1649 en France

Années :
1646 1647 1648  1649  1650 1651 1652

Décennies :
1610 1620 1630  1640  1650 1660 1670
Siècles :
XVIe siècle  XVIIe siècle  XVIIIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies thématiques :
Architecture Littérature Musique classique Science Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Flag of France.svg
Chronologie de la France

Cette page concerne l'année 1649 du calendrier grégorien.

Article détaillé : Fronde (histoire).
  • Peste à Marseille et en haute Auvergne.
  • Mauvaise récolte de grains. Disettes et épidémies (1649-1652). La population rurale diminue.

Sommaire

Janvier

  • Vendredi 1er janvier : Dubuisson-Aubenay : "Ce premier jour de l'an, froid noir et couvert, tendant à dégel. La Reine fut aux Jésuites de la rue Saint-Antoine, à vêpres, pour la célébration du nom de Jésus, et au sermon de l'abbé de Chanvallon, neveu de l'archevêque de Rouen, qui prêcha une heure et demie avec approbation et admiration de tout le monde."
  • 3 janvier : Conseil décisif pour la sortie de la cour hors de Paris. Il se tient chez Monsieur, qui est victime d'une attaque de goutte. Le cardinal Mazarin est pour le départ. Monsieur et Condé sont réticents.
  • 5-6 janvier : Nuit des Rois, la Cour se réfugie à Saint-Germain-en-Laye. La reine fête les rois, couche Louis XIV et son frère, le duc d'Anjou. Après minuit, elle se couche, puis se relève et fait lever le roi et son frère. Elle emprunte avec eux un escalier dérobé qui conduit au jardin du Palais-Royal. Les carrosses préparés par Beringhen les attendent et les conduisent au cours la Reine. La reine-mère et ses enfants y retrouvent les princes, Mme de Villeroi, Villequier, capitaine des gardes de quartier, Guitaut, capitaine des gardes de la reine, Comminges, son lieutenant et Madame de Beauvais, première femme de chambre de la reine. Ils ne retourneront à Paris que pendant l'été. Cette même nuit, Bussy-Rabutin, qui fuit la vengeance des Miramion, a le plus grand mal à passer la porte Saint-Martin. La reine a ordonné à Gondi (le futur cardinal de Retz) de la suivre à Saint-Germain. Comme il n'y parvient pas, les Frondeurs ayant fermé les portes de la ville, il rejoint le camp de la rébellion.
  • 6 janvier : Commandées par Condé, les troupes royales commencent l'investissement de Paris. Ainsi commence la première campagne de la Fronde. Henri de Sévigné suit le duc de Longueville en Normandie. Les Sévigné seront frondeurs.
  • 7 janvier : Le roi ordonne le transfert du Parlement à Montargis. Il n'est pas obéi. Le duc d'Elbeuf vient offrir ses services aux magistrats.
  • 8 janvier : Le Parlement déclare Mazarin "ennemi du roi et de l'État" et "perturbateur du repos public". Il recrute une armée et organise la résistance. Il faut remarquer que pendant la Fronde tout le monde invoque le roi.
  • 9 janvier : Départ de Conti, Noirmoutier, La Rochefoucauld, la nuit du 9 au 10 janvier 1649 de Saint-Germain vers Paris, début de la Fronde des princes. Gourville, domestique de La Rochefoucauld, en fait un récit assez confus.
  • 10 janvier : Arrivée à Paris du prince de Conti et du duc de Longueville, frère et beau-frère de Condé, qui rejoignent le camp du Parlement.
  • 11 janvier : Le prince de Conti est, grâce aux intrigues de Gondi, nommé généralissime de la Fronde avec, comme adjoints, le duc d'Elbeuf, le duc de Bouillon et le maréchal de La Mothe qui commanderont les troupes à tour de rôle. Conti se trouve ainsi momentanément opposé à son frère aîné, Condé.
  • 12 janvier : Prise de l'Arsenal et de la Bastille par les Frondeurs. Le fils de Broussel, Jérôme, seigneur de Louvières, en prend le commandement.
  • 13 janvier : Début de la crue de la Seine. Paris inondé.
  • 14 janvier : Inondation : le faubourg Saint-Antoine et le Marais sont sous les eaux ainsi que l'île Saint-Louis et le faubourg Saint-Germain. À la suite de son évasion, Beaufort, qui avait vécu caché, réapparaît devant le Parlement de Paris.
  • 15 janvier : Prise de Corbeil par les soldats de Condé.
  • 18 janvier : Lettre du Parlement de Paris aux Parlements de province pour les engager à la résistance. Gondi, coadjuteur de Paris, est installé au Parlement comme conseiller d'honneur-né, à la place de son oncle l'archevêque. Il fait signer à tous les chefs de la Fronde une promesse d'union contre Mazarin (ce sont notamment Beaufort, Bouillon, Noirmoutier, La Rochefoucauld, etc.).
  • 20 janvier : Un incident entre domestiques provoque l’insurrection d’Aix-en-Provence. Deux personnes avaient été tuées. Quelque temps plus tôt, à la procession de la Saint-Silvestre, une rumeur : dès que la procession serait sortie de l’enceinte de la ville, le comte d’Alais irait assassiner chez eux tous les Frondeurs qui auraient eu le malheur de rester en ville. La foule court aux armes et pille les maisons des amis du comte d’Alais. Journée des Barricades à Aix-en-Provence. Le comte d'Alais, gouverneur de la province, est assiégé dans son palais. Il y reste enfermé pendant deux mois. Très remarquable mécanisme de la rumeur: une fiction produit un effet tout à fait réel, lui. Conséquence malheureuse des courants migratoires et commerciaux, la haute Auvergne et la ville de Marseille se trouvent, au cours de l'année, atteintes par la peste.
  • 23 janvier : La Régente convoque les États généraux pour le 15 mars.
  • 25 janvier : Gondi prononce un sermon politique contre Mazarin à l'église Saint-Paul. Pendant ce temps, le duc de Longueville s'empare du Vieux-Palais à Rouen. Le Parlement de Normandie se prononce pour la Fronde.
  • 28 janvier :
    • Sortie des frondeurs en direction de Bourg-la-Reine. Les Corinthiens, les chevau-légers de Gondi, se font tailler en pièces au pont d’Antony par les troupes du roi. Renaud-René, chevalier de Sévigné commande le régiment de Corinthe, on appela sa sortie "la première aux Corinthiens". Les forces royales enlèvent Brie-Comte-Robert, point décisif pour l'alimentation de Paris.
    • Nuit du 28 au 29 janvier : Naissance de Charles-Paris, comte de Saint-Paul, fils de Mme de Longueville et, "au su de tout l'univers", de La Rochefoucauld. La duchesse de Longueville a accouché, à l'Hôtel de ville où elle résidait. C'est Gondi (le futur cardinal de Retz) qui baptise cet enfant, prénommé Charles-Paris (hommage à la ville), en l'église de Saint-Jean-en-Grève. Le parrain est le prévôt des marchands, Le Féron, la marraine la duchesse de Bouillon. Il fut comte de Saint-Paul, puis duc de Longueville en 1671 et fut tué au passage du Rhin en 1672. Il fut ami de l'abbé de Choisy.

Février

  • Le Pont Rouge s'effondre en partie, effet des inondations. Il avait été construit en 1632, on l'appelait aussi pont Barbier. Il avait remplacé un bac qui a laissé son nom à la rue du Bac. Jeté entre les Tuileries et la rue de Beaune, il brûle en 1656. Reconstruit en pierre en 1689, il devient le Pont-Royal. À proximité, une pompe à eau construite par Pierre Pidou.

Mars

Avril

  • Jeudi 1er avril : Le Parlement enregistre la déclaration royale suite à l'accord conclu à Saint-Germain qui reprend les clauses de la paix de Rueil et distribue de nombreuses faveurs aux généraux de la Fronde. Fin de la Fronde parlementaire.
  • 2 avril : Publication de la Déclaration royale, portant amnistie générale, remettant chacun dans ses biens et honneurs. Le roi n'exige plus du Parlement l'enregistrement de la Déclaration de Saint-Germain, ni la cessation de ses assemblées. Le maximum de l'emprunt à faire en deux ans est fixé à 24 millions de livres.
  • 8 avril : La Grande Mademoiselle est à Paris pour rendre visite à la reine d'Angleterre et à son "second fils, M. le duc d'York : il venoit de Hollande d'auprès sa sœur la princesse d'Orange, où il avoit été depuis qu'il s'étoit sauvé de prison, où l'on l'avoit tenu longtemps en Angleterre. C'étoit lors un jeune prince de treize à quatorze ans, fort joli, bien fait et beau de visage, blond, qui parloit bien françois ; ce qui lui donnoit un meilleur air qu'au roi son frère ; car rien ne défigure tant un homme, à mon gré, comme de ne pouvoir parler : il parloit fort à propos, et je sortis de la conversation, que nous eûmes ensemble, fort édifiée de lui.tous deux en exil. La Grande Mademoiselle reçoit elle-même force visites."
  • 12 avril : Arrivée de la duchesse de Chevreuse à Paris à 11 heures. Elle est venue d'une traite de Cambrai. Elle était à Bruxelles depuis 1645.
  • 15 avril : Retour de Gaston d'Orléans à Paris. Il est fêté. Mais la famille royale ne suit pas. Elle attend que François de Vendôme cesse d'agiter le peuple.
  • 30 avril : La cour quitte Beaufort pour le château de Compiègne afin de surveiller la frontière de Picardie.

Mai

  • Les Pascal, fuyant les troubles de la Fronde, vont habiter chez les Périer, à Clermont-Ferrand.
  • Gondi annonce son ralliement. Peu après, il se lie avec la duchesse de Chevreuse revenue à Paris et devient l'amant de Mademoiselle de Chevreuse, sa fille.

Juin

Paysage avec Polyphème, de Nicolas Poussin
  • Mercredi 9 juin : Ou 14 juin. Furieux d’avoir dû céder au Parlement, D'Alais est sorti d’Aix, a levé une armée de la noblesse environnante et est revenu battre les troupes du Parlement à la bataille du Val, près de Draguignan. Mazarin envoie à Aix des commissaires pour régler définitivement les problèmes. Le rapport de force est du côté du gouverneur, le Parlement recule sur tous les sujets de litige.
  • 15 juin : Retz raconte l'incident dans ses Mémoires. Retz et ses amis, notamment François de Vendôme, s'inquiétaient de l'arrogance de ces jeunes gandins, du parti du cardinal Mazarin, parmi lesquels Jarzé et duc de Candale. Il s'agissait de savoir qui tiendrait le haut du pavé. Tel était le sens de la mission confiée au « Roi des Halles ». François de Vendôme tire la nappe des convives (parmi lesquels le duc de Candale) de Jarzé au Jardin de Renard (sorte d'auberge en lisière du jardin des Tuileries). Un duel est décidé. le duc d'Orléans accommode ensuite les parties[1].
  • 24 juin-3 juillet : Échec du comte d'Harcourt devant Cambrai.

Juillet

  • Vendredi 2 juillet : Le comte d'Harcourt lève le siège de Cambrai.
  • 13 juillet : Gondi se rend à Compiègne, où se tient la cour, pour inviter la reine et le roi, au nom des Parisiens, à revenir à Paris.
  • 17 juillet : Saisie de La custode du lit de la reine qui dit tout chez l'imprimeur Claude Morlot.
  • 20 juillet : Fausse pendaison de l’imprimeur Morlot à Paris, sauvé par l’intervention de la foule.
  • 25 juillet : Le duc d'Épernon vient signifier son interdiction au parlement de Bordeaux. Il provoque ainsi un soulèvement qui le chasse de la ville.

Août

Septembre

  • Mardi 14 septembre :
    • Condé refuse de signer au contrat de mariage de Laure Mancini qui épouse Mercœur. La scène se passe au Palais-Royal : " Je ne suis pas parent, ma signature est inutile. D’ailleurs, j’ai plusieurs demandes à vous adresser. On doit tenir parole au duc de Longueville."
      - Impossible. Rappelez-vous, on avait décidé, d’accord entre nous, de ne pas la tenir.

      Condé se met en colère : "Je ne veux plus vous voir en particulier ni jamais vous saluer. Je ne serai jamais votre serviteur ou votre ami."
      Pour Mazarin, c’est une véritable déclaration de guerre.
  • 17 septembre : Réconciliation de façade entre Condé et Mazarin.
  • 19 septembre : Faillite de l'Hôtel de ville : à l'échéance, les rentes ne peuvent être payées.
  • 22 septembre : Émeute des rentiers. Agitation dans la ville jusqu'à la fin de l'année.
  • Septembre-octobre : Assemblée de la noblesse, dispersée par la cour.

Octobre

  • Octobre-décembre. Agitation permanente des rentiers à Paris.

Novembre

  • Mardi 9 novembre : Particelli d'Emery redevient surintendant des finances. Il partage la fonction avec le comte d'Avaux. Le système des intendants provinciaux est restauré.
  • 23 novembre : Disgrâce de Mme de Beauvais, amie de Jarzé, lui même grand ami de Condé. Il est tombé amoureux de la reine. Ne doutant pas que ses sentiments soient partagés, il gagne Mme de Beauvais, première femme de chambre de la reine qui consent à déposer sur son miroir la lettre enflammée de René du Plessis de Jarzé. Premier mouvement de la reine : la fureur. Mazarin la tempère et lui dicte une réplique ironique. La reine la récite le 26 novembre publiquement à Jarzé :

"Vraiment, monsieur de Jarzé, vous êtes bien ridicule. On m'a dit que vous faites l'amoureux. Voyez un peu le joli galant ! Vous me faites pitié, il faudroit vous envoyer aux Petites-Maisons. Mais il est vrai qu'il ne faut pas s'étonner de votre folie; car vous tenez de race. Voulant citer en cela le maréchal de Lavardin, qui autrefois avoit été passionnément amoureux de la reine Marie de Médicis, et dont le roi, son mari, Henri le Grand, se moquoit lui-même avec elle." (selon Mme de Motteville, Dubuisson-Aubenay fait un récit voisin). Tout le monde s’esclaffe. Jarzé, humilié, se retire de la cour.

  • L'attitude outrageante de Condé (Jarzé, refus du mariage entre un fils de France — le duc de Mercoeur, petit-fils d'Henri IV — et une nièce de Mazarin, rivalité exacerbée avec Mazarin…) lui aliène la reine. Gondi tente de profiter du mécontentement des rentiers, dont le surintendant ne paie pas les arrérages, pour relancer l'agitation politique. Son secrétaire Guy Joly entre au syndicat des rentiers.

Décembre

  • Jeudi 11 décembre : Le secrétaire de Gondi, Guy Joly, était entré au syndicat des rentiers, et le Parlement ayant interdit les assemblées de rentiers, les amis du Coadjuteur tentent de soulever la foule contre Mazarin, mais les Parisiens ne bougent pas. Il imagine alors un faux attentat contre Condé. Le matin du 11 décembre, on tire des coups de feu contre le carrosse vide de Condé sur le Pont Neuf. Le Parlement ne prend pas au sérieux cette tentative d'assassinat, ce qui lui vaut des insolences de Condé. La nuit du 11 au 12 décembre 1649, beaucoup de mouvements suspects de chevaux. L’écuyer de François de Vendôme va rencontrer un groupe de ces cavaliers. Ce semble être des Lorrains et des Bourguignons. Le complot des rentes chez le coadjuteur comprendrait : Montrésor, le marquis de Noirmoutier, Fosseuse, Laigues, puis Joly. Mais François de Vendôme n’en est pas. Il parle trop à Mme de Montbazon qui est trop bien avec le Cardinal. C’est le futur archevêque de Paris, l’abbé Harlay de Chanvallon qui a entendu en confession un témoin de ce complot. Sans plus s’embarrasser du secret de la confession, il va tout répéter à Mazarin.
  • 22 décembre : Au Parlement, série de réquisitoires à propos de l'émeute du 11. Gondi, Broussel et François de Vendôme sont inculpés de tentative d'assassinat contre Condé. Gondi décide de se rapprocher de la reine et de Mazarin
  • 26 décembre :
    • Fin de la première Fronde bordelaise. Mazarin fait aux Bordelais diverses concessions, à condition que le Château-Trompette soit remis au roi. Mazarin accorde en fait aux Bordelais à peu près tout ce qu'ils demandent.
    • Mariage d'Anne Poussard du Vigean, veuve de François-Alexandre d'Albret, seigneur de Pons, avec Armand-Jean de Wignerod, duc de Richelieu.
  • Fin 1649, Mazarin note que le chapitre de Notre Dame est révolté contre le Coadjuteur. Claude Joly, chanoine et oncle de Guy, fait exception et est du côté de la Fronde.
  • La Normandie perd ses états provinciaux.

Notes et références

  1. ou le 18 juin selon Campion (Henri de Campion : Mémoires, Paris, Le Temps Retrouvé, p. 199 et 320

Liens internes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1649 en France de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 1650 en France — Années : 1647 1648 1649  1650  1651 1652 1653 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1652 en France — Années : 1649 1650 1651  1652  1653 1654 1655 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1651 en France — Années : 1648 1649 1650  1651  1652 1653 1654 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1648 en France — Années : 1645 1646 1647  1648  1649 1650 1651 Décennies : 1610 1620 1630  1640  1650 1660 1670 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1653 en France — Années : 1649 1650 1651  1652  1653 1654 1655 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1646 en France — Années : 1643 1644 1645  1646  1647 1648 1649 Décennies : 1610 1620 1630  1640  1650 1660 1670 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • 1647 en France — Années : 1644 1645 1646  1647  1648 1649 1650 Décennies : 1610 1620 1630  1640  1650 1660 1670 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

  • Islam en France — Minaret de la Grande Mosquée de Paris L islam est considéré comme la deuxième religion en France après le catholicisme. Une étude du Pew Research Center de 2011 estime que la population de culture musulmane, mineurs compris, est de… …   Wikipédia en Français

  • 1661 en France — Années : 1658 1659 1660  1661  1662 1663 1664 Décennies : 1630 1640 1650  1660  1670 1680 1690 Siècles : XVIe siècle  XVIIe sièc …   Wikipédia en Français

  • 1656 en France — Années : 1653 1654 1655  1656  1657 1658 1659 Décennies : 1620 1630 1640  1650  1660 1670 1680 Siècles : XVIe siècle  XVIIe siè …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”