JUGE
. s. m.
Celui qui juge, qui a le droit et l'autorité de juger. Dieu est le souverain juge, le juge suprême. L'Église est juge de tout ce qui a rapport à la foi. Les jurés ne sont juges que du fait. Les juges d'un concours.   Il se dit, particulièrement, d'Un homme préposé par autorité publique pour juger, pour rendre la justice aux particuliers. Bon juge. Juge équitable, intègre, désintéressé, incorruptible. Mauvais juge. Juge prévaricateur. Juge corrompu, inique, intéressé, préoccupé, passionné. Juge sévère, rigoureux. Juge impassible. Juge compétent. Juge incompétent. Juge favorable, suspect. Juge souverain, supérieur, inférieur, subalterne. Juge civil, criminel. Premier juge, ou Juge en première instance. Il soutint cela devant les premiers juges. Juge en dernier ressort. Juges d'appel. Juge de police. Juge de commerce. Un tribunal composé de tant de juges. Juge suppléant. Juge auditeur. Être juge dans une cour royale, dans un tribunal inférieur. Nommer, instituer des juges. Les fonctions de juge. Établi juge. Nommé juge. Règlement de juges. Récuser un juge. Prendre le juge à partie. Un juge assisté du greffier. Plaider, procéder par-devant tel juge. Ils sont juges souverains en cette partie. Donner des juges à quelqu'un. On lui donna pour juges ses plus cruels ennemis. Avoir ses pairs pour juges. Elle tremblait comme un criminel devant son juge. Quand il parut devant ses juges. Adresser la parole à ses juges. Émouvoir ses juges. Personne ne peut être juge dans sa propre cause, n'est bon juge dans sa propre cause. On ne peut être à la fois juge et partie.   Il se dit quelquefois, collectivement et absolument, pour Tribunal. Renvoyer devant le juge, par-devant le juge.   Juges de rigueur, Les juges qui doivent prononcer selon la rigueur de la loi ; à la différence Des arbitres, qui peuvent se décider d'après l'équité naturelle. Juges de rigueur, s'est dit aussi Des juges subalternes ; à la différence Des juges qui prononçaient en dernier ressort, et qui se permettaient quelquefois d'adoucir la rigueur de la loi.  Juges naturels, Ceux que la loi assigne aux accusés, aux parties, suivant leur qualité et l'espèce de la cause. Nul ne peut être distrait de ses juges naturels.   Juges ordinaires, se disait autrefois Des juges à qui appartenait naturellement la connaissance des affaires civiles ou criminelles ; à la différence Des juges de privilége, et de ceux qui étaient établis par commission. Il demanda son renvoi par-devant les juges ordinaires. On appelait aussi Juges ordinaires, Ceux qui servaient toute l'année, à la différence de Ceux qui ne servaient que par semestre Juges royaux, se disait autrefois, par opposition aux Juges des seigneurs, de Ceux qui rendaient la justice au nom du roi.  Juge délégué, Celui qui était commis pour connaître d'une affaire particulière. Il se disait par opposition à Juge permanent.   Juge-commissaire, Juge désigné par le tribunal dont il fait partie pour procéder à certaines opérations, et en faire son rapport, s'il y a lieu. Nommer un juge-commissaire. Ordonnance du juge-commissaire. Procès-verbal du juge-commissaire.   Juge d'instruction, Magistrat établi pour rechercher les crimes et délits, en recueillir les preuves ou indices, et faire arrêter et interroger les prévenus. Il fut interrogé par le juge d'instruction.   Juge de paix, Magistrat principalement chargé de juger sommairement, sans frais, et sans ministère d'avoués, les contestations de peu d'importance, et de concilier, s'il se peut, les différends dont le jugement est réservé aux tribunaux civils ordinaires. Les juges de paix ne sont pas nommés à vie. Le juge de paix du canton de... Le greffier du juge de paix. Citer quelqu'un devant le juge de paix. Le juge de paix ne put concilier les parties.   Grand juge. Titre qu'on donnait, sous l'empire, au ministre de la justice.  Juge mage, ou maje. Titre qu'on donnait, dans quelques provinces méridionales de la France, au lieutenant du sénéchal.  Juge botté, se disait anciennement d'Un juge qui n'était pas gradué. On ne le dit plus que figurément et par dénigrement d'Un juge sans lumières et sans capacité ; encore cette acception est-elle peu usitée.

JUGE, se dit aussi de Toute personne choisie pour prononcer sur un différend, ou au jugement, à l'opinion de laquelle on s'en rapporte sur quelque chose. Il vous a reconnu pour juge. Faire l'office de juge. Convenir d'un juge. Vous serez notre juge. Vous en serez le juge. Je vous en fais juge. Je vous prends pour juge. Je veux bien que monsieur un tel, que madame une telle soit mon juge, en soit le juge.   Il se dit, par extension, de Celui qui est capable de juger d'une chose. Vous êtes mauvais juge, bon juge en cela. Vous n'êtes pas bon juge en poésie, en musique, en peinture, etc. Il a approuvé cet ouvrage, et vous savez qu'il est bon juge. Il n'est pas juge de ces choses-là. Les gens de goût sont les juges naturels des productions littéraires.   Se faire, s'établir, se constituer juge de quelqu'un, de quelque chose, Prétendre avoir le droit de juger, se croire capable de juger.

Prov., De fou juge briève sentence, Les ignorants décident sans examiner.

JUGE, se dit figurément, dans un sens analogue à celui qui précède, en parlant Des sens, de la conscience, etc. L'oreille est un juge difficile. La raison est un juge sévère. L'oeil, l'oreille, sont des juges difficiles à tromper. Les sens sont quelquefois des juges bien trompeurs. La conscience est juge de la moralité des actions.

JUGE, se dit aussi de Certains magistrats suprêmes qui gouvernèrent le peuple juif, durant la période qui commence à la mort de Josué et qui finit à la naissance de Samuel.  Le livre des Juges, ou simplement, Les Juges, Le septième livre de l'Ancien Testament, qui contient l'histoire des Juifs pendant la domination des juges.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • juge — juge …   Dictionnaire des rimes

  • jugé — jugé …   Dictionnaire des rimes

  • juge — [ ʒyʒ ] n. • XIIe; lat. judicem, accus. de judex 1 ♦ Magistrat chargé d appliquer les lois et de rendre la justice. Charge de juge. ⇒ judicature. Robe, toque du juge. Juges des tribunaux judiciaires (⇒ magistrature) . Juges administratifs. ⇒ 2.… …   Encyclopédie Universelle

  • jugé — juge [ ʒyʒ ] n. • XIIe; lat. judicem, accus. de judex 1 ♦ Magistrat chargé d appliquer les lois et de rendre la justice. Charge de juge. ⇒ judicature. Robe, toque du juge. Juges des tribunaux judiciaires (⇒ magistrature) . Juges administratifs. ⇒ …   Encyclopédie Universelle

  • juge — JUGE. subst. masc. Officier preposé par authorité publique pour rendre justice aux particuliers. Bon Juge. Juge equitable, integre, incorruptible, desinteressé. mauvais, meschant Juge. Juge corrompu, inique, interessé, préoccupé, passionné. Juge… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • jugé — jugé, ée (ju jé, jée) part. passé de juger. 1°   Qui a été l objet d un jugement, en parlant des personnes. Les voleurs jugés et condamnés.    Substantivement. Les jugés, les condamnés au jugement dernier. •   Quand je viens à penser que ces… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • jugé — Jugé, [jug]ée. part. Il a les significations de son verbe. L Autorité des choses jugées. Bien jugé, mal appellé. mal jugé, bien appellé. Ce sont formules d Arrests quand un Juge superieur confirme ou casse la Sentence d un Juge subalterne …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Juge — Juge, n. A judge. [Obs.] Chaucer. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Juge — Nom surtout porté dans la Corrèze. On le considère en principe comme un sobriquet désignant celui qui a des allures de juge, qui décide de tout. Il semble en fait que ce soit un toponyme, nom de hameaux ou lieux dits à Chanteix et à Albignac (19) …   Noms de famille

  • Juge — (franz., spr. schǖsch ), Richter; J. de paix, Friedensrichter; J. consulaire (früher: J. et consul), Handelsrichter, Mitglied eines Handelsgerichts …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”