PORTE
. s. f.
Ouverture faite pour entrer dans un lieu fermé, et pour en sortir. Petite porte. Grande porte. Porte carrée. Porte ronde. Porte bâtarde. Porte cochère. Porte charretière. Fausse porte. Porte de devant. Porte de derrière. Porte secrète. Porte dérobée. Cette porte est trop basse. Le seuil d'une porte. La baie d'une porte. Il était sur le pas de sa porte. La porte d'un jardin, d'une maison, d'une chambre. La porte principale. La porte d'une église. La porte d'un théâtre. Les portes d'une ville, d'une forteresse. Porte de dégagement. Portes d'enfilade. Toutes les portes de cet appartement sont en enfilade. Percer une porte dans un mur. Murer une porte. Passer, entrer par la porte.   Il se dit, par extension, Des endroits d'une ville où étaient anciennement les portes de l'enceinte extérieure. La porte Saint-Denis. La porte Saint-Martin. La porte Saint-Antoine. La porte Saint-Jacques.

PORTE, se dit aussi d'Un assemblage de bois, et quelquefois de métal, qui tourne sur des gonds, et qui sert à fermer l'entrée d'une maison, d'une chambre, d'un enclos, d'une ville, etc. Porte de bois, de fer, de bronze. Une porte garnie de gros clous. Porte à deux battants, à deux vantaux. Ouvrir, fermer une porte. Enfoncer une porte. Heurter, frapper, gratter à la porte. Entr'ouvrir une porte. Porte entr'ouverte, entre-baîllée. Tirer la porte après soi. Fermer la porte au verrou, à la clef. La porte n'est fermée qu'au pêne, qu'au loquet. Fermer une porte en dedans. Pousser une porte. Se mettre derrière une porte. Les gonds d'une porte. La ferrure d'une porte. Le marteau d'une porte. Attacher le pétard à la porte d'une ville. Faire sauter une porte. Enfermer quelqu'un entre deux portes.   Porte vitrée, Porte qui est partagée dans toute sa hauteur ou seulement à moitié par des croisillons de petit bois, dont les vides sont remplis par des carreaux de verre ou de glace.  Porte de glace, Porte vitrée avec des morceaux de glace étamée, au lieu de l'être avec du verre transparent Porte coupée, Porte à deux ou à quatre vantaux coupés à hauteur d'appui.  Porte brisée, Porte dont une moitié se brise et se replie sur l'autre, dans le sens de la hauteur.  Porte-croisée, Fenêtre sans appui, qui sert de passage pour aller sur un balcon, sur une terrasse, dans un jardin.  Porte battante, Châssis couvert d'étoffe, qu'on met devant les portes des chambres, pour empêcher le vent d'y entrer ; et qui se referme de lui-même après qu'on l'a ouvert.  Porte feinte, Imitation de porte qui sert à faire symétrie avec une ou plusieurs portes véritables.  Porte perdue, Porte à laquelle on a donné le même arasement et la même décoration qu'au lambris où elle est pratiquée, afin de ne pas déranger la symétrie de l'appartement.  Refuser la porte à quelqu'un, Ne vouloir pas le laisser entrer en quelque endroit. Il se présenta pour entrer au bal, et on lui refusa la porte.   Faire refuser sa porte à quelqu'un, Ne vouloir pas recevoir sa visite. Fermer sa porte à quelqu'un, Ne plus vouloir l'admettre chez soi.  Absol., Fermer sa porte, Ne plus recevoir de visites ; et, Ouvrir, rouvrir sa porte, Commencer, recommencer à recevoir.  Faire défendre sa porte, Défendre de laisser entrer personne chez soi. Je n'ai pu le voir, il avait fait défendre sa porte. On dit dans le même sens, Sa porte était défendue.

Fig., Forcer la porte de quelqu'un, Entrer chez lui, quoique sa porte soit défendue.  La porte de cette maison est ouverte à tous les honnêtes gens, Tous les honnêtes gens sont bien reçus dans cette maison.  Être logé à la porte de quelqu'un, Avoir une maison, une habitation tout auprès de la sienne. On dit dans le même sens, Ils sont logés porte à porte, Ils habitent des maisons fort voisines l'une de l'autre ; et dans un sens analogue, Il a une maison à la porte, aux portes de la ville, Il a une maison qui est fort près de la ville.  L'ennemi est à nos portes, L'ennemi est tout près de notre ville.  Mettre quelqu'un à la porte, Le chasser de chez soi. Mettre un domestique à la porte, Le congédier avec mécontentement.

Fam., Fermer à quelqu'un la porte au nez, sur le nez, Fermer une porte avec quelque vivacité, pour empêcher quelqu'un d'entrer. On dit aussi, Pousser la porte au nez.

Fig. et fam., Prendre la porte, Se retirer, s'échapper, s'évader à propos d'un lieu où l'on est, et où l'on a quelque chose à craindre. Il fit bien de prendre la porte, sans quoi il aurait été mal traité. Prenez-moi la porte, et bien vite. On dit dans le même sens, Passez la porte, passez-moi la porte, enfilez-moi la porte bien vite.

Fig. et fam., Mettre la clef sous la porte, Quitter furtivement sa maison, parce qu'on a de mauvaises affaires.

Fig., Heurter, frapper à toutes les portes, S'adresser à toutes sortes de personnes, et chercher toutes sortes de moyens pour réussir dans une affaire. On dit dans un sens analogue, Il a frappé à la bonne porte, Il s'est adressé où il fallait.

Prov. et fig., Il est entré, il est sorti par une belle porte, Il a obtenu, il a perdu ou quitté son emploi d'une manière honorable. On dit dans des sens analogues, Entrer, sortir par une bonne porte, par une mauvaise, par une vilaine porte.

Fig., Se morfondre à la porte d'un ministre, Le solliciter longtemps sans rien obtenir Se présenter à la porte de quelqu'un, Se présenter à sa demeure pour lui rendre visite. Je me suis présenté à votre porte, on m'a dit que vous étiez sorti.   Se faire écrire à la porte de quelqu'un, Se faire écrire sur la liste du portier, afin que le maître sache qu'on s'est présenté chez lui. On dit dans un sens à peu près semblable, Passer à la porte de quelqu'un.   Trouver porte close, Ne trouver personne, ou n'être pas reçu dans la maison où l'on va.

Fig., Toutes les portes lui sont ouvertes, Son crédit, la considération dont il jouit dans le monde, lui rendent toutes les entrées faciles.

Prov. et fig., Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée, Il faut prendre un parti, il faut se déterminer d'une manière ou d'une autre.  Ouvrir ses portes au vainqueur, se dit D'une ville qui met quelque empressement à capituler, à recevoir le vainqueur. On dit quelquefois dans le sens contraire, Fermer ses portes.

Fig., Porte de derrière, Faux-fuyant, défaite, échappatoire. Ne vous fiez pas à cet homme-là, il a toujours une porte de derrière.   Porte de secours, Porte d'une citadelle, donnant sur la campagne, et par laquelle on peut introduire du secours.

Fam., Écouter aux portes, Être aux aguets pour surprendre le secret de quelqu'un. On dit de même, C'est un écouteur aux portes.

Fig. et fam., Cela vous apprendra à écouter aux portes, se dit À une personne qui est punie d'une curiosité indiscrète.

Fig., Il a écouté aux portes, se dit De quelqu'un qui paraît avoir deviné un secret. Il se dit aussi, dans un sens ironique, D'un homme qui répète mal quelque chose qu'il n'a entendu qu'à moitié, ou qu'il a mal compris.

Fig. et fam., Enfoncer une porte ouverte, Faire un effort pour vaincre un obstacle qui n'existe pas. On dit de même, C'est un enfonceur de portes ouvertes.

Fig. et fam., Chassez-le par la porte, il rentrera par la fenêtre, se dit D'un importun dont on ne peut se débarrasser.

Fig., Cette place est la porte de tel pays, Sa possession donne le moyen d'entrer facilement dans ce pays.  Fermer la porte, les portes d'un pays à une nation, Ne pas lui en permettre l'entrée. Les Chinois ont fermé la porte de leur empire aux Européens.

Fig., Être aux portes de la mort, Être à l'extrémité.  Dans le style de l'Écriture, Les portes de l'enfer, Les puissances de l'enfer. Les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre l'Église.   Poétiq., Fermer les portes de la guerre, les portes du temple de Janus, Faire la paix.

PORTE, s'emploie figurément, pour Entrée, introduction. La géométrie est la porte des sciences mathématiques. Cet emploi est la porte qui mène aux dignités.   La porte des emplois, des honneurs, des grandeurs lui est fermée, se dit en parlant D'un homme qui n'a pas ou qui n'a plus les moyens d'obtenir des places, des dignités.  Ouvrir la porte aux abus, aux scandales, aux désordres, etc., Donner occasion ou facilité d'en commettre.

PORTE, se dit aussi de Ce qui ferme certains meubles ou certaines constructions servant à divers usages. Les portes d'une armoire, d'un buffet, d'un placard, d'une bibliothèque, d'une alcôve. La porte d'une cage. La porte d'un four, d'un fourneau. La porte d'une écluse. Les portes d'un bassin à construire et à radouber les vaisseaux.   Bateau-porte, Bateau que l'on coule à fond à la porte d'un bassin pour la fermer.  La porte d'une agrafe, Espèce de petit anneau où l'on fait entrer le crochet d'une agrafe, et qui sert à la retenir.

PORTE, se dit, dans une acception particulière, pour désigner La cour de l'empereur des Turcs. La Porte Ottomane. La Sublime Porte. Ambassadeur à la Porte. Un ambassadeur, un envoyé de la Porte.

PORTES, au pluriel, signifie quelquefois, Pas, gorge, défilé. Les portes du Caucase, de la Cilicie.

DE PORTE EN PORTE. loc. adv.De maison en maison. Aller de porte en porte. Solliciter de porte en porte. Mendier de porte en porte.  À PORTE CLOSE. loc. adv.En secret, sans témoin. Cela s'est fait à porte close. Nous raisonnerons de cela, quand nous serons à porte close.  À PORTE OUVRANTE, À PORTES OUVRANTES et À PORTE FERMANTE, À PORTES FERMANTES. Locutions adverbiales, dont on se sert en parlant Des places de guerre et autres villes où l'on ouvre et où l'on ferme les portes à certaines heures précises. J'en suis sorti à portes ouvrantes. J'y suis rentré à portes fermantes.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • porte- — ⇒PORTE , élém. de compos. Élém. issu d une forme du verbe porter1; le 2e élém., d orig. fr., est le plus souvent un subst.; le comp. est gén. un subst. masc. A. [Corresp. à porter1 1re section I] 1. [Les mots constr. désignent un être animé, gén …   Encyclopédie Universelle

  • porte — 1. (por t ) s. f. 1°   Ouverture pratiquée dans les murs d une ville, pour y entrer et en sortir (ce qui est le sens propre du latin porta). •   Thèbes le pouvait disputer aux plus belles villes de l univers ; ses cent portes chantées par Homère… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • porté — porté, ée (por té, tée) part. passé de porter. 1°   Soutenu comme un faix, une charge. •   Trois fois le jeune vainqueur s efforça de rompre ces intrépides combattants [les Espagnols à Rocroy] ; trois fois il fut repoussé par le valeureux comte… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • porte — Porte, f. penac. Est proprement l endroict par où l on entre et sort, et par où l on porte quelque chose en un lieu clos, ou on la transporte et met hors d iceluy, Porta. Car ce mot vient de Porter, tout ainsi que Porta Latin, a portando. Donat… …   Thresor de la langue françoyse

  • Porte — Vorlage:Infobox Gemeinde in Italien/Wartung/Wappen fehlt …   Deutsch Wikipedia

  • Porte — Porte, n. [F. porte a gate, L. porta. See {Port} a gate.] The Ottoman court; the government of the Turkish empire, officially called the {Sublime Porte}, from the gate (port) of the sultan s palace at which justice was administered. [1913… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Porte — Le nom est surtout porté dans le département de la Loire et dans le Puy de Dôme. Il désigne celui qui habite un lieu dit (la) Porte, soit la porte d une ville fortifiée, soit un passage, un défilé rocheux. Forme plurielle : Portes (34, 81, 31,… …   Noms de famille

  • porté — Porté. [port]ée. part. Il a les significations de son verbe. On dit prov. d Une chose de peu de valeur, & dont on ne peut rien faire de bon, de quelque maniere qu on l accommode, Autant vaut porté que traisné. On dit quelquefois à un homme qui en …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Porte — (fr., spr. Pohrt), 1) Thor, Thür, Pforte; P. a jour (spr. Port a Schuhr), Gatterthüre; P, cochère (spr. P. Koschähr), Thorweg; P. d écluse (spr. P. d Eclühs), Schleußenthor; P. de secours[372] (spr. P. d S kuhr), Hülfsthor; P. feinte (spr. P.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Porte — Ottoman court at Constantinople, c.1600, from French, in full, la Sublime Porte, translation of Arabic bab i aliy, lit. lofty gate, official name of the central office of the Ottoman government (Cf. Vatican for the Papacy, Kremlin for the U.S.S.R …   Etymology dictionary

  • porte — porte; porte·feuille; …   English syllables

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”