Lettre à Schuller

La Lettre à Schuller est une des nombreuses correspondances que Spinoza eut avec ses contemporains. Cette lettre n° LVIII (58) traite de la liberté, et est en rapport avec la notion de libre arbitre, qu'elle récuse au profit d'une « libre-nécessité ». Ainsi, pour Spinoza, le déterminisme ne s'oppose pas à la liberté, et la liberté n'est pas un « libre décret » de la volonté, mais la connaissance des causes qui nous déterminent nécessairement.

Sommaire

Texte original

  • [A] J'appelle libre, quant à moi, une chose qui est et agit par la seule nécessité de sa nature  ; contrainte, celle qui est déterminée par une autre à exister et à agir d'une certaine façon déterminée.
  • [B] Dieu, par exemple, existe librement bien que nécessairement parce qu'il existe par la seule nécessité de sa nature. De même aussi Dieu se connaît lui-même librement parce qu'il existe par la seule nécessité de sa nature. De même aussi Dieu se connaît lui-même et connaît toutes choses librement, parce qu'il suit de la seule nécessité de sa nature que Dieu connaisse toutes choses. Vous le voyez bien, je ne fais pas consister la liberté dans un libre décret mais dans une libre nécessité.
  • [C] Mais descendons aux choses créées qui sont toutes déterminées par des causes extérieures à exister et à agir d'une certaine façon déterminée. Pour rendre cela clair et intelligible, concevons une chose très simple : une pierre par exemple reçoit d'une cause extérieure qui la pousse, une certaine quantité de mouvements et, l'impulsion de la cause extérieure venant à cesser, elle continuera à se mouvoir nécessairement. Cette persistance de la pierre dans le mouvement est une contrainte, non parce qu'elle est nécessaire, mais parce qu'elle doit être définie par l'impulsion d'une cause extérieure. Et ce qui est vrai de la pierre il faut l'entendre de toute chose singulière, quelle que soit la complexité qu'il vous plaise de lui attribuer, si nombreuses que puissent être ses aptitudes, parce que toute chose singulière est nécessairement déterminée par une cause extérieure à exister et à agir d'une certaine manière déterminée.
  • [D] Concevez maintenant, si vous voulez bien, que la pierre, tandis qu'elle continue de se mouvoir, pense et sache qu'elle fait effort, autant qu'elle peut, pour se mouvoir. Cette pierre assurément, puisqu'elle a conscience de son effort seulement et qu'elle n'est en aucune façon indifférente, croira qu'elle est très libre et qu'elle ne persévère dans son mouvement que parce qu'elle le veut.
  • [E] Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes ont conscience de leurs appétits et ignorent les causes qui les déterminent. Un enfant croit librement appéter le lait, un jeune garçon irrité vouloir se venger et, s'il est poltron, vouloir fuir. Un ivrogne croit dire par un libre décret de son âme ce qu'ensuite, revenu à la sobriété, il aurait voulu taire. De même un délirant, un bavard, et bien d'autres de même farine, croient agir par un libre décret de l'âme et non se laisser contraindre.

(Spinoza, Lettre LVIII)

Pour spinoza la liberté est le fondement de la condition humaine.

Notes et références

J'appelle libre, quant à moi, une chose qui est et agit par la seule nécessité de sa nature ; contrainte, celle qui est déterminée par une autre à exister et à agir d'une certaine façon déterminée. Dieu, par exemple, existe librement bien que nécessairement parce qu'il existe par la seule nécessité de sa nature. De même aussi Dieu se connaît lui-même librement parce qu'il existe par la seule nécessité de sa nature. De même aussi Dieu se connaît lui-même et connaît toutes choses librement, parce qu'il suit de la seule nécessité de sa nature que Dieu connaisse toutes choses. Vous le voyez bien, je ne fais pas consister la liberté dans un libre décret mais dans une libre nécessité. Mais descendons aux choses créées qui sont toutes déterminées par des causes extérieures à exister et à agir d'une certaine façon déterminée. Pour rendre cela clair et intelligible, concevons une chose très simple : une pierre par exemple reçoit d'une cause extérieure qui la pousse, une certaine quantité de mouvements et, l'impulsion de la cause extérieure venant à cesser, elle continuera à se mouvoir nécessairement. Cette persistance de la pierre dans le mouvement est une contrainte, non parce qu'elle est nécessaire, mais parce qu'elle doit être définie par l'impulsion d'une cause extérieure. Et ce qui est vrai de la pierre il faut l'entendre de toute chose singulière, quelle que soit la complexité qu'il vous plaise de lui attribuer, si nombreuses que puissent être ses aptitudes, parce que toute chose singulière est nécessairement déterminée par une cause extérieure à exister et à agir d'une certaine manière déterminée. Concevez maintenant, si vous voulez bien, que la pierre, tandis qu'elle continue de se mouvoir, pense et sache qu'elle fait effort, autant qu'elle peut, pour se mouvoir. Cette pierre assurément, puisqu'elle a conscience de son effort seulement et qu'elle n'est en aucune façon indifférente, croira qu'elle est très libre et qu'elle ne persévère dans son mouvement que parce qu'elle le veut. Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes ont conscience de leurs appétits et ignorent les causes qui les déterminent. Un enfant croit librement appéter le lait, un jeune garçon irrité vouloir se venger et, s'il est poltron, vouloir fuir. Un ivrogne croit dire par un libre décret de son âme ce qu'ensuite, revenu à la sobriété, il aurait voulu taire. De même un délirant, un bavard, et bien d'autres de même farine, croient agir par un libre décret de l'âme et non se laisser contraindre.


Sources

Des professeurs agrégés en philosophie de l'académie de Montpellier ont utilisé les œuvres suivantes pour rédiger ce commentaire :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lettre à Schuller de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Baruch Spinoza — Philosophe occidental Époque moderne Portrait de 1665 tiré de la Herzog August Bibliothek …   Wikipédia en Français

  • Baruch de Spinoza — Baruch Spinoza Baruch Spinoza Philosophe Occidental Époque moderne Portrait de 1665 tiré de la Herzog August Bibliothek Naissance : 24  …   Wikipédia en Français

  • Bento de Espinoza — Baruch Spinoza Baruch Spinoza Philosophe Occidental Époque moderne Portrait de 1665 tiré de la Herzog August Bibliothek Naissance : 24  …   Wikipédia en Français

  • Caute — Baruch Spinoza Baruch Spinoza Philosophe Occidental Époque moderne Portrait de 1665 tiré de la Herzog August Bibliothek Naissance : 24  …   Wikipédia en Français

  • Deus Sive Natura — Baruch Spinoza Baruch Spinoza Philosophe Occidental Époque moderne Portrait de 1665 tiré de la Herzog August Bibliothek Naissance : 24  …   Wikipédia en Français

  • Spinoza — Baruch Spinoza Baruch Spinoza Philosophe Occidental Époque moderne Portrait de 1665 tiré de la Herzog August Bibliothek Naissance : 24  …   Wikipédia en Français

  • Spinozisme — Baruch Spinoza Baruch Spinoza Philosophe Occidental Époque moderne Portrait de 1665 tiré de la Herzog August Bibliothek Naissance : 24  …   Wikipédia en Français

  • Necessitarisme — Nécessitarisme Le nécessitarisme est une position philosophique prétendant que tout ce qui existe est nécessaire, tout en affirmant en même temps l existence de la liberté ce qui la distingue du fatalisme. Nécessitarisme et déterminisme sont deux …   Wikipédia en Français

  • Nécessitarisme — Le nécessitarisme est une position philosophique prétendant que tout ce qui existe est nécessaire. Nécessitarisme et déterminisme sont deux mots souvent interchangeables et utilisés quelque peu abusivement l un pour l autre. Un consensus se… …   Wikipédia en Français

  • Choix personnel — Libre arbitre Le libre arbitre décrit la propriété qu’aurait la volonté humaine de se déterminer librement voire arbitrairement à agir et à penser, par opposition au déterminisme ou au fatalisme, qui affirment que la volonté est déterminée dans… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”