Leslie Nielsen


Leslie Nielsen
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nielsen.

Leslie Nielsen

Accéder aux informations sur cette image nommée Leslie Nielsen.jpg.
Naissance 11 février 1926
Regina, Saskatchewan
Canada
Nationalité Drapeau du Canada Canadien Drapeau des États-Unis Américain
Décès 28 novembre 2010 (à 84 ans)
Fort Lauderdale, (Floride)
Profession Acteur
Films notables Planète interdite
Y a-t-il un pilote dans l'avion ?
Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? "L'Agent fait la farce" au Québec)

Leslie Nielsen est un acteur canadien naturalisé américain né le 11 février 1926 à Regina, Saskatchewan (Canada) et mort le 28 novembre 2010 des suites de problèmes pulmonaires à Fort Lauderdale (Floride)[1]. Nielsen est apparu dans plus de 100 films et 1500 émissions de télévision au cours de sa carrière, interprétant plus de 220 personnages. Il s'engagea dans l'armée de l'air canadienne et travailla comme disc jockey avant de recevoir une éducation à la Neighborhood Playhouse. Faisant ses débuts à la télévision en 1948, il est rapidement apparu dans plus de 50 émissions 2 ans plus tard. Nielsen fait ses débuts au cinéma en 1956, et commence à obtenir des rôles dans des drames, westerns et films romantiques. Ses prestations dans Planète interdite (1956) et L'Aventure du Poséidon (1972) lui valurent de bonnes critiques en tant qu'acteur sérieux, bien qu'il soit principalement connu pour ses rôles comiques.

Bien que sa carrière d'acteur ait traversé une grande variété de genres aussi bien au cinéma qu'à la télévision, son rôle pince-sans-rire dans Y a-t-il un pilote dans l'avion ? marqua un tournant dans sa carrière, pour en faire, selon les mots du critique de films Roger Ebert, « l'Olivier des parodies » (the Olivier of spoofs). Nielsen connu un nouveau succès avec la série de films Y a-t-il un flic (1988 - 1994) basée sur la courte série Police Squad dans laquelle il occupait le rôle principal. Son interprétation de personnages sérieux apparemment inconscients (et complices) de leur environnements absurdes lui valurent une réputation d'acteur comique. Dans les dernières années de sa carrière, il apparu dans de nombreux canulars et parodies mal accueillis par les critiques, mais réalisant de bons résultats au box office. Nielsen s'est marié quatre fois et a eu deux filles de son second mariage. Il a reçu de nombreuses récompenses durant sa carrière, et a été introduit aux Walk of Fame d'Hollywood et du Canada.

Sommaire

Enfance

L'oncle de Nielsen Jean Hersholt (photographié ici dans le film de 1936 La Fièvre des tropiques) lui inspira l'idée de devenir acteur.

Leslie Nielsen naquit le 11 février 1926 à Régina, Saskatchewan[2]. Sa mère, Mabel Elizabeth (née Davies), était une immigrante d'origine Galloise de Fulham, Londres, et son père, Ingvard Eversen Nielsen, Danois, travaillait pour la Gendarmerie royale du Canada[3],[4],[5].

Nielsen eut deux frères ; l'aîné Erik Nielsen (1925-2008), fut vice-premier ministre du Canada pendant les années 1980[6]. Ingvard, son père était un homme violent qui frappait sa femme et ses enfants, que Leslie eut très envie de fuir[réf. nécessaire]. Dés qu'il obtint son baccalauréat, à 17 ans, il intégra la Royal Canadian Air Force, même s'il fut déclaré sourd (il se mit à porter des prothèses auditives plus tard dans sa vie)[7],[8].

Son demi-oncle, Jean Hersholt, était un acteur connu pour son interprétation du Dr. Chistian (en) dans un série radiophonique du même nom et d'une adaptation à la télévision et au cinéma produite plus tard[9],[10]. Dans article pour le Boston Globe, Nielsen déclara :

« J'ai vu très rapidement que quand je faisais allusion à mon oncle, les gens pensaient que j'étais un gros menteur. Alors, j'en ramenais 8 ou 10 à la maison, et leur vision des choses changeaient radicalement. J'ai commencé à penser que le métier d'acteur n'était pas un mauvaise idée, mais j'étais très intimidé et certainement manquant de courage. Mon oncle mourut quelque temps après que j'ai eu le temps de le connaître. Je regrette de ne pas l'avoir mieux connu[9]. »

Nielsen vécu quelques années à Fort Norman, Territoires du Nord-Ouest où son père travaillait pour la Gendarmerie royale du Canada[9],[11]. À l'âge de 17 ans, après son diplôme de Victoria Composite High School (en) à Edmonton, Nielsen s'enrôla dans l'Aviation royale du Canada en temps qu'artilleur aérien à la fin de la Seconde Guerre mondiale (mais il était trop jeune et trop peu entraîné pour participer aux combats outre-Manche). Étudiant à Toronto, Nielsen acquit une bourse pour le Neighborhood Playhouse (en). Il déclara :

« Je ne pouvais pas refuser, mais je peux vous dire, quand on vient du pays des oies de neiges, de l'élan et de la laine à New York, vous vous ramenez aussi avec tous vos côtés ploucs et péquenaud du village. Du moment que je n'ouvrais pas la bouche, je me sentais assez serein. Mais j'ai toujours pensé que je serais démasqué : "OK, vous pouvez remballer" "Mais, quel est le problème ?" "Vous n'avez aucun talent, on vous ramène au Canada."[9] »

Il déménagea à New York pour avoir une bourse[2], où il étudia le théâtre et la musique au Neighborhood Playhouse (en), pendant qu'il jouait au summer stock theatre (en)[12]. Par la suite, il assista à des cours à l'Actors Studio[13], jusqu'à sa première apparition à la télévision en 1948 dans un épisode de Studio One, au côté de Charlton Heston[14], pour laquelle il fut payé 75 $[9].

Carrière

Les débuts

Sa carrière commença avec des rôles dramatiques à la télévision comme dans "Television's Golden Age[15]", apparu seul dans environ 50 programmes en direct en 1950[16]. Nielsen déclara que pour ce qu'il touchait ici c'était "très peu, on avait 75 ou 100 dollars par épisode[16]". Sa voix claire a servi pour différents documentaires ou publicités mais, avec quelques exceptions, le début de sa carrière en tant qu'acteur dramatique est passé inaperçu[17]. Hal Erickson de Allmovie précise, "[...] la plupart du travail de Nielsen était insignifiant; un simple bel acteur, dans une industrie [cinématographique] pleine de beaux acteurs"[17]". En 1956, il fit ses débuts dans un film musical du réalisateur Michael Curtiz "The Vagabond King (Le Roi errant)[18]". Nielsen précise à l'interview du Seattle Post-Intelligencer, qu'il se souvient de Curtiz comme "un sadique, un sadique charmant, mais un sadique[14]". Nielsen voulait renommer ce film "The Vagabond Turkey" (le Roi dinde)[19]. Alors que le film n'eut pas un grand succès au box office, le producteur Nicholas Nayfack remarqua Nielsen et lui offrit une audition pour un rôle dans un film de science fiction "Planète interdite, ce qui eut comme conséquence un contrat à long terme avec la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM)[14],[20].


Leslie Nielsen, aux côtés de Anne Francis, dans son deuxième film, Planète interdite (1956).

Nielsen : "Sensé être une version science-fiction de Shakespeare's La Tempête, c'était à propos de l'identité. Qui sait ? les fan de Star Trek le voient comme un précurseur de Star Trek. J'avais juste à porter un uniforme étroit et à regarder Anne Francis. J'étais assez mince à l'époque[21]."

"Planète interdite" eut un succès immédiat[22], et il eut des rôles dans Ransom! (1956), The Opposite Sex (1956) et Hot Summer Night (1957) qui suivirent[23]. En 1957, il décrocha le premier rôle l'opposant à Debbie Reynolds dans une comédie romantique "Tamy and the bachelor", qui lui valut comme critique dans le Chicago Tribune, que les gens voient dans Nielsen un acteur aussi doué dans le dramatique que dans la romance[24]. Cependant, pas très satisfait des rôles dans les films qu'on lui avait offerts, il surnomma les société de production de " Tiffany, qui a oublié quel était 'le prix de l'argent'", Nielsen quitta alors la MGM, après la dernière audition pour le rôle de Messala dans le film historique de 1959, Ben-Hur, lequel rôle fut attribué à Stephen Boyd[25],[26]. Après avoir quitté la société de production, Nielsen atterrit dans une série de Disney "Le Renard des marais", dans le rôle de Francis Marion un héros de la Guerre d'indépendance des États-Unis[27]. Dans une interview de 1988, en se remémorant la série il affirma, "Ça a été une belle expérience, parce que les employés de Disney ne font pas leurs émissions comme tous les autres, en tournant un épisode par semaine. On avait seulement à réaliser un épisode par mois, et le budget était extrêmement élevé pour l'époque. On avait un endroit pour tourner dans un studio décoré plutôt pas cher et des costumes très authentiques[28]". Huit épisodes furent produit et diffusés entre 1959 et 1961[27].

Biographie (synthèse)

Fils d'un officier de la Gendarmerie royale du Canada, Leslie Nielsen étudie à l'Academy of Radio Arts de Toronto puis à la Neighborhood Playhouse de New York. Il fait ses débuts à la télévision dès 1950 et multiplie les apparitions dans les premières grandes séries américaines. Ses premiers pas au cinéma ont lieu au milieu des années 1950. Très rapidement, il décroche l'un des rôles principaux, celui du commandant Adams, de Planète interdite, devenu un classique de la science-fiction. Quelques films suivent mais Leslie Nielsen retourne sur le petit écran.

Dans les années 1960 et 1970, il connaît une activité ininterrompue à la télévision, apparaissant dans de nombreux téléfilms et dans la plupart des séries américaines de l'époque. Son visage devient familier du public mais on ne lui propose pratiquement que des rôles sérieux de policiers, de médecins, ou d'officiers. Au cinéma, on retient de cette époque son apparition en commandant de L'Aventure du Poséidon (1972).

En 1980, la carrière de Leslie Nielsen prend une nouvelle direction avec Y a-t-il un pilote dans l'avion ?. Sous la direction de David Zucker, Jerry Zucker et Jim Abrahams, il montre enfin au public son aisance et son talent dans la comédie parodique dans le rôle du docteur Rumack. Dès lors de plus en plus voué aux rôles comiques, il incarne pour la première fois le policier gaffeur Frank Drebin dans la série Police Squad en 1982. Malgré sa brièveté (6 épisodes), cette série va engendrer une trilogie de films à succès : Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? (("L'Agent fait la farce") au Québec) (1988), Y a-t-il un flic pour sauver le président ? (("L'Agent fait la farce 2½ : L'Odeur de la peur") au Québec) (1991) et Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? (("L'Agent fait la farce 33 1/3 : L'Insulte finale") au Québec) (1994).

Leslie Nielsen tourne également d'autres parodies plus ou moins réussies dans les années 1990, en particulier Dracula, mort et heureux de l'être (1995), Agent zéro zéro (("L'Agent secret se découvre") au Québec) (1996), Harry à tous prix et Le Détonateur (("Fausses accusations") au Québec) (1998). Il reste aussi très actif à la télévision.

A l'aube des années 2000, l'échec de Y a-t-il un flic pour sauver l'humanité ? traduit un certain essoufflement du genre. Lorsque David Zucker reprend en main la série Scary Movie, à partir du troisième volet, il offre à son acteur fétiche le rôle du président des États-Unis dans Scary Movie 3 ("Film de peur 3") (2003) et Scary Movie 4 ("Film de peur 4") (2006). Leslie Nielsen n'a rien perdu de sa drôlerie et reste indissociable de la parodie, même s'il est moins présent qu'auparavant. On le retrouve ensuite en oncle du héros dans Super Héros Movie ("Film de Super Héros").

Leslie Nielsen a été marié quatre fois et a deux filles. Son frère, Erik Nielsen, a été vice-premier ministre du Canada.

Leslie Nielsen meurt le 28 novembre 2010 dans un hôpital en Floride à l'âge de 84 ans, des suites de problèmes pulmonaires (pneumonie). Il repose au cimetière Evergreen de Fort Lauderdale.

Filmographie

Cinéma

Principales apparitions dans des séries télévisées

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. « Leslie Nielsen dead: reports », dans ABC News, novembre 2010 [texte intégral (page consultée le 28 novembre 2010)] 
  2. a et b Ross, Bob : Worth the Rent (Fee required), Tampa Tribune (24 May 1996). Consulté le 28 November 2010.
  3. (en) Kieran Simpson, Canadian Who's Who, Volume 15, University of Toronto Press, 1980 (ISBN 978-0-8020-4579-9), p. 736 
  4. (en) Lumley, Elizabeth, Canadian Who's Who 2003, Volume 38, University of Toronto Press, 2003 (ISBN 978-0-8020-8865-9) [lire en ligne], p. 1,103 
  5. Leslie Nielsen, the comic with the Danish roots: "Comedy is what endures" (Registration required; Proquest Document ID: 494375361), Scandinavian Press (31 March 1997). Consulté le 16 December 2009.
  6. Staff : Erik Nielsen dies at B.C. at 84, The Globe and Mail (5 September 2008).
  7. Biodata about Nielsen's abusive father
  8. Leslie Nielsen, RIP. "And don't call me Shirley", Chicago Sun-Times (29 November 2010).
  9. a, b, c, d et e Carr, Jay : If Leslie Nielsen has learned anything, it's how to play slapstick with a ... straight face (Fee required), The Boston Globe (13 March 1994). Consulté le 1 December 2010.
  10. (en) Leslie Nielsen, David Fisher, Leslie Nielsen the naked truth, Pocket Books, 1994 (ISBN 978-0-671-79578-8), p. 289 
  11. Playing Defense Funny Man Turns Serious with One-man Darrow Show (Fee required), Chicago Tribune (30 January 2000). Consulté le 1 December 2010.
  12. Hopper, Hedda : These New Faces Will Go Places in 1957!, Chicago Tribune (6 January 1957), p. H16.
  13. (en) James E. Wise, Scott Baron, International stars at war, Annapolis, Naval Institute Press, 2002, 1re éd. (ISBN 978-1-55750-965-9) (LCCN 2002016600), p. 221 
  14. a, b et c Arnold, William : Shy actor loves his life as a comic, Seattle Post-Intelligencer (6 December 1988).
  15. Terry, Clifford : Gunning for a Laugh, Sun-Sentinel (7 July 1991).
  16. a et b Leslie Nielsen, CBS
  17. a et b Biography, Allmovie
  18. Thomas, Bob : Nielsen is Serious About Comic Side (Registration required), The Times Union (9 September 1993). Consulté le 1 December 2010.
  19. Dalton, Andrew : Leslie Nielsen, 84; versatile actor’s career took off with comedies, The Boston Globe (29 November 2010).
  20. Thomas, Bob : The Naked Gun 2½: The Smell of Fear – Funnyman Nielsen Used to be Serious, The Cincinnati Post (28 June 1991), p. 1C.
  21. Vincent, Mal : It's no Fun Playing it Straight (Fee required), The Virginian-Pilot (18 March 1994). Consulté le 1 December 2010.
  22. Forbidden Planet (1956), Rotten Tomatoes. Consulté le 23 February 2009
  23. Craft, Dan : From Drebin to Darrow, The Pantagraph (24 September 1999), p. D1.
  24. Petrakis, John : Nielsen Still Kicking in `Wrongfully Accused', Chicago Tribune (24 August 1998), p. 2.
  25. Bawden, Jim : Leslie Nielsen comes home for CBC's 50th – Veteran actor and comedian is the host of comedy special, The Toronto Star (18 August 2002), p. D3.
  26. Clark, Mike : New on DVD, USA Today (15 September 2005).
  27. a et b Wahl, Ken : Stargazing answers your questions; 'The Swamp Fox'; 'Silent Night, Lonely Night', The Kansas City Star (9 December 2009), p. D12.
  28. Brode, Doug : Nielsen Makes the `First String' in Films, The Post-Standard (12 December 1988), p. D10.
  29. "Décès de Leslie Nielsen" sur gala.fr

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Leslie Nielsen de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Leslie Nielsen — en el 2008. Nombre real Leslie William Nielsen Nacimiento 11 de febrero de 1927 …   Wikipedia Español

  • Leslie Nielsen — (1982) Leslie Nielsen (2008) Leslie William Nielsen …   Deutsch Wikipedia

  • Leslie Nielsen — Infobox actor caption = Nielsen in 1982 (Photo: Alan Light) birthname = Leslie William Nielsen birthdate = birth date and age|mf=yes|1926|2|11 birthplace = Regina, Saskatchewan, Canada occupation = Comedian, actor yearsactive = 1956 – present… …   Wikipedia

  • Leslie Nielsen ist sehr verdächtig — Filmdaten Deutscher Titel Leslie Nielsen ist sehr verdächtig Originaltitel Wrongfully Accused …   Deutsch Wikipedia

  • Leslie Nielsen ist von allen Geistern besessen — Filmdaten Deutscher Titel: Von allen Geistern besessen! Originaltitel: Repossessed Produktionsland: USA Erscheinungsjahr: 1990 Länge: 84 Minuten Originalsprache: Englisch …   Deutsch Wikipedia

  • Nielsen — ist ein patronymisch gebildeter dänischer Familienname mit der Bedeutung „Sohn des Niels“. Bekannte Namensträger Inhaltsverzeichnis A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S …   Deutsch Wikipedia

  • Leslie (homonymie) — Leslie Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Leslie est un patronyme gaélique qui signifie « jardin de houx ». Ce nom est ensuite devenue un prénom épicène. Sommaire 1 Patronyme 2… …   Wikipédia en Français

  • Nielsen — Not to be confused with Nielson, Neilson (disambiguation), or Nilsen. Nielsen Danish pronunciation: [ˈnelsn], is a Danish patronymic surname, literally meaning son of Niels, Niels being the Danish version of the Greek male given name… …   Wikipedia

  • Nielsen — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Nielsen Company, une entreprise de marketing Nielsen est un nom de famille notamment porté par : Allan Nielsen (1971 ), ancien footballeur… …   Wikipédia en Français

  • Leslie — Infobox Given Name Revised name = Leslie imagesize= caption= pronunciation= gender = Female or Male meaning = garden of hollies, grey fortress, or garden by the pool region = origin = related names = footnotes = Leslie (Gaelic, derived from a… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.