ASSEOIR
. v. a.
( J'assieds, tu assieds, il assied ; nous asseyons, vous asseyez, ils asseyent. J'asseyais. J'assis. J'assiérai ou J'asseyerai. J'assiérais ou J'asseyerais. Assieds, asseyez. Que j'asseye. Que j'assisse. Asseyant. On conjugue aussi quelquefois ce verbe de la manière suivante : J'assois, tu assois, il assit ; nous assoyons, vous assoyez, ils assoient. J'assoyais. J'assoirai. J'assoirais. Assois, assoyez. Que j'assoie. Assoyant. ) Mettre quelqu'un sur un siége, ou sur quelque chose qui tient lieu de siége. Asseoir un enfant. Asseoir un malade. Asseyez cet enfant, ce malade. Asseyez-le sur le gazon. Asseyez bien cette femme à cheval.   Il s'emploie très-souvent avec le pronom personnel, et signifie, Se mettre sur un siége, ou sur quelque chose qui en tient lieu. Asseyez-vous. Il s'assit. Asseyons-nous sur ce banc. Asseyez-vous par terre. Le gazon où elle s'était assise. On le pria de s'asseoir. Avec ellipse du pronom, On le fit asseoir. Par extension, Cet oiseau est allé s'asseoir sur une branche, sur un arbre, Il est allé s'y percher.

Fig., Faire asseoir quelqu'un à sa table, L'y admettre.

Fig., S'asseoir sur le trône, Monter au trône, devenir roi ou reine.

ASSEOIR, signifie aussi, surtout en Architecture, Poser solidement et à demeure. Asseoir les fondements d'une maison sur le roc. Asseoir une pierre. Asseoir une statue sur un piédestal.   En termes de Guerre, Asseoir un camp, Placer, établir un camp. Il assit son camp hors de la portée du canon de la ville.   En termes de Manége, Asseoir un cheval, Dresser un cheval à exécuter ses airs de manége ou à galoper avec la croupe plus basse que les épaules.

ASSEOIR, signifie encore, figurément, Fonder, établir. Asseoir un gouvernement sur les bases d'une sage liberté. Asseoir le crédit public sur la fidélité aux engagements. Il ne faut pas asseoir son jugement sur de simples présomptions.

Fig., On ne peut asseoir aucun fondement sur ce qu'il dit, sur ce qu'il promet, On ne peut se fier à sa parole, à ses promesses.

ASSEOIR, s'emploie particulièrement, dans l'acception qui précède, en matière d'impositions, de rentes, etc. Asseoir un impôt, une contribution sur un genre de propriété, d'industrie. Asseoir une rente, une pension sur un bien qui en assure le payement. Asseoir une hypothèque sur un immeuble.   En termes d'Eaux et Forêts, Asseoir les ventes, Marquer le canton de bois qui doit être coupé.

ASSIS, ISE. participe, Restez assis. Le château est assis sur une éminence. La ville est assise à mi-côte.   Voter par assis et levé, se dit, dans une assemblée délibérante, Lorsque les membres font connaître leur opinion, leur vote en se levant ou en restant assis.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • asseoir — [ aswar ] v. tr. <conjug. : 26> • fin XIe; lat. pop. °assedere, class. assidere → 1. seoir I ♦ V. tr. 1 ♦ Mettre (qqn) dans la posture d appui sur le derrière (sur un siège, etc.). Asseoir un enfant sur une chaise. ⇒ installer. Asseoir un… …   Encyclopédie Universelle

  • asseoir — ASSEOIR. v. a. J assieds, tu assieds, il assied; nous asseyons, vous asseyez, ils asseyent. J asseyois. J assis. J assiérai, ou j asseyerai. Assieds, asseyez. Que j asseye. J assiérois, ou j asseyerois. Que j assisse. En asseyant. Mettre dans un… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • asseoir — et mettre en quelque lieu, Locare. Assiez toy plus haut, Abi tu sane superior. Asseoir les bornes, Pangere terminos. Asseoir le camp, Castra metari. Asseoir une couleur sur une peinture, Colorem alicui picturae inducere. Asseoir une embusche, et… …   Thresor de la langue françoyse

  • asseoir — Asseoir, s Asseoir. v. n. Se seoir. Asseyez vous. il s assit. asseyons nous. on le fit asseoir, on le pria de s asseoir. On dit, qu Un oiseau s est allé asseoir sur une telle branche, sur un tel arbre, pour dire, qu Il s y est allé percher. Il… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • asseoir — (a soir), j assieds, tu assieds, il assied, nous asseyons, vous asseyez, ils asseyent ; j asseyais, nous asseyions ; j assis, nous assîmes ; j assiérai, nous assiérons, ou j asseyerai, nous asseyerons ; j assiérais, nous assiérions, ou j… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ASSEOIR — v. tr. Mettre quelqu’un sur un siège ou sur quelque chose qui tient lieu de siège. Asseoir un malade. Asseyez cet enfant. Il s’assit. Asseyons nous sur ce banc, par terre. Le gazon où elle s’était assise. On le pria de s’asseoir. Avec ellipse du… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • asseoir — vt. ; placer // poser // installer asseoir solidement : ACHTÂr gv1 (Albanais 001, Annecy, Chambéry 025b, Cordon 083, Flumet, Giettaz 215, Houches, Leschaux, Magland, St Germain Talloires 007, Thoiry 225, Thônes 004, Villards Thônes 028 | Ste Foy… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • asseoir — (v. 3) Présent : assois, assois, assoit, assoyons, assoyez, assoient; Futur : assoirai, assoiras, assoira, assoirons, assoirez, assoiront ; Passé : assis, assis, assit, assîmes, assîtes, assirent ; Imparfait : assoyais, assoyais, assoyait,… …   French Morphology and Phonetics

  • asseoir — v.t. Stupéfier : Il m a assis, avec ses vannes. En rester assis …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Asseoir des ventes — ● Asseoir des ventes marquer le bois qui doit être vendu et coupé …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”