PROSTITUER
. v. a.
Livrer à l'impudicité d'autrui. Il se dit D'une personne qui, par autorité ou par persuasion, oblige ou engage une femme ou une fille à s'abandonner à l'impudicité. Elle a prostitué elle-même sa fille. Elle l'a prostituée pour de l'argent à un vieillard dépravé.   Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Elle s'est prostituée dès son plus jeune âge. Elle s'est prostituée à ce misérable.

Fig., Cet homme se prostitue à la faveur, à la fortune, Il se déshonore par un lâche dévouement aux volontés des hommes puissants ou riches. Cet écrivain se prostitue, Il ment à sa conscience, il écrit non ce qu'il sait être vrai, mais ce qui convient aux gens dont il sert les intérêts, les passions.

PROSTITUER, s'emploie figurément, en parlant Des choses qu'on ravale, que l'on déshonore par l'usage indigne qu'on en fait. C'est prostituer son honneur que d'agir aussi bassement. Cet écrivain prostitue sa plume, son talent, en insultant les gens de bien, en flattant les hommes puissants et corrompus. Un juge accessible à la corruption prostitue la justice, la magistrature, prostitue sa dignité.   Cette femme, cette fille a prostitué son honneur, Elle s'est livrée elle-même à l'impudicité.

PROSTITUÉ, ÉE. participe, Une femme, une fille prostituée. Il s'emploie plus ordinairement comme substantif. Une prostituée. Une vile, une infâme prostituée.   Dans l'Apocalypse, Babylone la grande prostituée, Rome païenne.

Fig., C'est un homme prostitué à la faveur, se dit D'un homme dévoué aux volontés des gens puissants, des gens en crédit. C'est une plume prostituée, se dit D'un auteur dévoué aux passions de ceux qui le font écrire.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • prostituer — [ prɔstitɥe ] v. tr. <conjug. : 1> • 1361 « avilir »; lat. prostituere « exposer en public », de pro « en avant » et statuere « placer » 1 ♦ Littér. Déshonorer; avilir. ⇒ 1. dégrader. Prostituer son talent, sa plume, l abaisser à des… …   Encyclopédie Universelle

  • prostituer — Prostituer. v. act. Abandonner à l impudicité. En ce sens il ne se dit guere que des femmes & des filles qui s y abandonnent. Elle a prostitué elle mesme sa fille. elle s est honteusement prostituée à tout le monde. On dit dans le mesme sens qu… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • prostituer — Prostituer, Prostituere. Prostitué, Prostitutus …   Thresor de la langue françoyse

  • prostituer — (pro sti tu é) v. a.    je prostituais, nous prostituions, vous prostituiez ; que je prostitue, que nous prostituions, que vous prostituiez. 1°   Livrer à l impudicité. •   Dis lui qu à tout le peuple on va l abandonner ; Tranche le mot enfin,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PROSTITUER — v. tr. Livrer à la débauche. Il se dit d’une Personne qui, par intérêt, oblige ou engage une femme ou une fille à se livrer à la débauche publique. Elle a prostitué elle même sa fille. Elle l’a prostituée pour de l’argent à un vieillard dépravé.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • prostituer — (SE) vp. sè prostitouâ ; => Pute …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • se prostituer — ● se prostituer verbe pronominal Se livrer à la prostitution, faire commerce de son corps. Littéraire. Faire un usage indigne de son talent, de ses capacités, s avilir ; accepter des compromissions pour de l argent. ● se prostituer (synonymes)… …   Encyclopédie Universelle

  • prostitution — [ prɔstitysjɔ̃ ] n. f. • XIIIe « impudicité, débauche »; lat. prostitutio 1 ♦ (1611) Le fait de « livrer son corps aux plaisirs sexuels d autrui, pour de l argent » (Dalloz) et d en faire métier; l exercice de ce métier; le phénomène social qu il …   Encyclopédie Universelle

  • prostituteur — ⇒PROSTITU(T)EUR, (PROSTITUEUR, PROSTITUTEUR)subst. masc. A. Vx. [Corresp. à prostituer I A] Celui qui déshonore quelque chose par l usage indigne ou intéressé qu il en fait. (Dict. XIXe et XXe s.). B. Vieilli. [Corresp. à prostituer I B] Celui… …   Encyclopédie Universelle

  • Prostitution au Japon — Au Japon, la prostitution a fait l objet de réglementations dès le début du XVIIe siècle, au cours de la période Edo (ev. 1600 1868). Une loi concernant le quartier de Yoshiwara[1] tendait à criminaliser l activité des prostitués et les… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”