SERRER
. v. a.
Étreindre, presser. Serrer la main à quelqu'un. Serrer les doigts à quelqu'un. Je l'ai serré dans mes bras, contre mon coeur. Des souliers qui serrent les pieds. Ce cordon est trop lâche, il faut le serrer davantage. Serrer un noeud. Se serrer le ventre avec une ceinture. Serrer les sangles d'un cheval. On serrait autrefois les pouces à un criminel pour lui faire avouer son crime.

Fig., Serrer les pouces à quelqu'un, Le contraindre, à force de menaces, à avouer la vérité. S'il n'avoue tout, serrez-lui les pouces.

Fig. et fam., Serrer le bouton à quelqu'un, Le presser vivement sur quelque chose.

Fig., Serrer les noeuds de l'amitié, Rendre l'amitié plus étroite entre deux personnes. Cela ne fit que serrer davantage les noeuds de leur amitié.

Fig., Cela serre le coeur, se dit D'une chose qui excite vivement la sensibilité, qui cause une grande pitié.  Que la fièvre le serre ! se dit, par imprécation, en parlant D'un homme de qui l'on a à se plaindre.

SERRER, signifie aussi, Joindre près à près, mettre près à près. Vous nous avez trop serrés. Nous sommes trop serrés à cette table. Reculez-vous un peu, nous serons moins serrés. Serrez vos pieds l'un contre l'autre. Serrer les rangs. On l'emploie quelquefois avec le pronom personnel. Serrez-vous les uns contre les autres. Il faut nous serrer davantage.   Serrer les dents, Presser la mâchoire d'en bas contre la mâchoire d'en haut.  Serrer son écriture, Rapprocher les lettres ou les lignes les unes des autres. Votre écriture n'est pas assez pressée, serrez-la davantage. Serrez davantage vos lignes.  Fig., Serrer son style, Retrancher ce qu'il y a de superflu dans le style. Il signifie aussi, Écrire d'une manière très-concise.  En termes d'Art militaire, Serrer les rangs, se dit D'une troupe en bataille dont les rangs étaient ouverts, et qui les rapproche. Serrez vos rangs : marche. On dit quelquefois simplement, Serrez, à des troupes qui marchent, et qu'on veut faire avancer plus diligemment Se serrer contre le mur, Se mettre tout à fait contre. Serrer la muraille, Passer très-près de la muraille.  Serrer quelqu'un de près, Le poursuivre vivement. Serrer de près une ville, un fort, En presser le siége.  En termes de Marine, Serrer les voiles, Plier les voiles. Serrer la terre, Ranger la terre. Serrer le vent, Aller au plus près du vent. Serrer la ligne, Tenir très-près les uns des autres les vaisseaux qui forment une ligne de combat. Chaque vaisseau doit serrer sur son matelot d'avant, pour empêcher l'ennemi de couper la ligne.   Au Jeu de trictrac, Serrer son jeu, Le presser, ne pas l'étendre, pour ne pas se découvrir. Il serre son jeu. Il serre trop son jeu.   En termes d'Escrime, Serrer la mesure, Presser vivement son ennemi. Il se dit figurément et familièrement, et signifie, Presser son adversaire dans la dispute. On dit aussi dans le même sens, Serrer la botte, tant au propre qu'au figuré.  En termes d'Équitation, Serrer l'éperon à un cheval, Lui donner de l'éperon pour le faire aller à toute bride. Serrer la demi-volte, Faire revenir un cheval avec justesse sur le terrain où il commence la demi-volte.

SERRER, signifie aussi, Mettre quelque chose en lieu où il ne soit exposé ni à être volé, ni à s'égarer, ni à être gâté. Serrer des hardes. Serrer quelque chose sous la clef. Serrez votre bourse, votre argent. Je ne sais où j'ai serré ce papier. Je vous l'ai donné à serrer. Il faut serrer ces fruits, ces confitures en lieu sec, dans un lieu sec.   Serrer les foins, serrer les blés, Les mettre à couvert dans le grenier, dans la grange.

SERRÉ, ÉE. participe, Noeud bien serré. Un homme serré dans ses souliers. Un style serré.   De la toile bien serrée, du drap bien serré, De la toile, du drap qui a été bien frappé, bien battu avec le peigne.  Avoir le coeur serré de douleur, de tristesse, etc., ou absolument, Avoir le coeur serré, Avoir le coeur saisi de douleur, etc. À cette nouvelle, il eut le coeur si serré, qu'il ne put articuler un mot.   Avoir le ventre serré, Être constipé, ne pas aller facilement à la garde-robe Un cheval serré du devant, du derrière, Un cheval étroit du devant, du derrière.

Fig. et fam., Un homme serré, Un homme avare qui a peine à donner du sien, qui dépense avec regret.  Au Trictrac, Un jeu serré, Un jeu qui n'est pas étendu, et où l'on ne se découvre point. Voilà un jeu bien serré. Il a un jeu bien serré.

SERRÉ, est quelquefois adverbe, et signifie, Bien fort. Alors il est ordinairement précédé d'un de ces adverbes Bien, Si. Il a gelé bien serré cette nuit. Il lui a donné sur les oreilles bien serré, si serré, que ... Il est familier Mentir bien serré, Mentir impudemment, effrontément, etc.  Jouer serré, Ne jouer qu'à beau jeu, et ne point se hasarder. Figurément, Agir avec beaucoup de prudence, de réserve, de manière à ne pas donner prise sur soi.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • serrer — [ sere ] v. tr. <conjug. : 1> • 1160; lat. pop. °serrare, altér. bas lat. serare, de sera « barre, verrou » 1 ♦ Vx Fermer. ♢ (mil. XIIIe) Mod. Région. Mettre à l abri ou en lieu sûr. ⇒ 1. ranger, remiser. Un grenier où « on serrait en hiver …   Encyclopédie Universelle

  • serrer — SERRER. v. a. Estreindre, presser. Serrer la main à quelqu un. luy serrer les doigts. des souliers qui serrent les pieds. serrer les poulces à quelqu un sous le chien d un pistolet. ce cordon là est trop lasche, il le faut serrer davantage.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • serrer — Serrer, Arcere, Arctare, Premere, Apprimere, Comprimere, Pressare, Astringere, Constringere, Extringere, Interstringere, Obstringere, Praestringere, Stringere, {{t=g}}séridzéin,{{/t}} id est, firmare et constringere. Serrer quelque lien, Lorum… …   Thresor de la langue françoyse

  • serrer — (sê ré) v. a. 1°   Étreindre, presser. Serrer un noeud. •   Ouf ! vous me serrez trop, MOL. Tart. III, 3. •   Ce qu on sent, ce qu on touche, c est ce qui échappe continuellement des mains qui le serrent ; plus on serre les choses glissantes,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • serrer — vt. ; étreindre ; coincer ; presser (des fruits) ; (Saxel) éprouver, peiner, faire souffrir ; souquer : SARÂ (Aix 017, Albanais 001, Albertville 021, Annecy 003, Arvillard 228, Balme Sillingy 020, Billième, Giettaz, Montagny Bozel 026, Peisey 187 …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SERRER — v. tr. étreindre, presser. Serrer la main à quelqu’un. Je l’ai serré dans mes bras, contre mon coeur. Ces souliers sont trop étroits : ils me serrent. Absolument, Vous serrez trop fort. Ne serrez pas. Fig., Serrer les pouces à quelqu’un, Le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • serrer — v.t. Serrer la vis à quelqu un, le traiter avec sévérité. / Serrer la pince, serrer la main. / Serrer les fesses, craindre, se tenir sur ses gardes. / Se serrer la ceinture, être privé, ne pas manger. / Arrêter : Être serré par les keufs …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • serrer — (v. 1) Présent : serre, serres, serre, serrons, serrez, serrent; Futur : serrerai, serreras, serrera, serrerons, serrerez, serreront; Passé : serrai, serras, serra, serrâmes, serrâtes, serrèrent; Imparfait : serrais, serrais, serrait, serrions,… …   French Morphology and Phonetics

  • serrer — Emprisonner …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

  • Serrer la cuiller à quelqu'un — ● Serrer la cuiller à quelqu un lui serrer la main …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”