JOLIVETÉ
. s. f.
Il se dit Des babioles, des bijoux, et de certains petits ouvrages qui n'ont pas ou qui ont peu d'utilité. On ne l'emploie guère qu'au pluriel. Il sait faire mille petites jolivetés. Il apporta d'Italie mille petites jolivetés.   Il se dit aussi Des gentillesses d'un enfant. C'est un aimable enfant, il fait, il dit cent petites jolivetés. Dans les deux sens, il est vieux.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • joliveté — ⇒JOLIVETÉ, JOLITÉ, subst. fém. A. Vieilli. 1. Rare. Caractère joli de quelqu un ou quelque chose. Une fois mariée, la femme se fane. Elle n a plus ni jolité ni coquetterie (RENARD, Journal, 1896, p. 334). 2. P. méton., gén. au plur. Manifestation …   Encyclopédie Universelle

  • joliveté — d accoustrement trop exquise, Lenocinium. Qui n a point de joliveté, Infestiuus …   Thresor de la langue françoyse

  • joliveté — Joliveté. s. f. Il n a guere d usage qu au pluriel, & il se dit des babiolles, des bijoux, & de certains petits ouvrages, qui ne sont pas de grand service. Il sçait faire mille petites jolivetez. il a apporté mille jolivetez d Italie, d Allemagne …   Dictionnaire de l'Académie française

  • joliveté — (jo li ve té) s. f. 1°   Trait d esprit. •   Mille jolivetés qui dans l esprit me viennent, TH. CORN. Comtesse d Orgueil, II, 10. 2°   Petit bijou, petit ouvrage qui n a pas ou qui a peu d utilité. Il sait faire mille petites jolivetés.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • jolité — ⇒JOLIVETÉ, JOLITÉ, subst. fém. A. Vieilli. 1. Rare. Caractère joli de quelqu un ou quelque chose. Une fois mariée, la femme se fane. Elle n a plus ni jolité ni coquetterie (RENARD, Journal, 1896, p. 334). 2. P. méton., gén. au plur. Manifestation …   Encyclopédie Universelle

  • Jehan Bretel — (né vers 1210, mort en 1272) était un trouvère. De son œuvre connue de probablement 97 chansons, 96 nous sont parvenues. A en juger par ses contacts avec les autres trouvères, il était célèbre et populaire. Sept pièces d autres trouvères (Jehan… …   Wikipédia en Français

  • joli — joli, ie [ ʒɔli ] adj. • XIIIe; jolif, jolive 1175; probablt de l a. scand. jôl, nom d une grande fête du milieu de l hiver 1 ♦ Vx Qui est agréable par sa gentillesse, son enjouement. ⇒ aimable. Coquet, élégant. Subst. « Qu à son âge il sied mal… …   Encyclopédie Universelle

  • conduit — conduit, uite 1. (kon dui, dui t ) part. passé de conduire. Que l on fait aller avec soi. Télémaque conduit par Mentor. •   Que ne peut l amitié conduite par l amour ?, RAC. Andr. III, 1.    Dirigé. Socrate conduit par la sagesse. Le pinceau… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • haleter — (ha le té. Le t se double quand la syllabe qui suit est muette : je halette, je haletterai) v. n. 1°   Respirer, comme quand on est hors d haleine. •   Un pauvre bûcheron, dans l extrême vieillesse, Marchait en haletant de peine et de détresse …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • mieux — (mieû ; l x se lie : de mieû z en mieux) adv. 1°   Comparatif de l adv. bien : d une manière plus accomplie, plus complète. •   Je te connais, Léonce, et mieux que tu ne crois, CORN. Héracl. I, 4. •   Usez en comme moi ; le ciel sait qui vit… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”