Ultra-leger motorise

Ultra-leger motorise

Ultra-léger motorisé

Page d'aide sur les redirections « ULM » redirige ici. Pour les autres significations, voir ULM (homonymie).
ULM
Huntair.pathfinder.arp.jpg

Un ULM est un aéronef Ultra-Léger Motorisé.

Sommaire

Suisse

L'Office fédéral de l'aviation civile réglemente les vols. Toutes les catégories d'ULM sauf l'Ecolight sont interdites de vol depuis le 4 juillet 1984 pour des raisons écologiques et de pollution sonore, mais il est admis que ce n'est qu'un prétexte purement politique car un ULM à moteur 4 temps moderne (l'Ecolight utilise d'ailleurs un Rotax 912 D'ULM parfaitement conventionnel, fonctionnant à l'essence automobile sans plomb...) est dans tous les cas bien moins polluant que les avions légers qui eux ne sont pas interdits bien que consommant des grandes quantités (moteurs peu performants) d'un carburant très polluant (contient une forte quantité de plomb) et aussi moins bruyants... Les pilotes se rendent dans les pays limitrophes pour voler, provoquant une hausse substantielle des cotisations et en encombrement des hangars au détriment des locaux...

Toutefois, des autorisations peuvent être accordées pour des essais d'aéronefs dans un rayon de 5 kilomètres autour de la zone de décollage.

Depuis le 1er juillet 2005, une catégorie d'ULM, les Ecolight, peuvent être immatriculés et voler. Ceci ne concerne pour l'instant que les multiaxes, pour autant qu'ils correspondent à la certification Anglaise, Allemande, ou JAR, depuis le 1er avril 2006.

France

Définition de l'arrêté du 4 mars 2004 modifiant l'arrêté du 23 septembre 1998 relatif aux aéronefs ultralégers motorisés:[1]

Sont qualifiés ultra-léger motorisé (ULM) les aéronefs monoplaces ou biplaces faiblement motorisé répondant aux définitions de classes suivantes:

  • Classe 1 (dite paramoteur)

Un ULM paramoteur est un aéronef sustenté par une voilure souple, de type parachute. Il répond aux conditions techniques suivantes:
- la puissance maximale continue est inférieure ou égale à 45 kW pour les monoplaces et à 60 kW pour les biplaces;
- la puissance maximale est inférieure ou égale à 60 kW pour un monoplace et à 75 kW pour un biplace;
- la masse maximale est inférieure ou égale à 300 kg pour les monoplaces et 450 kg pour les biplaces.

  • Classe 2 (dite pendulaire)

Un ULM pendulaire est un aéronef sustenté par une voilure rigide sous laquelle est généralement accroché un chariot motorisé.

  • Classe 3 (dite multiaxe)

Un ULM multiaxe est un aéronef sustenté par une voilure fixe.

Un ULM de classe 2 ou de classe 3 répond aux conditions technique suivantes:
- la puissance maximale continue est inférieure ou égale à 45 kW pour les monoplaces et à 60 kW pour les biplaces;
- la puissance maximale est inférieure ou égale à 60 kW pour un monoplace et à 75 kW pour un biplace;
- la masse maximale est inférieure ou égale à 300 kg pour les monoplaces et 450 kg pour les biplaces, ces masses peuvent être augmentées de 5% dans le cas où l'ULM est équipé d'un parachute de secours, ou de 10% dans le cas du'un ULM à flotteurs. Le parachute et son installation répondent à des conditions techniques fixée par le ministre chargé de l'aviation civile;
- la vitesse constante minimale de vol en configuration d'atterrissage ne dépasse pas 65km/h en vitesse conventionelle.

  • Classe 4 (dite autogire ultaléger)

Un autogire ultraléger répond aux conditions techniques suivantes:
- monomoteur dont la puissance maximale continue est inférieure ou égale à 60 kW pour les monoplace et à 80 kW pour les biplaces;
- la puissance maximale est inferieure ou égale à 75 kW pour un monoplace et à 90 kW pour un biplace;
- la masse maximale est inférieure ou égale à 300 kg pour les monoplaces et 450 kg pour les biplaces, ces masses peuvent être augmentées de 5% dans le cas d'un autogire équipé d'un parachute de secours;
- la charge rotorique à la masse maximale est comprise entre 4,5 et 12 kg au m2.

  • Classe 5 (dite aérostat dirigeable ultaléger)

Un aérostat dirigeable ultraléger répond aux conditions techniques suivantes:
- la puissance maximale continue est inférieure ou égale à 60 kW pour les monoplace et à 80 kW pour les biplaces;
- la puissance maximale est inférieure à 75 kW pour un monoplace ou à 90 kW pour un biplace;
- pour un multimoteur, ces valeurs sont les puissances cumulées;
- le volume de l'enveloppe d'hélium est inférieure ou égale à 900 m3;
- le volume de l'enveloppe d'air chaud est inférieure ou égale à 2000 m3.

  • Sous-classes 1A, 2A et 3A aux classes 1, 2 et 3 (dites à motorisation auxiliaire)

Les ULM à motorisation auxiliaire répondent aux conditions techniques suivantes:
- le nombre de place est égal à un;
- le puissance maximale continue est inférieure ou égale à 25 kW et la puissance maximale est inférieure ou égale à 30 kW;
- la masse maximale est inférieure ou égale à 170 kg;
- la charge alaire à la masse maximale est inférieure à 30 kg/m2.
Le ministre chargé de l'aviation civile tient à jour une liste des moteurs répondant aux caractéristiques décrites au présent article.


La pratique de l'ULM nécessite l'obtention du brevet de pilote ULM[2]. Le pilotage est autorisé dès l'âge de 15 ans. Après la réussite à une épreuve théorique consistant en un questionnaire à choix multiples, l'instructeur apprécie seul lorsque l'élève pilote est prêt (quelques dizaines d'heures de pratique sont généralement nécessaires). L'élève est alors lâché : il réalise son premier vol seul sans instructeur. Le brevet est délivré par l’instructeur lorsque que le pilote dispose de l’attestation de réussite aux épreuves théoriques (QCM) dès que l’instructeur juge qu’il sait voler en sécurité et de façon autonome.

Aucune visite médicale "Aéronautique" (certificat médical de non contre-indication à la première inscription à la Fédération Nationale), ni aucune pratique régulière n'est imposée aux pilotes [sauf pour l’emport de passager où une expérience récente (< 6 mois) est exigée], bien que ce soit chaudement recommandé pour la sécurité générale des vols. Le carnet de vol n'est pas obligatoire. Par contre l'ULM doit posséder une carte équivalente à la carte grise auto. Appelée "carte d’identification", elle est délivrée par les autorités aéronautiques. Celle-ci est à renouveler tous les 2 ans.

Nécessité d’une qualification particulière pour :

  • la radiotéléphonie en langue française
  • l'emport d'un passager,
  • les instructeurs.

Une Déclaration de Niveau de Compétence est exigée pour :

  • la pratique de la photographie aérienne,
  • le tractage de banderole,
  • l'épandage aérien,
  • largage de parachutiste,

Les ULM nécessitent en France une identification mais leur suivi technique est de la responsabilité du propriétaire (Identification = système déclaratif, Immatriculation = certification).

Comme tous les engins volants, un ULM est soumis aux règles de circulation aérienne. Ces règles sont appelées règles de l'air. Ils sont de plus limités au mode dit de vol à vue : vol durant le jour aéronautique, en dehors des nuages, avec une visibilité minimale et la vue du sol.

Renseignements en France : Pour les pilotes non sportifs et les professionnels => Syndicat National des Pilotes et Professionnels de l’Aviation Légère (SNPPAL). Pour les pilotes à titre sportif et loisir => Fédération Française des Planeurs Ultra Légers (FFPLUM).

Belgique

Définition de l'arrêté royal du 21 octobre 2008 modifiant l'arrêté royal du 25 mai 1999 fixant les conditions particulières imposées pour l'admission à la circulation aérienne des aéronefs ultra-légers motorisés.[3]

On designe un ULM ou aéronef ultra-léger motorisé, un avion ou amphibie de type monoplace ou biplace dont la vitesse de décrochage Vso (configuration d'atterrissage, moteur au ralenti) n'excède pas 65 km/h C.A.S., et dont la masse maximale autorisée au décollage ne dépasse pas :
- 300 kg pour l'avion monoplace; ou
- 315 kg pour un avion monoplace équipé d'un système de parachute de secours fixé à la cellule; ou
- 450 kg pour l'avion biplace; ou
- 472,5 kg pour un avion biplace équipé d'un système de parachute de secours fixé à la cellule; ou
- 330 kg pour l'avion amphibie ou monté sur flotteurs, monoplace; ou
- 495 kg pour l'avion amphibie ou monté sur flotteurs, biplace, pour autant qu'un aéronef ultra-léger motorisé capable d'opérer aussi bien comme avion normal que sur flotteurs reste sous les deux limites fixées pour la masse maximale autorisée au décollage, selon le cas.

Ne sont pas compris dans cette définition les aéronefs à voilure rotative et les aéronefs à décollage à pieds.

Sous-class ULM/DPM:
- Avion ultra-léger motorisé (ULM) : aéronef ultra-léger motorisé dont le contrôle en vol est assuré par des commandes aérodynamiques agissant autour de deux axes au moins.
- Avion ultra-léger motorisé de type « aile delta » (DPM) : aéronef ultra-léger motorisé dont le contrôle en vol s'effectue par déplacement du centre de gravité provoqué par le pilote.

États-Unis d'Amérique

Les États-Unis ont deux catégories d'aéronefs légers : l'Ultra-Light et le LSA (Light Sport Aircaft). La catégorie Ultra-Light comprend les appareils répondant aux conditions suivantes et autorisés à voler au-dessus des zones non peuplées durant le jour aéronautique :

  • mono-place
  • d'une capacité carburant inférieure à 5 gallons (19 litres)
  • de poids à vide inférieur à 254 livres (115 kg)
  • de vitesse maximale de 55 nœuds (102 km/h)
  • d'une vitesse de décrochage inférieure à 24 nœuds (44,5 km/h)

La loi n'impose aucune licence ou formation. Une formation est cependant fortement recommandée pour la sécurité.

La catégorie LSA comprend les appareils répondant aux conditions suivantes :

  • bi-place
  • de vitesse maximale de 120 nœuds (222 km/h)
  • d'une vitesse de décrochage inférieure à 45 nœuds (83 km/h)en configuration lisse
  • un train d'atterrissage fixe
  • une hélice à pas fixe ou ajustable au sol (mais pas en vol)
  • un seul moteur

Canada

Au Canada, les ultra-légers sont répartis en plusieurs catégories. Les parachutes motorisés, les paramoteurs, les pendulaires et les 3 axes. Dans la catégorie 3 axes, les aéronefs peuvent être classés en deux autres catégories soit les ultra-légers de base et les ultra-légers évolués. Un ultra-léger de base se définit comme un appareil monomoteur pour lequel aucun certificat de navigabilité n'est émis. De plus, on ne peut emmener de passager à son bord. L'ultra-léger évolué se définit comme étant un appareil monomoteur de 1 ou 2 places dont le poids brut maximum n'excède pas 1200 livres (soit 545.5 kg).

Avantages et inconvénients des ULM

Liberté de pratique

Aile volante Chauvet en 1933 sur l'Aérodrome de Guyancourt

Contrairement à l'aviation classique pour laquelle la sécurité s'appuie en grande partie sur la certification des matériels et la surveillance des pilotes, la sécurité de l'aviation ULM repose d'une part sur la responsabilité des pilotes (comme pour toutes les actés de circulation aérienne) et sur la responsabilité du fabricant qui est seul garant du dossier technique déclaratif déposé auprès de l'administration. La contrepartie de cette "absence" de contrôle a priori par l’administration, permet d'effectuer des modifications rapidement et à moindre coût. Mais le pilote ULM garantit seul le respect des consignes d'utilisation et d'entretien de l'appareil et, s'il effectue des modifications ou changements de pièces considérées comme essentielles par le fabricant, il est responsable de ces dernières.

Dans la plupart des pays Européens, la compétence du pilote est attestée par un brevet de pilote. En France, il y a l'obligation de justifier d'une pratique récente (moins de 6 mois) avant de transporter des passagers. Dans certains pays, comme les États-Unis, aucun brevet n'est nécessaire. Cette liberté particulière est un des principaux avantages (ou inconvénient) de l'aviation ULM qui a dépassé à elle seule le nombre de pilotes brevetés de toutes les autres catégories de pilotes de l’aviation légère. Pour autant, d'un point de vue statistique, la pratique de l'ULM ne s'avère pas plus dangereuse que l'aviation légère certifiée.

Enfin, le principal intérêt de l’ULM en France réside dans le fait qu’il n’est pas obligé d’utiliser uniquement les aérodromes, mais peut aussi se « poser en campagne » et utiliser des plates-formes permanentes (arrêté préfectoral) ou occasionnelles (accord du propriétaire et information préalable du maire). Un inconvénient: beaucoup d'aérodromes sont interdits d'accès aux ULM pour des raisons de convenances personnelles des administrateurs de ces aérodromes (pseudo sécuritaires) , ce qui complique considérablement la pratique de l'ulm dans les régions où les pistes ulm spécifiques ou avion avec autorisation d'accès sont rares.

Spécificités techniques

Puits de sel dans le Sine-Saloum (Sénégal) photographiés d'un ULM
  • Légèreté : sensations de vol plus marquées qu'en avion ; sensibilité accrue aux conditions météorologiques à l'exception de la classe autogire qui n'est que très peu sensible aux turbulences, même assez fortes.
  • Faibles altitude et vitesse de vol : très adapté à la promenade et à la photographie aérienne ; handicapant pour la navigation. Il existe cependant des modèles d'ULM très haut de gamme aussi performants que des avions.
  • Prix : coût d'acquisition, d'entretien et d'usage plus faible que pour l'avion classique.
  • Accessibilité : Brevet de pilote ULM obtenu à vie, sans obligation d'heures minimales de vol régulières ou de contrôle médical.

Sécurité

Rapport de l'accidentologie
Décès Blessés graves Bléssés légers Accidents Matériels
2004 25 28 27 34
2005 17 23 29 61
2006 15 18 26 41
2007 21 15 23 49

Source FFPLUM

Le niveau de sécurité des ULMs est aujourd'hui comparables à celui des autres catégories d'aviation de loisir, avec 4 incident pour 100 000 heures de vols.

Histoire de l'aviation ULM

Dès 1975 apparaissent les premiers prototypes d'ULM. Le Mosquito, du français Roland Magallon, a été, en 1979, le premier pendulaire commercialisé.

ULM ou Avion ?

On désigne par Avion les aéronefs certifiés par l'OACI, par opposition aux ULM tels que définis ici. Ni mieux ni moins bien, la philosophie des deux catégories est différente et correspond à un usage différent :

  • La délivrance du brevet est faite par le même organisme (en France, par la DGAC) dans les deux catégories. Mais la formation est différente, plus légère, rapide et appliquée pour l'ULM. L'examen théorique est plus court (mais pas forcément plus facile). Un pilote avion (PPL ou CPL) a automatiquement l'équivalence du théorique ULM, mais pas réciproquement.En france, depuis l’arrêté du 4 mai 2000, il n'y a plus d'équivalence. Si vous êtes titulaire d'un brevet de pilote avion, d'hélicoptère, de planeur ou de ballon libre, ou encore d'une licence étrangère, vous êtes uniquement dispensé du certificat d'aptitude théorique commun ULM.
  • l'ULM est plutôt destiné à la promenade ou aux petits voyages avec la possibilité de pratiquer à partir de terrains privés. Il est limité en capacité d'emport (seulement deux personnes à bord) et la limite des 450 kg de masse maximale au décollage MTOW est handicapante pour partir à deux avec le plein d'essence sur presque toutes les machines. Certains terrains (Région Parisienne, Cannes, ...) sont interdits aux ULMs, sauf dérogation. L'avion, plus puissant et donc souvent plus rapide et avec plus d'autonomie est donc plutôt destiné aux voyages plus longs, avec plus de passagers et de bagages, mais ne pouvant utiliser que des pistes officielles.
  • l'ULM est souvent moins confortable et moins bien équipé que les avions, et donc plus sensible aux conditions météorologiques, pour la navigation comme pour le vol (limitation au vent de travers, sensibilité aux turbulences à cause d'une charge alaire plus faible, givrage). Le VFR de nuit est interdit aux ULMs, mais possible en avion.
  • l'ULM est moins coûteux. Le coût d'heure de vol allant de 50 à 150 € pour un ULM contre 100 à 200 € pour l'avion, cela explique également que la moyenne annuelle d'heures de vol des pilotes est de 2 à 3 fois plus importante en ULM qu'en avion. L'utilisation des terrains ULM est généralement gratuite alors que beaucoup d'aérodromes et d'aéroports ont des taxes d'atterrissage.
  • l'ULM a une règlementation dépendant de chaque pays, rendant les voyages à l'étranger parfois plus complexes à mettre en œuvre. La Suisse interdit la plupart des ULM, l'Italie ne veut pas les voir et encore moins les entendre dans ses espaces contrôlés. Un avion est certifié par l'OACI et peut aller partout dans le monde.
  • l'ULM n'impose pas de minimum d'heures de vol, de qualification montagne, de certificat médical aéronautique. C'est au pilote d'estimer ses capacités.
  • les ULM, de part leur légèreté et leur simplicité (ce n'est pas toujours le cas), n'ont pas plus d'accidents que les avions; un atterrissage en campagne est souvent sans conséquences, ce qui n'est pas toujours le cas en avion.
  • la perception des ULM par les riverains des aérodromes est souvent erronée, les considérant comme des machines bruyantes, alors qu'ayant des performances de montée souvent meilleures que les avions et des moteurs moins puissant (possible grâce au faible poids), ils sont peu bruyants.
  • les pratiquants de l'avion de loisir pratiquent souvent l'avion en aéroclub alors que les pilotes ULM sont le plus souvent propriétaires de leurs machines.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail des transports Portail des transports
  • Portail de l’aéronautique Portail de l’aéronautique
Ce document provient de « Ultra-l%C3%A9ger motoris%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ultra léger motorisé — « ULM » redirige ici. Pour les autres significations, voir ULM (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Ultra-léger motorisé — « ULM » redirige ici. Pour les autres significations, voir ULM (homonymie). ULM …   Wikipédia en Français

  • Fédération française de planeur ultra-léger motorisé — FFPLUM Sigle FFPLUM Sport représenté Aéronautique Création …   Wikipédia en Français

  • Planeur ultra leger a motorisation auxiliaire — Planeur ultra léger à motorisation auxiliaire PULMA : Planeur Ultra Léger à Motorisation Auxiliaire. Activité aérienne qui est de plus en plus pratiquée compte tenu d une réglementation très libérale (notamment en Angleterre), d un coût d… …   Wikipédia en Français

  • Planeur ultra léger — Un planeur ultra léger (abrégé par PUL) est un aéronef dont les caractéristiques sont les suivantes : Le poids à vide maximum est de 70 kg. Le décollage n est effectué que grâce à l énergie musculaire du pilote. Le parapente, le deltaplane… …   Wikipédia en Français

  • Planeur ultra léger à motorisation auxiliaire — PULMA : Planeur Ultra Léger à Motorisation Auxiliaire. Activité aérienne qui est de plus en plus pratiquée compte tenu d une réglementation très libérale (notamment en Angleterre), d un coût d accès assez faible, et de consommation très… …   Wikipédia en Français

  • Ultra Légers Motorisés — Ultra léger motorisé « ULM » redirige ici. Pour les autres significations, voir ULM (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • ultra- — * * * ultra ♦ Élément, du lat. ultra « au delà », qui exprime l excès, l exagération : ultrachic, ultrasecret.⇒ 2. extra , hyper , super . * * * ● ultra Préfixe, du lat.ultra, au delà, indiquant un dépassement, un degré extrême ou excessif. * * * …   Encyclopédie Universelle

  • Leger — Léger Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Toponyme 2 Patronyme 2.1  France …   Wikipédia en Français

  • Léger — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Saint Léger et Saint Léger. Léger est un adjectif ou un nom propre qui peut désigner  …   Wikipédia en Français