COÛTER
. v. n.
Être acheté un certain prix. Coûter cher. Cette chose coûte plus qu'elle ne vaut. Combien vous coûte, que vous coûte cette étoffe, ce vin, ce cheval, cette maison, cette terre, etc. ? Le prix que coûte une chose. Cette étoffe coûte vingt francs l'aune. Cela m'a coûté trois cents francs. Je veux avoir cela, quoi qu'il coûte, quoi qu'il en coûte. Cela lui coûte bon, lui coûte bel et bon. Ces biens-là ne lui coûtent guère.   Il se dit aussi en parlant De la dépense que l'on fait pour quelque chose. L'entretien d'un cheval, d'une voiture coûte tant par an. Ma nourriture ne me coûte rien. Ses enfants lui coûtent beaucoup. Ce voyage vous coûtera peu. Ne plaidons point, les procès coûtent trop. Tous frais faits, il m'en coûte tant. Il coûte beaucoup à bâtir. Il a fait une folie qui lui a coûté cher, qui lui coûte son bien.

Fig. et fam., Cela ne lui coûte guère, Il ne ménage point cela, il le prodigue. Vraiment l'argent ne lui coûte guère. Ce général expose ses troupes à tout moment, les hommes ne lui coûtent guère.

COÛTER, signifie encore, figurément, Être cause de quelque perte, de quelque douleur, de quelque peine, de quelque soin, etc. Il lui en a coûté un bras pour avoir été à la guerre. Il vous en coûtera la vie. Il vous en coûtera la tête. Il ne vous en coûtera qu'une saignée. Cette perte lui a coûté bien des soupirs, bien des larmes. Cette sottise lui coûte cher. Cette victoire a coûté beaucoup de sang. La place qu'il obtient, lui a coûté bien des bassesses. C'est trop acheter le plaisir d'un moment, quand il coûte un long repentir. Cet ouvrage lui coûte bien des veilles. Cette recherche lui a coûté bien du temps, lui coûte de grands soins, un grand travail. La peine qu'il m'en coûte.   Il s'emploie quelquefois absolument, tant au propre qu'au figuré. Les procès, les voyages coûtent. Tout coûte en ce monde. Cet ouvrage, ce discours a dû lui coûter.

COÛTER, se dit particulièrement, au figuré, Des choses que l'on ne fait qu'à regret, auxquelles on ne se détermine que difficilement. Je ne vous cache pas que cette démarche me coûte un peu, me coûte beaucoup, ou absolument, me coûte. Cela me coûte à dire. Il m'en coûte, et m'en coûte beaucoup, de vous faire ces reproches. Il coûte de renoncer à d'anciennes habitudes.   Rien ne lui coûte, Il n'épargne rien, ou Il ne trouve rien de ridicule. Quand il est amoureux, quand il est question d'obliger ses amis, rien ne lui coûte.   Tout lui coûte, Il a de la peine à faire tout ce qu'il fait. Il rend service à regret, tout lui coûte. Il n'a aucune facilité pour écrire, tout lui coûte.

Fam., Coûte que coûte, À quelque prix que ce soit, quoi qu'il puisse arriver.  Le verbe Coûter, étant neutre, n'a point de participe ; cependant plusieurs personnes écrivent, Les vingt mille francs que cette maison m'a coûtés ; les efforts que ce travail m'a coûtés, la peine qu'il m'a coûtée. L'exactitude grammaticale exige, Les vingt mille francs que cette maison m'a coûté ; les efforts, la peine que ce travail m'a coûté.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • coûter — [ kute ] v. <conjug. : 1> • coster XIIe; lat. constare « être fixé », en lat. pop. « avoir pour prix » I ♦ V. intr. et tr. ind. Coûter à qqn. 1 ♦ Nécessiter le paiement de (une somme) pour être obtenu. ⇒ revenir, valoir. L armoire coûte… …   Encyclopédie Universelle

  • coûter — COÛTER. v. n. Être acheté un certain prix. Coûter peu. Coûter beaucoup. Coûter cher. Ne coûter guère. Coûter trop. Cela coûte plus que cela ne vaut. Combien vous coûte, que vous coûte cette étoffe, ce vin, ce cheval, cette maison, cette terre,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • coûter — (kou té) v. n. 1°   Être acquis à un certain prix. Combien vous coûte cette étoffe, ce cheval, cette maison ? 2°   Causer des frais, de la dépense. Combien coûte un cheval à nourrir ? Les réparations de sa maison lui ont coûté dix mille francs.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Couter — External images Large couter(The left couter on this armour has large wings to protect the inside of the arm.) …   Wikipedia

  • coûter — vt. kou â (Aussois), KOUTÂ (Albanais.001, Annecy.003, Arvillard, Billième, Chambéry.025, Giettaz, Montendry, Saxel.002), C.1. ; valai <valoir> (001) ; falai payî <falloir payer> (Cordon). E. : Cher. A1) coûter, être dur moralement,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • COÛTER — v. intr. Valoir tel ou tel prix d’achat. Coûter cher. Cette chose coûte plus qu’elle ne vaut. Combien vous coûte, que vous coûte cette maison? Cette étoffe coûte vingt francs le mètre. Les trois mille francs que ce meuble m’a coûté. Prix coûtant …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • couter — /kooh teuhr/, n. Armor. a piece of plate armor for the elbow. See diag. under armor. [1325 75; ME < AF, equiv. to OF coute elbow ( < L cubitum; see CUBIT) + AF er ER2] * * * …   Universalium

  • Couter — That part of a suit of armour which protected the elbow. Originally they were rounded, but became conical in shape through decoration. After becoming articulated, they comprised three pieces …   Dictionary of Medieval Terms and Phrases

  • Couter — Plate armour protecting the elbow. Often fitted with a besagew. ♦ Cup shaped defence for the elbow. (Wise, Terence. Medieval Warfare, 247) …   Medieval glossary

  • couter — cou•ter [[t]ˈku tər[/t]] n. her plate armor for the elbow • Etymology: 1325–75; ME < AF, = OF coute elbow (< L cubitum; see cubit) + AF er er II …   From formal English to slang

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”