguys.com/2010/10/22/massive-gingerbread-man-invades-googleplex/
  47. http://www.frandroid.com/actualites-generales/82746_la-sculpture-dice-cream-sandwich-vient-datterrir-devant-le-batiment-44-de-google/

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Android de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Android — Parte de la familia Linux …   Wikipedia Español

  • android — ANDROÍD, androizi, s.m. (livr.) Robot1 cu aspect uman. – Din fr. androïde. Trimis de ana zecheru, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  androíd s. m. (sil. dro id), pl. androízi Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic  ANDROÍD, Ă adj …   Dicționar Român

  • Android — steht für: Android (Betriebssystem), ein Betriebssystem für mobile Kleincomputer Androide, einen Roboter, der einem Menschen ähnlich sieht und sich menschenähnlich verhält Der Android, einen Film von Aaron Lipstadt Diese Sei …   Deutsch Wikipedia

  • Android — An droid ([a^]n droid), ||Androides An*droi des ([a^]n*droi d[=e]z), n. [Gr. androeidh s of man s form; anh r, andro s, man + e i^dos form.] A machine or automaton in the form of a human being. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Android — An droid, a. Resembling a man. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • android — (n.) automaton resembling a human being, 1842, from Mod.L. androides (itself attested as a Latin word in English from 1727), from Gk. andro human (see ANDRO (Cf. andro )) + eides form, shape. Gk. androdes meant like a man, manly; Cf. also Gk.… …   Etymology dictionary

  • android — andròīd m <G androída> DEFINICIJA tehn. usavršena verzija robota, čovjekoliki robot ETIMOLOGIJA andro + id …   Hrvatski jezični portal

  • android — {{/stl 13}}{{stl 8}}rz. mż I a. mos IIIa, Mc. androididzie {{/stl 8}}{{stl 7}} robot podobny do człowieka; postać z książek i powieści fantastycznonaukowych {{/stl 7}} …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • android — ► NOUN ▪ (in science fiction) a robot with a human appearance …   English terms dictionary

  • android — [an′droid΄] n. [ ANDR(O) + OID] in science fiction, an automaton made to resemble a human being …   English World dictionary

  • Android — У этого термина существуют и другие значения, см. Андроид (значения). Android …   Википедия

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”