SATYRE
. s. m.
Sorte de demi-dieu qui, selon la Fable, habitait les bois, et qui avait des jambes et des pieds de bouc. Les faunes et les satyres.

Fig. et fam., C'est un satyre, se dit D'un homme extrêmement adonné aux femmes.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • satyre — [ satir ] n. m. • satire 1372; lat. satyrus, d o. gr. 1 ♦ Divinité mythologique de la terre, être à corps humain, à cornes et pieds de chèvre, de bouc (⇒ chèvre pied, 1. faune). Pan et les satyres sont souvent représentés jouant de la flûte,… …   Encyclopédie Universelle

  • satyre — 1. (sa ti r ) s. m. 1°   Terme de la religion des Grecs et des Romains. Demi dieu qui habitait les bois et qui avait des jambes et des pieds de bouc. •   Au fond d un antre sauvage, Un satyre et ses enfants Allaient manger leur potage Et prendre… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Satyre — Satyre, s. Satire …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Satyre — Satyre, unrichtige Schreibweise für Satire (s. d.) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Satyre — Satyre, überhaupt witziger Spott, dann ein bald mehr strafendes oder scherzendes Lehrgedicht, oft in freier Form als Brief, Erzählung, Gespräch, Fabel etc., oder als ein selbstständiges Gedicht, welches mit witzigem Spott und geistreicher Laune… …   Damen Conversations Lexikon

  • Satyre — Pour les articles homonymes, voir Satyre (homonymie). Satyres ivres, psykter attique à figures rouges, v. 500 490 av. J. C …   Wikipédia en Français

  • satyre — I. SATYRE. subst. m. Selon les fictions des Poëtes payens, c estoit un demy Dieu qui habitoit les bois & qui estoit moitié homme, moitié bouc. Les faunes, les satyres. On appelle fig. Vieux satyre, Un vieillard lascif. C est un vieux satyre. II.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • satyre — Un Satyre, Satyrus. Une Satyre, ou poësie reprenant aigrement les vices, Satyra …   Thresor de la langue françoyse

  • satyre — Satyrday, satyre see Saturday, satire n …   Useful english dictionary

  • SATYRE — s. f. T. d Antiq. Ce nom désignait, chez les Grecs, Certains poëmes mordants, espèce de pastorales ainsi nommées, parce que les satyres en étaient les principaux personnages : ces poëmes n avaient point de ressemblance avec ceux que nous appelons …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”