Andre Parsal

André Parsal

André Parsal
Parlementaire français
Naissance 26 novembre 1900
Décès 18 janvier 1967
Mandat Député 1936-1940
Début du mandat 1936
Fin du mandat {{{fin du mandat}}}
Circonscription Seine
Groupe parlementaire PCF
IIIème République

André Parsal (19001967), ouvrier agricole, syndicaliste, député communiste français puis responsable d’un mouvement de collaboration pendant la période de l’occupation.

Sommaire

Syndicaliste agricole

André Puech dit André Parsal est né en 1900 à Capestang (Hérault - France). Il est fils d’un cultivateur, ouvrier agricole, il prend après la première guerre mondiale des responsabilités dans la Fédération de l’agriculture de la CGTU (Confédération générale du travail – unitaire) en tant que responsable régional en Languedoc puis dans le Centre.

En 1929, il est manœuvre dans une marbrerie puis ouvrier imprimeur. Il devient secrétaire général de la fédération de l’agriculture de la CGTU en 1933. Lors de la fusion des syndicats CGT et CGTU en 1936, il devient secrétaire général de la fédération de l’agriculture unifiée et le reste jusqu’à la guerrre.

Militant communiste internationaliste

André Parsal adhère au parti communiste en 1923, prend des responsabilités dans l’Hérault et est élu, en 1925, conseiller municipal de Capestang mais l’élection est annulée car il n’avait pas l'âge légal de vingt-cinq ans. Il prend part à des actions contre les opérations militaires françaises au Maroc et en Syrie, puis est condamné en décembre 1925, pour provocation de militaires à la désobéissance. Il passera dix ans dans la clandestinité, adoptant alors le pseudonyme d’André Parsal.

Il séjourne 3 ans en Union soviétique (Union soviétique) d'avril 1926 à août 1929 à Moscou comme élève de l'école léniniste internationale. Il est désigné comme député au Soviet de Moscou.

Il fut délégué, en tant qu’auditeur, aux 8e, 9e et 10e plenums et au 6e congrès mondial de l'Internationale communiste.

Député du Front populaire

Aux élections législatives de mai 1932, André Parsal est candidat du PCF dans la 1re circonscription d'Orléans ; il obtient 4,9% des voix et le radical Jean Zay est élu.

Installé ensuite en région parisienne, affecté à la cellule de Maisons-Alfort. Il est candidat aux élections législatives dans la 4e circonscription de Sceaux (Saint-Maur-des-Fossés), et est élu député au second tour en battant l'ancien ministre et député sortant, Adolphe Chéron. Il intervint à la Chambre en faveur des ouvriers agricoles et à propos des conflits du travail. Mobilisé en septembre 1939, il adhère le 2 octobre au groupe parlementaire Groupe ouvrier et paysan français, qui rassemble des parlementaires restés fidèles au PCF, dissous le 26 septembre.

Le 9 janvier 1940 avec cinq autre députés, il se désolidarise de son parti et en devient démissionnaire de fait ; il est cependant déchu de ses mandats électifs par arrêté préfectoral du 23 février 1940.

Engagé dans la collaboration

Responsable d'un garage, à Créteil (alors dans la Seine, aujourd’hui dans le Val-de-Marne), André Parsal écrit dans le quotidien le Cri du peuple de Jacques Doriot, en novembre 1940 et le suit au Rassemblement pour la Révolution nationale (RNRN) qui réunit d’anciens communistes passés le Parti populaire français (PPF). Il adhère ensuite au Parti ouvrier et paysan français (POPF) puis participe en juin 1942 à la création du Comité d'information ouvrière et sociale (CIOS) chargé de la propagande pour la relève en zone occupée.

André Parsal fit un an de prison à la libération, et fut condamné à la dégradation nationale à vie et à la confiscation de ses biens, le 8 avril 1948, à l'occasion du procès devant la chambre civique de Paris des membres de l'ex-POPF.

Fondateur d’un syndicat indépendant

Après guerre, André Parsal s’associe à la fondation de « syndicats indépendants » anticommunistes inspirés par René Belin et sa revue Travail et Liberté. Les initiateurs sont d’anciens communistes, des ex-collaborateurs et des gaullistes.

Il devient un des responsables de la Confédération générale des Syndicats indépendants (CGSI) fondée en 1949. En conflit avec l’autre dirigeant de cette organisation, Sulpice Dewez, lui aussi ancien député communiste depuis rallié au gaullisme, André Parsal crée la Confédération syndicale Travail et Liberté (CSTL) en 1954. Elle deviendra en 1957 la Confédération française des syndicats indépendants (CFSI) puis Confédération française du travail (CFT).

Retiré à Cormeilles-en-Parisis (alors en Seine-et-Oise, aujourd'hui dans le Val-d'Oise), André Parsal y exploitait une auto-école. Il y mourut le 18 janvier 1967.

Bibliographie

  • Parsal André, Pour le bien-être des travailleurs de la terre dans une agriculture riche et prospère, Fédération nationale des travailleurs de l'agriculture (Fnta), Paris, 1937

Sources

  • Portail du syndicalisme Portail du syndicalisme
Ce document provient de « Andr%C3%A9 Parsal ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Andre Parsal de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • André Parsal — Parlementaire français Date de naissance 26 novembre 1900 Date de décès 18 janvier 1967 Mandat Député 1936 1940 Début du mandat 1936 Circonscription …   Wikipédia en Français

  • Bureau confédéral de la Confédération générale du travail — Le bureau confédéral de la CGT est l organisme national qui gère et organise l action de la Confédération générale du travail française entre ses congrès. Avec le secrétaire général de la Confédération, qui en est membre d office, il assure la… …   Wikipédia en Français

  • Confédération générale des Syndicats indépendants — La Confédération générale des Syndicats indépendants (CGSI) était une confédération syndicale créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et qui a disparu dans les années 1970. Elle était présente dans le secteur de l industrie automobile, à …   Wikipédia en Français

  • P.P.F. — Parti populaire français Pour les articles homonymes, voir PPF. Le Parti populaire français ou PPF (1936 1944), fondé et dirigé par Jacques Doriot, était le principal parti politique fasciste français en 1936 1939 et l’un des deux principaux… …   Wikipédia en Français

  • Parti Populaire Français — Pour les articles homonymes, voir PPF. Le Parti populaire français ou PPF (1936 1944), fondé et dirigé par Jacques Doriot, était le principal parti politique fasciste français en 1936 1939 et l’un des deux principaux partis collaborationnistes en …   Wikipédia en Français

  • Parti populaire francais — Parti populaire français Pour les articles homonymes, voir PPF. Le Parti populaire français ou PPF (1936 1944), fondé et dirigé par Jacques Doriot, était le principal parti politique fasciste français en 1936 1939 et l’un des deux principaux… …   Wikipédia en Français

  • Parti populaire français — Pour les articles homonymes, voir PPF et Parti populaire. Le drapeau de le Parti populaire français. Le Parti populaire français ou PPF (1936 …   Wikipédia en Français

  • Adolphe Cheron — Adolphe Chéron Pour les articles homonymes, voir Chéron. Adolphe Chéron Parlementaire français …   Wikipédia en Français

  • Adolphe Chéron — Pour les articles homonymes, voir Chéron. Adolphe Chéron Adolphe Chéron, député de la Seine et président des sociétés d éducation physique et de préparation au service militaire …   Wikipédia en Français

  • CGT-U — Confédération générale du travail unitaire La Confédération générale du travail unitaire (CGTU) était un syndicat français ayant existé entre 1921 et 1936. Elle nait de la volonté d une minorité de la Confédération générale du travail de s… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”