DIPHTHONGUE
. s. f.
T. de Gram. Syllabe qu'on prononce en faisant entendre, d'une seule émission de voix, le son de deux voyelles, comme ie, ui, oui, dans Ciel, nuit, fouine.   Il se dit quelquefois, improprement, de La réunion, dans l'écriture, de deux ou plusieurs voyelles qui ne forment qu'un son unique dans la prononciation, comme ai, au, eau, eu, au. Pour indiquer que deux voyelles ne forment point diphthongue, on met un tréma sur la seconde, comme dans faïence.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • diphthongue — ou DIPHTONGUE. subst. f. Terme de Grammaire. Réunion de plusieurs voix qui ne font qu une syllabe d usage, comme dans les mots Ciel, nuit, oui. On appelle encore communément et improprement Diphthongue, La réunion de plusieurs voyelles qui ne… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • diphthongue — (di fton gh ) s. f. Terme de grammaire. Syllabe formée de la combinaison de deux voyelles qui, prononcées par une seule émission de voix, font cependant entendre un double son : rien, Dieu, pied, premier, etc. Diphthongues propres, syllabiques,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Diphthongue — Diphtongue La notion de diphtongue est un concept linguistique, utilisé en phonétique et en phonologie, qui évoque une forme spécifique de voyelle. Le mot vient du latin d origine grecque « diphtongus » (de « diphtoggos »,… …   Wikipédia en Français

  • oculaire — (o ku lê r ) adj. 1°   Terme d anatomie. Qui appartient à l oeil. Nerf oculaire. •   Que de connaissances oculaires on peut acquérir par le toucher !, J. J. ROUSS. Ém. II.    Diphthongue oculaire, diphthongue qui n est que pour l oeil comme ou,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • sous-dominante — (sou do mi nan t ) s. f. 1°   Terme de musique. La quatrième note d une gamme, celle qui est immédiatement au dessous de la dominante. 2°   Terme de grammaire. Une des voix de la diphthongue. Des deux voix qui forment la diphthongue, la première… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • NUIRE — v. n. (UI forme une diphthongue dans ce mot et les suivants. Cette diphthongue ne compte, dans les vers, que pour une syllabe.) Je nuis, tu nuis, il nuit ; nous nuisons, vous nuisez, ils nuisent. Je nuisais. Je nuirai. Nuis. Que je nuise. Que je… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • -ier — ⇒ IER, IÈRE, ER, ÈRE, suff. I. Le dér. est un subst. désignant une personne. A. La personne exerce une activité à caractère professionnel. 1. La base est un subst. désignant le produit ou la matière sur lesquelles s exerce l activité, ce qui est… …   Encyclopédie Universelle

  • -er — ⇒ IER, IÈRE, ER, ÈRE, suff. I. Le dér. est un subst. désignant une personne. A. La personne exerce une activité à caractère professionnel. 1. La base est un subst. désignant le produit ou la matière sur lesquelles s exerce l activité, ce qui est… …   Encyclopédie Universelle

  • auriculaire — (ô ri ku lê r ) adj. 1°   Qui a rapport, qui appartient à l oreille. Nerf, conduit auriculaire. 2°   Témoin auriculaire, celui qui a ouï ce qu il raconte.    Confession auriculaire, confession qui se fait à l oreille du prêtre. •   La confession… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • diphthongaison — (di fton ghè zon) s. f. Terme de grammaire. Formation en diphthongue. Il y a diphthongaison quand, dans l ancien français, on changeait l o de donner en la diphthongue oi : je doin, tu doins, il doint. ÉTYMOLOGIE    Diphthonguer …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”