ÉBRANLER
. v. a.
Donner des secousses à une chose, en sorte qu'elle ne soit plus dans une ferme assiette. Cette mine, cette batterie a ébranlé le bastion. Les vents ont ébranlé cette maison. Ce coup lui a ébranlé le cerveau.   Il s'emploie figurément, dans le même sens. Un empire que les discordes ont ébranlé. Ébranler le pouvoir de quelqu'un. Ébranler le crédit public.   Il se dit aussi figurément en parlant Des personnes, et signifie, Émouvoir quelqu'un, l'étonner, faire qu'il soit moins ferme dans la situation d'esprit où il était, dans ses opinions, dans ses résolutions. Ces raisons l'ont fort ébranlé. Les menaces ne sauraient m'ébranler. Les malheurs, les disgrâces n'ont point ébranlé son courage, sa constance. On dit de même, Ébranler la résolution de quelqu'un, ébranler son espoir, etc.

ÉBRANLER, s'emploie souvent avec le pronom personnel. Les voûtes du temple s'ébranlèrent. La montagne s'ébranle. Un empire qui s'ébranle. Une fermeté qui ne s'ébranle jamais.   Il signifie particulièrement, en termes de Guerre, Se mettre en mouvement. Des troupes qui commencent à s'ébranler. La première ligne s'ébranla pour charger les ennemis.   Il se dit également De troupes qui commencent à faire quelque mouvement pour prendre la fuite. Ce régiment était exposé à un si grand feu, qu'il commençait à s'ébranler ; la présence du général le rassura.

ÉBRANLÉ, ÉE. participe, Un empire ébranlé.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ébranler — [ ebrɑ̃le ] v. tr. <conjug. : 1> • 1428; de é et branler 1 ♦ Provoquer l ébranlement de (qqch.), faire trembler, vibrer par un choc. ⇒ agiter, secouer. Détonation qui ébranle les vitres. « Quelquefois une charrette lourde passait, en… …   Encyclopédie Universelle

  • ébranler — ÉBRANLER. verbe actif. Donner des secousses à une chose, en sorte qu elle ne soit plus dans une ferme assiette. Cette mine, cette batterie a fort ébranlé le bastion, Les vents ont ébranlé cette maison. Les éruptions de l Etna ébranlent toute la… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ébranler — (é bran lé) v. a. 1°   Faire branler, mettre en branle, communiquer un mouvement d oscillation. Ébranler une cloche. Les détonations du canon ébranlaient les airs. •   Devant qu il soit deux ans, Je veux que l on me voie avec des airs fendants,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉBRANLER — v. tr. Amener par des secousses une chose à ne plus être dans une ferme assiette. Les vents ont ébranlé la maison. Ce coup lui a ébranlé le cerveau. Les voûtes du temple s’ébranlèrent. Fig., Un empire que les discordes ont ébranlé. ébranler le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ébranler — vt. , secouer, (ep. d une personne qui a fait une chute) : éssarkalyî (Saxel.002), snâ, snalyî <sonner> (Albanais.001). A1) ébranler, déstabiliser, diminuer la stabilité par des secousses : ÉBRANLÂ vt. (001, Chambéry, Saxel). A2) ébranler,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • s'ébranler — ● s ébranler verbe pronominal Se mettre en mouvement, en marche : L armée s ébranla …   Encyclopédie Universelle

  • secouer — [ s(ə)kwe ] v. tr. <conjug. : 1> • 1532; réfect. de secourre (XVe), d apr. les formes secouons, secouez; de l a. fr. sequeurre, lat. succutere 1 ♦ Remuer avec force, dans un sens puis dans l autre (et généralement à plusieurs reprises). ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • émouvoir — [ emuvwar ] v. tr. <conjug. : 27, sauf p. p. ému> • esmoveir 1080; lat. pop. °exmovere, du lat. class. emovere « mettre en mouvement » 1 ♦ Vx ou littér. Mettre en mouvement. ⇒ agiter, ébranler, mouvoir. « Aucun souffle n émouvait le maigre… …   Encyclopédie Universelle

  • affermir — [ afɛrmir ] v. tr. <conjug. : 2> • 1372; de 1. a et 1. ferme 1 ♦ Rare Rendre ferme, plus stable, plus solide. Affermir ses positions. ⇒ consolider. « Il affermit sa casquette » (Duhamel). Pronom. « Le mouvement du cavalier qui s affermit en …   Encyclopédie Universelle

  • ébranlement — [ ebrɑ̃lmɑ̃ ] n. m. • 1503; de ébranler 1 ♦ Oscillation ou vibration produite par un choc ou une secousse. ⇒ commotion , tremblement. Il « crispa ses deux poings sur les barreaux; la secousse fut frénétique, l ébranlement nul » (Hugo). 2 ♦ Fig.… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”