MONTRE
. s. f.
Échantillon, portion, partie, morceau de quelque chose qui est à vendre, et dont on veut faire voir la qualité. Voilà une montre de blé, d'avoine. Une montre de pruneaux, de confitures.   Acheter du blé, de l'orge, de l'avoine sur montre, D'après l'échantillon que le vendeur a apporté au marché.  Ne point faire de montre, Faire voir d'abord ce qu'on a de plus beau, de meilleur, sans commencer par étaler les marchandises de moindre qualité. Donnez-nous du beau, ne nous faites point de montre.

MONTRE, signifie aussi, Ce que les marchands exposent au devant de leur boutique, pour montrer quelles sortes de marchandises ils ont à vendre. Tout cela n'est mis, n'est pendu là que pour la montre, que pour servir de montre.

MONTRE, se dit également d'Une boîte dans laquelle les orfévres, bijoutiers, tabletiers, etc., mettent leurs marchandises, afin qu'on les voie, sans pouvoir y toucher Montre d'orgues, Les tuyaux d'orgues qui paraissent au dehors. La montre de cet orgue est pur étain, est d'étain sonnant.

MONTRE, signifie en outre, Le lieu que les marchands de chevaux ont choisi pour y faire voir aux acheteurs les chevaux qu'ils ont à vendre.  Il signifie encore, La manière dont ils essayent et conduisent ces mêmes chevaux. Prenez-y garde, la montre est trompeuse.

MONTRE, se dit, figurément et au sens moral, pour Parade, étalage. Faire montre de son esprit. Faire montre d'érudition. Je ne veux point ici faire une vaine montre de sensibilité .

MONTRE, signifie aussi quelquefois, Apparence, comme dans cette phrase, La montre des blés est belle, Ils annoncent une abondante moisson.

Fam., N'être que pour la montre, se dit De certaines choses qui ne sont que pour l'apparence et dont on ne se sert point. Il a un lit magnifique qui n'est que pour la montre ; son lit ordinaire est un grabat.

Prov. et fig., Belle montre, peu de rapport, signifie que la personne ou la chose dont on parle, a de belles apparences aux quelles ne répond nullement la réalité. On dit qu'il est sage, riche ; n'en croyez rien : c'est belle montre et peu de rapport.

MONTRE, signifiait autrefois, La revue d'une armée, d'un régiment, d'un corps de troupes. Les officiers mirent leurs valets dans les rangs, et les firent passer à la montre.

Fam., Cela peut passer à la montre, se dit D'une chose qui, sans être tout à fait de la qualité de celles auxquelles on la joint, peut cependant être reçue sur le même pied, et passer dans la quantité.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • montré — montré, ée (mon tré, trée) part. passé de montrer. 1°   Qu on fait voir. La lanterne magique montrée aux enfants. 2°   Qu on enseigne. La lecture montrée aux enfants. 3°   Avoir été bien montré, mal montré, avoir eu un bon ou un mauvais maître.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • montre — MONTRE: N est bonne que si elle vient de Genève. Dans les féeries, quand un personnage tire la sienne, ce doit être un oignon : cette plaisanterie est infaillible «Votre montre va t elle bien ? Elle règle le soleil.» …   Dictionnaire des idées reçues

  • Montre — Mon tre, n. [F., show, show case, organ case.] 1. (Organ Building) A stop, usually the open diapason, having its pipes shown as part of the organ case, or otherwise specially mounted. [Webster 1913 Suppl.] 2. A hole in the wall of a pottery kiln …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Montré — (spr. Mongtreh), rother Champagner zweiter Sorte …   Pierer's Universal-Lexikon

  • montre — 1. montre [ mɔ̃tr ] n. f. • mostre v. 1120; de montrer ♦ Vx, littér. ou spécialt Action de montrer, de mettre en vue. 1 ♦ Vx ou littér. ⇒ démonstration, étalage, exhibition, parade. « Il n avait aucune affectation extérieure, ni montre d… …   Encyclopédie Universelle

  • montre — (mon tr ) s. f. 1°   Action de montrer ; sens qui n est guère usité que dans la locution : faire montre, montrer avec une sorte d étalage. •   Elle.... Étale ses beautés, fait montre de ses charmes, MALH. V, 23. •   Quand un discours naturel… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MONTRE — n. f. Action de montrer. Il ne s’emploie guère en ce sens que dans l’expression : Faire montre de, Faire parade. Faire montre de son esprit. Faire montre d’érudition. Il désigne aussi Ce que les commerçants exposent à l’étalage de leur magasin,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • MONTRE — s. f. Petite horloge qui se porte ordinairement dans une poche destinée à cet usage. Montre ronde, plate. Montre d or, d argent. Montre à boîte d or, à boîte d argent. Montre à double boîte. Montre de cuivre. Montre émaillée, guillochée. Montre à …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Montre — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Montre peut désigner : la montre (horlogerie), pour indiquer l heure ; la montre (militaire), une revue militaire de la noblesse française sous… …   Wikipédia en Français

  • montre — nf. (qui donne l heure) : MONTRA nf. (Aix, Albanais, Annecy.003b, Montagny Bozel, St Nicolas Cha., Thônes, Villards Thônes), mouro (St Martin Porte), moutra (003a, Balme Si., Conflans, Marthod, Revroz, Villard Doron.) ; péklè nm. (Juvigny). E. :… …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”