AVOIR
. v. a.
( J'ai, tu as, il a ; nous avons, vous avez, ils ont. J'avais. J'eus. J'aurai. J'aurais. J'ai eu. J'avais eu. J'aurai eu. J'aurais eu. Aye ou aie, ayez. Que j'aye ou que j'aie, que tu ayes ou que tu aies, qu'il ait ; que nous ayons, que vous ayez, qu'ils ayent ou qu'ils aient. Que j'eusse. Que j'aye eu, ou que j'aie eu. Que j'eusse eu. Ayant. Ayant eu. L'orthographe Aye, que j'aye, etc., de l'impératif et du subjonctif, n'est plus guère usitée : on écrit généralement, Aie, que j'aie, etc. ) Posséder de quelque manière que ce soit ; être en possession, en jouissance de quelque chose. Avoir du bien. Avoir un emploi. Avoir de bons appointements. Avoir le logement et la nourriture. Avoir de l'argent. Avoir un revenu. Avoir tant de revenu. Avoir de quoi vivre. Avoir une maison. Avoir des livres. Avoir un cheval d'emprunt. Avoir le bien d'autrui. Arcadius eut l'Orient, et Honorius l'Occident. Cette déesse avait plusieurs temples dans la Grèce. Nous avons de belles promenades dans notre ville.

Prov., Il n'est rien tel que d'en avoir, Si on n'a du bien, on n'est point considéré dans le monde. Il en veut avoir à quelque prix que ce soit, Il est avide et âpre à l'argent.  Pop., Avoir de quoi, Être riche ou dans l'aisance. C'est un homme qui a de quoi.

AVOIR, se dit dans une signification beaucoup plus étendue, en parlant De toute chose physique ou morale, utile ou nuisible, agréable ou fâcheuse, etc., qui est, avec une personne, dans un rapport quelconque d'appartenance ou de dépendance. Avoir une chose à portée, sous la main, à côté de soi. Il avait ce jour-là un habit bleu. Avoir une bague au doigt. J'avais un sabre à la main. Avoir de la boue, une tache sur ses habits. L'homme a une tête, des bras, des jambes, etc. Avoir de beaux yeux. Avoir le bras cassé. Avoir la jambe emportée par un boulet de canon. Avoir quinze ans, vingt ans, etc. Avoir de l'âge. Avoir l'âge de raison. Avoir une bonne tête. Avoir de la force, de l'agilité, de l'intelligence. Avoir des pensées, des opinions. Avoir des vertus, des vices. Il a cela de bon que... Avoir des passions. Avoir de l'amour, de la haine. Avoir pour quelqu'un les sentiments d'un fils, d'un frère, etc. J'ai mes peines comme vous. Je ne sais ce qu'il a, mais depuis quelques jours il ne me parle plus. Vous paraissez bien triste, qu'avez-vous ? Avoir de la joie, de la douleur, de la honte, des soupçons, des inquiétudes. Avoir la crainte de Dieu. Avoir peur. Avoir honte. Avoir pitié. Avoir soin. Avoir envie. Avoir besoin. Avoir connaissance. Avoir foi en quelque chose. Avoir peine. Avoir tort. Avoir raison. Avoir droit. Avoir quelque chose sur le coeur. Avoir une affaire, un procès, une querelle. Avoir affaire à quelqu'un. Avoir des liaisons, des relations. Avoir une correspondance, un entretien. Avoir la liberté de faire une chose. Avoir du temps devant soi. Avoir de l'autorité, du crédit, du pouvoir, de l'ascendant. Avoir l'estime, la confiance de quelqu'un. Avoir de la pluie, du beau temps. Nous aurons bientôt du froid, de la chaleur. Avoir chaud. Avoir froid. Avoir faim. Avoir soif. Avoir des douleurs. Avoir mal à la tête. Avoir la fièvre. Il pâlit : qu'a-t-il ? Les médecins n'ont pu dire encore ce qu'il a. Avoir un coup d'épée. Etc. On l'applique souvent Aux animaux. Ce cheval a une belle écurie, une selle très-riche. Cet oiseau a un chant très-agréable. Les tigres ont de la cruauté. Le chien a beaucoup d'attachement pour son maître. Cet animal a soif, a faim. Cette vache a mal à la jambe. Votre cheval a la gourme, la pousse, etc.   Avoir quelque chose pour soi, se dit en parlant De tout ce qui peut être à l'avantage d'une personne. Ils ont pour eux la justice. Elle a pour elle sa beauté.   Avoir pour agréable, Être satisfait d'une chose, l'approuver. Il ne fera cela qu'autant que vous l'aurez pour agréable.   Avoir pour but, pour objet, Se proposer pour but, pour objet.  Avoir en horreur, en aversion, etc., Éprouver de l'horreur, de l'aversion, etc., pour quelqu'un ou pour quelque chose.  Par menace, Vous en aurez, Vous serez châtié, maltraité.

Fig. et fam., Il en a dans l'aile, ou simplement, Il en a, se dit, par raillerie, D'un homme qui a reçu quelque coup, qui a éprouvé quelque disgrâce, etc. Il en a dans l'aile, se dit aussi D'un homme qui est devenu amoureux.

Fam., Contre qui en a-t-il, en avez-vous ? Contre qui est il, êtes vous fâché, en colère ? On dit aussi, À qui en a-t-il ?

Fig. et fam., L'avoir beau, l'avoir belle, Avoir une occasion favorable de faire quelque chose.

Fam., Il a beau dire, il a beau faire, il a beau crier, etc., Quoi qu'il puisse dire, quoi qu'il puisse faire, malgré ses cris, etc.

AVOIR, se dit particulièrement, dans un sens analogue, pour exprimer diverses relations entre les personnes. Avoir un père, une mère, une femme, des enfants, une soeur, etc. Avoir une nombreuse parenté. Avoir un amant. Avoir une maîtresse. Avoir un médecin, un notaire, un avocat, etc. Avoir un maître. Avoir des domestiques. Avoir un chef. Avoir des soldats. Avoir des élèves, des auditeurs. Avoir des convives, des hôtes. Avoir des amis, des connaissances, des ennemis, des envieux, etc. Homère n'a point eu d'égal. Avoir des correspondants, des associés, des complices. Avoir quelqu'un pour maître, pour chef, pour ennemi, pour complice, etc. Vous avez en lui un protecteur zélé. On l'applique de même Aux animaux. Cette poule a douze poussins. Cet oiseau a une femelle depuis deux jours. Ce lion a un gardien qui le surveille attentivement. Le hibou a presque tous les autres oiseaux pour ennemis. Ce cheval n'a pas son pareil. Etc.   Avoir quelqu'un avec soi, En être accompagné ; ou seulement, Être avec quelqu'un. Je n'avais avec moi que deux témoins. Cet homme voudrait toujours m'avoir avec lui. On dit en des sens analogues : Avoir des gens à sa suite. Avoir quelqu'un chez soi. Avoir une personne à dîner, à déjeuner. J'ai eu telle personne à mon bal, à ma fête, Elle y est venue. Etc.

Fam., Nous avons, vous avez des gens qui ... Il y a, il existe, on trouve des gens qui... N'avons-nous pas des gens qui croient à de pareilles absurdités ? Vous avez des personnes qui sont convaincues de cela.

AVOIR, s'emploie souvent avec un nom de chose pour sujet, et se dit De ce qui appartient ou est propre à cette chose, de ce qui la caractérise, ou la modifie, etc. Cette ville a de beaux édifices, des rues larges, de vastes promenades. Votre château a un parc magnifique. Ma maison a cinq étages, a une belle vue. Cette table a deux tiroirs. Cette plante a de très-belles fleurs. Cette planche a six pieds de long. Ce fruit a une forme allongée, une belle couleur. L'architecture de cet édifice a un caractère imposant. Cette poésie a de la douceur et de la grâce. Ce rêve a quelque chose d'effrayant. Cette pièce a beaucoup de succès. Un tel accident peut avoir des suites. Les plaisirs ont leurs dangers.   Il sert de même à exprimer certaines relations d'appartenance ou de dépendance qui unissent les personnes aux choses. Cette maison a vingt locataires. Cette ville a dix mille habitants. Cet ouvrage a pour auteur un écrivain distingué. Cette doctrine a des partisans. La patrie a de nombreux défenseurs.

AVOIR, signifie quelquefois, Se procurer, obtenir. On n'a pas ce livre facilement. J'ai eu ce cheval à très-bon marché. C'est un homme que vous n'aurez pas (que vous ne gagnerez pas) facilement. Il a eu tout ce qu'il demandait. C'est un tel qui aura le prix. J'aurai raison de cet outrage.   Avoir la parole, dans une assemblée délibérante, Avoir, obtenir la permission de parler. Vous avez la parole.   Avoir une femme, Obtenir ses faveurs.

Fam., Je l'aurai, je saurai bien l'avoir, se dit en parlant D'une personne dont on espère se venger. Cette manière de parler vieillit.

AVOIR, se met souvent avec la préposition à, devant un infinitif ; et alors il sert à marquer La nécessité, l'obligation, la disposition, la volonté où l'on est de faire ce que l'infinitif du verbe signifie. Vous auriez fort à faire pour cela. J'ai à faire une visite. J'ai à vous remercier. J'ai à parler à un tel. Il a à choisir. Il a une maison à vendre, à louer. Il a plusieurs places à donner. Il a bien des choses à vous apprendre. On dit à peu près de même : Vous n'avez qu'à vouloir, qu'à ordonner, etc., Il vous suffira de vouloir, d'ordonner, etc. N'avoir rien à répliquer, Ne trouver rien que l'on puisse répliquer. Etc.

AVOIR, s'emploie impersonnellement dans le sens du verbe Être ; et alors il se joint toujours avec la particule y. Il y a un an. Il y a deux ans. Il y aura demain huit jours qu'il est parti. Il y a beaucoup de gens. Il y a lieu de croire. Il y a sujet de craindre. Il y a de la barbarie à maltraiter ainsi cet enfant. Y aurait-il du bon sens à se conduire ainsi ? N'y eût-il que cette seule raison, elle doit vous déterminer. Il ne peut y avoir d'obstacle. Y a-t-il quelqu'un ici ? Il n'y a personne. Il y avait plus de mille personnes. Il y a peu de moments qu'il était ici. Il n'y a rien que je ne fasse pour vous. Il n'y a rien à faire. Il y a tout à espérer Il y a à parier, tout à parier qu'il réussira.   Il y en a, Il y a des gens. Il y en a qui vont jusqu'à prétendre que ...

Fam., Tant y a, Quoi qu'il en soit. J'ignore quel fut le motif de leur querelle ; tant y a, qu'ils se battirent.

AVOIR, est aussi verbe auxiliaire, et sert à former la plupart des prétérits des autres verbes. Avoir lu. Avoir écrit. J'ai donné. Il a plu toute la nuit. Nous en avons parlé ensemble. Vous avez été sages. Ils ont vécu. Il en aurait donné mille francs. On dit de même : Dès que j'ai eu fini. Sans lui, j'aurais eu dîné de meilleure heure ; mais ces phrases et leurs analogues sont beaucoup moins usitées.  Il est également auxiliaire de lui-même, ainsi qu'on a pu le voir dans plusieurs des exemples qui précèdent. J'ai eu raison. Il avait eu peur. Il aurait eu tort de faire telle chose.

EU, EUE. participe, On ne l'emploie guère qu'en le joignant à quelque autre temps du verbe Avoir. Les choses qu'il a eues. Le bien qu'il a eu.   Eu égard à, En considération de. Eu égard à sa grande jeunesse, on lui a pardonné.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • avoir — 1. (a voi. Au XVIe s. on écrivait aurai, auras, etc. mais on prononçait, d après Bèze, arai, aras, etc. Au XVIIe s. d après Dangeau, ayant, ayons, ayez se prononçaient a iant, a ions, a iez. Aujourd hui, c est une prononciation fautive : il faut… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • avoir — AVOIR. v. act. Posseder de quelque maniere & à quelque titre que ce soit. Avoir du bien. avoir une charge. avoir un benefice. avoir de l argent. avoir une maison à vendre, à loüer. avoir un cheval d emprunt. avoir le bien d autruy. En ce sens,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • avoir — Avoir, Tantost est verbe deduit de Habere. Latin, comme, Je voudrois avoir un frere, Fratrem habere vellem: tantost est nom m. et signifie richesse, comme il a grand avoir, Diuitias ingentes possidet. Et en pluriel, avoirs, és anciens Romans, ce… …   Thresor de la langue françoyse

  • avoir —    Avoir eu, foutre ou avoir foutu avec une femme ou une fille que l’on désirait.        Eh bien! ma mie, tu vois comme je t’aime, je laisse ma prébende pour t’avoir.    ( Moyen de parvenir. )        Fais donc que j’aie cette fille, et je te… …   Dictionnaire Érotique moderne

  • Avoir — (franz., spr. awŭār), Haben, in der französischen Buchhaltung Bezeichnung der Kreditseite …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Avoir — (frz., spr. awŏahr), haben, in der franz. Buchhaltung die Kreditseite …   Kleines Konversations-Lexikon

  • avoir — (frz. awöar), in Handlungsbüchern das Haben …   Herders Conversations-Lexikon

  • avoir — bavoir lavoir ravoir savoir …   Dictionnaire des rimes

  • avoir — obs. variant of aver n …   Useful english dictionary

  • avoir — 1. avoir [ avwar ] v. tr. <conjug. : 34> • aveir Xe; lat. habere I ♦ (Possession) 1 ♦ Être en possession, en jouissance de. ⇒ posséder. Avoir une maison. Elle a au moins vingt paires de chaussures. Garder, donner ce qu on a. Quelle voiture… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”