ÉTOUFFER
. v. a.
Suffoquer ; faire perdre la respiration, faire mourir, en privant d'air. Une esquinancie l'a étouffé. Il a été étouffé d'un catarrhe. Cette nourrice en dormant a étouffé son enfant. Hercule étouffa le redoutable Antée. On dit par exagération, dans le langage familier, Que la peste l'étouffe !   Il est quelquefois neutre, et signifie, Avoir la respiration empêchée ; ou Mourir faute d'air. Il n'y a point d'air dans cette chambre, on y étouffe. Délacez cette femme, elle étouffe. Il étouffa au milieu des plus horribles convulsions. Nous pensâmes étouffer de chaud.

Fig. et fam., Étouffer de rire, Rire avec excès, jusqu'à perdre la respiration.

ÉTOUFFER, se dit également De ce qui dérobe aux plantes l'air nécessaire à leur végétation. Les mauvaises herbes étouffent le blé. Cet arbre étouffe les arbustes qui l'entourent.   Il signifie aussi, Éteindre, en interceptant l'air. Étouffer du charbon, de la braise.

ÉTOUFFER, signifie figurément, Supprimer, cacher, surmonter. Étouffer les cris de quelqu'un. Tâchez d'étouffer vos soupirs, vos plaintes, vos ressentiments. Je ne saurais étouffer ma douleur. Étouffer les remords de sa conscience. Étouffez ces soupçons, de pareils soupçons.   Étouffer des sons, Les rendre moins éclatants, les amortir. Il y a, dans les pianos, une pédale qui sert à étouffer les sons.

ÉTOUFFER, signifie aussi, Détruire, dissiper, faire cesser. Étouffer les germes du vice. Étouffer les talents. Étouffer une révolte, une hérésie, une sédition, une guerre civile. Étouffer une erreur.   Étouffer une affaire, étouffer une querelle, Empêcher qu'elle n'éclate, qu'elle n'ait des suites.

ÉTOUFFÉ, ÉE. participe. Cris étouffés, Les cris sourds d'une personne dont la respiration est gênée. Rire étouffé, Celui qui échappe à une personne, malgré les efforts qu'elle fait pour ne point rire.  Dans l'Ancien Testament, Viandes étouffées, se dit de La chair des animaux qu'on avait tués sans verser leur sang.

L'Academie francaise. 1835.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • étouffer — [ etufe ] v. <conjug. : 1> • estofer 1230; altér. du lat. pop. °stuffare « garnir d étoupe, boucher », de stuffa → étoupe (cf. a. fr. estoper « boucher »), d apr. a. fr. estoffer → étoffer I ♦ V. tr. A ♦ Priver d air. 1 ♦ (1536) Faire… …   Encyclopédie Universelle

  • étouffer — (é tou fé) v. a. 1°   Ôter la respiration en privant de communication avec l air ou en comprimant. •   J ai pensé être étouffé à la porte, MOL. Critique, sc. 5. •   On étouffe aisément qui se laisse presser, ROTROU Antig. I, 6. •   Les dames de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉTOUFFER — v. tr. Faire mourir en arrêtant la respiration. La diphtérie peut étouffer les enfants. Cette nourrice en dormant a étouffé son enfant. On dit par exagération, dans le langage familier, Que la peste l’étouffe! Il signifie aussi Suffoquer,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • étouffer — vt. /vi., perdre ou faire perdre la respiration ; vi. , manquer d air frais, suffoquer : atofâ (Albanais.001b.PPA., Arvillard.228a, Montagny Bozel, Villards Thônes.028), étofâ (001a.AMA.,228b, Bellecombe Bauges, Cordon, Morzine.081, Saxel.002,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • étouffer — v.t. Voler : Je me suis fait étouffer mes alloufs. / Pour un intermédiaire, conserver les sommes illicites qu il devait transmettre. □ v.i. Passer sous silence, écraser. / Boire pendant les heures de travail …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Étouffer une voile, étouffer la toile — ● Étouffer une voile, étouffer la toile serrer avec les bras et les mains une voile contre sa vergue ou son mât, pour l empêcher de prendre le vent quand on amène la voilure …   Encyclopédie Universelle

  • s'entr'étouffer — entr étouffer (s ) (entrée créée par le supplément) (an tré tou fé) v. réfl. S étouffer l un l autre, être étouffés l un par l autre. •   Le jour est proche où les livres, à force de foisonner et de pulluler, s entr étoufferont les uns les autres …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Ne pas étouffer quelqu'un — ● Ne pas étouffer quelqu un en parlant d un sentiment, d une qualité, ne pas le gêner dans son action parce qu il ne l éprouve pas, ne la possède pas : La modestie ne t étouffe pas …   Encyclopédie Universelle

  • migañ — étouffer …   Dictionnaire Breton-Français

  • kafunañ — étouffer le feu …   Dictionnaire Breton-Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”