RETENIR
. v. a.
Ravoir, tenir encore une fois. Si je puis retenir mes papiers, je ne les lui donnerai plus. Je voudrais bien retenir l'argent que je lui ai prêté.

Fam., Il voudrait bien retenir ce qu'il a dit, Il voudrait bien ne l'avoir pas dit.

RETENIR, signifie aussi, Garder par-de-vers soi ce qui est à un autre. Retenir le bien d'autrui. Pourquoi retient-il mes papiers ? Retenir les gages d'un domestique, le salaire d'un ouvrier. On lui a retenu cinq francs sur sa paye. Il n'a retenu de ses conquêtes que deux forteresses.

RETENIR, signifie encore, Garder toujours, conserver ce que l'on a, ne point s'en défaire, ne point s'en dessaisir. Au Palais, on dit, Donner et retenir ne vaut, Une donation n'est point valable, si on ne se dessaisit pas en effet de ce que l'on donne.  Il se dit, dans ce sens, en parlant Des habitudes, des qualités bonnes ou mauvaises que l'on n'a point perdues. Retenir l'accent de son pays. Retenir ses vieilles habitudes. Les bêtes féroces que l'on a apprivoisées, retiennent toujours quelque chose de leur naturel. Ce vase retient quelque chose de l'odeur du vin que l'on y avait mis. Cet homme est bien corrigé, il n'a rien retenu de ses défauts. Ce sens vieillit : on dit plus ordinairement, Conserver, avoir toujours.

RETENIR, signifie aussi, Réserver. Il a vendu tout son vin, hormis tant de pièces, qu'il a retenues pour sa table. Il a affermé sa terre, mais il s'est retenu les bois et les vignes. Il a donné son bien, mais il s'en est retenu, il en a retenu l'usufruit. Retenir une pension sur un bénéfice qu'on résigne.   En termes d'Arithm., Retenir un chiffre, Le réserver pour le joindre aux chiffres de la colonne qu'on doit calculer après. Ainsi, lorsque le total d'une colonne monte à 27, on dit vulgairement, Je pose 7, et je retiens 2, ou absolument, Pose 7, et retiens 2.  En termes de Procéd., Les juges ont retenu cette cause, Ils s'en sont réservé la connaissance, en décidant qu'elle leur appartenait. Retenir une cause, signifie aussi, La conserver au rôle pour qu'elle soit jugée à son rang et sans délai. Le président a refusé la remise qu'on lui demandait, et a retenu la cause.

RETENIR, signifie aussi, Prélever, déduire d'une somme. En me payant, il a retenu la somme qu'il m'avait prêtée. Il a retenu tant pour les frais, pour les réparations, pour ses déboursés, pour ses peines. Je vous prie de payer telle somme pour moi, et vous la retiendrez sur ce que vous me devez, sur l'argent que mon fermier vous remettra. Retenir tant sur la paye d'un soldat.

RETENIR, signifie encore, S'assurer par précaution de ce qu'un autre aurait pu prendre. Retenir une chaise au sermon, une place à la diligence, une loge à la comédie. Retenir quelqu'un pour une partie de plaisir. Je vous retiens à dîner pour dimanche prochain. Retenir un domestique, le retenir à son service. Retenir la parole. Retenir un logement. Retenir une chambre, une fenêtre sur une place, sur une rue, pour voir une cérémonie publique. Je retiens ma part de ce panier de fruits qu on vient de vous apporter.   Pop., Je retiens part, j'en retiens part, se dit Quand on voit quelqu'un ramasser quelque chose, et signifie, Je prétends avoir part à ce que vous avez trouvé.  Retenir date, Indiquer à quelqu'un un jour, une époque où l'on exigera de lui telle chose.  Retenir une date en cour de Rome, Prendre une date, s'assurer d'une date en cour de Rome.  Ce conseiller a retenu le bureau, Il s'est assuré d'un jour fixe pour rapporter le procès dont il est chargé.  Je retiens croix, je retiens pile, se dit Quand on joue à croix et à pile, et signifie, Je gage, je parie que le côté de la pièce de monnaie qui paraîtra, sera croix, sera pile. Je retiens pair, je retiens non, se dit dans un sens analogue, Quand on joue à pair ou non.

RETENIR, signifie aussi, Arrêter, faire demeurer, faire séjourner, ne pas laisser aller. On l'a retenu plus longtemps qu'il ne pensait. Retenez-le à dîner. Retenir prisonnier. Retenir quelqu'un en prison. Retenir un cheval qui s'emporte. On retient l'eau avec des écluses. Il y a de certaines terres qui retiennent l'eau. Retenir son haleine. Retenir son urine. Retenir son eau. Retenir ses larmes. Retenir ses cris. Ce rhume l'a retenu quinze jours dans sa chambre. La goutte le retient au lit.   Il se dit, avec le pronom personnel, en parlant Des besoins, des mouvements naturels. Vous ne pouvez satisfaire ici à vos besoins, retenez-vous, tâchez de vous retenir, N'allez pas faire un esclandre en pleurant, en criant, retenez-vous.

RETENIR, signifie encore, S'opposer à l'effet prochain d'une action. Il serait tombé dans le précipice, si je ne l'eusse retenu. Il allait le tuer, si je ne l'eusse retenu, si je ne lui eusse retenu le bras.   Il s'emploie avec le pronom personnel, dans le sens de S'arrêter avec effort. Se retenir au milieu de sa course. Il s'est retenu au bord du précipice.   Il signifie également, S'accrocher, s'attacher, se prendre à quelque chose, afin de ne pas tomber. Il s'est retenu aux branches. Il se retint aux crins du cheval, au pommeau de la selle.   Retenir une poutre, L'attacher avec un lien de fer pour l'empêcher de tomber.

RETENIR, signifie aussi, Réprimer, modérer, empêcher de s'emporter. Si la crainte de Dieu ne me retenait... La vue de ce magistrat retint les séditieux, les retint dans le devoir. Retenir sa colère. Cette considération me retient. Je ne sais qui me retient, je ne sais ce qui me retient que je ne ...  Il s'emploie dans cette acception avec le pronom personnel. Il allait le frapper, mais il s'est retenu. Il n'est pas si emporté, qu'il ne sache bien se retenir quand il le faut.

RETENIR, signifie encore, Mettre, imprimer, garder quelque chose dans sa mémoire. Retenir par coeur. Retenir sa lecon. Il n'a entendu ces vers qu'une fois, et il les a retenus. Il retient tout ce qu'il entend. Je n'ai pas retenu son nom. Retenez bien ceci. Avez-vous bien retenu tout ce que je vous ai dit ? Je retiendrai cela toute ma vie.

RETENIR, s'emploie absolument en parlant De la génération des animaux, et signifie, Concevoir. On a mené cette vache au taureau, mais elle n'a pas retenu. Cette jument a retenu.

RETENIR, se dit aussi, absolument, Des chevaux de carrosse ou de charroi qui sont au timon ou dans les limons, et qui empêchent la voiture d'aller trop vite à une descente. Il faut enrayer, car ces chevaux-là ne retiennent point. Ce cheval a les reins bons, il retient fort bien.   Il se dit également, en termes de Manége, avec le pronom personnel, Des chevaux qui ne veulent point se porter librement en avant. Jamais on n'a vu un cheval se retenir comme celui-là. Tous les jeunes chevaux se retiennent.

RETENU, UE. participe, Retenu par la crainte. Retenu dans une maison. Retenu au lit par la goutte. Etc.   Il est aussi adjectif, et signifie, Circonspect, sage, modéré. Il est fort sage et fort retenu. C'est un homme fort retenu dans ses discours. Il faut être plus retenu sur ces matières-là. On ne saurait être trop retenu à blâmer la conduite des autres. Une fille modeste et retenue.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • retenir — [ r(ə)tənir; rət(ə)nir ] v. tr. <conjug. : 22> • 1050; lat. retinere I ♦ Conserver; mettre en réserve pour soi, en vue d un usage futur. 1 ♦ Garder (ce qui appartient à autrui); refuser de donner. ⇒ détenir. Hôtelier qui retient les bagages …   Encyclopédie Universelle

  • retenir — Retenir. v. a. Ravoir, tenir encore une fois. Si je puis une fois retenir mes papiers, il ne les aura plus, je voudrois retenir l argent que je luy ay presté. On dit prov. d une chose qu on a peine à ravoir de celuy à qui on l avoit prestée,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • retenir — Retenir, Retinere, Detinere, voyez Tenir. Retenir l argent, Supprimere pecuniam. B. ex Cic. Qui retiennent tousjours quelque chose à dire, Flexiloqui homines. Budaeus. Retenir les chevaux ausquels on a donné l esperon, Equos incitatos sustinere.… …   Thresor de la langue françoyse

  • reteñir — verbo transitivo 1. Volver a teñir (una persona) [una cosa] del mismo o de otro color: He reteñido los zapatos de marrón, que era su color original …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • retenir — (re te nir) v. a.    Il se conjugue comme tenir. 1°   Tenir encore une fois, ravoir. Je voudrais bien retenir l argent que je lui ai prêté.    Il voudrait bien retenir ce qu il a dit, il voudrait ne l avoir pas dit. 2°   Garder par devers soi ce… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • RETENIR — v. tr. Garder par devers soi ce qui est à un autre. Retenir le bien d’autrui. Pourquoi retient il mes papiers? Retenir les gages d’un domestique, le salaire d’un ouvrier. Il signifie aussi Garder toujours, conserver ce que l’on a, ne point s’en… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • retenir — vt. ; contenir ; faire barrage ; inviter à manger, à dormir : reteni (Aix, Arvillard.228b, Chambéry.025b, Saxel.002, Table), (a)rt(e)ni (025a,228a), artnyi apc., r(è)tnyi apv. (Albanais.001, Bellecombe Bauges, Villards Thônes), retenyi (Megève),… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • retenir — reteni retenir …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • reteñir — I (Derivado de teñir.) ► verbo transitivo Volver a teñir una cosa: ■ he reteñido el vestido porque blanco no me gustaba. SE CONJUGA COMO ceñir II (De origen incierto.) ► verbo intransitivo Producir el metal o el cristal un sonido vibrante. TAMBI …   Enciclopedia Universal

  • retenir — (v. 3) Présent : retiens, retiens, retient, retenons, retenez, retiennent ; Futur : retiendrai, retiendras, retiendra, retiendrons, retiendrez, retiendront ; Passé : retins, retins, retint, retînmes, retîntes, retinrent ; Imparfait : retenais,… …   French Morphology and Phonetics

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”