DEMEURER
. v. n.
Habiter, faire sa demeure. Dans ce sens et dans le suivant, il se conjugue avec le verbe Avoir. J'ai demeuré dans telle rue. Je demeure à l'hôtel de Lyon. Il a demeuré trois ans à Madrid. Demeurer à la campagne, à la ville.   Il signifie aussi, Tarder, employer plus ou moins de temps à quelque chose. Il a demeuré longtemps en chemin. Sa plaie a demeuré longtemps à guérir, à se fermer. Il n'a demeuré qu'une heure à faire cela.   Il signifie encore, S'arrêter, se tenir, rester en quelque endroit. Dans ce sens et dans les suivants, il se conjugue avec le verbe Être. Demeurez là jusqu'à mon retour. Demeurer à son poste. Demeure, j'ai besoin de te parler. Il demeure bien tard dehors. La voiture demeura au milieu du chemin sans pouvoir avancer. Mon cheval est demeuré en chemin. Demeurer en arrière.   Demeurer sur la place, Être tué, terrassé sur la place où l'on a combattu. Trois mille hommes demeurèrent sur la place, ou, en employant le verbe impersonnellement, Il est demeuré trois mille hommes sur la place.

Fig., Demeurer en arrière, demeurer en reste, Rester débiteur. Ne pas demeurer en reste, Rendre la pareille.

Fig. et fam., Demeurer pour les gages, se dit De ceux qui sont pris ou tués dans quelque combat d'ou les autres se sauvent. La moitié des siens sont demeurés pour les gages. Cela se dit aussi dans quelques occasions moins importantes ; par exemple, si, dans une hôtellerie, dans un cabaret, on retient quelques personnes d'une compagnie dans le dessein de les faire payer pour les autres qui se sont échappées. Il se dit même quelquefois en parlant D'une chose qu'on a perdue quelque part. J'eus peine à me tirer de cette foule, mon manteau, mon chapeau y demeura pour les gages. Ces phrases sont maintenant peu usitées.  Demeurer sur le coeur, sur l'estomac, se dit D'un aliment qui cause des soulèvements de coeur, des maux d'estomac, ou qui pèse sur l'estomac. Ce que j'ai mange m'est demeuré sur l'estomac.

Fig. et fam., Cela lui est demeuré sur le coeur, Il en conserve du ressentiment.  Fig. et fam., Demeurer en beau chemin, ou En demeurer là, Ne point avancer, ne point faire de progrès, en quelque chose que ce soit, malgré les facilités ou les dispositions qu'on paraissait avoir. Il pouvait aspirer aux plus hautes dignités, il est demeuré en beau chemin. Vous êtes déjà capitaine, il ne faut pas demeurer en si beau chemin, il ne faut pas en demeurer là. Après avoir donne les plus belles espérances, il en est demeuré là. Puisque à cet âge il se porte à de tels excès, on doit craindre qu'il n'en demeure pas là.   En demeurer là, signifie aussi, Ne point donner suite à une affaire ; ou, avec un nom de chose pour sujet, N'avoir point de suites, ne pas être continué, poussé plus loin. Il ne veut pas en demeurer là, et il se propose de l'appeler en duel. Je désire que vous en demeuriez là. L'affaire n'en demeurera pas là. Les choses en sont demeurées là. Le travail en demeura là. On dit également, En demeurer là d'un travail, d'un discours, d'une lecture, etc., Discontinuer un travail, une lecture, etc. ; et de même : Où en est-il demeuré de son travail ? Voilà où nous en sommes demeurés de notre lecture, où nous en sommes demeurés. Je reprends mon discours où j'en étais demeuré. Etc.   Demeurons-en là, N'en parlons pas davantage, cessons : cela se dit ordinairement lorsqu'on voit que la contestation s'échauffe, et qu'il est à craindre qu'elle n'aille trop loin.  Demeurons-en là, demeurons-en à cela, Tenons-nous-en à cela, c'est cela que nous devons préférer, choisir.

Fam., Demeurer sur la bonne bouche, Cesser de manger ou de boire, après qu'on a bu ou mangé quelque chose qui flatte le goût ; et, figurément, S'arrêter après quelque chose d'agréable, dans la crainte d'un changement, d'un retour fâcheux.  Demeurer sur son appétit, Se retenir de manger quand on a encore appétit. Cette manière de parler signifie, figurément et familièrement, Ne pas aller aussi loin que nos désirs, que nos goûts pourraient nous porter.  Demeurer court, tout court, Manquer de mémoire en récitant un discours appris par coeur, ou ne plus trouver ce qu'on avait à dire, ce qu'on voulait dire. Il demeura court, tout court au commencement de son sermon. Elle est demeurée court après les premiers mots de son compliment. Cela se dit aussi Quand une personne est si pressée par des objections, ou si convaincue, qu'elle ne sait que répondre. On l'accabla de si fortes raisons, qu'il demeura court.

DEMEURER, signifie figurément, Être à demeure, être permanent ; ou Tenir, persister, durer. Cet arc de triomphe n'a pas été fait pour demeurer. La parole vole, et les écrits demeurent, et l'écriture demeure. La tache en demeure toujours. La cicatrice lui en est demeurée. On l'emploie quelquefois impersonnellement, dans le même sens. Il lui. en est demeuré une cicatrice, une infirmité.   Il signifie aussi, Se trouver, rester, être dans un certain état. Il demeure toujours dans le même état. Une chose qui demeure en son entier. Il faut que le passage demeure libre. Il est demeuré muet, immobile d'étonnement. Demeurer interdit, confus. Demeurer fidèle. Demeurer froid. Demeurer neutre. Demeurer en paix. Demeurer les bras croisés. Demeurer à ne rien faire. Demeurer d'accord. Demeurer perclus de ses membres. Demeurer propriétaire d'une chose. Demeurer civilement responsable. Demeurer garant. Demeurer à sec.   Il se dit encore De ce qui est conservé, laissé ou dévolu à quelqu'un. Ce bien lui est demeuré, malgré les efforts de ceux qui le lui disputaient. Ce titre lui demeure.   Il se dit figurément, dans le même sens. La victoire lui demeura. La gloire lui en est demeurée tout entière. Que la honte vous en demeure !

DEMEURER, signifie en outre, Rester, être de reste ; et, dans cette acception, on l'emploie presque toujours impersonnellement. Il n'y est rien demeuré. Il en demeura plus de la moitié. Il ne lui est rien demeuré de tant de biens qu'il avait. Il ne lui en est pas demeuré une obole.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • demeurer — [ d(ə)mɶre ] v. intr. <conjug. : 1> • demourer, demorer 1080; lat. demorari « tarder », d où « séjourner, habiter » 1 ♦ Vieilli ou littér. S arrêter, rester en un lieu. ⇒ rester . « Demeurez au logis, ou changez de climat » (La Fontaine).… …   Encyclopédie Universelle

  • demeurer — DEMEURER. v. neut. Faire sa demeure. Demeurer à la campagne. Demeurer à la ville. Il demeure dans une telle rue. Il demeure à l Ecu, à l enseigne de l Ecu. Il a demeuré six mois à Madrid. En ce sens il se construit avec le verbe Avoir. f♛/b] Il… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • demeurer — Demeurer, ou demourer en quelque lieu, Locum aliquem habitare, Incolere, vel tenere, Manere in aliquo loco. Demeurer une espace de temps en quelque lieu, In aliquo loco consistere, vel commorari. Demeurer longuement en quelque lieu, Ponere multum …   Thresor de la langue françoyse

  • demeurer — Demeurer. v. n. Tarder. Il demeure long temps à venir. sa playe demeure long temps à guerir, à se fermer. Il signifie aussi, S arrester. Demeurez là jusqu à mon retour. le carrosse demeura au milieu du chemin sans pouvoir avancer. On dit fig. qu… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • demeurer — (de meu ré) v. n. 1°   S arrêter, se tenir, rester en quelque endroit. Mon cheval est demeuré en chemin. Nous demeurâmes en arrière. •   Mais plutôt demeurez pour me servir d otage, CORN. Nicom. V, 7. •   .... Le vieillard était Fou de sa femme,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DEMEURER — v. intr. Conjugué avec l’auxiliaire Avoir, il signifie Habiter, faire sa demeure. J’ai demeuré dans telle rue. Je demeure à l’hôtel. Il a demeuré trois ans à Madrid. Demeurer à la campagne, à la ville. Demeurer chez soi, Ne pas sortir de sa… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • demeurer — (v. 1) Présent : demeure, demeures, demeure, demeurons, demeurez, demeurent ; Futur : demeurerai, demeureras, demeurera, demeurerons, demeurerez, demeureront ; Passé : demeurai, demeuras, demeura, demeurâmes, demeurâtes, demeurèrent ; Imparfait …   French Morphology and Phonetics

  • demeurer —    Dans le sens de rester, exige le verbe être ; de là une faute dans ces vers de Racine:    Ma langue embarrassée,    Dans ma bouche vingt fois a demeuré glacée.    Il faudroit est demeurée …   Dictionnaire grammatical du mauvais langage

  • demeurer — vi. => Habiter, Résider, Rester …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • En demeurer d'accord — ● En demeurer d accord en convenir …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”