LANGUIR
. v. n.
Être dans un état d'abattement et de faiblesse causé par quelque maladie qui ôte peu à peu les forces. Il est pulmonique, il y a trois ans qu'il languit. On languit long-temps de ce mal-là avant que d'en mourir. Il ne fait que languir.   Il signifie aussi, Souffrir de la continuité, de la durée d'un supplice, d'un châtiment, d'un besoin, d'un mal physique autre que la maladie. On le fit languir dans de cruels tourments. Tuez tout de suite cet animal, ne le faites pas languir. Languir de faim, de soif, de misère. Languir dans les fers, dans une prison, dans un long exil.   Il se dit, figurément, en parlant Des peines de l'esprit et de l'âme. Languir d'ennui. Languir d'amour. Languir dans l'attente d'un bien. Ne le faites pas languir après ce que vous lui avez promis.

LANGUIR, se dit aussi, figurément, Des végétaux qui ne sont pas en bon état, qui poussent faiblement, qui donnent peu de fruits. Cet arbre languit, ces fleurs languissent faute d'eau.   La nature languit, toutes choses languissent pendant l'hiver, La nature est alors comme engourdie.

LANGUIR, se dit encore, figurément, Des ouvrages d'esprit qui manquent de force, de chaleur, de vivacité. Ces vers languissent. Cette pièce commence bien, mais sur la fin elle languit. On dit aussi, fréquemment, dans des sens analogues : La conversation languissait, Personne ne soutenait la conversation, on la laissait tomber. Les nouvelles, les plaisirs languissent, Il y a peu de nouvelles importantes, il y a peu de divertissements. Les affaires languissent, On n'en fait guère. L'affaire languit, Elle traîne en longueur, on ne l'expédie point.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • languir — [ lɑ̃gir ] v. intr. <conjug. : 2> • XIIe; lat. pop. °languire, class. languere 1 ♦ Vieilli Perdre lentement ses forces. ⇒ dépérir. Par anal. (végétaux) ⇒ s étioler. 2 ♦ Mod. Manquer d activité, d énergie. Languir dans l oisiveté, l inactio …   Encyclopédie Universelle

  • languir — LANGUIR. v. n. Estre consumé peu à peu par quelque maladie qui abbat les forces. Il est pulmonique, il y a trois ans qu il languit. on languit longtemps de ce mal là avant que d en mourir. Il signifie aussi, Souffrir un supplice lent. On l a… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • languir — Languir, Languere, Oblanguere. Fort languir et defaillir de force, Relanguere, siue Relanguescere. Qui languit, Languidus. Languissant d amour, AEger amore …   Thresor de la langue françoyse

  • languir — |guí| v. tr. O mesmo que elanguescer …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • languir — (lan ghir) v. n. 1°   Être dans un état de maladie lente. Il est phthisique, il y a plusieurs mois qu il languit. •   Je languissais, mes ans s éteignaient dans l ennui, M. J. CHÉN. Gracq. I, 4. 2°   Souffrir de la continuité de quelque mal autre …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • LANGUIR — v. intr. être dans un état de langueur. Il est malade, il y a trois ans qu’il languit. Il se dit, par analogie, des Végétaux qui ne sont pas en bon état, qui poussent faiblement, qui donnent peu de fruits. Cet arbre languit, ces fleurs… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • languir — vi. , s ennuyer en attendant : langatâ (Saxel), R.2 Langue ; trî la linga <tirer la langue> (Albanais.001). A1) languir, dépérir : langanyî vi. (Leschaux), R.2. A2) se languir : trovâ l tin languir lon / lan <trouver le temps long>… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • languir (se) — v.pr. Souffrir d une attente, d une absence : Je me languis de toi …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Faire languir quelqu'un — ● Faire languir quelqu un lui faire attendre longtemps ce qu il désire …   Encyclopédie Universelle

  • se languir — ● se languir verbe pronominal S ennuyer, se morfondre, éprouver de la peine, du chagrin, du fait de l absence de quelqu un ou de quelque chose : Je me languis de mes amis …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”