USAGE
s. m.
Coutume, pratique reçue. Long, constant, ancien, perpétuel usage. C'était l'usage du pays, du temps. Cela est reçu par l'usage. C'est l'usage. L'usage le veut ainsi. C'est son usage d'agir ainsi. Cela est conforme, est contraire à l'usage. Cela est hors d'usage. Suivre l'usage. Braver l'usage. Les usages reçus. Les moeurs, les coutumes, les usages d'un peuple.

USAGE, signifie aussi, Emploi d'une chose. Faire usage d'un aliment, d'un remède. On fait usage de cette plante en médecine. Faire usage du temps, de son temps, de son crédit, de ses moyens. Le bon, le mauvais usage des richesses. Mettre une chose en usage. Il a tout mis en usage pour réussir. Cela n'est point à mon usage, ne m'est plus d'aucun usage. Des lunettes à l'usage des myopes. Des livres à l'usage des colléges. Bréviaire à l'usage de Paris, de Rome. A quel usage destinez-vous cela ? L'usage de la parole. Les langues ne s'apprennent bien que par l'usage.   Il se dit particulièrement de L'emploi qu'on fait des mots de la langue, et il offre deux sens bien distincts. En général, il se dit de L'emploi des mots, tel que la coutume l'a réglé. L'usage est l'arbitre souverain des langues, est le tyran des langues. L'usage a introduit, a consacré cette expression, cette tournure. Ce mot est d'usage. Ce mot n'est plus d'usage, n'est plus en usage, est maintenant hors d'usage. Ce terme n'a. d'usage, n'est en usage que dans le style familier. Cette expression n'est pas, du bon usage. Le plus grand usage de ce mot est dans le style soutenu. Quelquefois, il se dit de L'emploi particulier qu'on fait des mots, soit que, servi par son talent et consultant l'analogie, on trouve des moyens neufs de s'exprimer, soit qu'on tombe dans des fautes qu'entraîne le défaut de goût et de raison. L'usage qu'il a fait de cette expression est heureux. Habile écrivain, il a fait de ce mot un usage heureux, inattendu, tout nouveau. Vous faites des mots un usage vicieux, barbare. L'usage que ces deux auteurs font des mots prouve que l'un a de l'originalité et l'autre de la bizarrerie. L'Académie ne prétend pas régler l'usage de chaque mot, elle indique l'usage qu'on en a fait.

USAGE, signifie en outre, Le droit de se servir personnellement d'une chose dont la propriété est à un autre. En vendant sa bibliothèque, il s'en est réservé l'usage sa vie durant.   Il se dit aussi, en Jurisprudence, Du droit qu'ont les voisins d'une forêt ou d'un pacage, d'y couper le bois qui leur est nécessaire, ou d'y mener paître leur bétail. On a ôté, on a confirmé les usages aux riverains de ces forêts, de ces marais. J'ai droit d'usage, j'ai mon usage dans tel bois.

USAGE, signifie encore, Habitude, pratique d'une chose. Il a l'usage de ces matières, de ces termes. Il a l'usage de dîner de bonne heure. Il est dans l'usage de rentrer tard. Il veille beaucoup, c'est son usage.   Il signifie particulièrement, Expérience de la société, habitude d'en pratiquer les devoirs, d'en observer les usages. L'usage du monde, de la vie, ou simplement, L'usage. C'est un homme qui a beaucoup d'usage, qui a peu d'usage. Manquer d'usage.

USAGES, au pluriel, se dit, en Librairie, Des livres dont on se sert pour le service divin, comme bréviaires, rituels, diurnaux, heures, processionnels, missels, etc. Ce sens est vieux.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • usagé — usagé …   Dictionnaire des rimes

  • usage — [ yzaʒ ] n. m. • XIIe; du lat. usus → us I ♦ 1 ♦ (1190) Le fait d appliquer, de faire agir (un objet, une matière), pour obtenir un effet, que cet objet, cette matière subsiste (⇒ utilisation), disparaisse (⇒ consommation) ou se modifie e …   Encyclopédie Universelle

  • usagé — usage [ yzaʒ ] n. m. • XIIe; du lat. usus → us I ♦ 1 ♦ (1190) Le fait d appliquer, de faire agir (un objet, une matière), pour obtenir un effet, que cet objet, cette matière subsiste (⇒ utilisation), disparaisse (⇒ …   Encyclopédie Universelle

  • usage — Usage, m. penac. C est ce que le Latin dit Vsus, dont il descend. Usage aussi se prent pour coustume, et selon ce on trouve souvent au coustumier de France ces deux mots Usage, et coustume pour une mesme chose, d autant que coustume n est autre… …   Thresor de la langue françoyse

  • usage — Usage. s. m. Coustume, pratique receuë. Long, constant, perpetuel, ancien usage. c estoit l usage du pays, du temps. cela est receu par l usage. c est l usage. l usage le veut ainsi. l usage est le maistre des langues vivantes. ce mot n est pas… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Usage — Us age, n. [F. usage, LL. usaticum. See {Use}.] [1913 Webster] 1. The act of using; mode of using or treating; treatment; conduct with respect to a person or a thing; as, good usage; ill usage; hard usage. [1913 Webster] My brother Is prisoner to …   The Collaborative International Dictionary of English

  • usage — us·age / yü sij, zij/ n: an habitual or uniform practice esp. in an area or trade compare custom Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996. us …   Law dictionary

  • usage — UK US /ˈjuːsɪdʒ/ noun [U] ► the process of using something: »The software allows marketers to track the usage patterns of each customer. ► the amount of something used, such as energy, internet time, etc.: »The plan offers unlimited internet… …   Financial and business terms

  • usagé — usagé, ée (u za jé, jée) adj. Terme familier. Qui a de l usage. Les femmes les moins usagées. HISTORIQUE    XVe s. •   Usagés es faits d armes, FROISS. II, II, 184. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE    USAGÉ. Ajoutez :2° Qui a servi, qui a fait de l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • usage — (n.) c.1300, established practice, custom, from Anglo Fr. and O.Fr. usage custom, habit, experience, from us, from L. usus use, custom (see USE (Cf. use)) …   Etymology dictionary

  • Usage — (fr., spr. Üsahsch), Brauch, Gebrauch, Herkommen, Gewohnheit; daher U. du monde, Weltsitte, Weltton …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”