1658 en France

Années :
1655 1656 1657  1658  1659 1660 1661

Décennies :
1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680
Siècles :
XVIe siècle  XVIIe siècle  XVIIIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies thématiques :
Architecture Littérature Musique classique Science Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Flag of France.svg
Chronologie de la France

Cette page concerne l'année 1658 du calendrier grégorien.

Sommaire

Janvier

  • Hiver 1658 extrêmement rigoureux.
  • Mardi 1er janvier : Monsieur visite Mademoiselle.
  • 4 janvier : René de Voyer d'Argenson : «Le 4e de janvier 1658, la Compagnie du Saint-Sacrement nomma des commissaires pour conférer des moyens de remédier aux principaux désordres publics, comme aux blasphèmes, aux scandales de femmes débauchées, aux académies de jeux, aux tabacs et aux cabarets mal famés, aux désordres des Bohémiens et des Compagnons du Devoir; aux foires des jours de fête, aux profanations des fêtes par le travail des artisans, aux irrévérences dans les églises, au mauvais emplois des deniers destinés aux grandes œuvres de la charité et à d'autres choses semblables qui servoient de sujet au zèle de la Compagnie. »
  • 6 janvier :
    • Jour des Rois.
    • Nuit du 6 au 7. Alphonse meurt, des suite de ses blessures du 25 décembre dernier, dans la cour du Collège de Clermont, d'un coup porté à la tête par un camarade.
  • 7 janvier : « Ce jour-là, Leurs Majestés avec lesquelles étoient Monsieur, Mademoiselle et grand nombre de seigneurs et de dames, honorèrent de leur présence le théâtre de la troupe royale des comédiens françois, qui représentoient l'Astyanax, ou le héros de la France, ouvrage où le sieur de Salebray, qui en est l'auteur, a recueilli fort agréablement les plus beaux endroits de l'Iliade. » (La Gazette)
  • 13 janvier : « Le 13 janvier la reine fit ses dévotions aux Feuillants, et le 17 les continua à St-Sulpice, à cause de la fête de ce saint, Mademoiselle et la princesse de Conti s'y étant trouvées avec S. M. » (La Gazette)
  • 23 janvier : Mariage de La comtesse de Guiche qui était Marguerite-Louise-Suzanne de Béthune, fille de Maximilien-François de Béthune, duc de Sully, et de Charlotte Séguier. La Grande Mademoiselle oublie de l'inviter à son bal, vexant les Séguier.
  • 25 janvier : Factum pour les curés de Paris, contre un livre intitulé Apologie pour les casuistes (c'est le premier des Écrits des curés de Paris).
  • 27 janvier : Mort, assisté de l'abbé de Roquette, à Lyon de Charles Gaston de Foix, duc de la Valette et de Candale qui revenait de sa campagne en Catalogne. La fièvre l'avait pris à Valence. Cosnac dit à Avignon. Il le reçut à Valence et se réconcilia avec lui.


  • Début 1658, Bussy-Rabutin veut emprunter à Madame de Sévigné sur une part d'un commun héritage. Refus de celle-ci conseillée par l'abbé de Coulanges. Brouille.
  • Décès de Jacques Dyel du Parquet, gouverneur de la Martinique, sa veuve essaie de le remplacer mais est rejetée par les colons, on nommera en novembre 1659 son frère Adrien.
  • Recueil des Portraits et Éloges, publié par Charles Sercy. Deux des portraits ont sans doute été composés par Bussy-Rabutin.

Février

  • Début février, Cosnac quitte son diocèse pour Paris en passant par Grenoble.
  • Samedi 2 février : Nuit du 2 au 3, bal de la maréchale de l'Hospital où sont le roi et Mademoiselle. Le roi la raccompagne, ils se promènent à 3 h du matin sur la terrasse du Luxembourg. Selon la Gazette ce bal eut lieu le 4.
  • 3 février : Le roi emmène Mademoiselle à la foire à 6 H du soir.
  • 6 février : Le bal de Séguier : « Le 6, Leurs Majestés, Monsieur, Mademoiselle et son Éminence, s'étant rendus sur les 8 heures du soir, en l'hôtel du chancelier de France, où se trouvèrent la princesse de Carignan, la comtesse de Soissons, et quantité d'autres seigneurs et dames. Sa Majesté avec Mademoiselle, y ouvrit pareillement le bal, qui parut des plus augustes et des plus brillants par la présence de tant de personnes royales et par l'éclat des lustres et des pierreries, dont ceux de cette illustre assemblée étoient entièrement couverts, la collation ayant, au milieu du bal, été présentée à Leurs Majestés et à toute leur suite, avec une somptuosité digne de la splendeur de celui qui la donnoit, c'est-à-dire des plus galantes. » (Gazette de Renaudot)
  • 8 février : Bal donné par Mademoiselle au Luxembourg. Le 10 selon la Gazette de Renaudot. Elle oublie d'inviter Madame de Guiche vexant son grand-père, le chancelier Séguier.
  • 14 février :
    • « Le 14 février, fut dansé au Louvre pour la première fois, en présence de la reine, Monsieur, Mademoiselle et de toute la cour, le ballet d'Alcidiane, divisé en trois parties, chacune de sept entrées, si bien concertées et si pompeuses, qu'au jugement de tous les spectateurs, on ne pouvoit rien choisir qui fût plus digne de servir, en cette saison, au divertissement d'un roi [qui l'avait répété], qui n'en cherche que de conformes à la noble inclination qu'il a pour les actions héroïques et qui conduisent à la gloire; ce grand monarque, dont la grâce le fait toujours aisément remarquer entre tous les autres, n'y représentant aussi que les passions d'un prince des plus belliqueux et des plus conquérants. »
    • René de Voyer d'Argenson: «Le 14e de février, on proposa de détruire une mauvaise coutume que depuis longtemps on suivoit tant au Châtelet qu'au Parlement, de plaider une cause où l'on se donnoit toutes sortes de libertés de parler un des jours du carnaval, et que pour ce sujet on nommoit la cause grasse ; les magistrats furent suppliés par plusieurs personnes de qualité, d'empêcher ce scandale, qui déshonoroit leurs sièges, car elle étoit plaidée par des clercs et devant d’autres clercs avec une dernière insolence et un grand concours de fainéants qui prenoient grand plaisir à ouïr et à rire de ces ordures. Ce soin eut son effet, et, dans la suite les grands magistrats qui se sont trouvés être de la Compagnie et agi selon son esprit ont aboli cette méchante pratique. Dieu veuille qu'elle ne se rétablisse jamais»
  • 24 février : Dernière visite de la reine de Suède à Paris.
  • 25 février : Bal en l'honneur de la reine de Suède où Mademoiselle revoit pour la première fois Préfontaine, son secrétaire dont son père lui avait imposé de se séparer.
  • 26 février : Mademoiselle se dérobe à accompagner la reine de Suède à la comédie. Mais avec le roi elle doit l'accompagner à la foire. Nouvelle dérobade. La reine de Suède finit par aller jouer avec la reine.
  • 27 février : La plus grande crue de la Seine avec 8,96 m à l'échelle d'Austerlitz.

Mars

  • Vendredi 1er mars : Crue violente qui détruit le pont Marie, pourtant construit en pierre. C'est la plus forte crue connue de la Seine : 8,81 mètres contre 8,50 mètres en 1910.
  • 2 mars : Dispute entre Mademoiselle à propos de Mlle de Gourdon, fille d'honneur de la reine : "Votre Gourdon est une sotte", dit Mademoiselle à son père.
  • 3 mars : Carême prenant. Monsieur s'habille en blonde. La reine de Suède est habillée en turque. À 4 H du matin elle rend visite au cardinal qui souffre de la goutte pour lui parler d'affaires.
  • 4 mars : Lundi Gras. Pour régler une question de préséance entre la reine de Suède et la reine d'Angleterre, Anne d'Autriche suggère que la reine de Suède vienne en masque. Elle vient en bohémienne et fait rire d'elle, comme en d'autres circonstances.
  • 5 mars : Mardi Gras. Scandale des capucins et capucines où sont mêlées Mmes de Fiesque et de Frontenac. Il est raconté par Bussy : « Les capucins étoient: elle (madame d'Olonne), Ivry (Thury dans le manuscrit de Mademoiselle), l'abbé de Villarceaux; les religieuses étoient Craff, Anglois, et le marquis de Sillery. Cette troupe courut toute la nuit du mardi gras en toutes les assemblées. Le roi et la reine, sa mère, ayant appris cette mascarade, s'emportèrent fort contre madame d'Olonne, et dirent publiquement qu'ils vengeroient le tort et le mépris qu'on avoit fait de la religion en cette rencontre. »
  • 7 mars : Carême. Madame de Sévigné fait du cheval au Cours la Reine avec la Grande Mademoiselle.
  • 10 mars :
    • Mort de Pierre du Moulin.
    • Petit ballet fait par Montbrun. Personne ne veut le recevoir quand la reine de Suède le demande. Finalement la maréchale de l'Hospital accepte. Le roi, Monsieur et [Mademoiselle y vont.
  • 12 mars : Départ de la reine de Suède de Paris pour Fontainebleau.
  • 14 mars : Départ de la reine de Suède de Fontainebleau pour Rome.
  • 26 mars : Cession pour 150 000 livres à la marine royale de deux navires par Fouquet, condition fixée par Mazarin au rachat par le surintendant à Christophe de Chalain, son cousin, du manoir de Coët-Canton sur l'Aven à l'ouest de Concarneau avec une grande forêt et des droits de haute justice.
  • 28 mars : Renouvellement de l'alliance franco-anglaise.


  • Retz se rend à Liège.
  • 8 à 10 jours de brouillerie entre Mademoiselle et Monsieur qui sont accordés par la reine.

Avril

  • Lundi 1er avril : Second écrit des curés de Paris.
  • 6 avril : Madame de Sévigné reçoit de son notaire, Mouflet, la somme de 20 272 livres. Ce qui prouve qu'elle était apparemment en état de prêter de l'argent à Bussy-Rabutin.
  • 21 avril : Pâques.
  • 24 avril : Réception de Beaufort à la cour, malgré une fièvre tierce très violente du duc. Mademoiselle prend congé de la reine et en est reçue froidement.
  • 25 avril : La cour part de Paris. On fait savoir à Mademoiselle qu'il n'est pas souhaitable qu'elle en soit.
  • 30 avril : Fouquet achète la terre et seigneurie de La Guerche. Il rend l'hommage féodal au marquis de Coislin, lieutenant général du roi en Basse Bretagne.


  • Soulèvement en Sologne, dit des sabotiers. Des paysans se soulèvent suite la décision des receveurs des tailles de ne plus accepter les liards, ces monnaies de cuivre qui avaient été acceptées par les surintendants pour faciliter les échanges. Durant l'été, le roi y envoie une colonne de soldats.
  • Retz se rend à Anvers et Bruxelles. À Bruxelles, il va remercier Condé de lui avoir fourni une escorte l'année précédente. Condé essaie de l'entraîner dans son parti, mais Retz se déclare incapable de rien entreprendre, faute d'appuis en France.
  • Bossuet prend part à une séance du chapitre.
  • Le roi marche avec son armée pour faire le siège de Dunkerque.

Mai

Louis XIV au siège de Dunkerque
  • Samedi 4 mai : Mariage de François de Grignan avec Angélique-Clarisse d'Angennes.
  • 10 mai : Le Clerc du Fresne qui a pris le parti de Basile Fouquet remet à Nicolas Fouquet sa démission en blanc de la charge de gouverneur de Tombelaine.
  • 10 mai : Nicolas Fouquet demande à Basile sa démission de la charge de trésorier de l'ordre du Saint-Esprit. La charge sera donnée un an plus tard à Louis Fouquet, frère cadet.
  • 14 mai : Le maréchal d'Aumont fait une tentative malheureuse contre Ostende.
  • 16 mai : Le maréchal d'Aumont qui comptait prendre la place par surprise est fait prisonnier. Il est pris avec de nombreux officiers et mousquetaires. Bien qu'ils portassent, la casaque du roi, au lieu de les renvoyer, ils sont mis en prison.
  • 20 mai : Achevé d'imprimer du Recueil de pièces en prose les plus agréables de ce temps, par Charles Sercy. L'éditeur y a imprimé anonymement les Maximes d'amour de Bussy-Rabutin.
  • 25 mai : Attaque de Dunkerque par les troupes du roi de France.
  • 27 mai : François de Villemontée est nommé évêque de Saint-Malo. Il le restera jusqu'à sa mort en 1670.


  • Cure de Gaston d'Orléans à Bourbon-l'Archambault.
  • Le cardinal retourne en Hollande (Utrecht, Rotterdam…). À Rotterdam, il reçoit un émissaire des jansénistes, de Baudry d'Asson, mais refuse de s'engager à leurs côtés.
  • Nouvelle campagne de Turenne, Bussy-Rabutin n'a pas les moyens de s'équiper pour la campagne d'où sa demande de prêt.
  • Madame de Sévigné refuse de prêter à son cousin l'argent dont il avait besoin pour partir en campagne. L'affaire est racontée dans ses Mémoires et longuement débattue dans l'échange épistolaire qui eut lieu lors de la réconciliation des deux cousins en 1669. Bussy-Rabutin fera un portrait ironique de Madame de Sévigné. En fait, à la mort de leur oncle, Jacques de Neuchez, l'évêque de Chalon-sur-Saône, sur l'héritage duquel Bussy-Rabutin aurait voulu emprunter à sa cousine, il semble que celle-ci n'aurait pas eu de fonds disponibles. Voir mois précédent.

Juin

  • Samedi 1er juin :
  • 2 juin :
    • Régnault des Landes, gouverneur de Concarneau met par écrit sa parole d'être fidèle à Nicolas Fouquet dans sa querelle avec Basile Fouquet. Il sera néanmoins démis moins d'un an plus tard.
    • Charles Colbert du Terron, cousin de Colbert, intendant de justice, de police, finance des ports d'Aunis et adjacent, écrit à son cousin que des travaux de fortification sont en cours à l'île d'Yeu. Il soupçonne Fouquet de se cacher derrière son amie, Madame d'Assérac.
  • 11 juin : Cinquième écrit des curés de Paris.
  • 14 juin : Victoire de Turenne aux Dunes sur les Espagnols de don Juan d'Autriche et Condé. Le maréchal d'Hocquincourt, a qui les espagnols avait confié la défense de Dunkerque, est blessé et meurt quelques heures plus tard. Le prince de Condé avait prévu l'issue de la bataille. Se tournant, avant le commencement de l'action, vers le jeune duc de Glocester, il lui dit: « Nous allons vous montrer comment on perd une bataille. »
  • 24 juin : Gaston d'Orléans a mis fin à la sédition de Sologne et du Berry et propose la clémence.
  • 25 juin : Prise de Dunkerque. La place est remise aux Anglais.
  • 29 juin-18 juillet : Louis XIV est grièvement malade à Calais; Mme de Choisy prépare l'« après-Louis XIV ».


  • Juin (ou octobre, d'après Louis Lafuma) : Pascal, dans une conférence à Port-Royal, présente son projet d'Apologie.
  • Fin juin: première circulaire du concours de la roulette.

Juillet


  • Le cardinal craint la mort du roi. Guiche se vante que le cardinal sera bientôt arrêté. Les comploteurs qui ont espéré la succession du roi sont punis. Madame de Fiesque est exilée. La princesse palatine reste de justesse. Guiche est envoyé aux eaux.
  • Deuxième circulaire du concours de la roulette de Pascal.
  • Fouquet malade.

Août

  • Jeudi 8 août : Ce fut le 8 juillet 1658 que se manifesta une amélioration dans la santé du roi.
  • 12 août : Retour du roi de Compiègne à Paris.
  • 14 août :
    • A Mayence, constitution de la Ligue du Rhin, à laquelle la France se joint le lendemain.
    • Bossuet est choisi par l'assemblée des Trois ordres pour aller haranguer à Sedan un nouveau maréchal de France, le maréchal Fabert, au nom de la ville de Metz.
    • Interdiction des activité des courses des corsaires français au détriment des navires hollandais, la Hollande étant alliée de la France.
  • 20 août : Fouquet « se fit délivrer le 20 août 1658 un brevet du roi, contresigné de Loménie de Brienne, secrétaire d'État, lui enjoignant d'acquérir cette place pour qu'elle ne tombât pas aux « mains de personnes suspectes et qui n'aient pas toutes les qualités requises pour la bien défendre ». Par cette patente, il recevait le droit exclusif d'y nommer gouverneur et commandant, d'y entretenir une garnison suffisante et de la fortifier. »
  • 30 août :
    • Prise de Gravelines.
    • Mort à Gravelines du marquis d'Huxelles, son épouse, Marie Le Bailleul (veuve de François Brichanteau, marquis de Nangis) était grande amie de Fouquet.


  • Madame de Choisy est exilée à Balleroy.
  • Traité très critiqué lors de son procès conclu, sur instruction Fouquet, par Tabouret (ami de Hervart et Gourville). Il est signé par Séguier, Abel Servien, Hervart, et Fouquet.
  • Le dôme de Vaux est terminé.

Septembre


Octobre

Novembre

  • Lundi 4 novembre : Mort d'Antoine Le Maistre.
  • 12 novembre :
    • La Rochefoucauld fait son troisième testament, à Paris.
    • Mort de François Fouquet, second fils de Nicolas Fouquet, à l'âge de trois ans et neuf mois.
  • 18 novembre : Lit de justice du roi au Parlement de Dijon. Mademoiselle assiste à la séance et est impressionnée par le jeune premier président : "C'est un fort honnête homme que ce premier président et fort capable pour son âge. C'est le plus jeune premier président de France; je pense qu'il n'a pas quarante ans, et il y en a quatre ou cinq qu'il est en charge. Il s'appelle Brulart: je ne l'avois jamais vu qu'à Dijon; il me vint voir le jour que j'arrivai." Fouquet conseille la fermeté au cardinal.
  • 24 novembre : La cour arrive à Lyon après près d'un mois de voyage.
  • 25 novembre :
    • Récit de l'examen et du jugement des écrits envoyés pour les prix proposés publiquement sur le sujet de la roulette.
    • La reine va aux Cordeliers.
    • Mademoiselle assiste à une représentation de comédiens, venus trois saisons à Saint-Fargeau et qui se font appeler les comédiens de Mademoiselle.
  • 26 novembre : La reine visite l'appartement qui sera donné à Marguerite-Yolande de Savoie.
  • 28 novembre :
    • Mort d'Élisabeth Turpin.
    • Arrivée de la princesse Marguerite de Savoie à Anne d'Autriche. Au même instant, Mazarin apprend qu'il vient de recevoir l'offre de la cour d'Espagne de donner l'infante à Lpuis XIV.
    • Don Antonio Pimentelli arrive à Lyon. Sa présence fut connue et avouée hautement vers le milieu de décembre. La Gazette annonça que ce gentilhomme « revenant d'Espagne, où le gouverneur du Milanez l'avoit envoyé, avoit passé par cette ville (Lyon) pour retourner en Italie. »
  • 29 novembre : Le roi va au lever de Marguerite de Savoie, mais contrairement à la veille il est froid.
  • 30 novembre : La reine va voir Marguerite Savoie, Mademoiselle reste au lit (rhume de cerveau)

Décembre


  • Dimanche 1er décembre : Arrivée le soir à Lyon du duc de Savoie. Querelle potentielle sur la question de qui doit donner la porte de Monsieur ou du duc de Savoie.
  • 2 décembre : Mademoiselle va à la messe aux Célestins.
  • 3 décembre : Grand bal entre les deux cours.
  • 4 décembre : Départ du duc de Savoie qui n'a pas conclu son mariage.
  • 4 décembre : Madame d'Assérac vend l'île d'Yeu. Fouquet et elle ont dû abandonner l'activité de corsaire qu'ils avaient développée. La dénonciation de Colbert à Mazarin a opéré.
  • 6 décembre : Mazarin avoue à la duchesse de Savoie qu'il a reçu un message de la cour d'Espagne.
  • 7 décembre : La duchesse de Savoie devait partir le samedi, elle ne partit que le lendemain.
  • 8 décembre : Départ de la duchesse de Savoie et de ses filles de Lyon.
  • 10 décembre : Lettre de A. Dettonville à A. D. D. S. ; lettre de A. Dettonville à M. de Carcavy- en lui envoyant une méthode générale pour trouver les centres de gravité.
  • 12 décembre : Suite de l’Histoire de la roulette de Pascal.
  • 15 décembre : Signature de l'appropriement par Fleuriot pour le compte de Fouqet de Belle Ile à Auray. Le nom de Fouquet doit rester dissimulé pour éviter un retrait lignager qu pourrait exercer le duc de Brissac, beau-frère de Retz.
  • 21 décembre : La cour de France apprend que la reine d'Espagne accouche d'un fils.
  • 24 décembre : Noël. Madame de Sévigné est en Bretagne avec l'abbé de Coulanges, Chésières et Saint-Aubin.
  • 26 décembre : Mort de Simon Guillain, sculpteur.
  • 27 décembre : Bossuet prononce le Panégyrique de saint-Jean, à Metz.
  • 31 décembre : Les gazettes du temps mentionnent ce fait comme ayant une certaine importance. On lit dans l'une de ces gazettes ou journaux à la main, sous la date du dernier décembre 1658: « Mademoiselle a fait vérifier en son parlement de Dombes la création de quelques nouveaux officiers, savoir un président, trois conseillers, un avocat général, deux substituts et un secrétaire, et les députés de ce parlement ont eu audience du roi, en robes rouges, et de la reine, en robes noires, et obtenu la confirmation de leurs privilèges. »

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1658 en France de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 1655 en France — Années : 1652 1653 1654  1655  1656 1657 1658 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1654 en France — Années : 1651 1652 1653  1654  1655 1656 1657 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1661 en France — Années : 1658 1659 1660  1661  1662 1663 1664 Décennies : 1630 1640 1650  1660  1670 1680 1690 Siècles : XVIe siècle  XVIIe sièc …   Wikipédia en Français

  • 1656 en France — Années : 1653 1654 1655  1656  1657 1658 1659 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1657 en France — Années : 1654 1655 1656  1657  1658 1659 1660 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1660 en France — Années : 1657 1658 1659  1660  1661 1662 1663 Décennies : 1630 1640 1650  1660  1670 1680 1690 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1659 en France — Années : 1656 1657 1658  1659  1660 1661 1662 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • Immigration En France — Un immigré est, en France, d après la définition du Haut Conseil à l’intégration, une personne née étrangère à l’étranger et entrée en France en cette qualité en vue de s’établir sur le territoire français de façon durable. Par sa situation… …   Wikipédia en Français

  • Immigration en France — Pour consulter un article plus général, voir : Immigration. En 2010, la France accueille, selon la définition internationale des Nations Unies (« personne née dans autre pays que celui où elle réside »), 7,2 millions d’immigrés… …   Wikipédia en Français

  • Immigration en france — Un immigré est, en France, d après la définition du Haut Conseil à l’intégration, une personne née étrangère à l’étranger et entrée en France en cette qualité en vue de s’établir sur le territoire français de façon durable. Par sa situation… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”