MOQUERIE
. s. f.
Paroles ou actions par lesquelles on se moque. Moquerie maligne, outrageuse. Il fut exposé aux insultes et aux moqueries de la multitude.   Il signifie plus ordinairement, Chose absurde, chose impertinente. C'est une moquerie que de vouloir soutenir une telle proposition, de prétendre réussir dans un pareil projet.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • moquerie — [ mɔkri ] n. f. • 1272; de moquer 1 ♦ Action, habitude de se moquer. ⇒ ironie, raillerie. « La moquerie est souvent indigence d esprit » (La Bruyère). 2 ♦ Une, des moqueries : action, parole par laquelle on se moque. ⇒ impertinence, lazzi,… …   Encyclopédie Universelle

  • moquerie — Moquerie. s. f. Paroles ou actions par lesquelles on se moque. Moquerie maligne. moquerie outrageuse. il fut expose aux insultes & aux moqueries des soldats. Il signifie plus ordinairement, Chose absurde, chose impertinente. C est une moquerie de …   Dictionnaire de l'Académie française

  • moquerie — (mo ke rie) s. f. 1°   Action de se moquer. •   C est une chose bien remarquable sur ce sujet, que, dans les premières paroles que Dieu a dites à l homme depuis sa chute, on trouve un discours de moquerie et une ironie piquante, selon les Pères,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MOQUERIE — n. f. Action de se moquer. Il se dit aussi des Paroles ou des actions par lesquelles on se moque. Moquerie maligne, outrageuse. Il fut exposé aux insultes et aux moqueries de la multitude …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • moquerie — nf., raillerie, gouaillerie, persiflage, sarcasme, quolibet, plaisanterie : moka (Saxel), MOKèRI (Albanais | Thônes), mokrandri (Arvillard.228), mokyèy (Peisey), motyéri (Montagny Bozel) ; gwâlyayzon, baleurdiza (228) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • moqueur — moqueur, euse [ mɔkɶr, øz ] adj. et n. • v. 1180; de moquer 1 ♦ Qui a l habitude de se moquer, qui est enclin à la moquerie. ⇒ blagueur, 1. caustique, facétieux, frondeur, goguenard , gouailleur, persifleur, pince sans rire. « La vraie femme est… …   Encyclopédie Universelle

  • IRONIE — Figure de rhétorique et forme de plaisanterie, l’ironie se situe d’emblée dans un champ intentionnel par l’implicite qu’elle renferme et qui détermine sa propre condition d’existence. Si elle consiste communément à faire entendre à… …   Encyclopédie Universelle

  • risée — 1. risée [ rize ] n. f. • 1165; de 1. ris 1 ♦ Vx Rire bruyant de plusieurs personnes qui se moquent. 2 ♦ Mod. Moquerie collective envers une personne (dans quelques expr.). Être un objet de risée. ⇒ ridicule, risible. S exposer à la risée du… …   Encyclopédie Universelle

  • dérision — [ derizjɔ̃ ] n. f. • XIIIe; bas lat. derisio, de deridere « se moquer de » 1 ♦ Mépris qui incite à rire, à se moquer de (qqn, qqch.). ⇒ dédain, ironie, mépris, persiflage, raillerie, 1. risée, sarcasme. Dire qqch. par dérision. Rire, gestes de… …   Encyclopédie Universelle

  • ridicule — [ ridikyl ] adj. et n. m. • 1500; lat. ridiculus, de ridere « rire » I ♦ Adj. 1 ♦ De nature à provoquer le rire, à exciter la moquerie, la dérision. ⇒ risible; dérisoire. Par ext. (l idée de rire disparaissant) Très mauvais, d une insignifiance… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”