1655 en France

Années :
1652 1653 1654  1655  1656 1657 1658

Décennies :
1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680
Siècles :
XVIe siècle  XVIIe siècle  XVIIIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies thématiques :
Architecture Littérature Musique classique Science Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Flag of France.svg
Chronologie de la France

Cette page concerne l'année 1655 du calendrier grégorien.

Sommaire

Janvier

  • Vendredi 1er janvier : Cosnac arrive de Montpellier à Paris pour mettre de l'ordre dans les affaires de Conti. Il va surtout réclamer à Mazarin le gouvernement de Guyenne et en sus Château Trompette.
  • 2 janvier : Cosnac fait un état des ressources de Conti, qui sont toutes obérées par de nombreux emprunts ou avances.
  • 7 janvier :
    • Mort du 236e pape, Giovanni Battista Pamphil, qui avait pris le nom de Innocent X, dit Innocentius decimus, né le 6 ou 7 mai 1574 à Rome, États pontificaux. Il a été élu le 15 septembre 1644. Il était l'arrière-arrière-arrière-petit-fils d'Alexandre VI.
    • Le roi refuse le concours de Retz pour l'élection de son successeur et interdit à tous les cardinaux de la faction de France de communiquer avec lui.
  • 15 janvier : Ouverture du conclave. Les cardinaux français voudraient faire élire le cardinal Giulio Sacchetti, qui fut évêque de Fano candidat de Mazarin. Retz soutient au contraire le cardinal Fabio Chigi, connu comme adversaire du ministre et qui sera finalement élu à l'unanimité.


  • Emeutes en Berry dirigée par Crochet.
  • Blaise Pascal séjourne à Vaumurier, puis à Port-Royal-des-Champs avec les solitaires, pendant environ trois semaines; date probable où se serait tenu l'Entretien de Pascal avec M. de Sacy.
  • Nouvelle monnaie (petite), le liard.
  • Retz s'installe fastueusement au palais de Notre-Dame-de-Lorette grâce à l'argent que lui ont prêté ses amis. Mazarin prétend qu'il est payé par les Espagnols ou par les jansénistes.

Février

Marie-Madeleine de La Fayette
  • Lundi 1er février :
    • Refus de l'absolution au duc de Liancourt pour jansénisme. Rédaction de la Lettre à une personne de condition d'Antoine Arnauld. Charles Picoté, vicaire de Saint-Sulpice, avait refusé l'absolution au duc de Liancourt.
    • Cosnac arrive à Paris chargé par Conti de différentes missions (négociation du gouvernement du Languedoc notamment).
    • Mademoiselle est très impressionnée par la mort accidentelle d'un gentilhomme qui accompagnait ses amis, M et Mme de Mataha.
  • 2 février : Chasse, Mademoiselle apprend la mort d'apoplexie d'un de ses officiers. Elle y voit le présage que l'année sera mauvaise.
  • 7 février : Baptisé le 8, Jean-François Regnard, écrivain (1655-1709).
  • 14 février : Mariage de Mlle de La Vergne avec le comte de La Fayette. Madame de Sévigné signe au contrat.
  • 24 février : Lettre d'un docteur de Sorbonne à une personne de condition sur ce qui est arrivé depuis peu dans une paroisse de Paris à un seigneur de la Cour d'Antoine Arnauld.

Mars

  • Réponse à quelques demandes dont l’éclaircissement est nécessaire au temps présent de Pascal au P. Annat, jésuite, confesseur de Louis XIV.


  • Samedi 20 mars : Enregistrement des édits bursaux (portant création d'impôts)[1] par un lit de justice. 17 édits fiscaux (création de 46 charges de secrétaires du roi, de taxes sur les baptêmes et sur les enterrements, de droits sur les parchemins et papiers timbrés)
  • 22 mars : Départ de Mademoiselle pour Orléans pour y rejoindre comme à l'accoutumée Monsieur. Mais celui-ci n'y est pas. Il souffre d'un doigt.
  • 24 mars :
  • 25 mars, Christiaan Huygens découvre Titan, un satellite naturel de Saturne. Il découvre que Saturne est entourée d’un anneau.
  • 27 mars : Le comte de Béthune (Maximilien, fils du célèbre Sully) informe Mademoiselle que Monsieur veut la voir. Entretien aigre sur la fin de leur querelle sur la tutelle qu'avait eue Gaston sur sa fille.
  • 28 mars : Pâques. Cinq jours après son départ de Paris, Cosnac est à Montpellier.

Avril

  • Vendredi 2 avril : (?) Bossuet prononce le Premier Panégyrique de saint François de Paule. Il publie la Réfutation du catéchisme de Paul Ferri, ministre protestant de Metz.
  • 7 avril : Élection du pape Alexandre VII (cardinal Fabio Chigi). Retz va répétant partout qu'il a fait l'élection. Peu après l'exaltation du nouveau pontife, l'ambassadeur de France, Hugues de Lionne, lui demande audience, réclame l'arrestation immédiate de Retz et sa mise en jugement. Réponse dilatoire du pape.
  • 13 avril : Ayant appris que le Parlement va se permettre de délibérer sur des édits enregistrés en sa présence, le roi le rappelle à l'ordre; procédant « d'une façon étrange et fort éloignée de celle de ses prédécesseurs». Louis XIV, âgé de 16 ans, en tenue de chasse : "M. le premier pdt, je vous défends de souffrir aucune assemblée et à pas un de vous de la demander". C'est à cette occasion qu'on attribue à Louis XIV la phrase apocryphe : "L'État, c'est moi".
  • 13 avril :
    • Séance de la «flagellation» au Parlement: Louis XIV intime brutalement aux magistrats d'avoir à lui obéir.
    • Le roi interdit à ses sujets d'entretenir le moindre rapport avec Retz.
  • 14 avril : La Sorbonne condamne les activités confraternelles du compagnonnage ouvrier.
  • 30 avril : Mort du peintre Eustache Le Sueur(1617-1655).


Mai

  • Vendredi 7 mai : Louis XIV écrit au pape Alexandre VII pour exiger le châtiment de Retz. À Rome, Lionne multiplie les démarches dans ce sens.
  • 13 mai : Naissance du futur 244e pape, Michelangelo dei Conti qui prend le nom de Innocent XIII dit Innocentius tertius decimus, né le 13/05/1655 à Poli, Latium, États pontificaux. Il est élu le 08/05/1721. Il meurt le 07/03/1724.
  • 14 mai : Retz le lui ayant demandé, Alexandre VII lui remet le pallium, insigne de son autorité archiépiscopale. C'est le dernier succès remporté à Rome par le cardinal fugitif.
  • 17 mai : Devant l'insistance de Lionne, Alexandre VII, embarrassé, propose de soumettre le cas de Retz à une congrégation de cardinaux.
  • 22 mai : De Rome, Retz intervient dans l'administration du diocèse de Paris. Il adresse au chapitre la bulle du jubilé général et l'avertit que si ses deux vicaires généraux, Chevalier et Lavocat, ne peuvent la publier, il les remplace par deux curés parisiens, Chassebras et Hodencq. C'est le début d'un nouveau conflit entre la cour et le clergé parisien. Louis XIV est exaspéré.
  • 27 mai (Ou 30 ?) : Mariage de Alphonse IV avec Laure Martinozzi, ne succèdera à son père comme duc de Modène qu'en 1658.
  • 30 mai : Fête-Dieu. Après vêpres, réunion entre Monsieur, Mademoiselle et Mme de Guise, leur conciliateur pour s'accorder sur la proposition de conciliation. Mademoiselle abandonne à son père la moitié du revenu de la période de tutelle. L'autre moitié est due par Monsieur. Mademoiselle est mécontente de la transaction.


  • Fin mai : Mécontent des avanies que lui font subir les Français de Rome et peu satisfait du comportement du pape à son égard, Retz se retire dans une abbaye de moines basiliens, à Grottaferrata, dans les monts Albains. On l'accuse d'y faire imprimer des libelles qui circulent à Paris. Ce qui est sûr, c'est qu'il continue de semer le désordre dans son diocèse.

Juin


  • Dimanche 13 juin : Retz interdit aux vicaires généraux nommés par le chapitre sur ordre de la cour de remplir leurs fonctions.
  • 28 juin :
    • Retzose même faire afficher à Paris (28 juin) un mandement annonçant la nomination de Chassebras et Hodencq comme vicaires généraux et déclarant nuls les actes des autres. La situation est d'autant plus confuse à Paris que, si Hodencq s'est soumis à l'autorité royale, Chassebras s'est caché dans un clocher de Saint-Jean-en-Grève, d'où il lance des proclamations incendiaires. Tout cela exaspère Alexandre VII.
    • Humiliation de Bartet (Conrart en dit : "Pourvu qu'il parvînt à ses fins, il ne se soucioit pas autrement de tenir parole ni de blesser son honneur", secrétaire du cabinet du roi, par le duc de Candale[2].

Juillet


Août

  • Courant août : Alexandre VII fait savoir à Retz qu'il doit démissionner de l'archevêché de Paris s'il ne veut pas voir commencer son procès. Le cardinal répond par une fanfaronnade.


  • Mardi 10 août : François VII, prince de Marcillac, fils de La Rochefoucauld, est blessé au siège de Condé.
  • 25 août : Arrêt sur l'affaire de Champigny en faveur de Mademoiselle. Elle gagne son procès contre le duc de Richelieu. Mais son père doit dédommager le duc, car l'arrêt rendait le duc d'Orléans (Gaston) garant de la vente de Champigny au duc de Richelieu, ce qui empoisonne les relations père-fille. Devant la grand chambre, deux ans plus tard, Gaston gagne contre Richelieu, avec le soutien intéressé et actif de sa fille.
  • 27 août : Bataille de Solsona dans la campagne de Catalogne où Clément de Cosnac, plus jeune frère du futur archevêque, est blessé. Il mourra plusieurs années plus tard des suites de cette blessure.
  • 29 août : Jour de la Saint-Louis ; à l'église Saint-Louis-des-Français de Rome, Retz reçoit un affront public du cardinal Antonio Barberini, petit neveu du pape Urbain VIII, l'un des chefs de la faction de France, qui passe devant sa stalle sans le saluer. Ayant protesté auprès du pape, il s'entend répondre que les commissaires chargés d'informer contre lui vont être nommés. Il demande alors la permission, qu'on lui accorde, d'aller soigner son épaule en Toscane, aux eaux de San Casciano.

Septembre

  • Jeudi 2 septembre : Retz part pour la Toscane.
  • 2 septembre : Mort de Mme de Brienne (Louise de Béon).
  • 7 septembre : Mort à Paris de Tristan L'Hermite, poète et dramaturge français.
  • 7-8 septembre : Au siège de Palamós, la mésentente entre Conti et Vendôme est cause d'un échec ou y contribue.
  • 9 septembre : Mademoiselle : "L'on me vint éveiller pour me dire que M. de Saint-Frique étoit là de la part de Son Altesse royale. Je le fis entrer ; il me donna une lettre qui étoit assez aigre pour moi, par laquelle Son Altesse royale me commandoit d'ôter Nau de mon service, et de lui obéir." Elle craint qu'on n'éloigne d'elle Préfontaine, son confident. Ce qui se produit effectivement.
  • 9 septembre : Du jeudi au dimanche, Mademoiselle pleure de la contrariété que lui procure l'ordre de Monsieur qu'elle ait à se séparer de Nau qui ne lui importait pas tant que cela avant qu'on l'en prive.


  • Voyage de Madame de Sévigné à Saint-Fargeau chez la Grande Mademoiselle.
  • De septembre à Noël, le comte d'Escars devient seul confident de Mademoiselle. Elle se défie de Mmes de Fiesque et de Frontenac.
  • Fin septembre, Cosnac est retour de Catalogne, où il avait essayé de concilier Conti et Vendôme à Palamos.

Octobre

  • Léonard Goulas, oncle de Nicolas Goulas sonde Mazarin pour obtenir la grâce de Monsieur. Bon accueil. Monsieur demande le rétablissement au Parlement des conseillers bannis.
  • Pour sortir l'Église de Paris de l'anarchie où elle est plongée depuis le printemps, le pape propose à Louis XIV de désigner six ecclésiastiques parmi lesquels Retz choisirait de nouveaux vicaires généraux.
  • Hocquincourt gouverneur de Péronne, s'enferme dans sa ville, encouragé à la sédition par la duchesse de Châtillon qui sera arrêtée le mois suivant. Hocquincourt se soumet moyennant 1 200 000 livres.


  • 24 octobre :
    • Cosnac est sacré évêque, il a du mal à trouver à Senlis un archevêque pour le sacrer aussi vite. Il ne peut être sacré à Paris, puisque Retz en est le titulaire et est en fuite.
    • Mort de Pierre Gassendi, mathématicien et philosophe, libertin au sens philosophique du terme (matérialiste au sens moderne), astronome et physicien français.
  • 25 octobre : Assemblée du clergé à laquelle assiste Cosnac. Comme il n'a pas pris possession de son diocèse, deux évêques, ceux de Grenoble (Pierre-Paul Scarron, ancien conseiller au Parlement de Paris, adversaire de Cosnac, parent du premier mari de Madame de Maintenon) et de Viviers (Louis-François II de La Baume de Suze 1603-1690,son épiscopat a commencé en 1618 pour se terminer en 1690), s'opposent à sa candidature, le considérant comme inéligible.
  • 28 octobre : Retz rentre à Rome.
  • 30 octobre : Le roi permet à Jean de Choisy (père de l'abbé de Choisy) de construire une forge à Balleroy.

Novembre

  • Mercredi 3 novembre : Un premier traité entre la France et l'Angleterre est conclu contre l'Espagne. Un second traité, par lequel les Anglais devaient agir de concert avec la France, est signé le 23 mars 1656.
  • 4 novembre : Claude Guyart, syndic de Sorbonne, fait soumettre à examen la Seconde lettre à un duc et pair d'Antoine Arnauld.
  • 8 novembre : Madame de Châtillon est arrêtée dans sa terre de Merlou ou Marlou, en Beauvoisis[3].
  • 15 novembre : Nomination de la congrégation qui doit examiner le cas de Retz. Elle se compose de neuf cardinaux, dont le secrétaire d'État, et de trois prélats. Mais le procès ne commence pas malgré les réclamations de Hugues de Lionne qui, ulcéré, demande son rappel.

Décembre

  • Mardi 14 décembre : Le futur marquis de Louvois obtient, en survivance, la charge de secrétaire d'État de son père.


Liens internes

Notes et références

  1. Voir notice Fouquet dans Wikipedia
  2. Tallemant des Réaux, Historiettes, T I, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1960 p 1195
  3. Voy. l'Appendice : Madame de Châtillon sur ces événements, dont Mademoiselle n'a parlé qu'en passant et d'une manière un peu confuse.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1655 en France de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 1654 en France — Années : 1651 1652 1653  1654  1655 1656 1657 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1656 en France — Années : 1653 1654 1655  1656  1657 1658 1659 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1657 en France — Années : 1654 1655 1656  1657  1658 1659 1660 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1658 en France — Années : 1655 1656 1657  1658  1659 1660 1661 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe sièc …   Wikipédia en Français

  • 1652 en France — Années : 1649 1650 1651  1652  1653 1654 1655 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1653 en France — Années : 1649 1650 1651  1652  1653 1654 1655 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • Islam en France — Minaret de la Grande Mosquée de Paris L islam est considéré comme la deuxième religion en France après le catholicisme. Une étude du Pew Research Center de 2011 estime que la population de culture musulmane, mineurs compris, est de… …   Wikipédia en Français

  • 1651 en France — Années : 1648 1649 1650  1651  1652 1653 1654 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1659 en France — Années : 1656 1657 1658  1659  1660 1661 1662 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1639 en France — Années : 1636 1637 1638  1639  1640 1641 1642 Décennies : 1600 1610 1620  1630  1640 1650 1660 Siècles : XVIe siècle  XVIIe sièc …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”