HONNEUR
s. m.
La gloire, l'estime, la considération qui suit la vertu, le courage, les talents. Acquérir de l'honneur. Vivre sans honneur. Il est dans un haut degré d'honneur. Vous y aurez de l'honneur. Il en est sorti à son honneur. Il s'en est tiré avec honneur. On doit dire, à l'honneur de ce prince, que... Il eut tout l'honneur de la victoire. C'est à lui que tout l'honneur doit en revenir. L'honneur d'achever cette entreprise vous était réservé. Honneur aux braves ! Il s'est fait honneur, beaucoup d'honneur par cette action. Cet ouvrage lui fait honneur. De tels sentiments vous font honneur. L'honneur du nom français.   Il n'y a ni honneur ni profit à cela, Cela n'est ni honorable ni utile.  Être en honneur, Être honoré, favorisé, protégé. Sous ce prince éclairé, les vertus, les talents furent en honneur, les lettres étaient en honneur. On dit dans le même sens, Il mit les lettres, les sciences en honneur.   Champ d'honneur, se dit de Tout champ de bataille. Mourir au champ d'honneur. Il est mort au champ d'honneur.   Mourir au lit d'honneur, se dit D'un homme qui meurt à la guerre pour le service de l'État. On le dit aussi, figurément, De tout homme qui meurt dans l'exercice actuel d'une profession honorable. On le dit quelquefois, en plaisantant, D'un ivrogne qui meurt en buvant, d'un joueur qui meurt les cartes à la main, etc.  Faire honneur à son siècle, à son pays, à sa famille, etc., Lui acquérir de la gloire, de la réputation, de l'estime, par ses talents, par ses actions. Faire honneur à sa naissance, En soutenir l'éclat.  Faire honneur à son éducation, Répondre aux soins qui y ont été donnés. Faire honneur à ses affaires, à ses engagements, Remplir ses engagements. On dit dans le même sens, Faire honneur à une lettre de change, faire honneur à sa signature, etc.   Être l'honneur de son siècle, de son pays, de sa famille, etc., En être la gloire et l'ornement. Il est l'honneur de la magistrature. Elle est l'honneur de son sexe.   Faire honneur à quelqu'un d'une chose, La lui attribuer. On lui fait honneur d'un sentiment qu'il ne connut jamais. Il se faisait honneur d'un ouvrage qui n'était point de lui.   Se faire honneur de quelque chose, signifie aussi, S'en tenir honoré, s'en honorer. Scipion se faisait honneur d'être ami de Térence. Il se fait honneur d'être allié de telle maison. On dit dans le même sens, Tenir à honneur. Je tiens à honneur de lui être présenté.

HONNEUR, signifie aussi, L'estime, la réputation dont une personne jouit dans le monde. Attaquer, blesser, flétrir, déchirer l'honneur de quelqu'un. Défendre, venger son honneur. Ménager l'honneur, sauver l'honneur de quelqu'un. Soutenir l'honneur de sa famille. Donner, porter atteinte à l'honneur de quelqu'un. Engager, hasarder son honneur. Son honneur y est intéressé, y est engagé. Mettre son honneur en compromis. Être jaloux de son honneur. Réparer l'honneur de quelqu'un. Rendre l'honneur à quelqu'un. Perdre l'honneur. C'est un homme perdu d'honneur. Faire réparation d'honneur. Je vous engage ma foi et mon honneur. C'est le toucher en son honneur. Il est délicat sur ce qui regarde l'honneur. Il ne faut mettre son honneur qu'en des choses louables. Il met son honneur à ne point céder. C'est une tache à son honneur. Il y va de son honneur. Un procès d'honneur. Si vous souffrez cela, où est l'honneur ? Vous devriez, pour votre honneur, ne pas céder si promptement. Je consens à cela, l'honneur sauf.   Piquer d'honneur une personne, Lui persuader qu'il y va de son honneur de faire ou de ne pas faire quelque chose. Se piquer d'honneur, Montrer dans quelque occasion plus d'habileté, plus de courage, plus de générosité, etc., qu'on n'a coutume d'en faire paraître. On voit qu'il s'est piqué d'honneur, son ouvrage est beaucoup mieux fait qu'à l'ordinaire.   Point d'honneur, Ce qu'on regarde comme touchant à l'honneur, comme intéressant l'honneur. Il est trop délicat sur le point d'honneur. Il s'est fait sur cela un point d'honneur. Différends, disputes sur le point d'honneur. Ils se sont battus pour un point d'honneur. Autrefois les maréchaux de France étaient juges du point d'honneur.   Prendre tout au point d'honneur, Étendre trop loin sa délicatesse sur le point d'honneur.  Affaire d'honneur, Débat, démêlé, querelle où les parties croient leur honneur compromis. Il se dit, particulièrement, d'Un duel, d'un combat singulier. Ils ont eu ensemble une affaire d'honneur.   Au Jeu, La partie d'honneur, La troisième partie que l'on joue, lorsque chacun des deux joueurs en a gagné une. Jouer la partie d'honneur. Gagner la partie d'honneur.

Fam. et en plaisantant, Ne jouer que pour l'honneur, ne jouer que l'honneur, Jouer sans intéresser le jeu, et seulement pour passer le temps.

HONNEUR, signifie encore, Vertu, probité ; qualité qui nous porte à faire des actions nobles, courageuses, loyales, etc. C'est un homme d'honneur, un vrai homme d'honneur. C'est un homme plein d'honneur. L'honneur lui est plus cher que la vie. Il aime l'honneur, ne craignez point qu'il fasse une mauvaise action. Ce sont des gens d'honneur. L'honneur français. Il faisait consister l'honneur à... Il n'a ni coeur ni honneur. Il est sans honneur. Il n'a aucun sentiment d'honneur. Manquer à l'honneur. Avoir l'honneur en recommandation. Écouter la voix de l'honneur. Faire ce que l'honneur commande, exige. Allez où l'honneur vous appelle. Satisfaire à l'honneur. Les lois de l'honneur.   Par manière de serment, Sur l'honneur, sur mon honneur. Je l'atteste sur l'honneur. Je vous en réponds sur mon honneur. On dit de même, Foi d'homme d'honneur, je le ferai, ou simplement D'homme d'honneur, ou absolument D'honneur, mais seulement dans le langage familier. Je le ferai, d'honneur. D'honneur, je vous le promets. On dit aussi quelquefois, En honneur. En honneur, je ne le puis.   Parole d'honneur, Promesse faite ou assurance donnée sur l'honneur. Il m'a donné sa parole d'honneur.   Ma parole d'honneur, ou Parole d'honneur, se dit quelquefois, dans la conversation, Pour affirmer fortement. Ma parole d'honneur, cela s'est passé comme je vous le dis.

Prov., En tout bien et en tout honneur, ou En tout bien et tout honneur, À bonne fin, à bonne intention. Il voit cette fille en tout bien et tout honneur.

HONNEUR, en parlant Des femmes, signifie, Pudicité, chasteté. C'est une femme d'honneur, sans honneur. Elle tient à son honneur. Elle a fait faux bond à son honneur. Elle a forfait à son honneur. Ces deux dernières phrases sont familières.

HONNEUR, signifie en outre, L'action, la démonstration extérieure par laquelle on fait connaître la vénération, le respect, l'estime qu'on a pour la dignité ou pour le mérite de quelqu'un. Dans ce sens, on l'emploie souvent au pluriel. Il faut rendre honneur à qui il appartient, à qui il est dû. On lui a fait des honneurs extraordinaires, de grands honneurs. Il fut reçu avec tous les honneurs dus à son rang. Les honneurs militaires. Accompagner quelqu'un par honneur. Porter honneur et respect. Il lui a fait tout l'honneur, tous les honneurs imaginables. Quel excès d'honneur ! Il ne faut pas rendre aux hommes des honneurs qui ne sont dus qu'à Dieu. Auguste souffrit qu'on lui rendît les honneurs divins. Rendre de grands honneurs à la mémoire de quelqu'un. Décerner les honneurs du triomphe. Faire quelque chose en l'honneur de quelqu'un, en l'honneur de Dieu. Les fêtes célébrées en son honneur. Ironiq., Vous me croyez capable d'une telle action, vous me faites bien de l'honneur, vous me faites là un bel honneur, c'est beaucoup d'honneur, c'est trop d'honneur que vous me faites, etc.   Honneurs funèbres, Les honneurs qu'on rend aux morts, les cérémonies des funérailles. On dit aussi, Les honneurs de la sépulture, les honneurs suprêmes, etc.   En termes de Guerre, Obtenir les honneurs de la guerre, se dit D'une garnison assiégée qui n'est pas forcée, avant de quitter la place, d'y laisser ses armes. Autrefois, ces honneurs consistaient à sortir par la brèche, enseignes déployées, mèche allumée, balle en bouche. Maintenant ils consistent à sortir avec armes et bagages, soit en conservant les armes jusqu'aux avant-postes, soit en les déposant sur le glacis.  Garde d'honneur, Troupe offerte à des personnages éminents, auxquels on rend les honneurs militaires. C'est quelquefois une réunion de citoyens distingués qui, volontairement, servent de gardes à un souverain, à un prince, etc., pendant son séjour dans la ville, dans le pays. On offrit au prince, à la princesse une garde d'honneur.   Place d'honneur, se dit, dans une cérémonie, dans une réunion, dans un repas, etc., de La place réservée à un personnage éminent, à une personne qu'on veut honorer d'une distinction particulière. Il avait la place d'honneur. Des places d'honneur leur avaient été réservées.   Légion d'honneur, Ordre institué en France pour récompenser les services et les talents distingués. Membre, chevalier de la Légion d'honneur. Grand officier de la Légion d'honneur. Le grand chancelier de la Légion d'honneur. La décoration de la Légion d'honneur. Être dégradé de la Légion d'honneur. On dit aussi, mais seulement dans le langage familier, La croix d'honneur, La croix de cet ordre.  Chevalier d'honneur, dame d'honneur, fille d'honneur, se dit de Certaines personnes de qualité qui remplissent diverses fonctions auprès d'une reine, d'une princesse. Enfants d'honneur, Jeunes gens de qualité qui étaient nourris auprès d'un prince, pendant son bas âge.  Chevalier d'honneur, s'est dit aussi de Conseillers d'épée qui avaient séance et voix délibérative dans les cours souveraines.  Conseillers d'honneur, Conseillers qui avaient séance et voix délibérative dans certaines compagnies, quoiqu'ils n'eussent point de charge. La plupart des gouverneurs, beaucoup d'évêques étaient conseillers d'honneur dans les siéges des lieux de leur résidence.   Marguillier d'honneur, Marguillier d'un état supérieur à celui des marguilliers ordinaires. Le marguillier d'honneur n'est point comptable.   Les honneurs du Louvre, se disait de Certaines distinctions, et particulièrement du droit d'entrer à cheval ou en carrosse dans la cour du Louvre, et dans celle des autres maisons où le roi était logé. Il y avait des charges qui donnaient les honneurs du Louvre.   Les honneurs de l'Église, Les prééminences et les droits honorifiques qu'on a dans l'Église.  Absol., Les honneurs, se dit, en certaines grandes cérémonies, telles que le sacre des rois, leur baptême, leurs funérailles, etc., Des pièces principales qui servent à la cérémonie, comme le sceptre, la couronne, etc. Les honneurs étaient portés par ...  À certains Jeux de cartes, Les honneurs, se dit Des figures d'atout.  Faire les honneurs d'une maison, Recevoir, selon les règles de politesse établies, ceux qui viennent dans la maison.  Fig., Faire les honneurs d'une personne, d'une chose, En parler ou en disposer comme d'une personne ou d'une chose qui nous appartient.

Fam., Faire honneur à un repas, Y bien manger, et témoigner par là qu'on le trouve bon.

Prov., À tous seigneurs tous honneurs, ou À tout seigneur tout honneur, Il faut rendre honneur à chacun selon son rang et sa qualité.  Pop. et par civilité, Sauf votre honneur, Sauf le respect que je vous dois.  Votre Honneur, est, en Angleterre, Le titre qu'on donne par respect à certaines personnes de qualité.

HONNEUR, se joint souvent à un infinitif et quelquefois à un substantif, par la préposition de : alors il se prend ordinairement dans le sens de Grâce, faveur, distinction. Le roi lui a fait l'honneur de le choisir pour... Il mérita l'honneur d'être appelé le Père de la patrie. Il a l'honneur d'être admis souvent à la table du prince. L'honneur de siéger dans cette assemblée. Il ne m'a pas seulement fait l'honneur de me regarder. Réclamer l'honneur du pas, c'est-à-dire, La préséance.  Il se dit très-souvent, en ce dernier sens, par civilité et par compliment. Lorsque j'aurai l'honneur de vous voir. La lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire. Faites-moi l'honneur de me dire... J'ai l'honneur d'être ...

HONNEUR, se prend aussi pour Dignité, charge ; et, en ce sens, il n'est d'usage qu'au pluriel. Aspirer aux honneurs. Être élevé aux honneurs. Les honneurs de la république. Briguer les honneurs. Il est parvenu aux plus grands honneurs par tous les degrés. Parvenir au comble des honneurs. La porte des honneurs fut ouverte au mérite.

Prov., Les honneurs changent les moeurs, On s'oublie dans la prospérité.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • HONNEUR — «Serment sur l’honneur», «homme d’honneur», «religion de l’honneur». L’honneur est un mot bien souvent employé, un concept universellement admis, célébré. Qui ne se souvient de la lettre de François Ier à sa mère Louise de Savoie, au soir de la… …   Encyclopédie Universelle

  • honneur — Honneur, m. acut. Vient de ce Latin, Honor, et en retient la signification: Mais il a esté usité aussi par les anciens pour la dignité qu a le vassal d estre fieffé par un Roy ou grand Seigneur, et consequemment pour le fief mesme duquel le… …   Thresor de la langue françoyse

  • honneur — HONNEUR. Marque exterieure par laquelle on fait connoistre la veneration, le respect, l estime qu on a pour la dignité, ou le merite de quelqu un. Rendre honneur à Dieu. il faut rendre honneur à qui il appartient, à qui il est deu. on luy a fait… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • honneur — HONNEUR: Quand on en parle, faire la citation : L honneur est comme une île escarpée et sans bords ; On n y peut plus rentrer dès qu on en est dehors. Il faut toujours être soucieux du sien, mais peu de celui des autres …   Dictionnaire des idées reçues

  • HONNEUR — n. m. Sentiment d’une dignité morale, estimée plus haut que tous les biens, et qui nous porte à des actions loyales, nobles et courageuses. C’est un homme d’honneur. C’est un homme plein d’honneur. Il aime l’honneur, ne craignez point qu’il fasse …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Honneur — Pour les articles homonymes, voir Honneur (homonymie). L honneur peut se définir comme un lien entre une personne et un groupe social qui lui donne son identité[1]. L honneur se gagne par des actes admirés par la collectivité; on subit la honte… …   Wikipédia en Français

  • honneur — (o neur) s. m. 1°   Estime glorieuse qui est accordée à la vertu, au courage, aux talents. •   Trop peu d honneur pour moi suivrait cette victoire, CORN. Cid, II, 2. •   Et l exécrable honneur de lui donner un maître [à l univers], CORN. Cinna, I …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • HONNEUR —     L auteur des Synonymes de la langue française dit qu il est d usage dans le discours de mettre la gloire en antithèse avec l intérêt, et le goût avec l honneur.     Mais on croit que cette définition ne se trouve que dans les dernières… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • Honneur —          BONAPARTE (Napoléon)     Bio express : Premier consul à vie puis empereur des Français (1769 1821)     «L honneur est pour les souverains un fisc moral.»     Source : Maximes et Pensées     Mot(s) clé(s) : Honneur Morale Souverain     … …   Dictionnaire des citations politiques

  • Honneur — Hon|neur [(h)ɔ nø:ɐ̯], der; s, s [frz. honneur = Ehre < lat. honor]: 1. <meist Pl.> a) (veraltet) Ehrenbezeigung, Ehre: jmdm. H. erweisen; b) ☆ die s machen (bildungsspr. veraltend; bei einem Empfang o. Ä. die Gäste, einen Gast begrüßen… …   Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”