ASSOUPIR
. v. a.
Endormir à demi, causer une disposition prochaine au sommeil. Les fumées du vin l'assoupissent. Les vapeurs qui montent à la tête assoupissent. Un discours monotone assoupit ordinairement les auditeurs. Une drogue qui assoupit les sens.   Il signifie figurément, Suspendre, affaiblir, diminuer pour un temps. Dans ce sens, il ne se dit guère qu'en parlant Des douleurs aiguës. Un remède qui assoupit les grandes douleurs.   Il signifie aussi figurément, Empêcher l'éclat, le progrès, les suites de quelque chose de fâcheux. Il se trouva impliqué dans l'accusation ; mais ses parents assoupirent l'affaire. Cette affaire est capable de vous ruiner, de vous perdre, il faut l'assoupir. Assoupir la sédition. La guerre fut assoupie. Assoupir un différend, une querelle.

ASSOUPIR, s'emploie aussi avec le pronom personnel, et signifie, S'endormir. Il s'assoupit ordinairement après le repas.   Il se dit figurément, et signifie, Se calmer, s'affaiblir. La douleur va bientôt s'assoupir. Avec le temps, les haines s'assoupissent. La querelle s'est enfin assoupie.   ASSOUPI, IE. participe

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • assoupir — [ asupir ] v. tr. <conjug. : 2> • XVIe; bas lat. assopire; d apr. sopire « endormir » I ♦ V. tr. 1 ♦ Porter à un demi sommeil. ⇒ endormir. Le bercement du train assoupit les voyageurs. 2 ♦ Fig. Affaiblir ou suspendre momentanément. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • assoupir — ASSOUPIR. v. a. Endormir à demi, causer une disposition prochaine au sommeil. Les fumées du vin, des viandes, l assoupissent. Les vapeurs qui montent à la tête assoupissent. La monotonie d un discours assoupit ordinairement les auditeurs. Une… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • assoupir — ASSOUPIR. v. a. Endormir à demi, retarder le mouvement des esprits qui sont necessaires pour agir, pour estre bien esveillé. Les fumées du vin, des viandes l avoient si fort assoupy. je vous trouve tout assoupy. Il est aussi n. pass. Il s… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • assoupir — (a sou pir), j assoupis, j assoupissais, j assoupis, j assoupirai, assoupissant, v. a. 1°   Jeter dans un sommeil ou léger ou de peu de durée. Un peu d opium l avait assoupi. 2°   Fig. Suspendre, diminuer momentanément. •   C est ainsi qu on… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ASSOUPIR — v. tr. Endormir à demi. Les fumées du vin l’assoupissent. Les vapeurs qui montent à la tête assoupissent. Un discours monotone assoupit ordinairement les auditeurs. Une drogue qui assoupit les sens. Il s’assoupit ordinairement après le repas. Il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • assoupir — vt. => Dormir …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • s'assoupir — ● s assoupir verbe pronominal être assoupi verbe passif S endormir d un sommeil léger : Des convives à demi assoupis par la bonne chère. Perdre tout ressort, tout dynamisme : Des industries assoupies. Littéraire. Cesser de se manifester, devenir… …   Encyclopédie Universelle

  • assoupissement — [ asupismɑ̃ ] n. m. • 1531; de assoupir 1 ♦ Le fait de s assoupir; état voisin du sommeil. ⇒ somnolence; engourdissement, torpeur. L assoupissement qui précède le sommeil. Un assoupissement profond. ⇒ coma, léthargie. « Il avait des… …   Encyclopédie Universelle

  • endormir — [ ɑ̃dɔrmir ] v. tr. <conjug. : 16> • 1080; lat. indormire « dormir sur », d apr. dormir 1 ♦ Faire dormir, amener au sommeil. Enfant difficile à endormir. « On le berce pour l endormir » (Rousseau). ♢ Spécialt Plonger dans un sommeil… …   Encyclopédie Universelle

  • engourdir — [ ɑ̃gurdir ] v. tr. <conjug. : 2> • XII e; de en et gourd I ♦ V. tr. 1 ♦ Priver en grande partie (un membre, le corps) de mobilité et de sensibilité. ⇒ paralyser. Froid qui engourdit les pieds. ⇒ transir. « L anse de fer achevait d… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”